29 – 30 January 2020 | When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to present).

Conference of the ERC DREAM Project at the International Institute of Social History (IISH), Amsterdam

Interpreting the moment as a transregional one, starting from the perspective of the marginalized.

This conference aims to gather contributions focused on African and Middle Eastern areas. This choice is guided by the relatively low production of research on these areas (in comparison with South America in particular). It also appears that the repeated revolts in sub-Saharan Africa and the southern Mediterranean have often been read with focuses that have marginalized the role of supra-national policies in their outbreak, confining them to readings of protests against existing authoritarian regimes -a dimension that is certainly present, but overly reductive.

Organizers
Dr. Vincent BONNECASE, CNRS, Institut des mondes africains, Paris, France.
Dr. Leyla DAKHLI, CNRS, Centre Marc Bloch Berlin, Germany. Principle Investigator of ERC-DREAM -Drafting and Enacting the revolution in the Arab Mediterranean.

The discussed papers will be published in a special issue of the social history journal International Review of Social History (september 2020).

CfP: « Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » 7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) Paris – Novembre 2019

Argumentaire

Depuis les années 2000, et en particulier à partir des « révolutions arabes » de 2011, les régions du Maghreb et du Moyen-Orient ont connu une explosion d’images. La démultiplication des écrans et des caméras au centre des révoltes en est un exemple significatif. Réalisées dans des espace-temps situés souvent au cœur des luttes et reprises à foison, parfois hors contexte, diffusées sur les réseaux sociaux ou dans les médias traditionnels, ces images et les points de vue singuliers qu’elles véhiculent sont l’œuvre aussi bien de producteurs professionnels que d’amateurs aux prises avec les événements. Ainsi elles ont participé à médiatiser les conflits et les revendications et à créer une proximité émotionnelle avec les événements, malgré une fragilité due au terrain labile et dématérialisé que représente Internet.

Plus largement, le statut, le rôle, le support de l’image ainsi que la relation à l’univers visuel a évolué, tant il semble désormais être caractérisé par la profusion, la banalisation, la volatilité, voire la saturation. L’ensemble de ces images a contribué à renforcer des imaginaires – au sens de représentations, mythes ou récits partagés – existants ou en à forger de nouveaux en attirant l’attention sur les sociétés et sur des acteurs minoritaires et faiblement connus des mouvements révolutionnaires en cours. Si des propositions de réappropriation du récit de soi par l’image étaient déjà actives au sein des situations coloniales et postcoloniales, elles se sont considérablement amplifiées depuis le début du millénaire. Comment cette déferlante visuelle travaille-t-elle les imaginaires d’identité et d’altérité ? Quelle influence a-t-elle sur les imaginaires orientalistes ayant par le passé donné à voir la différence comme cadre à la fois esthétique, culturel et politique ?

Ce colloque souhaite ainsi interroger la place des images dans la production des imaginaires collectifs du et au Moyen-Orient/Afrique du Nord dans une perspective historique et comparée, replaçant les soulèvements actuels dans le temps long. Nous entendons par « image » toute forme de présence visuelle ou sonore : arts visuels, peinture, photographie, arts graphiques, films, street art et art urbain, médias, séries télévisées, vidéo-clips, vidéo-art, bd, roman graphique, etc. Quant à l’« imaginaire », il est entendu notamment comme apparaissant « plus réel que ce que l’on peut imaginer, car il est devenu la voie d’accès à une sur-réalité qui est le fondement même du réel auquel l’humanité se confronte quotidiennement »[1]. Continue reading