“Les femmes ont construit une présence dans les aspirations révolutionnaires du monde arabe”

Un texte de Leyla Dakhli, paru dans Le Monde

Bravant la répression, les femmes sont en première ligne dans les contestations arabes d’aujourd’hui, comme elles l’étaient déjà en 2011, luttant pour la citoyenneté mais aussi contre le patriarcat et pour l’intégrité de leur corps, analyse, dans une tribune au « Monde », l’historienne Leyla Dakhli.

C’est une jeune femme, vêtue d’un jean et d’un pull, les cheveux mi-courts, qui grimpe sur une grille et se met à haranguer la foule à Tunis, le 8 janvier 2011 ; c’est une dame d’un certain âge qui parle à un militaire à un barrage dans le centre de Beyrouth, et le houspille comme elle le ferait pour ses propres enfants, aux premiers jours de la révolution d’octobre 2019 ; c’est une femme frappée et dénudée par les forces de sécurité dans les rues du Caire, le 17 décembre 2011, et dont le soutien-gorge bleu devient le symbole des violences faites aux femmes ; ce sont les ouvrières de la société Filature et tissage d’Egypte qui se mettent en grève et sont soutenues par les jeunes révolutionnaires ; ce sont les mères qui ouvrent la série des mobilisations de rue en Libye en 2011, ces mères de milliers de prisonniers morts en détention venues se poster devant le tribunal de Benghazi avec les portraits de leurs fils ; ce sont, à l’évidence, les femmes irakiennes sorties en des dizaines de manifestations le 13 février sous le mot d’ordre « Banatek ya watan » (Tes filles, oh pays !).

Continue reading

Intervention de Leyla Dakhli sur France Culture : “Femmes combattantes et révolutions féminines”

“Dans l’imagerie révolutionnaire, les femmes sont souvent réduites à des rôles d’égéries. Aujourd’hui nous nous penchons sur les femmes en lutte pour retracer les attributs non-virils du combat révolutionnaire, dans le cadre des luttes anticoloniales et des luttes pour l’émancipation.” Émission à réécouter dans son intégralité à :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/femmes-combattantes-et-revolutions-feminines?fbclid=IwAR0ZZDtZmZgeYZxg1yHcWOeUTGHH8TTMmebuhuWC7EaILb6pC6NmPIFjnCM

« Les plus belles mères » sont des révolutionnaires

Un texte de Fadi Bardawil, traduit en français par Simon Dubois, nouveau membre de l’équipe DREAM

Depuis toujours nos mères sont enfermées dans des images et des métaphores qui semblent se reproduire éternellement. Nos mères montent sans cesse vers des cieux purs des vies et des pêchés des gens ordinaires, tel « l’ange » de Saïd Akl ou la « sainte » de Nizar Qabbani.

Pas de corps ni de désir pour la mère-ange-sainte. Elle est de ce monde mais n’en fait pas partie.

Mahmoud Darwich l’a redescendue sur terre dans son poème « Ma mère ». Mais le texte de Darwich et les « ah » monotones de Marcel Khalifé ne l’ont pas libérée de sa captivité. Elle vit en dehors des évènements historiques ; la révolution est au fils. Quant à la mère, c’est elle qui prépare le café chaque jour, cuit le pain chaque jour, tend le fil à linge chaque jour, prie chaque jour. Elle est passée de la temporalité éternelle des anges à celle du cycle de la nature (je ne cherche pas à nier la valeur des tâches domestiques mais à attirer l’attention sur la réduction de l’image de la mère à celles-ci). Et lorsque Hassan Abd Allah et Marcel Khalifé ont introduit la mère dans l’histoire de la révolution, ils lui ont réservé un siège au premier rang des funérailles : les plus belles mères sont celle qui attendaient leur fils, les plus belles mères l’attendaient, et il est rentré… rentré en martyr.
Continue reading

29 – 30 January 2020 | When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to present).

Conference of the ERC DREAM Project at the International Institute of Social History (IISH), Amsterdam

Interpreting the moment as a transregional one, starting from the perspective of the marginalized.

This conference aims to gather contributions focused on African and Middle Eastern areas. This choice is guided by the relatively low production of research on these areas (in comparison with South America in particular). It also appears that the repeated revolts in sub-Saharan Africa and the southern Mediterranean have often been read with focuses that have marginalized the role of supra-national policies in their outbreak, confining them to readings of protests against existing authoritarian regimes -a dimension that is certainly present, but overly reductive.

Organizers
Dr. Vincent BONNECASE, CNRS, Institut des mondes africains, Paris, France.
Dr. Leyla DAKHLI, CNRS, Centre Marc Bloch Berlin, Germany. Principle Investigator of ERC-DREAM -Drafting and Enacting the revolution in the Arab Mediterranean.

The discussed papers will be published in a special issue of the social history journal International Review of Social History (september 2020).

Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO)

23-24 janvier 2020

Accéder au formulaire d’inscription

Dans le contexte de mobilisations de la fin de semaine, prenant acte notamment de l’impossibilité d’accéder au campus d’Aubervilliers en cas de grève des transports, nous avons pris la décision de reporter la journée du colloque du vendredi 24 janvier à une date ultérieure.

Le comité d’organisation du colloque tient également à marquer son soutien aux mobilisations en défense de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

La journée du jeudi 23 janvier à l’Hôtel de Ville sera pour sa part maintenue, dans la mesure où l’accès au site sera plus aisée et du fait d’une journée réunissant plusieurs chercheurs venus de l’étranger, rendant impossible une reprogrammation.

Très attachés à la tenue de ces débats, nous reprogrammerons la journée du vendredi un peu plus tard dans le semestre, en faisant de notre mieux pour que les intervenant.e.s concerné.e.s puissent y participer.

Nous ne manquerons pas de vous tenir rapidement informé.e.s.

L’équipe du CCMO

Continue reading

Lebanese Spring, not Beirut Spring

a text from Samer FRANGIEH translated by Jens HANSSEN (2019-11-22)

– FIND THE ORIGINAL TEXT in Arab and the french transaltion below / POUR LA VERSION originale du text en arabe et la traduction franÇaise voir ci-dessous –

Like most of us who live in Beirut I usually use the word Lebanon to refer to Beirut. My Lebanese imagination was limited to Beirut, actually just to some of its neighbourhoods. The imagination has dwindled the more the patch of everyday life has shrunk. As for the other regions of the country, their existence in the imagination was mortgaged on their culinary specialities, or fixed by their particular roles or places. The regions were just entertaining annexes to our capital.

Our Lebanon narrowed day after day until the general disobedience came to widen our horizons again and returned us to our size, that is, to being a region among many other Lebanese regions. Suddenly Jall al-Deeb and Jubayl turned from roadsides on the way up north to places to stage disobedience. Behind the Autostrade there was a people waiting to rise up against the system – as well as against the stereotype of the Eastern quarters we have been peddling for years.

Continue reading

Journée d’étude au MUCEM: Le Hirak la trace et l’archive – 4 octobre 2019 / Marseille

Où: Mucem, fort Saint-Jean— I2MP

PROGRAMME du 4 octobre 2019

9h30 – 10h00
Accueil des participants

10h00 – 12h30
Le temps des archives entre poétiques et politiques
Discussion avec Habiba Djahnine, Cinéaste, auteure de « Lettre à ma sœur » et « Avant de franchir la ligne d’horizon »,
poétesse) et Selma Zghidi (monteuse, en charge des vidéos de l’exposition « Avant le 14, Instant tunisien »). Continue reading

L’avocate et millitante des droits humains Mahienour el-Masry a nouveau arrêtée par la police au caire

Lors de cette nouvelle détention, lire l’article de Youssef El Chazli, apparu dans la revu Vacarme le 1er février 2016.

l’alexandrine révoltée

par Yousseff El Chazli

Que sont devenus les jeunes révolutionnaires portés sur le devant de la scène médiatique en 2011 ? Issus du terreau fertile de la décennie 2000‑2010, ils ont été le visage d’une révolution aujourd’hui enterrée par le régime d’al-Sissi. Il y a ceux qui ont été contraints de partir, ceux qui sont allés grossir le rang des « martyrs » de la révolution et ceux qui croupissent en prison. Parmi ces derniers, Mahienour El Masry.

Les trente premières minutes de l’année 2011 étaient à peine écoulées qu’une voiture piégée explosa devant l’« église des Deux Saints », dans le quartier de Sidi Bishr, à l’Est d’Alexandrie. L’attentat fit une vingtaine de morts et une centaine de blessés. L’année commençait très mal même si on n’imaginait guère encore l’étendue des bouleversements qu’elle nous réservait. Dans les jours qui suivirent, les petits groupes militants de la « deuxième capitale » d’Égypte s’activèrent pour organiser des actions en solidarité avec les coptes (chrétiens égyptiens), visés alors qu’ils sortaient de la messe de la Saint-Sylvestre. Continue reading

Le Hirak, la trace et l’archive

par Giulia Fabbiano, DREAM

Photo Credit: DR

En février 2019, l’Algérie a connu une vague de mobilisations inédite par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité, exigeant une transition politique démocratique.

Sur un plan sociétal, le hirak (« mouvement ») – d’un des noms attribués à cette déferlante par la population elle-même – ouvre « le domaine des possibles », instaurant dès les premières marches un rapport renouvelé de toute une population à elle-même, à son passé et à son avenir. C’est dans ce contexte d’effervescence et de libération populaires que des initiatives de documentation, d’enregistrement et de collecte (d’images, de communiqués, d’articles de presse, de prises de parole, d’objets matériels) voient le jour. Menées par des chercheur.e.s, des militant.e.s ou des simples citoyen.ne.s engagé.e.s, ces initiatives non institutionnelles visent d’un côté à produire, rassembler et consigner des traces et des archives de l’événement au moment même où il se déploie, de l’autre à identifier et rendre accessibles les archives des dynamiques progressistes des années précédentes. L’ensemble de ces démarches traduit la conviction, diffuse et partagée, que l’Algérie est en train de vivre une phase de réouverture/intensification de l’histoire dont il faut garder trace. Dans le même temps qu’il renseigne sur le rapport de la société à son expérience historique, ainsi qu’aux sources et aux acteurs de cette expérience mise sous tutelle par le pouvoir dès le lendemain de l’indépendance. L’urgence de faire témoigner le présent soulève toutefois un certain nombre de questionnements autant méthodologiques (droit des images, stockage, classement, matérialité) qu’épistémologiques (contraction des temporalités, cohérence du fond, accessibilité, usages) que cet atelier souhaite discuter, y compris à l’aune d’autres expériences (tunisienne, égyptienne, syrienne). En promouvant la rencontre entre acteurs/rices impliqué.e.s et en encourageant la mutualisation des démarches, cet atelier se veut ainsi un espace expérimental de réflexion collective autour des enjeux et des biais d’archivage du présent algérien et plus largement des situations de documentation et de collecte de l’« immédiat ».

CfP: « Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » 7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) Paris – Novembre 2019

Argumentaire

Depuis les années 2000, et en particulier à partir des « révolutions arabes » de 2011, les régions du Maghreb et du Moyen-Orient ont connu une explosion d’images. La démultiplication des écrans et des caméras au centre des révoltes en est un exemple significatif. Réalisées dans des espace-temps situés souvent au cœur des luttes et reprises à foison, parfois hors contexte, diffusées sur les réseaux sociaux ou dans les médias traditionnels, ces images et les points de vue singuliers qu’elles véhiculent sont l’œuvre aussi bien de producteurs professionnels que d’amateurs aux prises avec les événements. Ainsi elles ont participé à médiatiser les conflits et les revendications et à créer une proximité émotionnelle avec les événements, malgré une fragilité due au terrain labile et dématérialisé que représente Internet.

Plus largement, le statut, le rôle, le support de l’image ainsi que la relation à l’univers visuel a évolué, tant il semble désormais être caractérisé par la profusion, la banalisation, la volatilité, voire la saturation. L’ensemble de ces images a contribué à renforcer des imaginaires – au sens de représentations, mythes ou récits partagés – existants ou en à forger de nouveaux en attirant l’attention sur les sociétés et sur des acteurs minoritaires et faiblement connus des mouvements révolutionnaires en cours. Si des propositions de réappropriation du récit de soi par l’image étaient déjà actives au sein des situations coloniales et postcoloniales, elles se sont considérablement amplifiées depuis le début du millénaire. Comment cette déferlante visuelle travaille-t-elle les imaginaires d’identité et d’altérité ? Quelle influence a-t-elle sur les imaginaires orientalistes ayant par le passé donné à voir la différence comme cadre à la fois esthétique, culturel et politique ?

Ce colloque souhaite ainsi interroger la place des images dans la production des imaginaires collectifs du et au Moyen-Orient/Afrique du Nord dans une perspective historique et comparée, replaçant les soulèvements actuels dans le temps long. Nous entendons par « image » toute forme de présence visuelle ou sonore : arts visuels, peinture, photographie, arts graphiques, films, street art et art urbain, médias, séries télévisées, vidéo-clips, vidéo-art, bd, roman graphique, etc. Quant à l’« imaginaire », il est entendu notamment comme apparaissant « plus réel que ce que l’on peut imaginer, car il est devenu la voie d’accès à une sur-réalité qui est le fondement même du réel auquel l’humanité se confronte quotidiennement »[1]. Continue reading

Un Temps Révolutionnaire

L’Algérie connaît le plus grand soulèvement populaire d’après l’indépendance, déclenché par la volonté d’Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat. Retour sur un mouvement extraordinaire par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité.*

Un texte par Giulia FABBiANo, anthropologue, membre de l’european research Council (erC) projet « DreAM » (Drafting and enacting the revolutions in the Arab Mediterranean. in Search for Dignity – from the 1950’s until today), et du Centre d’histoire sociale du XXème siècle.

Voici le lien vers l’article: https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2019/07/HL186-Monde-2.-Algérie-un-temps-révolutionnaire.pdf

Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte

par Mélanie Henry

Baliser les archives qui recèlent des sources pour l’histoire des révoltes dans les mondes arabes méditerranéens depuis les années 1950 figure parmi les objectifs de l’ERC-DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean). Les lignes qui suivent, compte-rendu d’une embardée aux Archives nationales de Tunisie, ont été rédigées dans cette intention : mutualiser les connaissances concrètes qui faciliteraient, voire qui permettraient, des recherches ultérieures. En poursuivant ce modeste dessein, il s’agit aussi de réfléchir aux traces de la révolte dans différentes configurations historiques : quelles sont-elles ? Qui les conserve et les diffuse ? Comment ? Selon quels rapports au passé, à l’histoire et au changement social ? Ici, mon point de vue est teinté d’un léger étrangement : si je suis familière de ces problèmes en général, je les ai plus concrètement pratiqués dans le contexte égyptien.

En me rendant quelques jours aux Archives nationales de Tunis, je faisais donc figure d’outsider au faible potentiel si, comme je le crois, les chances de réussite dans ce genre de collecte augmentent avec la durée du séjour et les rapports de confiance noués sur le terrain. Ces quelques journées de recherche faisaient cependant suite à une rencontre officielle entre le directeur des Archives nationales, Hédi Jallab, et l’équipe de DREAM. Or cette dernière comprend plusieurs chercheurs connus sur la scène intellectuelle tunisienne et notamment l’historienne Kmar Bendana dont l’intervention fut déterminante. Continue reading

Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt

By Mélanie Henry

One of the objectives of the research project DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean) is to identify the archives containing sources for the history of revolts since the 1950’s in the Arab Mediterranean worlds. Accordingly, this report dealing with a lurch at the National Archives of Tunisia, has been written with the following intention: to share concrete information that would facilitate, or even allow, further investigations. This modest approach would also allow us to think about the traces of revolts in different historical configurations: what kind of sources are they? Who does preserve and distribute them, and how? How does it relate to the past, history, and social change?

My point of view is tinged with a slight feeling of strangeness: I am familiar with the problems mentioned above in general, but I have dealt with them more concretely in the Egyptian context. I only spent a few days at the National Archives in Tunis, therefore, the odds of being successful were low considering the length of the stay and the relationships of trust being established in the field. However, these few days of enquiry followed an official meeting between the Director of the National Archives, Hedi Jallab, and the DREAM team. The latter includes several researchers known within the Tunisian intellectual scene, and in particular historian Kmar Bendana, whose connection with the director was decisive to my enquiry. Continue reading

Journées d’études 24 & 25 avril 2019: L’Algérie proteste Premiers retours sur les mobilisations de 2019 et leurs effets.

Coord. scientifique : Amin Allal, CNRS

La situation politique en Algérie, marquée par un élan collectif massif de mobilisations qui a débuté en février 2019 contre le cinquième mandat du président de la République, offre une opportunité formidable pour l’analyse en sciences sociales du politique. Elle permet de tester les connaissances sur la réalité politique algérienne. Contrairement à ce que des routines explicatives « mécanistes » ont imposé, l’Algérie n’est pas une société politique figée. Pour qui veut bien l’observer attentivement, la société algérienne est en mouvement perpétuel et cela n’est pas totalement nouveau. C’est à ces questions que se proposent de se consacrer ces journées d’études.

Ces dernières décennies, les images se sont multipliées d’un désintérêt politique des masses et des jeunesses algériennes gagnées au désir consumériste et à l’exil, d’une répétition d’événements protestataires sans effets supposés (qualifiés souvent d’émeutes apolitiques), d’une organisation ambiguë de l’opposition au régime. A cela s’ajoute le fameux syndrome « du plus jamais ça » : l’hypothétique repoussoir que


constitueraient les années de guerre civile dans l’organisation de protestations. Tout semble converger pour donner sa force explicative au constat d’une supposée apathie politique généralisée des citoyens. A longueur d’éditoriaux ou d’analyses expertes- souvent à distance- tout ou presque serait lié à la politique de la rente (et son effet le clientélisme) et à la peur de la décennie noire (des « islamistes », de la violence armée de l’État…). In fine, la politique était toute entière simplifiée en un jeu de coteries et de retournements discrets de palais dont on ne connaît en réalité que peu d’éléments tangibles. Le régime politique – le « système » – tenait avant tout car solidement arrimé à une force répressive étatique importante, à une économie politique de redistribution tournant autour de la manne extractive et à un récit performant sur la violence massive des années 90… Il semblait écrit que les algériens ne pouvaient massivement se mobiliser.

Si la nouvelle séquence de ce début 2019 constitue en soi un défi à ces lectures, ces journées d’études seront l’occasion d’actualiser et de tester nos connaissances sur les comportements politiques en Algérie. Contrairement aux lectures surplombantes qui font écran aux dynamiques anthropologiques et historiques profondes de politisation des acteurs sociaux, les intervenant.e.s, en s’appuyant sur des enquêtes récemment réalisées, débattront de la force et des faiblesses du surgissement protestataire de 2019. Ces échanges permettront en outre de réfléchir à nouveaux frais sur les relations entre protestations collectives et changements de régime. Ces dernières, au coeur des explications des mouvements de 2011 au Maghreb et au Moyen-Orient, semblent de nouveau à l’ordre du jour en Algérie ainsi qu’au Soudan.

Lieu: Hôtel Majestic, 36 avenue de Paris, Tunis

24 avril : 17h30-19h30

Session 1 : La « résilience du système » à l’épreuve

La nouvelle séquence politique ouverte en ce début 2019 nous permet de remettre sur le métier les connaissances sur les modes de domination politique de ces dernières décennies. Si les tractations et équilibres entre groupes aux commandes de l’État (notamment ceux issus de l’armée) ont constitué un des récits du pouvoir politique, les (en)jeux des institutions (notamment la réalité d’un champ partisan sous contrôle) mais aussi le contrôle des « marges de l’État » sont autant de processus autoritaires à interroger aujourd’hui pour comprendre la dynamique politique en cours :

Comment interpréter l’évolution du champ politique algérien ? Quelles continuités et ruptures dans les « jeux d’alliances » qui permettaient la stabilisation du régime ? Que devient le contrôle aux « marges de l’État » dans cette situation ?

Cherif Dris, École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger.

Amar Mohand-Amer, Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, Oran.

________________________

 

25 avril : 10h-12h

Session 2 : Ce que l’évènement fait aux acteurs et formes de contestation

Lors de cette deuxième session, les invité.e.s débattront du devenir des acteurs collectifs organisés d’opposition ou de contestation (syndicaux, partisans ou associatifs). A partir des éléments empiriques nouveaux, il sera question des adaptations et actualisations des individus et collectifs dans une situation où ils font face à un mouvement large dont ils ne sont pas les principaux initiateurs/porteurs :

Comment s’organisent aujourd’hui les coordinations nées au lendemain des « printemps arabes » ? Quelles options sont choisies par les partis politiques historiques ? Quel est le rôle des syndicats et des associations « autonomes » notamment étudiantes ? Quelles nouvelles structures émergent et comment ces « anciens acteurs » s’y positionnent ? Quels sont les effets du ralliements des acteurs relativement proches du régime (UGTA, associations, figures outsiders…) ?

Layla Baamara, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

________________________

25 avril : 13h30-15h30

Session 3 : Que disent les mobilisé.e.s ? Emotions, slogans et performances

Au cours de cette troisième session nous étudierons les slogans, les performances collectives, fussent-ils contingents, et les émotions qui s’expriment. Comment les gens nomment-ils les événements vécus ? Rapportés aux propriétés sociales de leurs auteur.e.s et aux ancrages socio-territoriaux, l’idée de cette restitution est d’interroger le renouvellement du répertoire d’action collective :

Quels modes d’action sont privilégiés, comment sont pensées, imaginées ces pratiques ? Comment circulent-elles, entre quels mondes sociaux ? Quelles sont les routines et le degré d’innovation de ces pratiques ? Quels sont les effets de ces modes d’action sur les mobilisations : entrainer plus de gens, sélectionner les participant.e.s, se distinguer ? Comment est posée la question de la violence et/ou des limites de la mobilisation ?

 

Malik Aboudjil, IRMC Tunis, EHESS Paris.

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Farida Souiah, LAMES, Aix-Marseille Université.

 

Intervenant.e.s:

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Layla Baamara, CHERPA, ERC Dream, IEP Aix-en-Provence, Université de Rouen.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Cherif Dris, ENSJ, Alger.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Amar Mohand-Amer, CRASC, Oran.

Farida Souiah, LAMES, LabexMed, Université Aix-Marseille.