Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte

par Mélanie Henry

Baliser les archives qui recèlent des sources pour l’histoire des révoltes dans les mondes arabes méditerranéens depuis les années 1950 figure parmi les objectifs de l’ERC-DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean). Les lignes qui suivent, compte-rendu d’une embardée aux Archives nationales de Tunisie, ont été rédigées dans cette intention : mutualiser les connaissances concrètes qui faciliteraient, voire qui permettraient, des recherches ultérieures. En poursuivant ce modeste dessein, il s’agit aussi de réfléchir aux traces de la révolte dans différentes configurations historiques : quelles sont-elles ? Qui les conserve et les diffuse ? Comment ? Selon quels rapports au passé, à l’histoire et au changement social ? Ici, mon point de vue est teinté d’un léger étrangement : si je suis familière de ces problèmes en général, je les ai plus concrètement pratiqués dans le contexte égyptien.

En me rendant quelques jours aux Archives nationales de Tunis, je faisais donc figure d’outsider au faible potentiel si, comme je le crois, les chances de réussite dans ce genre de collecte augmentent avec la durée du séjour et les rapports de confiance noués sur le terrain. Ces quelques journées de recherche faisaient cependant suite à une rencontre officielle entre le directeur des Archives nationales, Hédi Jallab, et l’équipe de DREAM. Or cette dernière comprend plusieurs chercheurs connus sur la scène intellectuelle tunisienne et notamment l’historienne Kmar Bendana dont l’intervention fut déterminante.

Le problème est qu’il n’y a pas d’inventaire systématique accessible des ressources des Archives nationales pour la période postérieure à 1956. L’objectif a donc été de mener une enquête-test dans ces archives, une sorte de carottage dans la matière archivistique construite autour de trois grands événements : le mouvement étudiant de 1968, célèbre pour son intense répression, la grève générale de 1978 où se sont notamment opposés l’Union générale tunisienne du travail et le Gouvernement, ou encore le soulèvement de 1984 parfois dénommé « émeutes du pain ». Ci-dessous, sont détaillés les sondages effectués dans les archives de « La Haute Cour et de la Cour de sûreté de l’État », du Ministère de l’Intérieur et des Comités de coordination du Parti[1].

Dans la présentation dont il a honoré l’équipe DREAM, le directeur des archives nationales, Hédi Jallab, a fait remonter à 1874, avec la création d’un « Centre de correspondance de l’État »[1], le début de l’archivage national, mais il a aussi clairement établi la naissance de l’institution qu’il dirige avec le décret de décembre 1988[2] dans ses missions de gestion, tri, versement et communication des archives publiques. C’est en effet au milieu des années 1980 que le principe d’une institution qui concentre ces différents objectifs se met en place. Depuis l’indépendance en 1956, la logique d’archivage des administrations est déconnectée de celle de « consultation » et par conséquent des travaux de chercheurs en histoire. Les réflexions autour des archives et de l’histoire se concentrèrent d’abord sur le passé brûlant de l’époque, la période coloniale, celle du « mouvement national » selon l’expression d’usage. Le récit du temps présent était, quant à lui, une affaire politique, sur laquelle le Président Bourguiba gardait la main et rares furent les travaux de sciences humaines et sociales produits sur la Tunisie depuis l’indépendance[3]. Le travail documentaire sur le temps présent était mené par le Centre de documentation nationale, fondé en 1962, sur la presse (dont les ressources sont encore accessibles[4]) et les Archives générales du gouvernement tunisien, mais cette dernière était trop faible, en tant qu’institution, pour véritablement centraliser la production scripturaire des administrations.

Entre le milieu et la fin des années 1980 s’opère tout un bouleversement dans les manières de se lier au passé. Quand s’institue la fusion entre conservation des documents d’État et leur consultation – l’« archivage moderne », selon l’expression d’Hédi Jallab – est aussi créé l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national, innovation institutionnelle qui accompagne l’attention sociale nouvelle aux témoins du passé, que révèle la multiplication des mémoires et des autobiographies, qui crée des archives notamment de sources orales [5].

Au début des années 2000, explique Hédi Jallab, les Archives nationales mettent en place un tri dans les 440 kilomètres de documents repérés dans les administrations, à partir duquel elles sélectionnent une dizaine de kilomètres de documentation historique. Le discours du directeur laisse entrevoir le rapport de force qu’il a fallu imposer avec les différentes administrations pour que les Archives nationales puissent jouer le rôle qui leur était légalement dévolu. Ainsi, dit-il, les différents ministères ont appris à se soumettre aux règles et formalités uniques de l’archivage central. Aujourd’hui, détaille le directeur, tous les ministères sont représentés, ainsi qu’une centaine d’établissements et d’entreprises publiques[1].

Le processus révolutionnaire enclenché fin 2010 les a aidés dans leurs efforts : le principe de la transparence étatique et la nécessité d’ouvrir l’accès aux ressources de l’histoire est un thème porté dans le débat public[2]. Le directeur confirme que les lieux sont ouverts aux citoyens, qu’ils soient chercheurs professionnels, historiens amateurs, avocats, journalistes, individus en quête de documents de leurs histoires ou encore chercheurs de trésors. Les archives nationales, affirme-t-il, sont de plus en plus fréquentées : entre 2007 et 2017, le nombre de visiteurs en salle de consultation aurait augmenté de 30%.

Houda Ben Hamouda, dans son article de 2014 sur L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie raconte son enquête pionnière où apparaissent limites et points d’appui. Portée par le sentiment collectif que les choses peuvent désormais être autrement qu’elles n’ont toujours été, elle ignore le pessimisme de ceux qui lui conseillent d’attendre un décret qui donnerait accès aux archives[3] et contacte directement le directeur fraichement nommé, Hédi Jallab. Il est possible de consulter les archives postérieures à 1956, affirme-t-il, mais arrivée en salle de lecture, l’historienne butte sur la résistance du personnel. La collaboration de ces derniers est pourtant indispensable puisque seuls les documents antérieurs à 1956 sont inventoriés dans les bases de données, consultables sur place. Or ceux-ci, indépendamment de leur volonté, ont un besoin impératif de l’autorisation explicite du directeur.

Le pouvoir discrétionnaire de ce dernier est multifacette. De l’appréciation du directeur dépend la conciliation d’intérêts potentiellement contradictoires entre les différents acteurs partageant une histoire conflictuelle qui entre dans les deux missions des archives : les préserver et les rendre accessibles. Hédi Jallab doit garantir au Parti communiste, qui vient de rejoindre la soixantaine de contributeurs aux fonds privés déjà archivés[1], que ses archives ne vont pas soudainement être saisies par l’État et disparaître à jamais. Il est de même lié par un certain contrat moral aux administrations qui lui confient leur documentation. La subtilité de cette fonction contribue au caractère très personnel de la direction qui peut interroger sur la pérennité des engagements d’ouverture de l’institution.

Au résultat, cette petite enquête a montré l’impressionnant potentiel des Archives nationales de Tunis en matière de révolte et de révolution, et l’importance de multiplier les percées dans la documentation pour en saisir les lacunes. Car si j’avais dû en effet, produire un travail sur le soulèvement de 1984, ma collecte serait bien maigre en fin de semaine, élément qui, quant à lui, témoigne de la pertinence du ciblage de DREAM : baliser la documentation disponible sur les révoltes, petites et grandes, quitte à se laisser surprendre.

L’inventaire de ces archives n’est pas qu’une affaire de temps. Comme Houda Ben Hamouda et Khansa Ben Tarjem[2], il est donc important que nous continuions à mutualiser nos connaissances sur l’architecture globale de ces fonds, leurs champs lexicaux, zones d’ombres, thèmes et lacunes. Car cette compréhension concrète crée des possibles pour l’histoire des révoltes et révolutions en Tunisie, mais aussi pour imaginer ce qui est caché quand règne l’opacité, en d’autres lieux et d’autres temps.

 
« La Haute Cour et de la Cour de sûreté de l’État »

L’inventaire des « Archives de la Haute Cour et de la Cour de sûreté de l’État » est consultable sur place, sur autorisation du directeur. Depuis un des ordinateurs de la salle de recherche, qui jouxte la salle de consultation, on peut consulter le dossier des affaires de sûreté de l’État. Un fichier Excel, inventoriant les différents procès, fournit les côtes qui permettent de circuler entre les « boîtes », les dossiers informatiques où sont classées les archives numérisées des procès.

1521 « thèmes ou chefs d’accusation » associés à des personnes, ont ainsi été classées comme étant en lien avec la sûreté de l’État par les services du Palais de justice, selon Fathî Ben Qâra Ahmad, responsable des magasins, qui explique avoir été lui-même récupérer l’inventaire et les dossiers « juste à côté », où se trouve le Palais de justice. Pourtant, l’inventaire indique que tous les cas n’ont pas été traités par une cour spécifiquement dédiée à la sûreté de l’État[1] et certains chefs d’accusation, comme l’« écriture sur les murs », pourraient à première vue dépendre d’affaires ordinaires, non politiques. Ce fichier trace une continuité dans la « justice politique » entre les différentes cours de justice et les chefs d’accusation[2].

C’est ce classement qui rend si précieux cet abondant fichier : il nous permet de suivre des acteurs ciblés comme ennemis de l’État dans l’amplitude qui sépare ceux accusés de « participation à une manifestation » ou à « une association non autorisée » et le ministre déchu Ahmed Ben Salah. Grâce à l’outil de recherche dans le texte – seul outil de navigation dans le document – on peut ainsi circuler par date, nom de personne, mot-clé du chef d’accusation, par type de tribunal ou encore par localité lorsque les affaires ont été jugées dans des cours régionales, de première instance ou d’appel.

Les procès s’étalent entre 1954 et 2011 mais à partir des années 1990, les affaires sont rares. Cela correspond au fait que sous Ben Ali, Président à partir de 1987, on a commencé à juger les opposants politiques dans des cours ordinaires. Sporadiquement, le fichier continue néanmoins à être alimenté. L’inventaire fournit fréquemment l’année ou les dates extrêmes du procès mais pas le mois et le jour. On dispose de 40 entrées pour l’année 1968, quatre pour 1972, 125 pour 1978 et seulement huit pour 1984. Les accusés sont rarement des femmes, concernées par deux affaires seulement. Les caractérisations politiques sont peu mobilisées (le terme « socialiste » apparaît quatre fois, « islamiste », douze) contrairement aux modes d’actions inventoriés selon un champ lexical répétitif auquel il est aisé de se familiariser, la « manifestation » (51 entrées) est souvent « malveillante » [‘idâ’iyya], on condamne l’« animation [ihtifâz] d’associations non-autorisées [ghayr murakhas], ou les « attaques d’habitants sur… » [haml sukkân ‘alâ…] (29 entrées).

1968, année peut-être plus mémorable pour la répression des mobilisations que par l’ampleur de ces dernières, est ainsi fortement représentée : les cas sont nombreux, difficile d’établir à première vue comment ils se situent à l’égard du mouvement étudiant. Un certain nombre de mentions pour cette année-là concernent des plaintes formulées par des prisonniers au sujet de leur incarcération.

L’ouverture de certains fichiers d’archives révèle une grande hétérogénéité. Le volume des fichiers va d’une page à des centaines. Il résume parfois l’issue du procès et parfois laisse place à de plus amples développements où l’on peut apprendre sur les péripéties de l’enquête, rassemble parfois un seul cas parfois plusieurs, etc.

En somme, en sus des trois doctorant-e-s qui s’y attellent déjà, d’importants travaux peuvent être réalisés sur ce fond, que ce soit pour en saisir la logique globale dans une perspective d’histoire de la justice politique ou encore, en mobilisant des parties de ce derniers dans des histoires de révoltes.

Les archives des procès sont soumises à dérogation lorsqu’elles datent de 60 ans ou moins, ce fond est relativement aisé d’accès : bien ordonné, il est pratiqué par des historiens. On m’y a donc volontiers donné accès. On aurait même apprécié que je m’en contente. Exceptionnel en matière d’histoire des révoltes, ce fond semble pourtant n’être qu’un avant-goût de ce que recèlent ces archives. Par exemple, des témoignages ou des rapports de police contribuent parfois aux pièces à conviction mobilisées dans les procès, fournissant de précieuses sources pour l’étude des révoltes. Les archives nationales disposeraient-elles de ce genre de ressources ?

Pour accéder aux archives de police, j’ai spontanément souhaité consulter les archives du ministère de l’Intérieur. D’accord sur le principe, le directeur m’a invité à commencer mes recherches avec les archives judiciaires ne fournissant, dans un premier temps, qu’une semi-autorisation pour le reste. Cette dernière me permettait de consulter les « bordereaux de versement » dans la mesure où ils concernaient ma recherche, laissant le soin de juger si tel était le cas au personnel de la salle de recherche.

Ces « bordereaux de versement » sont des inventaires d’unités d’archives, dressé au moment du versement par l’institution aux archives nationales. Leur logique de constitution m’échappe mais ces unités d’archives sont petites : elles contiennent un à 16 cartons pour celles que j’ai choisi de consulter. Ces « bordereaux de versement » sont donc très nombreux. L’archiviste qui s’était vu confier la tâche a donc feuilleté un dossier papier, contenu dans une chemise avec un inscrit sur la première « ministère de l’Intérieur » et n’a rien trouvé.

J’ai dû reformuler une demande que Kmar Bendana a explicitement appuyée. Contrairement à ma première demande, où j’avais multiplié les angles d’approche – les archives de la Haute Cour de justice, du ministère de l’Intérieur, et de l’administration des prisons –, je me suis concentrée, dans ce second temps, sur les archives de la surveillance intérieure : les archives du ministère de l’Intérieur, et en particulier celles de la police, et celles des Comités de coordination du Parti. Je suivais là un conseil fourni par le responsable des magasins qui, dans un moment d’enthousiasme archivistique, avait partagé qu’il pensait que des sources de la surveillance intérieure se situaient dans la correspondance entre le ministère de l’Intérieur, le RCD (c’est-à-dire le Parti) et l’Agence de communication extérieure (ATCE), sa voix témoignant que l’inquiétude avait repris le dessus entre les C et le E de « ATCE ». Selon Hédi Jallab, il n’y a pas de fond relatif à l’ATCE contrairement au ministère de l’Intérieur et aux Comités de coordination du Parti.

 

Ministère de l’Intérieur

Après cet aller-retour avec le directeur, j’ai pu consulter l’inventaire intitulé « ministère de l’Intérieur », dont les archivistes et magasiniers avaient dû, face à mon insistance de la veille, justifier la confidentialité en arguant du caractère sensible et privé de certains des documents.

Les 24 pages d’inventaire résultent de deux recherches adressées à une base de données fonction du « service versant » : le « ministère de l’Intérieur » (56 entrées) et le « ministère de l’Intérieur et du Développement local » (168 entrées). En outre du « service versant », cet inventaire répertorie la référence du versement, son objet en trois à cinq mots (ex : « dossiers relatifs à l’approvisionnement en électricité de certaines régions »), la date de réception (aux archives nationales), les services producteurs et les dates de début et de fin. La police n’est pas présente en tant que telle mais certaines entrées telles que « rapports sur la sûreté intérieure » ou « rapports politiques » laissent envisager des ressources possibles. C’est parmi ces dernières que j’ai sélectionné quelques dossiers.

J’accède ensuite aux bordereaux de versement qui offrent un niveau de détail supplémentaire : on accède à une description, boîte par boîte, par exemple : « Situation de la sûreté générale à Tunis : notes et rapports (1993-1999) » (dossier 1, boîte 64/2014). À partir de ce moment, la demande peut être formulée aux magasiniers puis la consultation débuter.

Des archives de surveillance sont en effet disponibles mais elles sont très lacunaires. Le dossier « rapports politiques », 1978-1991[1], semble de bon augure, la grève générale de 1978 et le soulèvement de 1984 étant inclus dans sa période. Ces rapports sur la situation politique généralement adressés par un Wali (en charge d’un gouvernorat) au ministère de l’Intérieur concernent essentiellement trois années seulement : 1978, 1981 et 1991[2]. Par exemple, le rapport mensuel du Wali de Sidi Bouzid de mars 1981, développe en six pages la situation globale de sa région, incluant, au-delà du commerce et de la santé, les troubles et protestations. De nature précieuse, ces documents sont très parcellaires, à l’image du dossier intitulé « Climat social » de l’année 1991 où sont répertoriés les grèves et préavis de grève, dans le pays, pour le 1er, 2 et 9 octobre 1991.

Une grève en novembre 1977 est commentée par les Walis de Gabès, Gafsa, Sousse dans leurs rapports respectifs à ce propos, adressés au ministre de l’Intérieur[3] et on peut voir l’« opinion publique » du mois de juillet 1981 mise en tableau[4].

En résumé, ces archives de l’intérieur donnent envie de s’y perdre afin d’en exploiter le potentiel, et si cette collecte n’a pas été fructueuse pour documenter les événements de 1978 et de 1984, ce ne sera peut-être pas le cas de la prochaine.

Comités de coordination du Parti

Cette recherche sur les révoltes depuis les années 1950 nous mène vers des fonds dont l’inventaire reste à faire, entraînant des délais dans l’accès aux documents. Ainsi les archives des comités de coordination du Parti n’ont pas de « référence de versement ». S’ils ne sont pas inaccessibles pour autant, l’intervention du responsable des magasins est nécessaire or, faute de temps, cela n’a pas pu avoir lieu lors de ma visite.

Si je ne peux pas communiquer les résultats du sondage construit sur la région de Kasserine, l’année 1984 et restreint aléatoirement aux premières pages de l’épais feuillet consacré à la région, l’organisation de l’inventaire du fond mérite néanmoins d’être partagée. À la demande des inventaires des Comités de coordination du Parti [Lijân al-tansîq al-hizbiyya], j’ai reçu deux boîtes contenant les inventaires relatifs à douze localités[1] de Tunisie. Chaque feuillet, épais de trois à cinq centimètres environ, est relatif à une de ces localités. Je ne connais pas avec exactitude les dates qui bornent cet inventaire, mais la sélection contient des documents datés de 1959 à 2010. À l’intérieur de chaque inventaire sont répertoriés : la date, les numéros de boîte et de dossier, et une description sommaire du contenu.

 

[1] Par le « Parti » on entend successivement le Néo-Destour, le Parti socialiste destourien, le Rassemblement constitutionnel et démocratique.

[2] Houda Ben Hamouda, « L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie : un état des lieux », L’Année du Maghreb, no 10, 1 juillet 2014, p. 41‑48.

[3] Le décret n°88-1981 du 13 décembre 1988 fixe « les conditions et les procédures de la gestion des archives courantes et archives intermédiaires, du tri et élimination des archives, du versement des archives et de la communication des archives publiques ».

[4] Kmar Bendana, « Profession historien en Tunisie : l’histoire contemporaine, entre institutions et recherche », in Études sur l’État, la culture et la société dans l’espace arabo-musulman. Mélanges offerts au Professeur Abdejellil Temimi, Tunis, Tunisie : CERES, 2013 (II), p. 197‑223.

[5] Le CDN accueille le public au n°52, rue Abderrazaq Cheraibi au centre de Tunis, à proximité de la station de Métro Ferhat Hached.

[6] Kmar Bendana, « L’entrée de l’histoire du mouvement national tunisien à l’université », in Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad (dirs.), Penser le national au Maghreb et ailleurs, Tunis, Tunisie : Arabesques/Laboratoire Diraset, 2012, p. 265‑280.

[7] La production des différentes institutions est systématiquement répartie en deux ensembles, l’un rassemblant la documentation commune à tous, et l’autre, la documentation spécifique.

[8] Hamouda, op. cit. (note 1).

[9] Les députés de l’assemblée constituante auprès avec lesquels elle élaborait son matériel de recherche.

[10] Parmi lesquels les fonds de l’Union générale des étudiants tunisiens, le mouvement scout, le mouvement Perspectives, de Hassine Raouf Hamza ou encore de Noura Borsali.

[11] Je la remercie pour avoir pointé dans une intervention orale à propos de ses recherches, l’accessibilité sous réserve de dérogation des archives du Ministère de l’intérieur et celle des archives de la Haute Cour et de la Cour de sûreté de l’État ». Khansa Ben Tarjem, « Sortir de la colonisation et “tunisifier” la matraque après l’Indépendance », intervention dans le séminaire « Un paradigme tunisien ? Histoire et sciences sociales en révolution », animé par Jocelyne Dakhlia, EHESS, 27 novembre 2018

[12] Cour de Sûreté de l’État, souvent, mais aussi Tribunal de première instance (de Tunis, Sfax, etc.), Cour d’appel (de Sfax, Gabès, etc.), Haute Cour, Direction générale de la Sûreté nationale.

[13] Hafidha Chekir, « La justice politique en Tunisie », L’Année du Maghreb, III, 1 novembre 2007, p. 141‑162.

[14] Archives nationales de Tunis, ministère de l’Intérieur, 47/2012 « Al-manâkh al-ijtimâ‘î, 1991, boîte 1, dossier 1.

[15] Description partielle : Rapports spécifiques adressés au ministère de l’Intérieur, concernant l’année 1978 (la sécurité aux frontières, rapports de février, avril et mai) et le mois de janvier 1991 (lettre du Wali de Gabès à propos d’un tract appelant à manifester le 1/1/1991 ; grève étudiante et lycéenne à Sfax le 7/1/1991 ; compte-rendu du Wali de Tatawin à propos d’une manifestation le 2/1/1991). Rapports mensuels sur la situation politique durant l’année 1981 (à Sidi Bouzid, mars 1981 ; du ministère de l’Intérieur, août 1981 ; à Gabès, août 1981).

[16] Archives nationales de Tunis, ministère de l’Intérieur, 12/2004 « Murâsalât mukhtalifa taham al-shu’ûn al-siyâsiyya », 1970-1982, boîte 9.

[17] Archives nationales de Tunis, ministère de l’Intérieur, 12/2004 « Murâsalât, musawidât, bitâqât irshâdât », 1968-1981, boîte 8.

[18] La Marsa, El Menzah, Mahdia, Kasserine, Médenine, Sfax, Ariana, Tozeur, Tataouine, Sousse, La Manouba.

 

 

 

Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt

By Mélanie Henry

One of the objectives of the research project DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean) is to identify the archives containing sources for the history of revolts since the 1950’s in the Arab Mediterranean worlds. Accordingly, this report dealing with a lurch at the National Archives of Tunisia, has been written with the following intention: to share concrete information that would facilitate, or even allow, further investigations. This modest approach would also allow us to think about the traces of revolts in different historical configurations: what kind of sources are they? Who does preserve and distribute them, and how? How does it relate to the past, history, and social change?

My point of view is tinged with a slight feeling of strangeness: I am familiar with the problems mentioned above in general, but I have dealt with them more concretely in the Egyptian context. I only spent a few days at the National Archives in Tunis, therefore, the odds of being successful were low considering the length of the stay and the relationships of trust being established in the field. However, these few days of enquiry followed an official meeting between the Director of the National Archives, Hedi Jallab, and the DREAM team. The latter includes several researchers known within the Tunisian intellectual scene, and in particular historian Kmar Bendana, whose connection with the director was decisive to my enquiry.

The problem is that there is no systematic accessible inventory of the resources of the National Archives for the period from 1956 onwards. The objective was therefore to conduct a preliminary survey in these archives, a kind of coring in archival material built around three major events: the 1968 student movement, famous for its intense repression, the 1978 general strike in which the Tunisian General Labour Union and the Government were opposed, or the 1984 uprising also known as “the bread riots”. The surveys carried out in the archives of the “High Court and the State Security Court”, the Ministry of the Interior, and the Party’s Coordinating Committees[1] are detailed below.

In his presentation to the DREAM team, the Director of National Archives, Hedi Jallab, traced the beginning of national archiving back to 1874 with the creation of a “State Correspondence Centre”[1]. But he also clearly established the birth of the institution he is heading with the December 1988 national Tunisian decree[2]: the latter formulated the national mission of managing, sorting, depositing, and communicating public archives. It was in the mid-1980s that the principle of an archival institution that would concentrate these different objectives was established. Since independence in 1956, the archiving logic of administrations has been disconnected from that of “consultation”, and consequently from the work of history researchers. The first focus of the reflections on archives and history was on the painful past of the time, the colonial period, usually called the “national movement”. The narrative of the present time was a political affair, on which President Bourguiba (1957-1987) kept control and only a few human and social sciences productions on Tunisia came about since independence in 1956[3]. The documentary work on the present time was carried out by two institutions. The main one, the National Documentation Centre, which was founded in 1962 and whose resources are still accessible[4], did work on the Tunisian press. The other one, the General Archives of the Tunisian government, was too weak, as an institution, to truly centralize the written production of the administrations.

Between the mid- to late 1980s, there was a major upheaval in the ways of relating to the past. When the fusion between the preservation of state documents and their consultation began in 1988 – “modern archiving”, as Hedi Jallab called it – the Higher Institute of History of the National Movement was also created. It represents an institutional innovation that accompanied the new social attention to the witnesses of the past, revealed by the multiplication of memories and autobiographies, which created archives, particularly from oral sources[1].

At the beginning of the 2000’s, Hedi Jallab explained, the National Archives set up a sorting system in the 440 kilometers of documents identified in the administrations, from which it selected about ten kilometers of historical documentation. The Director’s speech showed the strength that had to be imposed with the various administrations so that the National Archives could play the role that was legally assigned to them. Thus, he said, the various departments have learned to comply with the unique rules and formalities of central archiving. Today, the director explained, all the ministries are represented, as well as about a hundred institutions and public companies[1].

The revolutionary process launched at the end of 2010 has helped them in their efforts: the principle of state transparency and the need to open up access to the resources of history is a theme that has been brought to the public debate[2]. The Director confirmed that the sites are open to citizens, whether they are professional researchers, amateur historians, lawyers, journalists, individuals seeking documents from their own stories, or treasure seekers. The national archives, he said, are increasingly popular: between 2007 and 2017, the number of visitors in the consultation room is reported to have increased by 30%.

Houda Ben Hamouda, in her 2014 article on “Access to contemporary collections of the Tunisian national archives”, recounted her pioneering survey where limits and points of support appear. Driven by the collective feeling that things can now be different from what they had been before 2011, she ignored the pessimism of those who advised her to wait for a decree that would give her access to the archives[3] and directly contacted the newly appointed director, Hedi Jallab. It is possible to consult the archives after 1956, he said, but when she arrived at the reading room, the historian came up against resistance from the staff. However, the collaboration of the staff is essential since only documents prior to 1956 are registered in the databases, which can only be consulted on site. Moreover, the staff needs explicit authorization of the director before it can help the researcher find the document.

The director’s discretionary power is multi-faceted. For example, Hedi Jallab must guarantee the Communist Party, which has just joined the sixty or so contributors to private funds already archived[4], that its archives will not suddenly be seized by the State and disappear forever. He is also bound by a certain moral contract to the administrations that entrust him with their documentation. Not only the different actors who deposit their archives may share a conflicting history but also the National archives has to both guarantee that it preserves this document (including against a malicious use) and that it makes them accessible. Thus, the reconciliation of those potentially divergent interests depends on the appreciation of the director. The subtlety of his function contributes to the very personal nature of archival management. Though, the sustainability of the institution’s commitments to openness is questionable.

As a result, this small survey showed the impressive potential of the Tunis National Archives in terms of revolt and revolution and the importance to multiply breakthroughs in documentation to capture thematical and chronological gaps. If I had to produce a paper on the 1984 uprising, my collection would have been very meagre at the end of the week, an element which, for its part, testifies to the relevance of DREAM’s targeting: to mark out the available documentation on revolts, small and large, even if it means being surprised.

The inventory of these archives is not just a matter of time. Like Houda Ben Hamouda and Khansa Ben Tarjem[5], it is therefore important that we continue to share our knowledge on the global architecture of these funds, their lexical fields, shadow areas, themes, and gaps. For this concrete understanding creates possibilities for the history of revolts and revolutions in Tunisia. It also helps to imagine what is hidden when opacity reigns on archiving policies, in other places and at other times.

 
“High Court and the State Security Court”

With the authorization of the Director, the inventory of the Archives of the “High Court and the State Security Court” may be consulted on site. From one of the computers in the research room, which is adjacent to the consultation room, you can consult the file on State security matters. An Excel file, listing the different trials, provides the ribs that allow circulation between the “boxes”, meaning the computer files where the digitized archives of the cases are stored.

1521 “themes or charges” associated with persons were classified as being related to State security by the services of the Palace of Justice, according to Fathî Ben Qâra Ahmad the store manager, who explained that he had been collecting the inventory and files himself, “just next door”, where the courthouse is located. However, the inventory indicates that not all cases have been dealt with by a court specifically dedicated to State security[6] and some charges, such as “writing on the walls”, may at first sight depend on ordinary, non-political cases. This file traces continuity in “political justice” between the different courts of justice and the charges[7].

It is this classification that makes this abundant file so valuable: it allows us to follow actors targeted as enemies of the state in the range that separates those accused of “participation in a demonstration” or “unauthorized association” from the deposed minister Ahmed Ben Salah. Thanks to the text search tool – the only navigation tool in the document – it is possible to search by date, person’s name, keyword of the charge, type of court or locality when cases have been tried in regional, trial or appeal courts.

Trials were held between 1954 and 2011, but from the 1990s onwards, cases became rare. This corresponds to the fact that under Ben Ali, President since 1987, political opponents started to be judged in ordinary courts. Sporadically, however, the file continued to be fed. The inventory frequently provides the year, the starting and ending dates of a trial, but not the month and day. There are 40 entries for the year 1968, four for 1972, 125 for 1978 and only eight for 1984. There are only two cases involving women. Political characterizations are not very mobilized (the term “socialist” appears four times, “Islamist”, twelve times) unlike the modes of action listed according to a repetitive lexical field with which it is easy to become familiar, the “demonstration” (51 entries) is often “malicious” [‘idâ’iyya], the animation [ihtifâz] of unlicensed associations [ghayr murakhas], or “attacks by residents on…” were condemned [haml sukkân ‘alâ…] (29 entries).

1968, a more memorable year for the importance of the repression of protests than for the scale of the mobilizations, is thus strongly represented. There are many cases but it is still difficult to establish at first sight how they stand with regard to the student movement. A number of mentions for that year relate to complaints made by prisoners about their incarceration.

The opening of some archive files reveals a great heterogeneity. The size of the file can range from one page to hundreds. It sometimes summarizes the outcome of the trial and sometimes gives way to further developments where one can learn about the vicissitudes of the investigation. It sometimes contains a single case and occasionally brings together several cases, etc.

In short, in addition to the three doctoral students who are already working on it, important work can be carried out on this background, whether to understand its global logic from the perspective of a history political justice or by mobilizing parts of it in histories of revolts.

The archives of the trials are subject to derogation when they are 60 years old or less. This collection is however still relatively easy to access: well ordered, it is explored by historians. The staff seemed to wish that the researcher would limit his interest to that fund. Exceptional in terms of the history of revolts, this fund seems to be only a foretaste of what these archives contain. For example, testimonies, or police reports sometimes contribute to the evidence mobilized during trials, providing valuable sources for the study of revolts. Would the national archives have such resources?

I spontaneously requested to consult the archives of the Ministry of the Interior to access the police archives. The director invited me to start my research with the court records and at first only provided a semi-authorization for the rest. The latter allowed me to consult the “deposit slips” [bordereaux de versement] as they related to my research, leaving it to the research room staff to judge whether this was the case.

These deposit slips are inventories of archival units, compiled at the time of the institution’s deposits to the national archives. I don’t yet fully understand the logic of their constitution, but these archive units are small: they contain one to 16 boxes for those I have chosen to consult. These deposit slips are therefore numerous. The archivist, who had been entrusted with the task, thus flipped through a paper file contained in a folder entitled “Ministry of the Interior” and didn’t find anything.

I had to rephrase a request to the director that Kmar Bendana explicitly supported. Unlike my first request, where I diversified the approaches – the archives of the High Court of Justice, the Ministry of the Interior, and the administration of prisons – I concentrated in this second stage on the archives of internal surveillance: the archives of the Ministry of the Interior, and in particular those of the police, and those of the Party’s Coordination Committees. I was following an advice provided by the store manager who, in a moment of archival enthusiasm, shared that he thought that sources of internal surveillance were to be found in the correspondence between the Department of the Interior, the Democratic Constitutional Rally (i. e. the Party) and the External Communications Agency (ECA) [Agence de communication extérieure], his voice testifying that concern took over between the C and A of “ECA”. According to Hedi Jallab, there is no ECA fund but there are funds of the Ministry of the Interior and of the Party’s Coordination Committees.

 
Ministry of the Interior

After this comings and goings to the directors’ office, I was able to consult the inventory entitled “Ministry of the Interior”. The same one that, just days before, the staff had to justify confidentiality of its files on the grounds that some of the documents were sensitive and private.

The 24 pages of inventory are the result of two searches addressed to a database according to the “depositing department [service versant]”: the “Ministry of the Interior” (56 entries) and the “Ministry of the Interior and local Development” (168 entries). In addition to the “depositing department”, this inventory lists the reference of the deposit, its purpose in three to five words (e. g. “files relating to the supply of electricity to certain regions”), the date of receipt (in the national archives), the producer services and the start and end dates. The police are not present as such, but some entries such as “internal security reports” or “political reports” suggest possible resources. It is among these that I have selected some files.

I then accessed the communicated data slips which provide an additional level of details: a description is provided, box by box, for example: “Situation of general security in Tunis: notes and reports (1993-1999)” (file 1, box 64/2014). From this point on, the request can be made to the storage units and the consultation can begin.

Archives of internal surveillance archives are indeed available but they are very incomplete. The “political reports” file[8] seems to bode well since the 1978 general strike and the 1984 uprising are included in its period: 1978-1991. These reports on the political situation generally sent by a Wali (person in charge of a governorate) to the Ministry of the Interior concern essentially only three years: 1978, 1981 and 1991[9]. For example, the monthly report of the Wali of Sidi Bouzid of March 1981, develops in six pages the global situation of his region, including, beyond trade and health, unrest, and protests. These precious documents are very fragmented, like the file entitled “Social Climate” from 1991, which lists strikes and strike notices in the country for October 1st, 2nd and 9th, 1991.

A strike in November 1977 was commented on by the Walis of Gabes, Gafsa, Sousse in their respective reports on this matter, addressed to the Minister of the Interior[10] and we can see the “public opinion” of July 1981 made up into a sheet[11].

In short, these archives from within make us want to lose ourselves in order to exploit their potential, and if this collection was not successful in documenting the events of 1978 and 1984, this may not be the case for the next one.

 
Party’s Coordinating Committees

This research on revolts since the 1950’s leads us to funds whose inventory is yet to be catalogued, leading to delays in access to documents. The archives of the Party’s coordinating committees do not have a “deposit reference”. Thus, if they are theoretically accessible, the intervention of the store manager is necessary. Due to lack of time, this could not happen during my visit.

Therefore, I cannot communicate the results of this last survey, but I had an overview on the organization of the inventory. At the request of the inventories of the Party’s Coordinating Committees [Lijan al-tansîq al-hizbiyya], I received two boxes containing the inventories for twelve localities in Tunisia[12]. Each sheet, about three to five centimeters thick, is related to one of these localities. In order to build the survey, I chose the Kasserine region during the year 1984, and then randomly restricted to the first pages of the thick sheet devoted to the region. I do not know exactly the dates that limit this inventory, but the selection contains documents dated from 1959 to 2010. Within each inventory date, box and file numbers are listed, as well as a brief description of the contents.

 

 

 

[1] The production of the various institutions is systematically divided into two sets, one gathering the documentation common to all, and the other, the specific documentation.

[2] Hamouda, « L’accès aux fonds contemporains des archives nationales de Tunisie ».

[3] Members of the constituent assembly with whom she developed her research material.

[4] Among them are the funds of the General Union of Tunisian Students, the Scout Movement, the Perspectives Movement, Hassine Raouf Hamza and Noura Borsali.

[5] I thank her for pointing out in an oral statement about her research, the accessibility, subject to derogation, of the archives of the Ministry of the Interior and the archives of the High Court and the State Security Court. Khansa Ben Tarjem, “Leaving colonization and “tunisifying” the baton after independence”, intervention in the seminar “A Tunisian paradigm? History and social sciences in revolution”, moderated by Jocelyne Dakhlia, EHESS, 27 November 2018

[6] State Security Court, often, but also Court of First Instance (Tunis, Sfax, etc.), Court of Appeal (Sfax, Gabès, etc.), High Court, General Directorate of National Security.

[7] Hafidha Chekir, « La justice politique en Tunisie », L’Année du Maghreb, no III (1 novembre 2007): 141‑62, https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.363.

[8] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 47/2012 “Al-manâkh al-ijtimâ‘î”, 1991, box 1, file 1.

[9] Partial description: Specific reports addressed to the Ministry of the Interior, concerning the year 1978 (border security, reports of February, April and May) and the month of January 1991 (letter from the Wali of Gabes concerning a leaflet calling for a demonstration on 1/1/1991; student and high school strike in Sfax on 7/1/1991; report from the Wali of Tatawin concerning a demonstration on 2/1/1991). Monthly reports on the political situation during 1981 (in Sidi Bouzid, March 1981; Ministry of the Interior, August 1981; Gabes, August 1981).

[10] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 12/2004 “Murâsalât mukhtalifa taham al-shu’ûn al-siyâsiyya”, 1970-1982, box 9.

[11] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 12/2004 “Murâsalât, musawidât, bitâqât irshâdât”, 1968-1981, box 8.

[12] La Marsa, El Menzah, Mahdia, Kasserine, Médenine, Sfax, Ariana, Tozeur, Tataouine, Sousse, La Manouba.

[13] Hafidha Chekir, « La justice politique en Tunisie », L’Année du Maghreb, no III (1 novembre 2007): 141‑62, https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.363.

[14] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 47/2012 “Al-manâkh al-ijtimâ‘î”, 1991, box 1, file 1.

[15] Partial description: Specific reports addressed to the Ministry of the Interior, concerning the year 1978 (border security, reports of February, April and May) and the month of January 1991 (letter from the Wali of Gabes concerning a leaflet calling for a demonstration on 1/1/1991; student and high school strike in Sfax on 7/1/1991; report from the Wali of Tatawin concerning a demonstration on 2/1/1991). Monthly reports on the political situation during 1981 (in Sidi Bouzid, March 1981; Ministry of the Interior, August 1981; Gabes, August 1981).

[16] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 12/2004 “Murâsalât mukhtalifa taham al-shu’ûn al-siyâsiyya”, 1970-1982, box 9.

[17] Tunis National Archives, Ministry of Interior, 12/2004 “Murâsalât, musawidât, bitâqât irshâdât”, 1968-1981, box 8.

[18] La Marsa, El Menzah, Mahdia, Kasserine, Médenine, Sfax, Ariana, Tozeur, Tataouine, Sousse, La Manouba.

 

 

 

Journées d’études 24 & 25 avril 2019: L’Algérie proteste Premiers retours sur les mobilisations de 2019 et leurs effets.

Coord. scientifique : Amin Allal, CNRS

La situation politique en Algérie, marquée par un élan collectif massif de mobilisations qui a débuté en février 2019 contre le cinquième mandat du président de la République, offre une opportunité formidable pour l’analyse en sciences sociales du politique. Elle permet de tester les connaissances sur la réalité politique algérienne. Contrairement à ce que des routines explicatives « mécanistes » ont imposé, l’Algérie n’est pas une société politique figée. Pour qui veut bien l’observer attentivement, la société algérienne est en mouvement perpétuel et cela n’est pas totalement nouveau. C’est à ces questions que se proposent de se consacrer ces journées d’études.

Ces dernières décennies, les images se sont multipliées d’un désintérêt politique des masses et des jeunesses algériennes gagnées au désir consumériste et à l’exil, d’une répétition d’événements protestataires sans effets supposés (qualifiés souvent d’émeutes apolitiques), d’une organisation ambiguë de l’opposition au régime. A cela s’ajoute le fameux syndrome « du plus jamais ça » : l’hypothétique repoussoir que


constitueraient les années de guerre civile dans l’organisation de protestations. Tout semble converger pour donner sa force explicative au constat d’une supposée apathie politique généralisée des citoyens. A longueur d’éditoriaux ou d’analyses expertes- souvent à distance- tout ou presque serait lié à la politique de la rente (et son effet le clientélisme) et à la peur de la décennie noire (des « islamistes », de la violence armée de l’État…). In fine, la politique était toute entière simplifiée en un jeu de coteries et de retournements discrets de palais dont on ne connaît en réalité que peu d’éléments tangibles. Le régime politique – le « système » – tenait avant tout car solidement arrimé à une force répressive étatique importante, à une économie politique de redistribution tournant autour de la manne extractive et à un récit performant sur la violence massive des années 90… Il semblait écrit que les algériens ne pouvaient massivement se mobiliser.

Si la nouvelle séquence de ce début 2019 constitue en soi un défi à ces lectures, ces journées d’études seront l’occasion d’actualiser et de tester nos connaissances sur les comportements politiques en Algérie. Contrairement aux lectures surplombantes qui font écran aux dynamiques anthropologiques et historiques profondes de politisation des acteurs sociaux, les intervenant.e.s, en s’appuyant sur des enquêtes récemment réalisées, débattront de la force et des faiblesses du surgissement protestataire de 2019. Ces échanges permettront en outre de réfléchir à nouveaux frais sur les relations entre protestations collectives et changements de régime. Ces dernières, au coeur des explications des mouvements de 2011 au Maghreb et au Moyen-Orient, semblent de nouveau à l’ordre du jour en Algérie ainsi qu’au Soudan.

Lieu: Hôtel Majestic, 36 avenue de Paris, Tunis

24 avril : 17h30-19h30

Session 1 : La « résilience du système » à l’épreuve

La nouvelle séquence politique ouverte en ce début 2019 nous permet de remettre sur le métier les connaissances sur les modes de domination politique de ces dernières décennies. Si les tractations et équilibres entre groupes aux commandes de l’État (notamment ceux issus de l’armée) ont constitué un des récits du pouvoir politique, les (en)jeux des institutions (notamment la réalité d’un champ partisan sous contrôle) mais aussi le contrôle des « marges de l’État » sont autant de processus autoritaires à interroger aujourd’hui pour comprendre la dynamique politique en cours :

Comment interpréter l’évolution du champ politique algérien ? Quelles continuités et ruptures dans les « jeux d’alliances » qui permettaient la stabilisation du régime ? Que devient le contrôle aux « marges de l’État » dans cette situation ?

Cherif Dris, École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger.

Amar Mohand-Amer, Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, Oran.

________________________

 

25 avril : 10h-12h

Session 2 : Ce que l’évènement fait aux acteurs et formes de contestation

Lors de cette deuxième session, les invité.e.s débattront du devenir des acteurs collectifs organisés d’opposition ou de contestation (syndicaux, partisans ou associatifs). A partir des éléments empiriques nouveaux, il sera question des adaptations et actualisations des individus et collectifs dans une situation où ils font face à un mouvement large dont ils ne sont pas les principaux initiateurs/porteurs :

Comment s’organisent aujourd’hui les coordinations nées au lendemain des « printemps arabes » ? Quelles options sont choisies par les partis politiques historiques ? Quel est le rôle des syndicats et des associations « autonomes » notamment étudiantes ? Quelles nouvelles structures émergent et comment ces « anciens acteurs » s’y positionnent ? Quels sont les effets du ralliements des acteurs relativement proches du régime (UGTA, associations, figures outsiders…) ?

Layla Baamara, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

________________________

25 avril : 13h30-15h30

Session 3 : Que disent les mobilisé.e.s ? Emotions, slogans et performances

Au cours de cette troisième session nous étudierons les slogans, les performances collectives, fussent-ils contingents, et les émotions qui s’expriment. Comment les gens nomment-ils les événements vécus ? Rapportés aux propriétés sociales de leurs auteur.e.s et aux ancrages socio-territoriaux, l’idée de cette restitution est d’interroger le renouvellement du répertoire d’action collective :

Quels modes d’action sont privilégiés, comment sont pensées, imaginées ces pratiques ? Comment circulent-elles, entre quels mondes sociaux ? Quelles sont les routines et le degré d’innovation de ces pratiques ? Quels sont les effets de ces modes d’action sur les mobilisations : entrainer plus de gens, sélectionner les participant.e.s, se distinguer ? Comment est posée la question de la violence et/ou des limites de la mobilisation ?

 

Malik Aboudjil, IRMC Tunis, EHESS Paris.

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Farida Souiah, LAMES, Aix-Marseille Université.

 

Intervenant.e.s:

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Layla Baamara, CHERPA, ERC Dream, IEP Aix-en-Provence, Université de Rouen.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Cherif Dris, ENSJ, Alger.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Amar Mohand-Amer, CRASC, Oran.

Farida Souiah, LAMES, LabexMed, Université Aix-Marseille.

À l’écoute de l’Algérie insurgée

À l’écoute de l’Algérie insurgée, un essai par Giulia Fabbiano publié sur le blog de “La Vie des Idées”, le 19 Mars 2019

Giulia Fabbiano est anthropologue, membre de l’ERC “DREAM”.

Son travail porte sur les héritages de la décolonisation au niveau des identités et des mémoires collectives en France et en Algérie. Elle a publié Hériter 1962. Harkis et immigrés algériens à l’épreuve des appartenances nationales aux Presses Universitaires de Paris Ouest en 2016.

Les traces, côté cinéma : que faire ?

L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque Tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

par Dr. Kmar Bendana

 

Historique rapide [1]

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 2018, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier[2]. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre National du Cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié.

 

L’actuelle cinémathèque, inscrite dans l’organigramme du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI [3], 2012) est engagée dans une mission de conservation et de stockage des films [4]. Avec le concours de la Bibliothèque Nationale et des Archives Nationales de Tunisie (convention en cours) qui disposent d’équipements hygrométriques, de logiciels de traitement de données et de serveurs, le film tunisien accède à un nouveau régime de traitement.

Le film comme archive

Dans l’accélération qui a touché l’histoire tunisienne depuis décembre 2010, les documentaires, reportages et fictions qui ont réagi et accompagné les événements constituent, dans leur diversité, des traces qui méritent qu’on s’y intéresse. Les cinéastes étaient dans les rues, sillonnaient les meetings, accumulant de la pellicule et des inspirations.

Le geste de filmer dans la rue et partout, comme l’acte d’écrire ou de photographier signe une des formes de libération de la parole post-2011. Le mouvement est venu renforcer et alimenter une production cinématographique en hausse, notamment du côté documentaire, mais pas seulement. Le récent inventaire effectué par l’Association Doc House née en octobre 2088, présidée par la cinéaste Soumaya Bouallagui et vouée à valoriser le documentaire tunisien et maghrébin fait état de 178 films produits entre 2008 et 2017[5]. Le livret intitulé Observer le réel, Raconter l’Histoire confirme le diagnostic du boom cinématographique enregistré depuis 2011.

En plus des films achevés et vus, on sait que des milliers de rushs ont été tournés dans les places occupées, parmi les foules rassemblées, dans les sit-in et réunions des mois « révolutionnaires ». Les événements marquants (chute du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, élections, enterrements de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi…) ont été abondamment captés par des cinéastes. Ce matériel brut attend de voir le jour, sous une forme ou une autre. La réalisatrice Kalthoum Bornaz, tragiquement disparue en septembre 2016, a laissé une quantité de bobines non montées, qu’elle destinait à un long métrage, hélas interrompu par sa mort. Elle aura juste réussi à finaliser un portrait vidéo de Fadhel Moussa, candidat du parti El Massar à l’Assemblée Nationale Constituante (2014, 11 mn).

La famille de Kalthoum Bornaz a déposé à la Cinémathèque des archives de la réalisatrice (inventoriées) et de nombreux films, tournés depuis 2011, figurent dans le fonds général en voie de constitution.

Deux récits

Dans la limite des disponibilités, deux films ont été visionnés. Ils ont permis à l’équipe de poser des jalons en vue de réfléchir à l’attitude à adopter face à l’objet filmique, comme archive particulière de la Révolution tunisienne.

-7 et ½ de Najib Belcadhi (2014, 82mn) assemble chronologiquement des rushs tournés au cours de l’année 2011 et jusqu‘aux élections de l’Assemblée Nationale Constituante du 23 octobre 2011. Le montage a été effectué par l’auteur dans l’ambiance de la campagne électorale de 2014 ; il restitue le travail des militants des partis[6], croque quelques figures politiques et immortalise des cocasseries propagandistes. Malgré l’absence d’un fil directeur, ce journal capte des moments de l’atmosphère exaltée de cette première année de transition, rappelle des figures disparues depuis comme il pointe des caméras et des cinéastes qui consacrent et signent l’ouverture de l’espace public tunisien. Inscrit dans les annales d’une période somme toute extraordinaire, ce film-document garde une valeur informative voire -par moments- sociologique, fixe des instants et gestes de ferveur révolutionnaire et de prise de conscience, à côté des « analyses » léchées et des prémonitions de quelques intervenants.   

Pousses de printemps, de Intissar Belaïd (2014, 22 mn) reconstruit un récit de la Révolution à partir de la parole et de l’imagination d’enfants de la région du Kef. Avec leurs mots et une sensibilité télescopant des représentations de la réalité avec d’autres visions de l’actualité, des enfants racontent leurs souvenirs du 14 janvier 2011. Des personnages en argile incarnent les protagonistes, traduisant ainsi les récits en scènes animées. Les faits varient selon le bagage, l’assurance ou l’hésitation de chaque enfant, créant des images qui ouvrent sur d’autres liens historiques, rappellent d’autres faits. Prenant le contrepied de la répétition médiatique qui confine à la vulgate, le film illustre la fragilité de la mémoire comme sa puissance évocatrice. Il se déplace avec humour vers le point de vue des acteurs les moins consultés, alors qu’ils sont les principaux héritiers du tracé des événements.

Tout en ramenant à des lectures différentes, élaborées au cours des années 2014/2015, les deux films 7 et ½ et Pousses de printemps se rencontrent dans le fait d’évoquer, chacun à sa manière, les questions des sources de l’histoire de la Révolution tunisienne, de la chronologie et de l’interprétation des faits, toujours en travail.

Call for papers

When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to the present day)

Dear colleagues,

Here is a call for papers for a special issue of the social history journal International Review of Social History entitled   « When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to the present day) ».

We would like to receive by April 15th, 2019 proposals for articles of about 3000 characters specifying the issues and the methodology envisaged. Articles should be written in English, but intermediate steps can also be done in French.

The proposals we will select should lead to first versions of articles by the beginning of November 2019.

We will focus on papers that offer a perspective from the actors (rebels or actors of liberalization policies) in a perspective of modern social history . Studies must be based on empirical work in one or more countries of the region concerned.

Please circulate in your networks.

For any further information:

dakhli@cmb.hu-berlin.de

v.bonnecase@sciencespobordeaux.fr

 

Call for Papers

Appel à contributions

Chères et chers collègues,

Voici un appel à contributions pour un numéro spécial de la revue d’histoire sociale International Review of Social History intitulé « Quand des “ajustés” se révoltent. Libéralisation économique et révoltes sociales en Afrique et au Moyen Orient (années 1980 à nos jours ». Nous souhaitons recevoir avant le 15 avril des propositions d’articles d’environ 3000 signes précisant les problématiques et la méthodologie envisagée. Les articles devront être rédigés en langue anglaise, mais les étapes intermédiaires peuvent également se faire en langue française.

Les propositions que nous retiendrons devront déboucher sur des premières versions d’articles pour le début du mois de novembre 2019.

Nous privilégierons les articles proposant un regard à partir des acteurs (révoltés ou acteurs des politiques de libéralisation) dans une perspective d’histoire sociale contemporaine et du temps présent. Les études doivent être fondées sur un travail empirique dans un ou plusieurs pays de la région concernée.

Merci de faire circuler dans vos réseaux.

Pour tout renseignement complémentaire :

dakhli@cmb.hu-berlin.de

v.bonnecase@sciencespobordeaux.fr

Call for papers

When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to the present day)

Dear colleagues,

Here is a call for papers for a special issue of the social history journal International Review of Social History entitled « When “Adjusted” People Rebel. Economic liberalization and social revolts in Africa and the Middle East (1980s to the present day) ». We would like to receive by 15 April proposals for articles of about 3000 characters specifying the issues and the methodology envisaged. Articles should be written in English, but intermediate steps can also be done in French.

The proposals we will select should lead to first versions of articles by the beginning of November 2019.

We will focus on papers that offer a perspective from the actors (rebels or actors of liberalization policies) in a perspective of modern social history . Studies must be based on empirical work in one or more countries of the region concerned.

Please circulate in your networks.

For any further information:

dakhli@cmb.hu-berlin.de

v.bonnecase@sciencespobordeaux.fr

Call for Applications: Transregional Academy

Call for Applications: Transregional Academy “Fragment – Power – Public: Narrative, Authority, and Circulation in Archival Work”

The Berlin-based Forum Transregionale Studien, the Max Weber Stiftung – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland and the Department of Arabic and Near Eastern Languages of the American University of Beirut (AUB) cordially invite doctoral and postdoctoral scholars from the humanities and social sciences, as well as research-oriented artists and writers, to apply for a Transregional Academy in the framework of the research program Europe in the Middle East – The Middle East in Europe (EUME). The Transregional Academy will be convened from August 26th to September 6th, 2019 at the AUB in Beirut on the topic of

Fragment – Power – Public: Narrative, Authority, and Circulation in Archival Work.

DREAM

The blog will focus on recurrent topics spanning from the subject of what a „revolution“ means, to questions about (anthropological) history including its history of political emotions, the non-/ impact of social movements, as well as, the power and importance of archives.

The blog’s purpose is to exchange and share the research of the DREAM team during and after their field-research as well as with a wider audience of interested scholars. It is also meant to increase the project’s visibility within and beyond the academic field.

The expected readership ranges from historical anthropology, to sociologists and anthropologists, Middle Eastern Studies, including Political Science with a focus on the Mediterranean and/or the Middle East/North Africa.

Posted in Uncategorized | 1 Reply