Journée d’étude au MUCEM: Le Hirak la trace et l’archive – 4 octobre 2019 / Marseille

Où: Mucem, fort Saint-Jean— I2MP

PROGRAMME du 4 octobre 2019

9h30 – 10h00
Accueil des participants

10h00 – 12h30
Le temps des archives entre poétiques et politiques
Discussion avec Habiba Djahnine, Cinéaste, auteure de « Lettre à ma sœur » et « Avant de franchir la ligne d’horizon »,
poétesse) et Selma Zghidi (monteuse, en charge des vidéos de l’exposition « Avant le 14, Instant tunisien »). Continue reading “Journée d’étude au MUCEM: Le Hirak la trace et l’archive – 4 octobre 2019 / Marseille”

Le Hirak, la trace et l’archive

par Giulia Fabbiano, DREAM

Photo Credit: DR

En février 2019, l’Algérie a connu une vague de mobilisations inédite par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité, exigeant une transition politique démocratique.

Sur un plan sociétal, le hirak (« mouvement ») – d’un des noms attribués à cette déferlante par la population elle-même – ouvre « le domaine des possibles », instaurant dès les premières marches un rapport renouvelé de toute une population à elle-même, à son passé et à son avenir. C’est dans ce contexte d’effervescence et de libération populaires que des initiatives de documentation, d’enregistrement et de collecte (d’images, de communiqués, d’articles de presse, de prises de parole, d’objets matériels) voient le jour. Menées par des chercheur.e.s, des militant.e.s ou des simples citoyen.ne.s engagé.e.s, ces initiatives non institutionnelles visent d’un côté à produire, rassembler et consigner des traces et des archives de l’événement au moment même où il se déploie, de l’autre à identifier et rendre accessibles les archives des dynamiques progressistes des années précédentes. L’ensemble de ces démarches traduit la conviction, diffuse et partagée, que l’Algérie est en train de vivre une phase de réouverture/intensification de l’histoire dont il faut garder trace. Dans le même temps qu’il renseigne sur le rapport de la société à son expérience historique, ainsi qu’aux sources et aux acteurs de cette expérience mise sous tutelle par le pouvoir dès le lendemain de l’indépendance. L’urgence de faire témoigner le présent soulève toutefois un certain nombre de questionnements autant méthodologiques (droit des images, stockage, classement, matérialité) qu’épistémologiques (contraction des temporalités, cohérence du fond, accessibilité, usages) que cet atelier souhaite discuter, y compris à l’aune d’autres expériences (tunisienne, égyptienne, syrienne). En promouvant la rencontre entre acteurs/rices impliqué.e.s et en encourageant la mutualisation des démarches, cet atelier se veut ainsi un espace expérimental de réflexion collective autour des enjeux et des biais d’archivage du présent algérien et plus largement des situations de documentation et de collecte de l’« immédiat ».

Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte

par Mélanie Henry

Baliser les archives qui recèlent des sources pour l’histoire des révoltes dans les mondes arabes méditerranéens depuis les années 1950 figure parmi les objectifs de l’ERC-DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean). Les lignes qui suivent, compte-rendu d’une embardée aux Archives nationales de Tunisie, ont été rédigées dans cette intention : mutualiser les connaissances concrètes qui faciliteraient, voire qui permettraient, des recherches ultérieures. En poursuivant ce modeste dessein, il s’agit aussi de réfléchir aux traces de la révolte dans différentes configurations historiques : quelles sont-elles ? Qui les conserve et les diffuse ? Comment ? Selon quels rapports au passé, à l’histoire et au changement social ? Ici, mon point de vue est teinté d’un léger étrangement : si je suis familière de ces problèmes en général, je les ai plus concrètement pratiqués dans le contexte égyptien.

En me rendant quelques jours aux Archives nationales de Tunis, je faisais donc figure d’outsider au faible potentiel si, comme je le crois, les chances de réussite dans ce genre de collecte augmentent avec la durée du séjour et les rapports de confiance noués sur le terrain. Ces quelques journées de recherche faisaient cependant suite à une rencontre officielle entre le directeur des Archives nationales, Hédi Jallab, et l’équipe de DREAM. Or cette dernière comprend plusieurs chercheurs connus sur la scène intellectuelle tunisienne et notamment l’historienne Kmar Bendana dont l’intervention fut déterminante. Continue reading “Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte”

Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt

By Mélanie Henry

One of the objectives of the research project DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean) is to identify the archives containing sources for the history of revolts since the 1950’s in the Arab Mediterranean worlds. Accordingly, this report dealing with a lurch at the National Archives of Tunisia, has been written with the following intention: to share concrete information that would facilitate, or even allow, further investigations. This modest approach would also allow us to think about the traces of revolts in different historical configurations: what kind of sources are they? Who does preserve and distribute them, and how? How does it relate to the past, history, and social change?

My point of view is tinged with a slight feeling of strangeness: I am familiar with the problems mentioned above in general, but I have dealt with them more concretely in the Egyptian context. I only spent a few days at the National Archives in Tunis, therefore, the odds of being successful were low considering the length of the stay and the relationships of trust being established in the field. However, these few days of enquiry followed an official meeting between the Director of the National Archives, Hedi Jallab, and the DREAM team. The latter includes several researchers known within the Tunisian intellectual scene, and in particular historian Kmar Bendana, whose connection with the director was decisive to my enquiry. Continue reading “Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt”

Les traces, côté cinéma : que faire ?

L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque Tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

par Dr. Kmar Bendana

 

Historique rapide [1]

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 2018, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier[2]. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre National du Cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié. Continue reading “Les traces, côté cinéma : que faire ?”