[Article] Umam Documentation and Research: Collecter, conserver et faire parler des archives au Liban

Par Tristan Hillion-Launey, doctorant au CéSor, EHESS, Paris

Locaux d’Umam à Haret Hreik, Source : https://www.umam-dr.org//about

      « Autrement dit, quand la crise sévit et que les cassures du pays sont mises à nu, dans chaque fraction, dans chaque morceau, les libertés deviennent très réduites et c’est une seule voix qui domine et qui empêche les autres de s’exprimer. Et au besoin les fait taire par la force, au besoin la force du meurtre. » (Ahmad Beydoun, entretien avec Fabienne Verstraeten, novembre 2009).

Alors que nous nous apprêtions à publier ce billet, consacré au centre d’archives et de documentation qu’il a fondé et animé depuis quinze ans, la nouvelle est tombée : Lokman Slim a été assassiné. Exécuté sommairement dans sa voiture, sur une route de campagne du Sud-Liban. Cinq balles dans la tête, une dans le dos.

L’histoire des révoltes au Liban est aussi une histoire de meurtres, où l’assassinat dit « politique » vise indistinctement ceux qui prirent les armes et ceux qui manièrent la plume. Celui du journaliste d’opposition Nassib Metni avait déclenché l’insurrection armée de l’été 1958, celui de Ghassan Kanafani en 1972 avait privé la Révolution palestinienne d’une de ses plus fortes voix. Et combien d’autres, journalistes, écrivains, universitaires, liquidés au plus fort de la guerre civile ou dans son interminable sillage en raison de leur engagement de part et d’autre des lignes de front. Lokman Slim était un homme engagé. Editeur militant, activiste controversé, commentateur acide de l’actualité libanaise, il se jouait des menaces qu’il recevait régulièrement. Mais les assassins, eux, ne jouent pas. Ils censurent. Par le meurtre, au besoin.


Candice Raymond (pour la DREAM Team)

Umam est un centre de documentation privé lancé en 2005 visant à réunir des archives relatives à l’histoire du Liban et des guerres civiles (1975-1990). Dans le cadre de mes recherches de master, j’ai eu l’opportunité d’étudier quelques fonds en possession du centre, en particulier les hebdomadaires Amal أمل et al-‘Ahd العهد liés respectivement au mouvement Amal et au Hezbollah, et de me faire une idée des autres archives qu’ont pu récupérer les équipes d’Umam, extrêmement nombreuses, mais hétérogènes. Les archives du centre incluent de nombreux documents originaux et inédits, rarement mobilisés par les chercheurs et chercheuses, qui demeurent inégalement inventoriés et plus ou moins difficiles d’accès. Les informations et « inventaires » dressés ci-après sont le fruit de recherches dans les locaux d’Umam, d’un entretien avec Lokman Slim (fondateur et principal animateur d’Umam avec Monika Borgmann), et de recherches réalisées dans la presse libanaise en ligne. Commencé plusieurs mois avant l’assassinat de Lokman Slim le 4 février 2021, ce travail explore une partie des archives réunies par lui et ses collaborateurs depuis quinze ans et met en lumière l’intérêt et l’originalité de cette initiative ainsi que la richesse des fonds collectés. Ce papier a toutefois été légèrement retravaillé dans les jours suivant la disparition de Lokman, et enrichi de courts échanges avec ses premiers collaborateurs : l’historienne Jihane Sfeir et le géographe Tristan Khayat. Cette nouvelle version répond en effet à un certain nombre de questions que j’avais précédemment adressées à Lokman Slim, et qui restaient sans réponse dans la première version de ce billet.

La suite de l’article est disponible ici.