Sortir manifester

Les tracts de janvier 2011

Tract imprimé et distribué (sur Internet et dans la rue) par les Jeunes du 6-Avril, à Alexandrie, à la veille du 28 janvier 2011.
Texte des comités de coordination, publié le 12 juin 2011.

► Égypte

Quelques jours avant le 25 janvier 2011, un tract fait son apparition dans les rues d’Alexandrie, en Égypte, et sur les réseaux sociaux. Créé par un militant des Jeunes du 6-Avril – une organisation lancée au printemps 2008 par des jeunes activistes se recrutant à travers les réseaux sociaux pour soutenir les ouvriers de Mahalla al-Kubra qui préparaient une grève pour le 6 avril –, le tract appelle les Égyptien·ne·s à participer aux mobilisations du 25 janvier en listant un ensemble de problèmes sociaux sous la forme de questions adressées au lecteur. Le style est simple et personnel ; il s’éloigne des grandes déclarations politiques habituelles des mouvements d’opposition. Toutes les questions se terminent par : « Pourquoi te tais-tu ? » Il marque le fait qu’il est à présent temps, pour chacun, d’exprimer son désaccord et de revendiquer ses droits. Ceux-ci sont listés en bas du tract et sont suivis de numéros de téléphone portable. Il est notable que le tract ne donne aucune indication sur le lieu ou l’heure du rassemblement. On y trouve simplement un appel à participer, sans autre précision. Cela découle d’une conviction des activistes, qu’il faut aller chercher les « gens » chez eux plutôt que d’appeler à un rassemblement devant un lieu symbolique. Durant leurs différentes sorties « sur le terrain », les activistes incitent ainsi leurs interlocuteurs et interlocutrices à participer à la révolte du 25, même si cela se résume à sortir devant son immeuble ou à brandir un drapeau égyptien sur son balcon. On y trouve aussi une iconographie qui vient directement à l’appui de cette stratégie, avec un doigt tendu appelant à la mobilisation.

En haut à gauche (au-dessus et en dessous de l’index pointé) :

Es-tu prêt ? Pourquoi es-tu silencieux face à tous ces Égyptiens qui s’immolent par le feu ?

En haut à droite :

Je sors le 25 janvier demander mes droits.
Avec les prix qui tous les jours doublent, pourquoi te tais-tu ?
Avec ton fils qui n’arrive plus à faire des études qui puissent lui servir, pourquoi te tais-tu ?
Avec ta fille qui a eu un prétendant, mais que tu n’arrives pas à « préparer » [la « préparation » renvoie à un ensemble de charges matérielles qui incombent à la famille de la mariée lors des transactions matrimoniales] ni à marier, pourquoi te tais-tu ?
Avec ton frère qui a fini ses études universitaires, mais qui ne trouve pas de travail, pourquoi te tais-tu ?
Avec ta société qui a été privatisée et l’investisseur qui t’a dit « au revoir », pourquoi te tais-tu ?
Avec la Sécurité qui nous tue et qui échoue à nous protéger, pourquoi te tais-tu ?
Avec le trucage des élections, l’injustice, le meurtre, l’humiliation, pourquoi te tais-tu ?

En dessous de la liste, dans le bandeau noir :

Nous voulons la baisse des prix, nous voulons être traités comme des êtres humains, sans torture et que le ministre démissionne, nous voulons un salaire minimum de 1 200 livres égyptiennes, nous voulons de la liberté, nous voulons une allocation-chômage de 500 livres égyptiennes, nous voulons des élections libres, nous voulons de la justice et de la démocratie.

En bas à droite :

Sors et participe, sois positif. Le 25 janvier est le début, pas la fin.

En bas à gauche : le logo des Jeunes du 6-Avril.

Entre le 25 et le 28 janvier, un nouveau tract est lancé. La consigne et les mots d’ordre sont on ne peut plus simples. Le tract se termine ainsi :

Va prier dans ta mosquée habituelle puis rends-toi à la place la plus proche et fais-toi entendre. Je veux vivre. Nous ne quitterons pas les rues. Victorieux ou détenus ou morts, nous ne nous rendrons pas. Nous vaincrons.

Le ton a clairement changé par rapport au tract rédigé par les mêmes militant·e·s quelques jours plus tôt, appelant à la manifestation du 25 janvier 2011. Un seuil a été franchi. De haut en bas :

28 janvier. Vendredi des martyrs, vendredi de la colère,
À cause des prix qui tous les jours doublent,
Pour ton fils qui n’arrive plus à faire des études qui puissent lui servir,
Pour ta fille qui a eu un prétendant, mais que tu n’arrives pas à « préparer » ni à marier,
Pour ton frère qui a fini ses études universitaires, mais ne trouve pas de travail,
À cause de ta société qui a été privatisée et de l’investisseur qui t’a dit « au revoir »,
À cause du trucage des élections, de l’injustice, de l’humiliation,
Pour que tu trouves un bout de pain mangeable. Pour que tu trouves un endroit où te faire soigner,
Fais la prière dans ta mosquée et rends-toi à la place la plus proche, et fais-toi entendre. Je veux vivre. Nous ne quitterons les rues que victorieux, ou détenus, ou morts. Nous ne nous rendrons pas. Nous vaincrons.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 121-123.