Shaima al-Sabagh

Assassinée le 24 janvier 2015

► Égypte

L’image de Shaima al-Sabagh, déjà morte mais encore debout, s’est diffusée comme une traînée de poudre portant, bien au-delà des frontières égyptiennes, la nouvelle de son assassinat par la police lors du quatrième anniversaire de la révolution. En Égypte, son meurtre a lieu dans un contexte de défaites. Néanmoins, dans le partage du sentiment d’indignation en réaction à sa mort, se matérialise momentanément une communauté de révolutionnaires, éclatée par les événements qui se sont succédé depuis 2011, et a fortiori depuis le coup d’État de l’été 2013.

En 2014, les manifestations marquant l’anniversaire de la révolution avaient été violemment réprimées. En 2015, le Parti de l’alliance populaire socialiste auquel appartenait Shaima, décide donc de marquer l’anniversaire en se tenant à distance. La veille du 25 janvier, les militant·e·s se contentent ainsi de déposer des fleurs en hommage aux martyrs sur la place Talʻat-Harb au centre-ville du Caire, qu’ils substituent à la place Tahrir, plus exposée.

La police disperse le petit groupe d’une dizaine de personnes déposant des fleurs. Ils usent de la force et Shaima reçoit un tir de grenaille. À huit mètres de distance, le tir est létal. Son camarade la rattrape au vol ; il la maintient sur pied lorsque la photo est prise.

Le cliché, choquant, rend compte quasiment instantanément du drame de l’assassinat de cette jeune femme qui, en laissant son enfant de cinq ans ce matin-là, ne se dirigeait pas vers le martyre. Son appartenance au Parti de l’alliance populaire amplifie encore l’écho de sa mort, à l’image d’un autre martyr de l’organisation, Mina Daniel, jeune homme écrasé par un char de l’armée lors d’une occupation en octobre 2011. Très active dans son organisation mais aussi auprès des syndicats indépendants dont la construction s’était largement étendue après 2011, Shaima représentait d’une certaine manière l’avenir des anciens. Elle symbolisait la jeunesse pour son organisation, dont la mission était de rassembler les différentes tendances de la gauche égyptienne.

Anthropologue et marionnettiste, elle appartenait aux milieux culturels d’Alexandrie. Sa mort fit événement. En introduisant une rupture, elle put donner l’impression que quelque chose pourrait se passer. Paradoxalement, la communauté révolutionnaire dont la naissance avait reposé sur sa capacité d’action collective se renouait dans l’impuissance, dans un contexte de défaite face à la contre-révolution. Ses funérailles, massives et sans heurts, protégèrent des militant·e·s fugitif·ve·s qui purent diriger les chants contre le régime et pour la révolution. Dans les suites, aucun contre-récit ne vint véritablement entacher le consensus global quant à l’injustice de la mort de cette jeune mère vouée à son pays. Au contraire, le policier coupable du tir fit l’objet d’une condamnation à quinze ans de prison, fait exceptionnel en matière de violence policière. Son jugement fut néanmoins annulé quelque temps plus tard.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 174-175.