Les noms des vendredis

► Égypte, Syrie, Yémen

Le baptême des vendredis de manifestation est récurrent dans plusieurs pays des révolutions arabes. Il faut d’abord rappeler que le vendredi est le principal jour chômé dans les pays du Moyen-Orient. Les premières manifestations démarrent à la sortie des mosquées, après la grande prière de la mi-journée. Cela ne signifie pourtant pas que la mobilisation s’inscrit dans un cadre strictement religieux. En effet, avec les dictatures, qui ont éradiqué tout espace de réunion véritable, la mosquée représente un lieu de convergence naturel. L’Égypte est vraisemblablement une des premières attestations d’une telle pratique. Le 28 janvier 2011 est nommé « vendredi de la colère » ; les manifestant·e·s convergent place Tahrir au Caire, mais aussi dans d’autres villes, comme à Alexandrie ou à Suez. La répression y est meurtrière. Le 4 février est le « vendredi du départ », durant lequel les manifestant·e·s réclament la chute du régime. Ces dénominations reflètent l’état d’esprit militant et fonctionnent comme caisse de résonance pour les revendications. La révolution au Yémen nomme également ses vendredis de manifestation, mais de manière moins systématique qu’en Syrie. Après une première journée de mobilisation le jeudi 3 février 2011, « le jour de la colère », le cycle des vendredis commence par « le vendredi du début » (18 février 2011) puis « le vendredi du défi » (25 février 2011). En Algérie, les vendredis sont numérotés ; ils servent à compter les semaines du soulèvement commencé le vendredi 22 février 2019.

Si en Syrie les premiers vendredis ne portent pas de noms, ils sont nommés a posteriori. On décide de donner au vendredi 18 mars 2011, jour de la première mobilisation dans tout le pays, le nom de « vendredi de la dignité ». À partir d’avril et mai 2011, sur chaque vidéo de manifestation, les médias activistes inscrivent le lieu, la date de l’événement, ainsi que le slogan du jour. Très tôt, à cette même période, la désignation devient systématique. Un recensement dénombre 249 noms jusqu’à la fin de l’année 2015. À cette date, les possibilités de rassemblement et de manifestation sont très réduites en raison de la logique guerrière qui s’est installée dans le pays.

Le choix du nom de chaque vendredi s’effectue par un vote chaque semaine sur la page Facebook de « La révolution syrienne contre Bachar al-Assad ». Les activistes et les comités de coordination font les propositions. Un incident en septembre 2018 permet de prendre la mesure du changement de paradigme de la contestation syrienne. En effet, lors de la reprise des manifestations, après quasiment trois années d’impossibilité, deux noms différents sont donnés au même vendredi. Le 14 septembre 2018 est appelé « Pas d’alternative à la chute du régime », ou « La révolution est notre espoir et les Turcs sont nos frères ». Les militant·e·s et activistes se désolent de cette divergence qui rend visible l’absence d’unité. Mais force est de constater que le sentiment d’union qui pouvait traverser les premières années de la révolution semble désormais bien loin, chaque région s’inscrit dans une temporalité et une situation politique qui lui est propre.

Les noms des vendredis font allusion à des étapes décisives dans l’organisation de l’opposition, comme le vendredi « Le Conseil national me représente » (7 octobre 2011), ou bien « Nous soutenons la Coalition nationale syrienne » (16 novembre 2012). Ces noms correspondent alors à la période où l’opposition de l’intérieur structurée par un ensemble de coordinations locales reconnaît la représentativité d’une opposition de « l’extérieur » [►Comités de la révolution • page 125]. Les différentes étapes d’alliance et de rupture entre les instances de l’opposition sont visibles. Ainsi le vendredi 21 mars 2014 est-il baptisé « Démission du président de la coalition ». Ces noms peuvent aussi être lus comme des prises de position et la voix majoritaire des comités locaux.

Le basculement vers la lutte armée est bien visible à travers les appellations : « Droit à la légitime défense » (27 janvier 2012), « Il faut armer l’ASL » (2 mars 2012), « Guerre de libération populaire » (6 juillet 2012). On peut y lire dorénavant les victoires et les défaites. Le vendredi 13 janvier 2012 porte le nom de « vendredi de soutien à l’Armée syrienne libre ». Il renvoie à un épisode militaire à Zabadani, une ville au nord-ouest de Damas, non loin de la frontière libanaise, qui était alors encerclée par les forces du régime. L’Armée syrienne libre (ASL), composée d’habitants de la ville, riposte militairement. Elle parvient à arracher une trêve et le retrait de l’armée régulière en échange d’un arrêt des attaques rebelles contre ses positions. Si cette trêve est rapidement violée, elle représente une première victoire pour la stratégie militaire révolutionnaire. On peut lire également à travers ces slogans des vendredis les limites et défis que pose la logique guerrière : « Unifiez les bataillons de l’ASL » (28 septembre 2012), « Nos armes doivent se tourner vers les fronts, pas vers les zones libérées » (11 octobre 2012), « La bataille doit se déplacer vers les zones occupées par Assad » (13 décembre 2013).

À la différence de ces appellations qui s’adressent à l’intérieur, d’autres s’adressent à la communauté internationale ou à des acteurs politiques étrangers présents en Syrie. « Zone d’exclusion aérienne » (28 octobre 2011) inaugure une série de vendredis réclamant une intervention militaire étrangère ou, au contraire, son refus – « Non aux forces de maintien de la paix sur le territoire syrien » (7 décembre 2012). Les échecs des missions d’observateurs de la Ligue arabe puis de l’Organisation des Nations unies sont notables. « Renvoyez les ambassadeurs [de la ligue arabe] » (18 novembre 2011) suit « Suspendez la Syrie en tant que membre de la Ligue arabe », une semaine plus tôt (11 novembre 2011). « Démission de Kofi Annan, laquais d’Assad et de l’Iran » (13 juillet 2012) marque la fin de la tentative onusienne d’arbitrage, ainsi que « Banias : un génocide confessionnel couvert par les Nations unies » (10 mai 2013).

Une stratégie de solidarité est également lisible à travers ces vendredis. D’abord à destination des différentes communautés ethniques et confessionnelles qui composent la Syrie, comme les chrétiens (ainsi le « Vendredi saint », du 22 avril 2011), ou les Kurdes (« Azadi », « Liberté », du 20 mai 2011). Beaucoup rendent hommage aux villes insurgées qui endurent ou ont enduré une répression terrifiante, comme Homs, Hama, Alep, Qusayr ou Houleh. « Pardon Hama, pardonne-nous » (3 février 2012) et « Fidélité au soulèvement kurde » (9 mars 2012) font référence à la destruction de Hama en 1982, et à la mort d’au moins 20 000 de ses habitants, puis au soulèvement kurde de 2004 dans le nord-ouest de la Syrie, maté dans le silence. En plus de la reconnaissance des souffrances passées d’une partie de la population, la révolution syrienne s’inscrit ainsi dans une continuité qui lui donne une légitimité. Le choix de ces noms est aussi un outil qui permet aux révolutionnaires de se relier entre eux, dans un espace toujours plus éclaté, et avec leur passé, jamais transmis par les informations et les programmes scolaires officiels.

L’État Islamique revient à plusieurs reprises dans les appellations comme ennemi de la révolution. Le vendredi « Daech finira quand Assad tombera » (19 septembre 2014) sonne comme un rappel à la communauté internationale, qui passe sous silence la question syrienne en se focalisant sur l’entité jihadiste. Les noms peuvent faire référence à Dieu, comme le « Nous ne nous soumettrons qu’à Dieu » (18 août 2011) qui reprend un slogan célèbre de manifestation et auquel fait écho le « Dieu est plus grand que tous les tyrans » (4 novembre 2011). Certains vendredis portent même le nom de sourates du Coran qui correspondent à la situation.

Peu à peu, les vendredis se détachent des manifestations, lesquelles deviennent plus rares avec l’enlisement de la guerre. Ils deviennent un moyen d’égrainer cette conjoncture longue qui s’installe en Syrie. Les journalistes de la presse libre locale utilisent simplement ces dénominations dans les rapport et reportages qu’ils font des mobilisations dans le pays.

Liste des noms des vendredis de la révolution syrienne établie par Creative Memory of the syrian Revolution.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 133-136.