Le tireur embusqué

Capture d’écran du film Still Recording, documentaire réalisé par Ghiath Ayoub et Saeed al Batal en 2018, à partir d’images tournées en 2014 dans la Ghouta, près de Damas, Syrie.

► Égypte, Syrie, Tunisie

Véritable spectre des guerres civiles, dont la peur se diffuse avec les images des combats sanglants de Sarajevo des années 1990, le tireur embusqué ou sniper (« qannâs » en arabe) a plané sur les révolutions arabes. En Tunisie, « l’affaire des snipers » a éclaté au grand jour immédiatement après la séquence du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011. Dans les zones où les affrontements avec la police ont été les plus meurtriers, on évoque souvent ces agents encagoulés, postés sur les toits, qui tirent froidement sur les manifestant·e·s. Dans l’hôpital de Kasserine, les images des mort∙e∙s et blessé∙e∙s du 8 janvier ont notamment suscité un grand émoi. Une bonne partie de ces victimes auraient été, selon plusieurs témoignages, ciblées par des snipers.

Cet épisode dramatique, entouré de mystères, donne lieu à des récits contradictoires. Ainsi, Béji Caïd Essebsi, Premier ministre de mars à décembre 2011, a toujours catégoriquement nié l’existence de ces tireurs d’élite. Dans une conférence de presse, sa phrase, devenue célèbre par la suite, est sans appel : « Que celui qui trouve un sniper me le ramène ! »

On eut pourtant bientôt la preuve du rôle joué par ces tireurs embusqués lors de la répression. L’enquête judiciaire ouverte par le tribunal militaire a montré que des hommes masqués avaient bel et bien tiré sur des manifestant·e·s depuis les toits, sans que l’on puisse vraiment savoir à quelle brigade ils appartenaient, ni qui leur en avait donné l’ordre.

Or, ces zones d’ombre nourrissent des interprétations multiples parmi les manifestant·e·s. Plusieurs se mettent alors à spéculer sur les snipers. Qui sont-ils ? Qui les a recrutés ? Pourquoi tirent-ils sur les gens ? Certains pensent qu’il s’agit de brigades étrangères auxquelles le régime de Ben Ali a fait appel pour semer la peur. D’autres soulignent le caractère injustifiable, voire contre-productif de ces actes du point de vue du pouvoir. D’où une version conspirationniste : ces snipers obéiraient à des clans dans l’État qui chercheraient à semer le chaos pour mettre fin au régime de Ben Ali. Une autre version, arguant de l’inexistence des munitions de fusil de précision chez les forces de sécurité, attribue ces épisodes meurtriers à une brigade militaire.

Ainsi, l’incertitude qui entoure cet épisode sanglant de la révolution tunisienne a produit des effets dans deux directions. Du côté des manifestant·e·s, elle a nourri une figure fantasmée du tireur d’élite en temps de révolte. S’ouvre alors un champ de discussion et de mise en récit, y compris sous une forme complotiste. Du côté du pouvoir, elle a forgé une justification fondée sur le recours à la raison d’État.

Le cas tunisien illustre bien l’ambivalence de la figure du sniper. Le tireur symbolise en premier lieu la dimension répressive pure, perçue comme une démonstration de force. Alors que les manifestant·e·s sont dans la rue, les snipers sont sur les toits, visibles seulement par le bout du canon qui dépasse. à l’inverse du policier qui tire dans la foule, le sniper n’hésite pas à cibler femmes et enfants, consciemment, dans le temps long de la visée. L’image des snipers israéliens tirant sur les jeunes frondeurs de la première Intifada est tristement célèbre, leurs balles en caoutchouc ont tué et éborgné. Lors des marches de la commémoration de la Nakba en 2018, plus d’une soixantaine de manifestant·e·s sont mort·e·s ainsi.

Le 29 janvier 2011, alors que les manifestant·e·s se rassemblent devant le bâtiment du ministère de l’Intérieur au Caire, des snipers, postés sur les toits et les fenêtres des rues alentour, ouvrent le feu. Ce genre de tireurs prend part au massacre de la place Rabaa Al-Adawiyya, à la mi-août 2013, et fait des centaines de morts parmi les militant·e·s pro-Morsi venus protester contre le coup d’État des militaires.

En Syrie, dans l’un des premiers cas de désertion de conscrits à Deraa, des militaires refusent de protéger un sniper tirant sur la foule, et menacent d’exécuter leurs supérieurs.

La figure du tireur embusqué est au centre des récits sur l’envenimement des contestations. Il représente, en quelque sorte, le pendant militaire de l’image du casseur qui, lui, est plutôt associé à la police. Le sniper tire pour faire dégénérer des manifestations et légitimer le recours à la force. Le sniper devient ainsi un élément exogène, parfois qualifié de « mercenaire », un étranger payé par les pouvoirs en place. Ces récits reviennent en boucle dans les explications des premiers coups de feu tirés contre la police en Syrie. Alors que les policiers peuvent hésiter face aux manifestant·e·s, les tireurs des services de renseignement n’auraient pas ces scrupules.

Enfin, le sniper est également une figure fantasmée dans les phases guerrières de la révolution syrienne. Solitaire, courageux et sans remords, un nombre incalculable de vidéos et montages, de différents camps politiques, le mettent en scène dans des duels avec d’autres snipers. Still Recording, un documentaire réalisé par Ghiath Ayoub et Saeed al Batal à partir d’images tournées en 2014 dans la Ghouta, zone de combats féroces, désacralise l’image du tireur d’élite. Le caméraman discute avec un sniper des forces de l’opposition. Celui-ci est installé à son poste et boit un thé chaud. Il explique, au son d’une chanson de la grande diva libanaise Fairouz, que le type d’en face doit sûrement être en train de le viser aussi.

La sonnerie de son téléphone interrompt la conversation. C’est sa mère. Il lui répond tout naturellement, tout en continuant à regarder dans le viseur, lui cachant cette activité en essayant de la rassurer sur son sort.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 171-173.