Le drapeau national

► Tous pays

Des manifestants égyptiens brandissent des drapeaux des nations arabes sur la place Tahrir, au Caire, le 13 mai 2011. Photo : Khaled Desouki / AFP / Getty Images.

Le 4 novembre 2011, lors de la manifestation du vendredi nommé « Allah est grand » [►Les noms des vendredis • page 133], les révolutionnaires de la ville de Homs hissent l’ancien drapeau syrien constitué de trois bandes horizontales, verte, blanche et noire, frappées de trois étoiles rouges à cinq branches. Ils s’alignent ainsi sur le Conseil national syrien, l’instance de transition formée à Istanbul par les opposants au régime.

 

 

Ce retour à l’emblème national d’avant le coup d’État de 1963, qui a porté le parti Baath puis la famille Assad au pouvoir, est perçu comme un acte fondateur du nouvel ordre politique et de l’identité nationale en cours de construction. Sans être inédits dans les États arabes depuis l’ère des indépendances, les changements de drapeau et les controverses qu’ils engendrent à chaque fois sont un bon indicateur des dissensions internes à propos de l’histoire et de l’identité nationales comme des luttes de pouvoir dans chaque pays.

Le cas syrien rappelle le libyen. En août 2011, le drapeau uniformément vert imposé par Kadhafi lorsqu’il instaure en 1977 la Grande Jamahiriyya libyenne, est remplacé par celui de l’époque monarchique, datant de l’Indépendance, de 1951. En tant que marqueur identitaire et fétiche de l’appartenance nationale, le drapeau renvoie éminemment à la structuration et à l’historicité de l’État, sa nature et son imaginaire collectif. Il atteste du récit collectif sous-jacent au « faire-nation », en même temps qu’il l’entretient et le met en scène. En cela, il n’est pas seulement un lieu de mémoire, mais également un puissant symbole du lien national ainsi que de sa légitimation. Cette articulation entre emblème et pouvoir explique pourquoi, en Syrie et en Libye, au moment des soulèvements de 2011, la contestation du drapeau s’inscrit dans la protestation tandis que sa substitution devient un acte révolutionnaire. Dans ces deux cas, hisser un nouveau drapeau ne revient pas seulement à décréter un temps nouveau marqué par la chute, réelle ou souhaitée, de l’ancien régime autoritaire. Cela revient aussi à « proposer notre propre définition de la patrie », comme l’explique un activiste à Homs en novembre 2011. Le choix du drapeau et l’agencement de ses composantes témoignent des orientations idéologiques au fondement même de cette définition. De la même manière, les manifestant·e·s irakien∙ne∙s ont souhaité très vite restaurer le drapeau irakien d’avant les années 1990 en supprimant le « Allah akbar » ajouté en son cœur par Saddam Hussein [►« Allah akbar » • page 159].

Le 7 mars 2012, lors de l’occupation de la faculté des lettres de la Manouba à Tunis, un étudiant salafiste monte sur le toit du bâtiment et y remplace le drapeau national par celui de l’État islamique. Il est immédiatement suivi par une étudiante, Khaoula Rashidi, qui s’interpose pour protéger le drapeau national. Le bref corps à corps qui s’ensuit et qui s’achève par la restauration du drapeau national est filmé et diffusé largement. La scène a une forte charge héroïque et vaut à la jeune étudiante, louée pour son courage physique et moral, une certaine notoriété. L’association entre la femme et le drapeau national trouve dans cet affrontement spectaculaire une illustration épique, en même temps qu’elle symbolise la résistance ultime face aux islamistes. Cette association entre les femmes tunisiennes et leur drapeau se renouvelle à de nombreuses reprises, notamment lorsqu’elles défilent le 13 août 2012 (jour de la fête de la femme et de la famille, célébrant la promulgation du Code du statut personnel de 1956) dans des robes taillées dans le drapeau rouge et blanc. On est ici bien entendu dans l’ordre du symbolique, mais il joue un rôle important pour la définition des positions dans la Tunisie révolutionnaire, les partisans d’Ennahdha faisant dès lors usage du répertoire patriotique pour signifier leur « conversion » au cadre national. C’est le drapeau qui devient depuis l’emblème commun. Depuis la destitution de Ben Ali et la destruction de ses portraits, le drapeau encadré remplace l’effigie officielle des présidents et devient le seul symbole national dans les administrations publiques.

Le changement de drapeau est un acte révolutionnaire par excellence. Il est souvent le préalable à l’instauration d’un ordre politique nouveau. Dans les pays où l’emblème national n’est aucunement sujet à dissensions, le temps révolutionnaire l’investit, néanmoins, d’une symbolique renouvelée. Lors du hirak algérien et de la thawra libanaise de 2019, les manifestant·e·s se réapproprient avec force et fierté le drapeau national. Elles et ils le brandissent, s’en drapent, y taillent des costumes traditionnels ou des accessoires de mode (sacs à main, foulards, etc.). En Algérie, des drapeaux géants de plusieurs mètres de long ont été confectionnés à l’image de celui composé de quarante-huit unités cousues ensemble pour symboliser les quarante-huit régions du pays. Alors qu’il était devenu le simple adjuvant d’un populisme et d’un patriotisme creux au service des régimes en place, suscitant au mieux indifférence ou au pire une certaine révulsion [►Quitter son pays • page 35], retrouvant périodiquement la faveur des foules lors d’événements sportifs ou dans des cadres contestataires, le drapeau signifie de nouveau, dans l’effervescence collective, la possibilité d’une unité, d’un « nous, le peuple » [►« Lorsqu’un jour le peuple veut vivre » • page 103] transcendant toutes les divisions. On a vu fleurir sur les réseaux sociaux en 2011 des images de drapeaux sur lesquels se juxtaposait un cercle formé par des mains jointes. En février 2019, les premiers appels anonymes à manifester contre la perspective d’un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika insistent sur la nécessité de se rassembler sous la même bannière qui est souvent juxtaposée, sans rivalité aucune, au drapeau amazigh, un emblème interdit par le pouvoir.

Force est de constater que réinvestir le drapeau dans le moment révolutionnaire confère à la lutte une dynamique de réaffirmation, si ce n’est de libération contre un régime ayant réduit le plus souvent la « nation » à un mot vidé de son sens. Le drapeau devient alors le lieu de la performance contestataire et l’enjeu de la contestation, car par métonymie c’est la nation elle-même qu’il incarne. Ce double processus de réconciliation collective et de fusion nationale, d’une part, et d’inscription dans le temps long de l’histoire, d’autre part, est particulièrement saillant en Algérie. On ressort les drapeaux de la guerre d’indépendance (1954-1962). « Le 5 juillet 1962, ma grand-mère a porté ce drapeau et c’est avec une immense fierté que je l’arbore à mon tour en ce jour historique », peut-on lire sur un mur virtuel le 8 mars 2019, au troisième vendredi du hirak. Ces « trésors de famille » sont sortis comme pour la reprise du combat des aîné·e·s en inscrivant le temps présent dans une continuité révolutionnaire.

Au-delà de sa charge politique et identitaire, le drapeau national suscite dans l’ensemble des pays une émotion qui est proche de la communion. Les drapeaux nationaux saturent l’espace des mobilisations. Une seule exception, celle du drapeau palestinien, qui se retrouve occasionnellement dans tous les pays, devenant parfois même un substitut pour le combat des peuples, comme la lutte pour la Palestine a été longtemps la lutte métaphorique pour l’émancipation dans les différentes régions du monde arabe. Mais à cette exception près, comme dans le passé, le drapeau national demeure au cœur de l’esthétique de la lutte.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 153-156.