Fadwa Souleimane

► Syrie

Fadwa Souleimane est l’une des figures féminines de la révolution syrienne. Actrice, née en 1972 en Syrie, elle est diplômée de l’Institut supérieur d’arts dramatiques de Damas en 1997. Elle joue dans plusieurs séries télévisées et pièces de théâtre. Dès les premières semaines de manifestations en Syrie elle rejoint les rangs des insurgés à Damas et s’affiche publiquement en leur faveur. Une vidéo du 7 juillet 2011 la montre en train de manifester à Qaboun, un quartier de Damas. Elle harangue la foule et hurle : « Un, un, un, le peuple syrien est un », qui résonne particulièrement fort contre la propagande officielle.

Face aux accusations de sectarisme adressées aux manifestant·e·s, Fadwa Souleimane s’affiche en tant qu’Alaouite, la communauté minoritaire du clan au pouvoir. Désireuse de ne pas employer la rhétorique du pouvoir, elle emploie le terme des « gens de la côte » (comme dans la chanson reprise par les révolutionnaires, « Janna, Janna » [►Chants révolutionnaires • page 137]) et récuse le caractère communautaire du peuple syrien. Elle défile à plusieurs reprises avec des militantes de confessions minoritaires dans différents quartiers de Damas. Fadwa incarne le pacifisme des manifestations et leur non-communautarisation. Elle n’a de cesse d’inciter les habitants des quartiers alaouites des villes côtières de Tartous et de Lattaquié à rejoindre la révolution contre Bachar al-Assad.

En octobre 2011, elle s’installe à Homs dans les quartiers insurgés de Bayyada et Khaldiyyeh. Elle apparaît plusieurs fois en train de scander des slogans, accompagnée d’Abdel-Basset al-Sarout1. Fadwa Souleimane vit l’encerclement par l’armée des quartiers homsiotes dès novembre 2011. En janvier 2012, recherchée activement par les forces du régime, elle quitte Homs et se cache dans la banlieue de Damas. En mars 2012, toujours plus en danger, elle passe clandestinement la frontière avec la Jordanie dans le sud de la Syrie. L’ambassade de France lui délivre rapidement un visa, et elle atterrit le même mois à Paris. La militante ne se remet jamais vraiment de ce départ imposé. À Paris où elle est reçue en grande pompe à l’Hôtel de Ville, elle continue de militer mais sombre dans la dépression devant l’inaction de la communauté internationale en Syrie et son impuissance. Elle rencontre des groupes de militant·e·s et s’implique notamment dans le mouvement Nuit debout. Souffrant d’un cancer, elle décède le 17 août 2017 à Paris, où elle est enterrée.

Son parcours est à la fois très exceptionnel de par sa notoriété, et très banal, tant il est devenu celui de nombre de militant·e·s révolutionnaires sincères acculé·e·s à l’exil et réduit·e·s à l’impuissance à partir de 2012-2013.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 143-144.

  1. Voir Abdel-Basset al-Sarout. Le footballeur qui chantait. []