Comités de la révolution

Texte des comités de coordination, publié le 12 juin 2011.

► Syrie

La vision des comités locaux de coordination pour l’avenir politique de la Syrie
12 juin 2011, 21:06
Coordination locale des comités de Syrie,
Local Coordination Committees of Syria,
[…] Premièrement, comme l’a déjà confirmé le Comité de coordination locale dans ses deux premiers communiqués, il faut immédiatement :
1. L’arrêt des tueries, de la violence et du ciblage des manifestant·e·s par les appareils de la Sécurité ainsi que les milices et shabbiha [►Miliciens et autres agents civils du pouvoir • page 177] qui lui sont rattachées.
2. La libération immédiate de tous les prisonniers politiques qu’ils soient anciens ou nouveaux. L’arrêt des arrestations et des poursuites à l’encontre des activistes de la révolution et de l’opposition.
3. L’arrêt de la propagande médiatique contre les manifestant·e·s et l’autorisation d’entrée dans le pays aux médias arabes et internationaux pour constater la vérité des faits.
La révolution continuera, les manifestations ne s’arrêteront pas et n’auront pas besoin de permission car elles sont l’arme du peuple pour défendre ses droits.
Deuxièmement, nous soutenons l’idée de convoquer un congrès national avec un seul sujet, celui de la transformation vers un régime démocratique pluraliste, qui repose sur les libertés fondamentales, l’égalité des droits et l’égalité politique entre les Syriens.
1. La tâche du congrès est d’assurer un retrait pacifique et sécurisé pour le régime en place et cela dans l’objectif d’éviter au pays de s’effondrer violemment. Il s’agit également de créer un consensus autour d’un nouveau régime s’appuyant sur la liberté, l’égalité et le droit, qui puisse éviter le chaos et les entreprises de vengeance.
2. Ce congrès déterminera une période de transition qui ne dépassera pas les six mois. Le pouvoir sera confié à un conseil transitoire composé de civils et de militaires. Pendant cette période les médias publics seront ouverts à la société et à son expression politique, les services de sécurité seront dissous, l’armée prendra en charge temporairement la sécurité nationale, le parti sera séparé de l’État, les « organisations populaires » seront dissoutes, l’activité politique et syndicale sera autorisée ainsi que le droit à la manifestation pacifique.
3. Durant cette période sera élue une Assemblée constituante en charge d’une Constitution nouvelle pour le pays qui déterminera les pouvoirs du président de la République et réduira la durée de ses mandats à deux ans au lieu de quatre. Elle mettra fin au bannissement des autres idéologies et des partis qui composent le tissu populaire syrien.
Des hommes politiques liés au régime participeront au congrès. Ils devront ne pas avoir trempé dans le sang des Syriens ni dans le vol de leur argent. Des représentants de l’opposition intérieure et extérieure ainsi que des représentants des activistes civils et non civils de la révolution prendront part au conseil. Des médias indépendants et représentants de la société civile mondiale surveilleront son bon déroulement.
Troisièmement, les principes qui régiront notre vie publique sont :
1. La Syrie est une république et un État civil [►Pouvoir civil • page 269], détenue par les Syriens et non par un individu, une famille ou un parti. Elle ne s’hérite pas de père en fils.
2. Les Syriens forment un seul peuple, ses individus sont égaux en droits et devoirs. Aucun ne bénéficiera de privilèges ou ne sera amputé de ses droits en raison de son origine religieuse, de ses doctrines ou de son appartenance ethnique.
3. Tous les groupements nationaux, culturels et religieux composant la société syrienne seront respectés dans la nouvelle Syrie sur la base de la citoyenneté ; aucun d’eux ne bénéficiera de privilèges particuliers dans l’État. Chacun possédera des droits et des devoirs à égalité avec les autres. Partant de là, il semble obligatoire et impératif qu’à l’avenir l’État syrien dépasse complètement son passé autoritaire et qu’il se débarrasse de cet héritage tyrannique envers les Kurdes et les autres groupes à travers une série de mesures politiques, juridiques et symboliques qui fassent de lui l’État de tous ses citoyens.
4. Justice et pardon, pas de talion ni de vengeance. Ce seront les deux pistes pour régler tous les différends entre Syriens. Faire disparaître les effets de l’injustice nationale et l’oppression qui se sont accumulées durant des décennies de politiques du Baath.
5. Aucune impunité qui puisse placer au-dessus des lois. La responsabilité est un principe général sans exception.
6. Les ressources nationales sont la propriété de tous les Syriens. Les profits du développement devront être employés à élever les capacités et niveaux de vie des catégories et milieux les plus démunis.
7. La nouvelle Syrie sera libre et indépendante dans ses décisions. Elle sera engagée dans ses accords avec la communauté internationale qui garantissent ses droits nationaux.
8. Les intérêts légitimes des partis en présence aujourd’hui ne seront pas lésés. Il n’est pas admis que l’État défende des situations politiques et économiques préférentielles et injustes.
Quatrièmement, la révolution populaire est la source de la légitimité politique dans le pays. Elle se poursuit jusqu’à la réalisation des objectifs du peuple syrien vers la liberté, l’égalité et la dignité.
Paix à nos martyrs courageux et victoire à notre révolution qui combat pour une Syrie libre et démocratique.
Le Comité de coordination nationale en Syrie, le 11 juin 2011.

Au début de la révolution syrienne, des comités locaux de coordination se sont formés dans plusieurs villes et régions pour organiser les manifestations, leur couverture médiatique et dans le but de documenter les exactions du régime. Avec l’approfondissement de la révolution et la chute de plusieurs régions aux mains de l’opposition, ces comités ont commencé à jouer un rôle social plus important. À Zabadani, une banlieue de Damas, se forme un des premiers comités locaux de coordination, après le retrait du régime de cette région. D’autres régions suivent l’exemple, comme Barzeh, Darayya et Douma, pour atteindre à un moment un total de plus de quatre cents comités sur tout le territoire syrien. Des structures se mettent en place pour organiser la formation et la coordination entre les différents comités, avec des relations variables, et souvent tendues, avec les instances de représentation politiques de la révolution.

Le Comité de coordination locale en Syrie est créé notamment par la journaliste et avocate Razan Zeytouneh – disparue depuis décembre 2013 avec ses compagnons Waël Hamada, Samira El-Khalil et Nazem El-Hamadi –, et Omar Idlibi, qui en est le porte-parole officiel. Ce comité semble avoir émergé très tôt, probablement dès le printemps 2011. On trouve des communiqués datés de mai 2011 signés par une quinzaine de comités locaux (il y en a jusqu’à près de soixante-dix). Le 11 juin 2011, le comité publie le document ici traduit dans lequel il détaille sa vision du futur de la Syrie.

L’Union des coordinations de la révolution syrienne est créée en juin 2011. Ce groupe revendique soixante-dix-sept comités locaux. Son site, qui reste accessible, décrit son organisation interne et théorique avec des entrées numérotées détaillant sa position. Il semble être actif désormais dans l’organisation d’élections locales dans ce qu’il reste des zones libérées. Cette organisation est à l’origine du réseau médiatique indépendant Sham News [►Le·la citoyen·ne journaliste • page 257] et responsable de la page Facebook « La révolution syrienne contre Bachar al-Assad », la première page révolutionnaire à avoir été créée.

Enfin, le Secrétariat de la révolution syrienne est quant à lui créé le 18 août 2011 face à la division et la multiplication des instances révolutionnaires. Il s’appuie plutôt sur une logique de centralisation, prônant une fusion des comités locaux, contre l’option plus décentralisée au fondement de l’idée de coalition portée par les deux initiatives précédentes. À sa fondation, trois des comités composant le Comité de coordination locale en Syrie et une grande partie de l’Union des coordinations de la révolution syrienne intègrent le nouvel organisme (sans forcément rompre avec leur appartenance précédente).

La question organisationnelle a souvent été considérée comme absente dans les révolutions arabes, qui seraient restées pour beaucoup des objets pré-politiques exprimant un malaise social et politique sans vraiment offrir de réponses politiques ou d’idées nouvelles. Ce constat d’échec organisationnel ou de sécheresse théorique a dominé les études sur le monde arabe et ses révolutions. Il est pourtant démenti par certaines expériences qui contredisent l’idée de révolutions comme explosions spontanées d’une colère populaire et qui montrent leur richesse théorique et politique. Les tentatives de former des structures d’autogouvernance en Syrie, les comités locaux de coordination, en sont l’un des exemples les plus concrets : elles allient la pensée à l’action, et offrent des ressources pour repenser globalement la question organisationnelle.

Les comités locaux de coordination sont devenus une alternative aux structures gouvernementales, qui étaient soit absentes, soit utilisées par le régime dans son système de répression. Organisés sur des bases géographiques, ils offraient non seulement un système décentralisé de services et d’organisation de la vie quotidienne, mais aussi un modèle politique différent et une autre façon d’imaginer l’aménagement du territoire et de la vie commune en Syrie.

À leur apogée, les comités locaux de coordination sont l’une des institutions principales pour les services publics, comme la distribution de l’eau et de l’électricité, les aides humanitaires et les soins médicaux ou le maintien de la sécurité dans les régions contrôlées par les rebelles syriens. En d’autres termes, ces comités deviennent la structure principale pour l’administration et l’organisation de la vie commune dans les régions libérées. Ils sont la branche civile de la révolution [►Pouvoir civil • page 269]. Les circonstances particulières de chaque comité imposent une inflexion différente à chaque expérience. Certains comités sont formés par des élections, d’autres suivent des processus moins transparents de sélection. Dans certaines régions, les comités sont contrôlés par les forces militaires et politiques présentes, et dans d’autres, ils sont plus autonomes. De même, les relations avec le Conseil national syrien – l’organe de représentation à l’échelle internationale – diffèrent. D’autres questions sont liées aux politiques de financement, aux opportunités administratives, et aux besoins des régions.

Une certaine idée politique se trouve à leur fondement : une alternative démocratique au système autoritaire d’Assad. Et c’est probablement dans les écrits d’Omar Aziz, l’un des fondateurs des premiers comités de coordination, mort sous la torture dans les prisons syriennes en 2013, qu’on saisit le mieux leur portée politique :

L’association de la vie et de la révolution est la condition nécessaire à la poursuite de la révolution jusqu’à sa victoire, ce qui implique que la société s’organise de manière souple, sur la base de l’activation d’un processus qui coordonne révolution et vie quotidienne de la population, au moyen de ce qu’on va nommer ici le « comité local ».

Les comités locaux sont pensés par Aziz comme des instances de coordination de la vie quotidienne et de la révolution, et de leurs temporalités différentes. Ce sont les structures qui permettent d’organiser la vie quotidienne autour de la rupture, temporelle et géographique, que la révolution a créée. Mais ce sont aussi les structures qui permettent de révolutionner la vie quotidienne, en instaurant une autre manière d’« être ensemble ».

Les comités locaux de coordination sont un geste politique, qui incarne, pendant un moment, un imaginaire politique. Contre la centralisation étatique du régime, ils offrent une conception du territoire fondée sur des organisations locales qui s’organisent en réseaux décentralisés. Contre le système autoritaire du régime, c’est une forme de démocratie participative et directe que ces comités tentent de mettre en pratique, une démocratie qui prend des formes différentes, pas seulement électorales. C’est également une autre temporalité politique que ces comités tentent d’articuler, une temporalité qui englobe le temps de la révolution et celui de la vie quotidienne, et qui ne pense pas la transition politique comme une série d’étapes mais comme l’application du futur dans le présent même.

L’expérience des comités locaux de coordination ne dure pas très longtemps, du fait du manque de financement ou d’expertise, des divisions internes à l’opposition syrienne et de la domination des acteurs militaires sur le terrain, ou encore de l’absence d’institutions démocratiques. Mais l’obstacle principal reste le régime et sa répression brutale. Les comités sont l’une des cibles privilégiées des attaques aériennes, syriennes puis russes, et les activistes qui leur sont associés sont ciblés par la répression. Dans ces circonstances, peu d’organisations peuvent survivre.

Pourtant la fin de cette expérience ne signifie pas toujours sa fin comme idée. La possibilité même d’une expérience organisationnelle de cette envergure contredit la thèse des révolutions comme objets pré-politiques. Elle trouve aussi des origines et des échos dans d’autres expérimentations insurrectionnelles ou révolutionnaires.

On peut penser au précédent du « printemps kabyle ». En 2001, le mouvement contestataire qui explose en Kabylie s’appuie sur une organisation traditionnelle de la société : les âarsh. Ce sont, dans le mouvement protestataire, des comités qui regroupent les habitants d’un ensemble géographique homogène. Ainsi ce mouvement, qui se démarque des structures partisanes, réinvestit-il des structures traditionnelles. Les revendications portées dans ce cadre se placent dans une modernité et une citoyenneté démocratique. En définitive, sans que les comités de coordination locale qui émergent avec le printemps syrien se définissent vis-à-vis du printemps kabyle ou établissent une filiation, ces modes d’organisation à l’échelle du quartier, de la commune ou de la ville semblent caractériser les mouvements de révolte sans leader ou cadre partisan.

Mais elles sont aussi présentes dans des formes plus structurées, comme, dans le nord-est de la Syrie, la commune autonome de Rojava. Le préambule de la constitution du Rojava, appelé « Contrat social de la Fédération démocratique de la Syrie du Nord », précise bien cette organisation sous la forme de comités locaux. Cette structuration s’oppose au pouvoir centralisateur et éradicateur des États-nations pour proposer une organisation multiethnique et multiconfessionnelle.


Nous, peuples du Rojava-Syrie du Nord, incluant Kurdes, Arabes, Assyriens, Chaldéens, Turkmènes, Arméniens, Tchétchènes, Tcherkesses, musulmans, chrétiens, Yézidis et différentes doctrines confessionnelles, considérons que l’État-nation a fait du Kurdistan, de la Mésopotamie et de la Syrie le cœur du chaos contemporain au Moyen-Orient, et qu’il est à l’origine de terribles crises et de tragédies pour nos peuples. Injuste avec les différentes composantes du peuple syrien, le régime tyrannique de l’État-nation a conduit à la destruction et à la fragmentation de la société. Pour mettre fin à ce chaos et faire face aux enjeux à la fois historiques, sociaux et nationaux en Syrie, le système fédéral démocratique est une solution optimale. La Fédération démocratique de la Syrie du Nord est fondée sur un principe géographique et une décentralisation politique et administrative ; elle fait partie de la Fédération de la Syrie démocratique unie. Le système fédéral démocratique consensuel garantit la participation égalitaire de tous les individus et de tous les groupes sociaux à la discussion, à la décision et à la gestion collectives. Sur la base des principes de coexistence mutuelle et de fraternité entre les peuples, le système fédéral démocratique prend en considération les différences ethniques et religieuses de chaque groupe. Il garantit l’égalité de tous les peuples en droits et devoirs, respecte les chartes des droits de l’Homme et préserve la paix nationale et internationale. Au sein du système fédéral démocratique consensuel, toutes les catégories du peuple, en particulier les femmes et les jeunes, formeront leurs organisations et leurs institutions démocratiques. Le système fédéral démocratique garantit la libre pratique de toutes les activités politiques, culturelles et sociales et il permet à tous de jouir des bienfaits d’une vie libre et égale. La Fédération démocratique de la Syrie du Nord adopte dans son contrat social les valeurs spirituelles et matérielles de la civilisation démocratique du Moyen-Orient. Ce document est approuvé par la libre volonté de toutes les composantes de la Syrie du Nord, et il est en accord avec les principes de la nation démocratique.

 

Cette déclaration et les articles qui la suivent ont été adoptés en janvier 2014.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 125-131.