Chants révolutionnaires

► Algérie, Liban, Syrie

Tous les chanteurs s’appellent Qashoush… Ibrahim Qashoush est une icône de la révolution syrienne. Une semaine après avoir chanté le fameux « Yallah irhal ya Bachar ! » (« Allez, dégage Bachar ! ») à Hama, le 27 juin 2011, il est retrouvé mort, les cordes vocales arrachées. Pourtant, en 2016, un autre chanteur affirme être l’interprète de la chanson du 27 juin et avoir créé de toutes pièces cette figure à partir d’un dénommé Qashoush, tombé en martyr. Par-delà les différentes versions, le récit du martyre provoque la multiplication de chanteurs révolutionnaires, tous « nouveaux Qashoush ». On trouve alors des Qashoush un peu partout en Syrie, comme le Qashoush de Jarjanaz, ville du nord du pays, ou le Qashoush de Harasta, en banlieue de Damas. Ils déclament ce qu’on a vite appelé des « qashoushiyyât », c’est-à-dire des chansons « à la manière de Qashoush ».

L’appellation « rossignol » fait également référence à ce type de figures qui interprètent un répertoire musical révolutionnaire. Chaque ville et village insurgé possède son chanteur-leader. Abdel-Basset al-Sarout est peut-être leur représentant le plus connu [►Abdel-Basset al-Sarout • page 96]. Car en Syrie, la révolution est très chantée. Les slogans sont rythmés et replacés sur des airs populaires. Certaines chansons sont issues d’un répertoire traditionnel local ou régional, qui ont pu être remises à la mode dans des versions plus « pop », ou qui ressurgissent telles qu’elles sont chantées dans les fêtes et les rassemblements. Abdel-Basset al-Sarout a ainsi imposé une interprétation d’une chanson traditionnelle irakienne, « Paradis, paradis », avec quelques variations, qui se répand comme hymne révolutionnaire et nationaliste, assez tôt. D’après les militant·e·s de Daraya, selon Delphine Minoui dans Les Passeurs de livres de Daraya, la chanson « Janna, Janna » (« Paradis, paradis ») avait déjà été transformée en hymne révolutionnaire pendant les contestations sociales des années 1990, et elle aurait été transmise par des militant·e·s plus âgé∙e∙s aux plus jeunes. Elle n’est pas la plus enjouée, ni même la plus directement politique des chansons de la révolte, mais elle mobilise un répertoire patriotique et sentimental, ainsi que les valeurs de sacrifice pour le bien commun. L’adaptation syrienne permet de mentionner les villes et régions soulevées (un classique des chants révolutionnaires en Syrie), de rappeler des épisodes de la lutte du peuple pour sa liberté (notamment ici les événements de Hama, en 1982). L’adaptation de la chanson est aussi un moyen de mobiliser les références religieuses liées au martyre [►Le martyr de la révolution • page 165], tout en associant les membres des confessions non sunnites – ici par la référence aux « hommes libres de la côte » et donc aux Alaouites qui seraient du côté du peuple ou par la mention de la ville de Qamishli, ville en grande partie peuplée de Kurdes.

Paradis, paradis, paradis
Je jure, ô mon pays (notre pays est un paradis),
Ô nation, ô bien aimée, ô toi à la terre fertile,
Même ton enfer est un paradis,
De ta terre on s’est abreuvés, dans tes bras on s’est désaltérés,
De ta terre on se languit et ton passé glorieux nous a élevés,
Jusqu’au sommet on est arrivés, en haut on est arrivés,
Révolte-toi, Daraa, dans notre obscurité tu es une bougie (qui nous guide),
Une femme de Homs crie : « À l’aide ! Soutenez-nous ! »
Homs, mère de l’arabité, tu n’auras plus peur (elle a juré ne plus avoir peur),
On ne craint pas la difficulté, et on ne connaît pas la difficulté,
Nous sommes des héros, renseigne-toi ! Nous sommes des habitants de Homs, renseigne-toi,
Alep, ô mère des hommes généreux, la Syrie t’appelle,
Allez, à la guerre sainte, ne déçois pas notre patrie,
Tu as déjà tellement déçu nos proches,
Ô Hama, pardonne-nous, je jure que nous avons eu tort,
Tu fais partie de nous, notre espoir est maintenant en Dieu,
Dieu ne nous abandonnera jamais,
Jisr al-Shugur et Rastan ont chanté l’air du martyr,
Quel que soit celui que tu exécutes et celui que tu enterres, ce sont des villes entières que tu ensevelis,
Ô Dieu nous aurons le paradis,
Notre martyr, non, n’est pas mort, les filles, faites-lui des youyous,
[Il aura au paradis] Des servantes et des nymphes,
Par la permission de Dieu, il ira au paradis,
De Raqqa à Qamishli, le sang de la bravoure bouillonne,
Il [Bachar al-Assad] tue des gens et prie,
Ô le Sordide dégage,
Même les hommes libres de la côte approuvent fermement ton départ,
Je jure que ton régime est pourri, injuste, et tes services de sécurité sont aussi pourris,
Ô le Sordide dégage,
Tournez, tournez, tournez, ô mouettes tournez,
Ô martyr de mon pays, ô jasmin, ô rose de Damas,
Priez, ô nos parents.

Vidéo publiée sur Youtube intitulée “Paradise, Paradise, Paradise – Abdel Basset Sarout leading a protest in Homs” avec pour unique commentaire “From 2011” – 19 juin 2019

Les révolutions arabes mobilisent partout un répertoire varié, local et transnational, dans les formes qu’elles adoptent et dans le vocabulaire qu’elles transportent. Les chants en sont en partie le reflet. Si en Tunisie l’hymne national et en particulier sa dernière partie sont réinvestis de leur potentiel révolutionnaire, ailleurs ce sont d’autres chants qui en constituent le socle et le ciment [►« Lorsqu’un jour le peuple veut vivre » • page 103]. Les hymnes nationaux sont parfois redécouverts ou réinterprétés. En Égypte, par exemple, quelques semaines avant le 25 janvier 2011, des manifestant·e·s terminent leur sit-in par un hymne national quelque peu retouché. Au lieu de : « Mon pays, mon pays, mon pays, tu as mon amour et mon cœur », on entend crier : « Mon pays, mon pays, mon pays, tu as besoin d’une révolution, ô mon pays » (« Bilâdî, bilâdî, bilâdî, ‘ayza thawra yâ bilâdî »).

Dans la diaspora algérienne, la mobilisation dans le cadre du hirak a permis depuis le 22 février 2019 la redécouverte de l’hymne, chanté dans les manifestations avec beaucoup d’émotion. Dans les rues d’Algérie, l’actualisation de répertoires anciens inclut la reprise de « pouvoir assassin » du chanteur Oulahlou, véritable hymne du printemps noir de Kabylie de 2001, mais aussi celle des chants de la guerre de libération contre la colonisation française, ou des chansons féministes.

Au Soudan, on voit les chants et les musicien·ne·s de manière plus générale prendre une place très centrale dans les rassemblements de 2019. Les musicien∙ne∙s ne sont pas forcément mis·es en valeur sur une scène – comme sur la place Tahrir en Égypte en 2011 – ou porté·e·s sur les épaules – comme souvent en Syrie –, mais sont au centre d’un cercle et rassemblent par leur musique les gens autour d’elles et eux. C’est tout l’univers sonore du pays qui est transformé par ces performances de rue, faisant redécouvrir des chants, comme ce classique d’Ibrahim al-Kashif, datant de 1958, et disant : « Je suis africain, je suis soudanais ». Sur certaines images, on peut voir des musicien·ne·s (violons, instruments à vent ou percussions) qui avancent, accompagné∙e∙s par la foule qui chante.

Bien entendu, l’occupation des places permet aussi aux musicien·ne·s de manifester directement leur solidarité et certains chanteurs et chanteuses se sont fait connaître de cette manière. Pensons à cette nouvelle figure du combat révolutionnaire, celle du DJ, apparue au Liban et en particulier dans la ville de Tripoli, avec Madi K (Mahdi Karimeh), donnant le rythme, plutôt que les chants, de la révolution. La révolution se transforme alors très vite en une gigantesque fête.

Vidéo présente sur la chaîne Youtube du DJ Mahdi Karimeh intitulée “The Lebanese Revolution: BOING! At Tripoli || أجمل مشهد في ١٧ تشرين طرابلس مع ديجي الثورة” – 15 décembre 2019

D’autres composent des chants pour accompagner directement les revendications des révolutions. La chanteuse soudanaise Zoozita chante « Sallim mafâtih al-balad » (« Rends les clés du pays »), où, s’adressant naturellement à lui, elle prend à partie Omar al-Bashir. Elle y répète à de nombreuses reprises : « Où vas-tu t’enfuir ? », l’appelant à la raison, et donc à céder le pouvoir. On peut penser encore à la chanson « Sout El-Horeya » (« Voix de la liberté »), de Hany Adel et Amir Eid, dont le clip fut mis en ligne la veille du départ de Moubarak, et où l’on voit des images filmées sur la place Tahrir à partir du 29 janvier : « Dans chaque rue de mon pays, la voix de la liberté appelle ». Le même Amir Eid, avec son groupe Cairokee, sort avec la chanteuse Aida El-Ayoubi le tube « Ya al-Midan » (« Vous, ceux de la place »), s’adressant au peuple égyptien et l’interrogeant sur sa longue absence.

Vidéo présente sur la chaîne Youtube du groupe Cairokee intitulée “Cairokee ft Aida El Ayouby Ya El Medan كايروكي و عايده الايوبي” – 29 novembre 2011

Une forme de participation musicale à l’action révolutionnaire peut s’observer dans le développement de montages sonores à partir de chants protestataires et de slogans, postés sur Internet pour servir de supports pour les marches. Le musicien soudanais Sammany Hajo, en exil au Qatar, crée ainsi des morceaux samplés pour soutenir le mouvement populaire. Mais la manière la plus populaire et la plus commune de transmettre et de faire circuler la « musique révolutionnaire » est celle qui consiste à réaliser des clips à partir d’images de manifestations. Dès 2011, des montages musicaux circulent sur les réseaux sociaux, en particulier sur les sites de partage de vidéos. Cela va de la vidéo la plus simple, montrant des manifestant·e·s chantant un air ou reprenant une chanson, à des montages plus complexes. Ainsi en Tunisie a-t-on pu voir les jeunes de Menzel Bouzaïene chanter en pleurant le premier martyr [►La chanson du premier mort • page 216], mais aussi des clips-montages avec pour musique de fond la chanson d’Emel Mathlouthi, « Kelmti horra » (« Ma parole est libre »), que la chanteuse est allée chanter à Oslo pour la réception du prix Nobel de la paix, décerné en 2015 au Quartet tunisien pour le dialogue : « Je suis la voix des opprimés. Je suis ceux qui sont libres et qui n’ont pas peur. Je suis libre et ma parole est libre. N’oublie pas le prix du pain. » On voit alterner des images de la chanteuse et des images iconiques de la révolution tunisienne, puis, enfin, un plan de la chanteuse parmi les manifestant·e·s, emportée par la joie de la révolte.

Un autre sous-genre est né depuis les dernières vagues révolutionnaires qui reprend l’esthétique des chansons humanitaires pour les mettre au service des révolutions. De telles chansons, à la suite du tube mondial « USA for Africa », enregistré au moment de la crise alimentaire en Éthiopie, en 1986, ont été popularisées dans le monde arabe par la question panarabe. Elles mobilisent en 1996 puis en 2007 les plus grandes stars pour entonner ensemble un refrain consensuel sur le « rêve arabe », dont le clip alterne des plans sur les chanteuses et chanteurs, et des images violentes des catastrophes qui s’abattent sur la région. On retrouve la même esthétique dans la chanson « Libérez l’Algérie », enregistrée par des artistes algériens dès les premières semaines du hirak, manifestant par leur présence et par leur voix la solidarité au peuple et leur soutien.

Enfin, la musique révolutionnaire vient se nourrir d’autres lieux de chants collectifs, et en particulier des stades. Les chants de supporters ont une place particulière dans les circulations musicales. La « Casa del Mouradia » est passée en février 2019 du cercle restreint et spécifique des supporters du club USM d’Alger à celui de la nation. Elle est chantée dès la première manifestation par les jeunes qui voulaient remonter vers le palais présidentiel, et s’impose comme le véritable hymne. Les premiers mois, les Algérien·ne·s la chantent ou la sifflotent, seul·e·s ou en groupe, dans des voitures ou dans des magasins, et on l’entend en boucle. En voici quelques extraits.

C’est l’aube et le sommeil ne vient pas,
Je me consume à petit feu,
Quelle en est la raison ?
Qui dois-je blâmer ?
On est las de cette vie,
[…] Le premier [mandat], on va dire qu’il est passé,
Ils nous ont eus avec la décennie [noire],
Au deuxième, l’histoire est devenue claire…
La Casa d’El Mouradia [quartier où se trouve le palais présidentiel],
Au troisième, le pays s’est amaigri,
La faute aux intérêts personnels,
Au quatrième, la poupée [Bouteflika] est morte et l’affaire suit son cours…
[…] Et le cinquième [mandat] va suivre,
Entre eux l’affaire est conclue,
Et le passé a archivé
La voix de la liberté.

Vidéo présente sur la chaîne Youtube Ouled El Bahdja – La Casa Del Mouradia – 14 avril 2018

Les chants et les répliques sont élaborés le plus souvent par les groupes de jeunes des quartiers populaires. On les chante comme au stade, suivant le modèle du dialogue, où deux groupes se répondent. En Égypte, les ultras des deux plus grands clubs du pays, al-Ahly et Zamalek, jouent un rôle central dans les mobilisations révolutionnaires. Leurs chants deviennent également vite des hymnes. Connus pour leur dynamisme et leur sens de l’entrée en scène (dans un virage de stade, mais aussi dans les manifestations), les ultras écrivent souvent des chansons prenant les forces de police pour cible, comme cette chanson des ultras d’al-Ahly, « Toi le corbeau », adressée aux forces de police :

Toi le corbeau qui se niche
Dans nos maisons,
Pourquoi veux-tu détruire
La passion de notre vie,
On ne marchera pas selon tes désirs.

La désinvolture des paroles, chantées avant les matchs et dans les rues devant les contingents des Forces de sécurité centrale, trouve sans doute un écho profond chez toute une génération d’Égyptien·ne·s ayant souffert du quadrillage policier.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 137-142.