Produire un corps politique

Tout est bouleversé, et tout, pourtant, prend sens. Les moments révolutionnaires sont des moments où se joue et s’exprime une unité. Cette unité fait le peuple, le constitue. En 2010-2011, le peuple est d’abord une entité collective dressée contre le pouvoir, il se libère d’un langage figé qui faisait de lui un étendard pour des idéologies mortes, et se donne un nouveau sens. Un autre peuple émerge, qui n’est pas celui des régimes autoritaires. C’est comme s’il était « décolonisé » une deuxième fois, ainsi qu’on a pu l’entendre de plusieurs manières dans les rues des villes de la région, et en particulier dans les rues algériennes à partir de février 2019. Les soulèvements, dans cette perspective, peuvent être vus comme une étape de plus dans l’achèvement des indépendances.

Le corps politique qui se constitue alors refuse partout, radicalement, les médiations avec les détenteurs du pouvoir. On constate très vite dans les manifestations de 2011 que les affichages partitaires ou les appartenances syndicales sont remisés au second plan alors que les drapeaux nationaux et les signes de reconnaissance horizontaux sont tenus haut. Mais personne ne représente ce peuple en marche, sinon peut-être ses mort·e·s. Ainsi, lorsque le gouvernement irakien demande aux révolutionnaires de lui envoyer une délégation pour négocier une sortie de crise, ces dernier·e·s envoient une liste de noms, celle des martyrs de la répression. Le refus de la représentation peut se comprendre comme une peur de la cooptation et une méfiance générale face aux politicien·ne·s, au mieux accusé·e·s d’impuissance, au pire de corruption endémique. De la part des mouvements, l’absence de leader identifié·e tient au caractère même des mobilisations qui, même si elles laissent apparaître des figures charismatiques, voire iconiques, font circuler les types de prises de parole et de mise en jeu des corps. Mais surtout, en ce temps où se construit une libération, les vieilles notabilités, les corps constitués n’ont plus leur mot à dire.

Cette partie cherche à rassembler les indices de ces constructions en cours, ou interrompues, et les promesses et potentialités qu’elles contiennent. Elle vise aussi à documenter les mécanismes qui forgent la production du commun, qui passent aussi par la répression, et par l’usage de la force de la part des révolutionnaires, qu’elle se dise sous la forme de la protection ou sous celle de la riposte.


« Lorsqu’un jour le peuple veut vivre »

Occuper des places

Ramy Essam. La voix de la révolution

Sortir manifester. Les tracts de janvier 2011

Comités de la révolution

Les noms des vendredis

Chants révolutionnaires

Fadwa Souleimane

Le pain

الخبــز

Le drapeau national

« Allah akbar »

Le martyr de la révolution

Le tireur embusqué

Shaima al-Sabagh. Assassinée le 24 janvier 2015

Miliciens et autres agents civils du pouvoir. Shabbiha, Baltageyya

Le soutien-gorge bleu. Le corps des femmes cible de la répression