Les auteur-e-s

AMIN ALLAL est chercheur au CNRS, sociologue du politique, auteur d’une thèse sur « L’autoritarisme participatif. Politiques de développement et protestations dans la région minière de Gafsa en Tunisie 2006‑2010 ». Il a coordonné plusieurs ouvrages sur les révolutions en Tunisie et dans le monde arabe. Il est l’auteur, avec Montserrat Emperador Badimon et Myriam Catusse, de Quand l’industrie proteste. Fondements moraux des  (in)soumissions ouvrières, Presses universitaires de Rennes, 2018 ; avec Vincent Geisser, Tunisie. Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?, CNRS éditions, 2018 ; avec Thomas Pierret, Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Armand Colin, 2013.

KMAR BENDANA est professeure émérite d’histoire contemporaine à l’université de Tunis‑La Manouba. Après des travaux sur l’histoire intellectuelle et coloniale de la Tunisie, elle a été une chroniqueuse engagée et informée de la révolution tunisienne en publiant d’abord sous la forme de posts de blog, puis dans des ouvrages ses analyses sur les développements démocratiques et sociaux en cours. Elle s’intéresse particulièrement à l’art et à la culture comme langages de transformation sociale. Elle est l’auteure de Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Éditions de l’Institut supérieur de l’histoire de la Tunisie contemporaine, 2015 ; avec Sylvie Dallet et Fadhila Laouani, Ressources de la créativité. Une expérience franco-tunisienne, Institut Charles‑Cros– L’Harmattan, 2015 ; Chronique d’une transition, éditions Script, 2012.

MOHAMED SLIM BEN YOUSSEF est doctorant. Il a été journaliste pour des sites indépendants tunisiens, et travaille aujourd’hui à une thèse sur les mobilisations sociales dans la Tunisie post‑révolutionnaire.

YOUSSEF EL CHAZLI travaille sur le militantisme, les crises et les violences politiques, et les réseaux artistiques alternatifs en Égypte. Il a publié sur de nombreux aspects de ces sujets, et a coordonné un numéro spécial d’Égypte. Monde arabe consacré à la ville d’Alexandrie, « Everyday Alexandria(s). Plural Experiences of a Mythologized City », 2018. Il a par ailleurs publié Devenir révolutionnaire à Alexandrie, Dalloz, 2020.

ELENA CHITI est historienne et traductrice littéraire, maîtresse de conférence à  l’université de Stockholm. Sa thèse, « Écrire à Alexandrie (1879‑ 1940). Capital social,  appartenances, mémoire », se consacrait aux traces écrites ordinaires du « cosmopolitisme » alexandrin. Elle a depuis entamé des travaux sur la représentation du crime et de la justice dans la culture populaire égyptienne.

LEYLA DAKHLI est chercheuse au CNRS, historienne du monde arabe contemporain, et notamment de l’histoire des femmes et des mouvements sociaux au Levant. Elle est affectée au Centre Marc Bloch à Berlin ou elle dirige le projet l’ERC DREAM. Elle a récemment publié Histoire du Proche-Orient contemporain (La Découverte, 2015) et Le Moyen-Orient – fin xixe-xxe siècle (Seuil, « Points », 2016).

SIMON DUBOIS est docteur en littérature arabe de l’université d’Aix‑Marseille. Ses travaux de doctorat, réalisés sous la direction de Richard Jacquemond, ont porté sur les artistes syriens et leur exil, après la répression de la révolution syrienne en 2011.

GIULIA FABBIANO est anthropologue. Elle a soutenu une thèse sur les « Générations post‑algériennes. Discours, pratiques, recompositions identitaires ». Depuis, elle poursuit ses recherches sur les narrations identitaires et mémorielles postcoloniales en France, la participation politique et l’agency des femmes « de culture musulmane », les relations interethniques et les pratiques de mobilité dans l’espace méditerranéen.

SAMER FRANGIEH est professeur à l’université américaine de Beyrouth. Il travaille sur la théorie sociale et la pensée politique arabe. Ses recherches se concentrent sur l’analyse des désillusions politiques et sociales dans le monde arabe contemporain, particulièrement pendant la période 1967‑2011.

MÉLANIE HENRY a soutenu une thèse d’histoire intitulée « Le trésor révolutionnaire : insurrections et militantismes à Alexandrie en 1946 et 1977, Égypte ». Ses travaux portent sur l’expérience révolutionnaire, en particulier les émotions qui l’accompagnent et les traces qu’elle laisse. Elle se concentre actuellement sur le rôle des savoirs de la psyché dans la médiation du vécu de l’insurrection en Algérie au xxe siècle.

LOULOUWA AL-RACHID est chercheuse au Carnegie Middle East de Beyrouth, spécialiste de l’Irak. Elle a soutenu une thèse en science politique sur l’érosion de l’autoritarisme dans la dernière décennie du règne du Baath en Irak, « L’Irak de l’embargo à l’occupation :  dépérissement d’un ordre politique (1990).