Chronologie

Cette chronologie pose des jalons dans l’histoire des mouvements révolutionnaires arabes. Elle commence le 17 décembre 2010, à Sidi Bouzid, en Tunisie, par l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi. Ce point de départ s’impose comme un coup d’envoi, mais non comme une source explicative pour tout ce qui suivra dans de nombreux pays. Il va de soi que d’autres moments, avant ce 17 décembre, auraient pu être indiqués comme des « avant-postes » des révolutions à venir – ils sont évoqués dans le livre. La chronologie s’arrête au cœur des mouvements révolutionnaires, lesquels ont, pour beaucoup, été interrompus par les mesures mises en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19, à partir des mois de février et mars. Cette période a mis fin à une présence continue dans la rue et les espaces publics de peuples en colère – en Algérie, au Liban, en Irak, au Soudan. Elle a aussi aggravé les problèmes économiques et les questions de subsistance qui se posent pour une bonne partie de la population. Alors que nous terminons la rédaction de cet ouvrage, les conditions de vie des plus modestes se sont considérablement dégradées dans la région.

La chronologie, tout comme les notices que nous avons rédigées pour le livre, agglomère de multiples temporalités et fait le choix de se mettre du côté de la révolte et des révolté·e·s, pour prendre leur rythme. Elle n’évoque pas les « grandes dates », sinon parfois, lorsqu’elles ont été forgées par la révolte, ou qu’elles ont dialogué avec elle. Elle intègre quelques fois des événements qui peuvent paraître mineurs, mais qui ont pu avoir un écho ou forger un symbole ; ils sont uniques et peuvent être particulièrement étonnants.

Cette chronologie a des silences, des moments où « il ne se passe rien ». Elle marque nettement les deux moments forts des mobilisations intenses de 2011 et de 2019. Elle dessine aussi, autant que possible, la carte de la révolte, les liens qui se construisent entre les territoires, en permettant de voir les circulations, mais aussi en prenant la mesure des changements induits par ces mobilisations. Elle est évidemment imparfaite, se concentrant sur un passé très récent et un présent tumultueux dans lequel l’écume des événements ne permet pas toujours de se repérer avec une grande lucidité. Il sera certainement intéressant de la relire lorsque, dans quelques années, ces bouleversements auront poursuivi leur œuvre. Nous la livrons pour partie en témoignage de l’instant où nous l’avons composée.


2010

17 décembre, Tunisie Mohamed Bouazizi s’immole par le feu à Sidi Bouzid.

19 décembre, Tunisie Un mouvement populaire se déclenche dans la région de Sidi Bouzid, notamment dans la localité voisine de Menzel Bouzaïene. Des affrontements nocturnes opposent de jeunes manifestant·e·s et la police.

22 décembre, Tunisie Le mouvement s’élargit à plusieurs localités de Sidi Bouzid, dont Jelma, Sabbala, Regueb et Meknassi.

24 décembre, Tunisie Premiers morts par balles à Menzel Bouzaïene.

27 décembre, Tunisie Des avocat·e·s se mobilisent à Tunis.

28 décembre, Tunisie Premier discours de Zine el-Abidine Ben Ali dénonçant les protestations, qu’il renvoie à une ingérence étrangère.

29 et 30 décembre, Tunisie Remaniement ministériel, remplacement des gouverneurs de Sidi Bouzid, Jendouba et Zaghouan. Un reportage et un débat sur la chaîne Nessma TV rendent compte des événements le 30 décembre en soirée.


2011

3 au 10 janvier, Algérie Des émeutes d’une ampleur inédite secouent l’ensemble du pays contre l’augmentation des prix des denrées alimentaires de base.

3 janvier, Tunisie Le mouvement gagne les localités de Thala et Feriana dans la région de Kasserine avec la reprise scolaire. Les locaux du parti de Ben Ali, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), sont incendiés. Premières mobilisations d’étudiant·e·s à Tunis et à Sousse.

6 janvier, Tunisie Grève des avocat·e·s pour protester contre les violences policières.

8 janvier, Tunisie Enterrement de Mohamed Bouazizi (mort le 4 janvier à l’hôpital de Ben Arous) à Sidi Bouzid. La police tire sur les manifestant·e·s à Kasserine et à Thala.

9 janvier, Tunisie L’état de siège est décrété sur tout le territoire.

9 janvier, Algérie Un appel est lancé par le Comité des lycées d’Algérie (CLA), la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) et plusieurs syndicats autonomes, pour une rencontre nationale en vue d’une action unitaire.

10 janvier, Tunisie Deuxième discours de Ben Ali ; il y menace les manifestant·e·s. Les mobilisations gagnent plusieurs villes dont Gafsa, Sfax et Bizerte.

11 au 13 janvier, Tunisie Les manifestations s’étendent, à l’appel de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT). Elles parviennent à Tunis et dans ses banlieues. Le 13 janvier au soir, Ben Ali intervient pour la troisième fois, déclarant qu’il a « compris ».

13 janvier, Libye Premières manifestations en Libye. Le régime libyen interdit les rassemblements et prend des mesures sociales.

13 janvier, Algérie Plusieurs dizaines de personnes se rassemblent à Alger, place du 1er-Mai.

14 janvier, Tunisie Une grande manifestation a lieu le matin à Tunis. Ben Ali quitte le pays avec sa famille en fin d’après-midi. Son avion atterrit en Arabie Saoudite pour un exil qui durera jusqu’à son décès, le 19 septembre 2019.

14 janvier, Jordanie D’importantes manifestations ont lieu.

14 janvier, Égypte La page Facebook « Kullina Khaled Saïd » (« Nous sommes tous Khaled Saïd ») publie son premier appel à manifester, pour le 25 janvier. Cette page, qui porte le nom d’un jeune homme assassiné par la police, le 6 juin 2010, était devenue un espace de cristallisation de la colère contre les violences policières, et avait engendré des manifestations à Alexandrie et au Caire durant l’été 2010.

15 janvier, Tunisie La procédure de passation des pouvoirs s’opère. L’intérim est assuré par le président de l’Assemblée nationale, Fouad M’baza’â. En l’absence de police, des « comités de quartier » se montent dans tout le territoire pour assurer la sécurité.

15 janvier, Libye Manifestations à Benghazi.

15 janvier, Yémen Appels à manifester pour célébrer la fuite de Ben Ali.

17 janvier, Tunisie Formation du premier gouvernement provisoire Mohamed Ghannouchi. Plusieurs manifestations contestent la présence en son sein de ministres issus du RCD.

17 janvier, Oman Premiers mouvements de contestation ; grèves et manifestations, notamment dans la ville de Sohar. Le gouvernement annonce des mesures sociales de créations d’emploi public et d’indemnisation des chômeurs.

17 janvier, Yémen Premiers mouvements de contestation.

21 janvier, Algérie Création de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD), regroupant des syndicats, des associations et des partis politiques d’opposition.

22 janvier, Tunisie Suppression de la police universitaire.

23 janvier, Tunisie Mouvement dit « Kasbah 1 » – des caravanes des différentes régions convergent pour un sit-in place de la Kasbah, siège du Premier ministre. Elles protestent contre la présence de ministres symboles de l’ancien régime dans la nouvelle formation du gouvernement.

24 janvier, Tunisie Trois des plus proches collaborateurs de Ben Ali, Abdelaziz Ben Dhia, Abdallah Kallel et Abdelwaheb Abdallah, sont placés en résidence surveillée.

24 janvier, Libye Le régime bloque l’accès au site YouTube.

25 janvier, Égypte Premières manifestations au Caire, à Alexandrie, à Tanta et dans d’autres villes appelant au départ de Moubarak. Premier mort à Suez.

27 janvier, Tunisie Deuxième gouvernement Mohamed Ghannouchi, toujours contesté dans plusieurs villes du pays.

27 janvier, Yémen Des dizaines de milliers de personnes manifestent dans les rues de Sanaa et dans tout le pays, demandant la fin du népotisme et du renouvellement des mandats présidentiels.

28 janvier, Égypte Des manifestations de masse ont lieu pour le « vendredi de la colère ». Le régime coupe les télécommunications. Les manifestant·e·s prennent le contrôle des villes de Suez et d’Alexandrie. Dans un discours, Moubarak affirme comprendre les souffrances du peuple. Des « 18-Jours », il s’agit de la journée dont le bilan est le plus lourd. Le soir, la police, qui avait brutalement réprimé les manifestations, est remplacée par l’armée.

29 janvier, Égypte Le Premier ministre Ahmad Nazif est limogé et remplacé par Ahmad Chafiq. Moubarak nomme Omar Suleiman vice-président.

31 janvier, Égypte Les Frères musulmans rejettent le nouveau gouvernement et appellent à manifester.

1er février, Égypte La « marche d’un million ». Hosni Moubarak annonce qu’il ne se représente pas aux élections et somme le peuple de choisir « entre le chaos et la stabilité ».

1er février, Jordanie Démission du gouvernement de Samir Rifaï, remplacé par Maarouf Bakhit.

2 février, Yémen Rassemblement devant les portes de l’université de Sanaa, organisé par le Forum commun des partis d’opposition. Il rassemble plusieurs milliers de personnes. Le président Saleh déclare qu’il ne se représentera pas aux prochaines élections présidentielles. Il promet la constitution d’un gouvernement d’union nationale.

2 février, Égypte L’« attaque des dromadaires ». La place Tahrir, occupée, est assaillie par des miliciens montés sur des chevaux et des dromadaires. Les affrontements durent toute la nuit.

3 février, Yémen Une deuxième « journée de la colère » rassemble des dizaines de milliers de personnes aux abords de la place du Changement, à Sanaa. Dans le Sud, une manifestation des séparatistes du mouvement sudiste est réprimée par la police, qui tire sur les protestataires, faisant plusieurs blessé·e·s.

4 février, Égypte Le « vendredi du départ », manifestation demandant le départ de Moubarak.

5 février, Irak Nouri Al-Maliki, réinvesti au poste de Premier ministre en novembre 2010, estime que les Tunisien·ne·s et les Égyptien·ne·s sont en droit de se soulever après plusieurs décennies de dictature. Il promet de ne pas briguer un troisième mandat en 2014.

5 au 10 février, Bahreïn 1 300 ouvriers indiens du bâtiment, de l’entreprise GP Zachariades, font grève.

6 février 2011, Égypte Dialogue entre le vice-président Omar Suleyman et certaines forces d’opposition parmi lesquelles l’organisation des Frères musulmans.

7 février, Algérie Une grande manifestation organisée à Alger est dispersée par les forces de l’ordre.

7 et 9 février, Tunisie Le Parlement tunisien vote une loi permettant au président par intérim de gouverner par décrets-lois ; dissolution de l’Assemblée nationale.

7 février, Libye Kadhafi déclare que le mouvement populaire égyptien est une conspiration étrangère.

9 février, Égypte Des journalistes en grève chassent le président du syndicat des journalistes.

10 février, Égypte Lors de son troisième discours, Moubarak délègue ses pouvoirs au vice-président Omar Suleyman. Les manifestant·e·s ne s’en satisfont pas.

11 février, Égypte Moubarak quitte le pouvoir. La liesse s’empare des rues, en Égypte et dans d’autres pays (notamment en Tunisie). Le pouvoir est transféré à l’armée.

11 février, Tunisie Formation du Conseil national pour la protection de la révolution (CNPR) avec 26 organisations, dont l’UGTT.

11 février, Bahreïn Le roi Hamad de Bahreïn annonce la distribution de 1 000 dinars (environ 2 000 euros) à toutes les familles du pays, la baisse de 25 % des remboursements des bénéficiaires au programme d’accès au logement, et promet la création de 20 000 emplois.

12 février, Irak plusieurs centaines de manifestant·e·s se rassemblent à Bagdad, place Tahrir, aux cris de « Non, non à la corruption ! ».

Le 12 février, Yémen Quelques milliers de manifestant·e·s se heurtent aux forces de l’ordre et aux partisan∙e∙s du président Saleh. Ils scandent « Après Moubarak, c’est au tour d’Ali [Abdallah Saleh] », « Dégage, Ali ! » ou « La révolution yéménite après la révolution égyptienne ».

13 février, Libye L’opposition à Mouammar Kadhafi appelle à un soulèvement pour le 17 février.

14 février, Égypte Le Conseil suprême des forces armées annonce son intention de remettre l’État à un pouvoir civil et à un président élu d’ici six mois.

14 au 16 février, Bahreïn Premières protestations à Bahreïn. La répression de cette première journée de manifestations fait plus de vingt blessé·e·s et au moins un mort, dont les manifestant·e·s accompagnent la dépouille en cortège le 16 février. Le 15 février, les élus de l’opposition majoritairement chiites annoncent qu’ils se retirent du Parlement pour protester contre la violence de la répression.

15 février, Yémen Les milices attaquent les étudiant·e·s qui occupaient le parvis de l’université de Sanaa.

15 février, Libye Les manifestations à Benghazi sont durement réprimées. Le lendemain, les manifestant·e·s, qui protestent à nouveau contre la détention d’un avocat et militant des droits de l’Homme, sont attaqué·e·s par la milice défendant le pouvoir, les Gardiens de la révolution, armés de bâtons cloutés et de sabres.

16 février, Syrie Arrestation d’enfants à Deraa. Ils ont écrit des slogans contre le régime sur les murs.

16 février, Irak Vague de rassemblements dans plusieurs villes, à Mossoul, Ramadi, Bassorah, Nassiriyya et Kut. Trois manifestant·e·s sont tué·e·s par les forces de l’ordre.

17 février, Irak Des manifestations éclatent au Kurdistan ; deux personnes sont tuées par les forces de l’ordre devant le siège du Parti démocratique du Kurdistan (PDK).

17 février, Bahreïn L’assaut des policiers antiémeutes pour disperser les manifestant·e·s qui occupent la place de la Perle fait au moins cinq morts. Certain·e·s manifestant·e·s sont tué·e·s sous leur tente, dans leur sommeil.

17 février, Libye Début de l’insurrection libyenne en Cyrénaïque. Les villes de Benghazi et El-Beïda tombent aux mains des insurgé·e·s. On note plusieurs défections dans l’armée et la police. C’est le début de l’exode de milliers de réfugié·e·s, qui partent vers la Tunisie. Le lendemain, les insurgé·e·s s’emparent des villes de Benghazi et d’El-Beïda.

19 février, Bahreïn Les manifestant·e·s reprennent la place de la Perle.

20 février, Maroc Des marches de plusieurs milliers de personnes ont lieu à Casablanca et dans d’autres villes.

20 février, Bahreïn La grève générale est déclarée pour revendiquer le retrait de l’armée des rues de Manama.

20 février, Libye La contestation s’étend à Tripoli. Les 40 000 à 50 000 manifestant·e·s de la capitale affrontent les forces de l’ordre, qui auraient tué plus de soixante personnes en une journée. Deux tribus, les Toubous et la Warfala, se rallient à l’insurrection. Dans un discours retransmis par la télévision à minuit (dans la nuit du 20 au 21), le fils de Kadhafi, Saïd al-Islam, exige la fin des manifestations et menace de faire intervenir l’armée. Il promet des réformes politiques, et accuse les manifestant·e·s d’être ivres ou drogué·e·s.

20 février, Yémen Le mouvement est rejoint par l’opposition parlementaire (le Forum commun) et par les rebelles houthistes.

21 février, Tunisie Déclenchement du mouvement « Kasbah 2 », réclamant le départ du Premier ministre, Mohamed Ghannouchi.

21 février, Libye Kadhafi prononce un discours où il menace d’un ton véhément les insurgé·e·s. Il déclare : « Mouammar est le chef de la révolution jusqu’à la fin des temps » et lance un appel à ses « millions » de partisan∙e∙s : « Que ceux qui m’aiment sortent dans les rues ! »

21 février, Yémen Occupation de la place du Changement, aux abords de l’université de Sanaa.

23 février, Bahreïn Rassemblement de manifestant·e·s place de la Perle, à Manama. Une étudiante de l’université de l’Institut d’enseignement de Bahreïn, Ayat al-Qurmezi, lit un poème fustigeant les politiques du gouvernement bahreïni.

23 février, Arabie Saoudite Le roi Abdallah annonce des mesures sociales en faveur des fonctionnaires, des étudiant·e·s, des chômeurs à hauteur de 36 milliards de dollars.

24 février, Égypte Manifestations au Caire et à Alexandrie pour débarrasser les institutions des résidus de l’ancien régime.

24 février, Algérie Levée de l’état d’urgence instauré en 1992.

24 février, Libye À l’est du pays, la mainmise de la rébellion s’étend, avec la prise de l’oasis de Koufra. Les zones aux mains des forces révolutionnaires sont administrées par le biais de « comités populaires », et le premier journal libre est publié à Benghazi.

25 février, Irak Le « vendredi de la colère » à Bagdad, place Tahrir, rassemble 5 000 personnes.

25 février, Yémen Manifestations massives dans le pays.

25 février, Libye Les manifestant·e·s entament une marche pour libérer la capitale, défendue par la 32e brigade, une unité d’élite de 10 000 hommes, considérée comme la plus performante des trois unités de protection du régime, et commandée par Khamis, le fils cadet de Kadhafi. Au même moment, Ajdabiya et Misrata tombent aux mains des insurgé·e·s.

26 février, Tunisie Des mobilisations antigouvernementales importantes à Tunis et des affrontements avec la police font cinq morts et douze blessé·e·s, du côté des manifestant·e·s.

27 février, Tunisie Béji Caïd Essebsi remplace Mohamed Ghannouchi en tant que Premier ministre.

27 février, Bahreïn Les dix-huit députés de l’opposition démissionnent.

27 février, Irak Le Premier ministre Nouri Al-Maliki demande aux manifestant·e·s de lui accorder un délai de cent jours pour répondre à leurs demandes de lutte contre la corruption et le chômage, et d’amélioration des services publics.

27 février, Libye Création du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, fusionnant deux instances provisoires, le Conseil national libyen et le gouvernement provisoire de l’ancien ministre de la Justice Moustafa Mohamed Aboud al-Djeleil. La Libye est partagée entre deux pouvoirs concurrents.

28 février, Libye Les États-Unis déploient un groupe aéronaval aux larges des côtes libyennes. C’est le début d’une contre-offensive loyaliste.

1er mars, Libye Les forces de Kadhafi reprennent les villes de Sabratha, Zinten et Gharyan.

3 mars, Égypte Démission du Premier ministre, Ahmed Shafik, remplacé par Essam Sharaf.

5 mars, Libye Le CNT se proclame seule autorité légitime du pays.

7 mars, Bahreïn Les partis de l’opposition forment une Coalition pour la République.

8 mars, Yémen Soixante-dix à quatre-vingts manifestant·e·s sont blessé·e·s, un tué, et des émeutes éclatent dans les prisons de Sanaa.

9 mars, Égypte L’armée tente de faire évacuer celles et ceux qui poursuivaient l’occupation de la place Tahrir. Plus de 500 personnes sont arrêtées ; parmi elles, 17 femmes subissent des tests de virginité pendant leur détention. L’affaire est révélée par l’une des victimes, qui porte plainte contre le Conseil militaire.

10 mars, Libye Le CNT est reçu par le président Sarkozy à Paris. C’est la première reconnaissance internationale, suivie par celle du Royaume-Uni, le lendemain.

11 mars, Yémen La répression des manifestations s’intensifie, et fait des blessé·e·s à Aden. À Moukalla, quatre policiers sont tués dans une embuscade, et un enfant de douze ans lors d’une manifestation. La tentative d’expulsion des occupant·e·s de la place de l’Université à Sanaa se solde par un mort et environ 300 blessé·e·s.

12 mars, Libye La Ligue des États arabes déclare que le régime de Kadhafi a perdu sa légitimité.

15 mars, Syrie Première manifestation à Damas.

13 mars, Bahreïn Une nouvelle grève générale est déclarée.

13 mars, Oman Le sultan annonce une réforme constitutionnelle qui donnera davantage de pouvoir au Conseil législatif.

14 mars, Bahreïn Entrée des troupes envoyées par le Conseil de coopération du Golfe (CCG). Le jour de l’arrivée de ces troupes étrangères, la répression d’une manifestation par la police, renforcée de baltageyya armés de sabres et de clubs de golf, fait des dizaines de blessé·e·s.

15 mars, Bahreïn Proclamation de l’état d’urgence pour trois mois. Le lendemain, les manifestant·e·s de la place de la Perle, à Manama, sont expulsé·e·s par la police, qui utilise des blindés et tire à la chevrotine. Les personnels de santé, qui tentaient de soigner les blessé·e·s dans la rue, sont matraqués ou pris pour cibles par les tireurs. Le ministre de la Santé démissionne.

16 mars, Bahreïn Dans la nuit, plusieurs opposant·e·s sont arrêté·e·s, dont cinq militant·e·s de Haq, mouvement chiite interdit. Ibrahim Charif, le chef du parti laïc Waad, et des dizaines d’autres dissident·e·s et militant·e·s des droits de l’Homme. Le procès de ces opposant·e·s est instruit par l’armée.

17 mars, Libye Vote de la résolution 1973 au Conseil de sécurité des Nations unies à l’initiative de la France, du Royaume-Uni et du Liban ; cela conduit à la création d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye, au gel des avoirs de Kadhafi et à la protection des civils.

18 mars, Syrie Premier vendredi de manifestation dans plusieurs villes : Deraa, Damas, Homs, Baniyas, Deir-Ezzor. Premiers morts.

18 mars, Bahreïn Le monument de la Perle est détruit sur ordre du gouvernement. L’opposition continue d’appeler à manifester « de chez-soi » en scandant « Allah akbar » le soir, à heure fixe, pour marquer le soutien à la révolution. Les manifestations se déplacent dans les villages chiites.

18 mars, Yémen Lors du « vendredi de la dignité », cinquante-trois manifestant·e·s trouvent la mort, du fait de l’attaque des forces armées à l’entrée de la place du Changement. Face à ce massacre, plusieurs ministres quittent le gouvernement, les rebelles houtistes proclament leur soutien à la révolution de la jeunesse, plusieurs diplomates et vingt-trois députés du parti au pouvoir, le Congrès populaire général (CPG), démissionnent, les tribus bédouines plantent leurs tentes place du Changement, le patronat, les dignitaires religieux et les chefs de tribus condamnent les violences.

18 mars, Libye Kadhafi annonce à nouveau un cessez-le-feu immédiat, et promet l’amnistie aux insurgé·e·s qui se rendraient. L’annonce de l’intervention imminente de pays membres de l’ONU provoque des manifestations de liesse dans les zones insurgées encore libres, comme Tobrouk, et amène les forces gouvernementales à se retrancher aux abords de Benghazi.

19 mars, Libye Début des opérations de la coalition internationale en Libye.

19 mars, Égypte Référendum sur une proposition d’amendements constitutionnels. La plupart des forces d’opposition y voient le signe d’une continuité du régime et s’y opposent. Les Frères musulmans soutiennent la proposition. Les résultats sont annoncés le 30 mars, le Oui l’emporte à 77 %.

22 mars, Égypte À Alexandrie, puis dans le reste du pays, des manifestant·e·s prennent d’assaut les bâtiments de la Sûreté de l’État (la police politique) et s’emparent de nombreuses archives.

25 mars, Syrie Deuxième vendredi de manifestation en Syrie. La contestation s’étend.

30 mars, Syrie Premier discours de Bachar al-Assad. Il dénonce un complot.

5 avril, Syrie Début du siège de Deraa par l’armée.

8 avril, Égypte Des officiers de l’armée, qui affichent leur soutien aux revendications de la révolution dans une manifestation place Tahrir, sont durement réprimés.

12 avril, Algérie Importante manifestation des étudiant·e·s devant la « Faculté centrale » d’Alger, dépassant les revendications sectorielles.

13 avril, Égypte Placement en détention pour quinze jours de Hosni Moubarak et de ses deux fils.

15 avril, Algérie Dans une intervention télévisée très attendue, le président Abdelaziz Bouteflika annonce la mise en place de consultations politiques devant mener à des réformes et des révisions constitutionnelles.

22 avril, Yémen Le « vendredi de la dernière chance ». Ce sont les plus importantes manifestations depuis le début du mouvement.

28 avril, Yémen En réaction au projet de transition constitutionnelle assurant l’immunité à Saleh, les jeunes de la place du Changement annoncent la création de la coordination Watan (« Patrie »), et la nomination d’un coordinateur, Wassim al-Qirchy.

15 mai, Palestine Des manifestations sont coordonnées pour la commémoration de la Nakba. Un groupe de manifestants tente de passer la frontière du Golan depuis la Syrie.

21 mai, Yémen Le jour de la fête nationale de l’Unité, l’opposition signe le plan de transition soutenu par le Conseil de coopération du Golfe, avec le parti présidentiel et ses alliés, et en présence de l’émissaire du CCG. Des millions de personnes manifestent sur la place du Changement, les partisans de Saleh défilent sur l’avenue de la Police. Pourtant, le dimanche 22 mai, le président Saleh tergiverse à nouveau, alors que ses partisans bloquent la circulation dans Sanaa et encerclent l’ambassade des Émirats arabes unis, provoquant le départ des émissaires du CCG.

25 mai, Syrie Le corps mutilé de Hamza al-Khatib, treize ans, est remis à sa famille.

29 et 30 mai, Yémen Le campement de 5 000 tentes établi place de la Liberté à Taëz est détruit par les forces loyalistes selon les méthodes habituelles : tireurs embusqués, miliciens utilisant bâtons à clous, gaz lacrymogènes, artillerie antiaérienne, bulldozers et chars, canons à eau chargés avec de l’essence pour incendier les tentes, prenant au piège de très nombreuses personnes. Le bilan est estimé à 250 mort∙e∙s et 2 000 blessé·e·s. Le Yémen s’enfonce dans la guerre alors que les mouvements de contestations populaires sont éclipsés par de violents combats entre les forces du président Saleh et celles des chefs tribaux.

3 juin, Bahreïn Des centaines de manifestant·e·s parviennent à se rassembler à nouveau place de la Perle.

3 juin, Yémen Attentat à la bombe dans la mosquée attenant au palais présidentiel. Ali Abdallah Saleh est évacué en Arabie Saoudite pour soigner ses blessures et brûlures.

29 juillet, Syrie Proclamation de la création de l’Armée syrienne libre.

16 août, Yémen Le président Saleh annonce son retour d’Arabie Saoudite. Il revient finalement à la fin de septembre.

3 août, Égypte Début du procès de Hosni Moubarak.

2 octobre, Syrie Formation du Conseil national syrien (CNS).

4 octobre, Syrie Premier veto sino-russe à une résolution condamnant le régime syrien et imposant des sanctions.

9 octobre, Égypte Massacre de Maspero : des coptes se rassemblent devant le siège de la radio et de la télévision au Caire pour demander un meilleur traitement de leur communauté. Les forces armées interviennent brutalement, faisant vingt-cinq morts.

20 octobre, Libye Mort de Mouammar Kadhafi aux environs de Syrte. Son corps et celui de son fils Moatassem sont exhibés en place publique, à Misrata.

23 octobre, Tunisie Scrutin pour l’élection d’une Assemblée nationale constituante.

7 octobre, Yémen Annonce du prix Nobel de la paix à Tawakkol Karmân.

7 et 9 décembre, Bahreïn Des manifestations antigouvernementales sont dispersées.

13 novembre, Syrie La Syrie est suspendue de la Ligue des États arabes.

19 novembre, Égypte Événements de la rue Mohamed-Mahmoud : des manifestant·e·s demandant au Conseil militaire de céder le pouvoir à des civil∙e∙s marchent vers le siège du ministère de l’Intérieur, rue Mohamed-Mahmoud. Quarante et un manifestant·e·s sont tué·e·s dans les affrontements, lesquels durent jusqu’au 25 novembre.

23 novembre, Yémen Signature de l’initiative du Golfe. Le président Saleh accepte de transmettre le pouvoir à son vice-président Hadi en échange de son immunité.

19 décembre, Syrie Des massacres ont cours dans la région d’Idlib.

22 décembre, Syrie Les observateurs de la Ligue des États arabes arrivent en Syrie. La mission sera suspendue le 28 janvier 2012. Les observateurs dénoncent la violence de la répression et le non-respect des engagements pris par le gouvernement.

23 décembre, Égypte Les manifestant·e·s de la rue Mohamed-Mahmoud, replié·e·s sur la place Tahrir, se rassemblent devant le Conseil des ministres. Dix-sept manifestant·e·s sont tué·e·s durant la bataille avec les forces armées.


2012

2 janvier, Égypte Manifestation devant le bureau du procureur général demandant la chute du Conseil militaire. La même revendication est portée par une occupation de la place Tahrir le 20 janvier.

1er février, Égypte Massacre de Port-Saïd. Des supporters du club cairote al-Ahly sont pris au piège, dans une manœuvre contre les ultras d’al-Ahly, dans le stade de Port-Saïd lors d’un match contre l’équipe de la ville. Soixante-quatorze supporters sont tués.

3 février, Syrie Le quartier d’al-Khaldiyyeh à Homs est sévèrement bombardé par l’armée.

4 février, Syrie Deuxième veto sino-russe à un projet de résolution pour une transition.

21 février, Yémen Élection-plébiscite d’Abdrabbu Mansour Hadi, avec 99,80 % des suffrages exprimés.

16 mars, Syrie Kofi Annan propose un plan de paix pour la Syrie. Le régime approuve le plan.

14 avril, Syrie Le Conseil de sécurité de l’ONU envoie des observateurs en Syrie.

2 mai, Égypte Une manifestation demandant la chute du Conseil militaire à ‘Abbassiyya, au Caire, est attaquée par des hommes armés qui tuent onze manifestant∙e∙s. Deux jours plus tard, la police militaire attaque les manifestant·e·s.

25 mai, Syrie Massacre de Houla, ville dans la province de Homs.

29 mai, Syrie Expulsion des ambassadeurs syriens de plusieurs pays européens, dont la France.

2 juin, Égypte Hosni Moubarak est condamné à la prison à vie pour sa responsabilité dans la mort de manifestant·e·s en janvier 2011.

30 juin, Égypte Mohamed Morsi, de l’organisation des Frères musulmans, est élu à la présidence de l’Égypte.

28 juillet, Syrie Le régime utilise des barils d’explosif lors des bombardements.

24 juillet, Syrie Barack Obama met en garde contre l’utilisation des armes chimiques en Syrie.

2 août, Syrie Kofi Annan, médiateur conjoint des Nations unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, démissionne. Lakhdar Brahimi le remplace à partir du 17 août 2012.

13 août, Égypte Mohamed Morsi limoge le maréchal Tantawi, ministre de la Défense et commandant en chef des forces armées, ainsi que le général Sami ‘Anan, chef de l’état-major des armées. ‘Abd al-Fattah al-Sissi est nommé ministre de la Défense.

25 août, Syrie Massacre de Daraya, dans la province de Damas.

9 octobre, Égypte Des manifestant·e·s pacifiques coptes sont attaqué·e·s par les forces de l’ordre. On dénombre 28 mort∙e∙s et 212 blessé·e·s.

4 septembre, Palestine Des manifestations importantes ont lieu contre la vie chère, contre le Protocole de Paris, et contre le gouvernement de Salam Fayyad. Dans la municipalité de la ville d’Al-Dura, un homme de quarante-deux ans tente de s’immoler par le feu. Il est arrêté par la sécurité alors qu’il s’est déjà enduit d’essence. Le président Mahmoud Abbas annonce que le « printemps palestinien » a démarré.

6 au 10 septembre, Palestine Les manifestations se poursuivent dans les villes. À Bethléem, Beit Jala et Beit Sahour, de jeunes protestataires bloquent les routes. Les chauffeurs de taxi se mettent en grève pour protester contre le prix de l’essence. Le 9 septembre, les manifestant·e·s se mettent à demander la démission de Mahmoud Abbas. La grève s’étend aux transporteurs.

10 septembre, Palestine La grève générale est déclarée. Le leader du syndicat des transports publics déclare que plus de 20 000 chauffeurs sont en grève. Les villes semblent mortes. Des affrontements entre la police et les manifestant·e·s ont lieu. Ces derniers demandent les démissions de Mahmoud Abbas et de Salam Fayyad, et la renonciation au Protocole de Paris. Ils chantent « Irhal, irhal » (« Dégage, dégage »).

26 septembre, Palestine Manifestation dans la bande de Gaza contre le gouvernement.

8 novembre, Syrie Création de la Coalition nationale des forces révolutionnaires et de l’opposition syrienne regroupant différentes forces politiques en et hors de Syrie dont le CNS.

19 novembre, Égypte À la date anniversaire et sur le lieu des événements de la rue Mohamed-Mahmoud, des manifestant·e·s demandent justice pour les martyrs.

19 au 22 novembre, Égypte Les policier∙e∙s répriment dans le sang les centaines de milliers de manifestant·e·s, et font 43 mort∙e∙s et 3 000 blessé·e·s.

22 novembre, Égypte Mohamed Morsi publie une Déclaration constitutionnelle, où il s’attribue le pouvoir législatif et immunise ses décisions contre tout recours judiciaire. Trente-cinq mouvements d’opposition créent, en réaction, le Front du salut national.

27 novembre, Tunisie Déclenchement de protestations sociales importantes à Siliana, dans le Nord-Ouest. Le mouvement est réprimé par la police.

4 et 5 décembre, Égypte Des milliers d’opposant·e·s manifestent devant le palais présidentiel d’al-Ittihâdiyya contre la Déclaration constitutionnelle. Des partisans des Frères musulmans attaquent l’occupation ; dix manifestant·e·s sont tué·e·s.

26 décembre, Syrie Siège et évacuation du camp palestinien de Yarmouk, en banlieue de Damas.


2013

Janvier, Irak Vague de manifestations et de « sit-in de la fierté et de la dignité » dans les provinces sunnites à l’ouest et au nord-ouest de Bagdad tout au long de l’année. Ce hirak prend une tournure confessionnelle et reste limité aux régions sunnites.

25 janvier, Égypte Manifestation pour les revendications de la révolution et pour la chute des Frères musulmans.

6 février, Tunisie L’assassinat de Chokri Belaïd, fondateur du Front populaire et figure historique de la gauche radicale tunisienne, déclenche de grandes manifestations dans le pays.

4 Mars, Syrie Raqqa est le premier chef-lieu à ne plus être sous le contrôle du régime. La statue de l’ancien président Hafez al-Assad est détruite.

14 mars, Algérie À l’appel de la Coordination nationale de défense des droits des chômeurs (CNDDC), une grande manifestation prend place à Ouargla. Elle est baptisée « Millioniyya », « la Marche des millions ».

19 mars, Syrie Élection du Premier ministre du gouvernement de transition en Turquie, organisée par la coalition nationale. Le Premier ministre n’est pas reconnu par toutes les forces de l’opposition.

7 avril, Syrie Début du siège de la Ghouta en banlieue de Damas par les forces du régime. Le siège va durer un an.

15 avril, Syrie Apparition de Daech. L’organisation commence à s’implanter à Raqqa.

23 avril, Irak Les forces de l’ordre démantèlent le sit-in dans la ville de Hawija dans la province de Kirkouk, et tuent plus de quarante personnes.

26 avril, Égypte La pétition « Tamarrud » (« Rébellion ») est lancée, pour des élections anticipées. Les organisateurs et organisatrices affirment avoir rassemblé 22 millions de signatures.

5 juin, Syrie La ville d’al-Qusayr est conquise par le régime, avec l’appui du Hezbollah.

23 juin, Égypte ‘Abd al-Fattah al-Sissi enjoint aux forces politiques de trouver, sous une semaine, une solution à la crise politique.

30 juin, Égypte Des millions de manifestant·e·s demandent la destitution de Mohamed Morsi et l’organisation d’élections présidentielles anticipées.

1er juillet, Égypte L’état-major de l’armée donne quarante-huit heures pour répondre « aux demandes du peuple ».

3 juillet, Égypte Destitution de Mohamed Morsi prononcée par le ministre de la Défense, le général ‘Abd al-Fattah al-Sissi.

25 juillet, Tunisie Une deuxième figure du Front populaire et de la gauche radicale, Mohamed Brahmi, est assassinée.

26 juillet, Égypte De grandes manifestations ont lieu pour donner un mandat populaire à ‘Abd al-Fattah al-Sissi, afin de faire face au terrorisme.

14 août, Égypte Les forces de la police et de l’armée dispersent les sit-in des partisans des Frères musulmans sur les places Rabaa Al-Adawiyya et al-Nahda, quarante-cinq jours après leur début.

21 août, Syrie Emploi d’armes chimiques au gaz sarin dans la Ghouta. La ligne rouge de Washington est franchie (un premier usage du sarin avait été attesté dès le 18 mars).

28 août, Syrie Le président Barack Obama annonce des frappes imminentes. Elles seront finalement reportées.

7 septembre, Tunisie Début du mouvement Errahil (« le Départ ») devant le siège du Parlement. L’opposition réclame le départ du gouvernement et la dissolution de l’Assemblée nationale constituante.

28 septembre, Syrie Le Conseil de sécurité de l’ONU prend une résolution sur le démantèlement du stock d’armes chimiques en Syrie.

26 novembre, Égypte Manifestation de défenseurs et défenseuses de la révolution et des partisan·e·s d’une troisième voie contre la loi récemment adoptée restreignant la liberté de manifester ; s’ensuivent de nombreuses arrestations, et condamnations.

9 décembre, Syrie Enlèvement des militantes des droits de l’Homme Razan Zaytouneh et Samira El-Khalil.

25 décembre, Égypte Les Frères musulmans sont déclarés organisation terroriste.


2014

6 mars, Algérie La manifestation à Alger contre l’hypothèse d’un quatrième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, souffrant des suites d’un accident vasculaire cérébral, est durement réprimée.

13 mars, Algérie Le Forum des chefs d’entreprise (FCE) annonce son soutien à Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat présidentiel.

14 mars, Algérie le mouvement Barakat (« Ça suffit ») appelle à manifester contre le quatrième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, et pour une vraie transition politique.

24 mars, Égypte Dans un procès tenu au tribunal de Minya, en Moyenne-Égypte, plus de 500 personnes accusées d’être des partisans de Mohamed Morsi sont condamnées à mort.

Mi-avril, Tunisie Lancement de la campagne « Moi aussi, j’ai incendié un poste de police », après la multiplication des procès des jeunes révolutionnaires de 2011.

17 avril, Algérie Le président Abdelaziz Bouteflika est réélu pour un quatrième mandat avec 81 % des voix au premier tour.

20 avril, Algérie Les forces de sécurité répriment une manifestation à Tizi-Ouzou célébrant le vingt-quatrième anniversaire du Printemps berbère.

28 mai, Égypte Élection d’‘Abd al-Fattah al-Sissi à la présidence de la République au premier tour, avec 97 % des voix.

10 juin, Algérie Réunion fondatrice de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD) à Zeralda, à l’ouest d’Alger.

29 novembre, Égypte Hosni Moubarak bénéficie d’un non-lieu à la Cour d’appel du Caire pour sa responsabilité dans la mort de manifestant·e·s en janvier 2011.


2015

13 janvier, Égypte Les condamnations à des peines de prison pour corruption de Hosni Moubarak et de ses fils, Alaa et Gamal, sont annulées. Tous sont libérés sous peu.

15 janvier, Algérie Grande manifestation à In Salah, dans le sud du pays, pour dénoncer l’exploitation du gaz de schiste.

25 janvier, Égypte Au moins vingt-trois personnes sont tuées à l’occasion de la commémoration du 25 janvier 2011. Parmi celles-ci se trouve Shaima al-Sabagh, venue déposer des fleurs en hommage aux martyrs, et tuée par le tir de grenailles d’un policier.

24 février, Algérie Grande manifestation à In Salah, et dans plusieurs autres grandes villes du pays, coïncidant avec le quarante-quatrième anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures, en 1971. Ces manifestations se répètent dans les mois qui suivent.

Juillet-août, Irak « Intifada de l’électricité » : vague de protestations dans le sud de l’Irak, en particulier dans la ville de Bassora, contre les coupures d’électricité, insupportables en période de forte chaleur estivale, et contre la corruption généralisée de la classe politique.

18 août, Tunisie Début de la campagne « Manich m’sameh » (« Je ne pardonnerai pas ») à Tunis. Les manifestant·e·s protestent contre le projet de loi de « réconciliation économique » élaboré par le président Béji Caïd Essebsi pour amnistier les hauts fonctionnaires et hommes d’affaires impliqués dans des actes de corruption.

23 août, Liban Manifestation d’environ 20 000 personnes contre la mauvaise gestion des déchets à l’appel du collectif « Vous puez ».

29 août, Liban Manifestation de plus de 100 000 personnes contre la corruption du gouvernement, et appelant à la révolution.

Août, Irak Bagdad rejoint la mobilisation grâce à des appels lancés sur les réseaux sociaux. Grève des ouvrier·e·s et des employé·e·s des chemins de fer. La campagne « Éteins ton portable » lancée par des activistes de la société civile pour protester contre l’imposition d’une taxe sur les recharges de téléphonie mobile.

13 septembre, Algérie Le général Mohamed Mediène, dit « Tewfik », chef suprême du Département de renseignement de la sécurité (DRS) depuis un quart de siècle, est limogé et remplacé par un proche, le général Athmane Tartag, dit « Bashir ».

30 septembre, Algérie Arrestation du général à la retraite Hocine Benhadid après une interview accordée à la web-radio Radio M.

2 octobre, Palestine Environ 200 personnes manifestent à Ramallah et demandent la démission de Mahmoud Abbas (« Abu Mazen, irhal », « Abu Mazen [Mahmoud Abbas], dégage »). Ils et elles contestent l’arrestation de partisan·e·s du Hamas par la police du Fatah, ainsi que l’arrestation de militant·e·s du Fatah par le Hamas à Gaza.

1er novembre, Algérie À l’occasion de la célébration du déclenchement de la guerre de libération, dix-neuf personnalités nationales d’horizons divers interpellent publiquement le président Abdelaziz Bouteflika, et sollicitent formellement une audience car elles craignent que ce dernier, en raison de sa maladie, ne soit pas suffisamment informé sur « la dégradation du climat général dans [le] pays ».


2016

16 janvier, Tunisie La mort par électrocution d’un chômeur à Kasserine suscite une vague de colère. Un mouvement populaire pour le travail touche plusieurs villes du pays.

4 avril, Tunisie Des protestations sociales éclatent à Kerkennah pour l’emploi et l’environnement, contre la compagnie pétrolière Petrofac. Le mouvement dure quelques semaines.

30 avril, Irak Plusieurs milliers de manifestant·e·s entrent dans la zone verte de Bagdad, enclave hautement sécurisée instaurée en 2003, et occupent l’Assemblée nationale durant six heures.

8 mai, Maroc Des Rifain∙e∙s de Talarwaq demandent la restitution de leurs terres en installant un sit-in.

Juillet-août, Irak Des manifestant·e·s brûlent les sièges de plusieurs partis politiques et des bâtiments administratifs dans des villes du sud du pays.

28 octobre, Maroc Mohcine Fikri, vendeur de poissons de Hoceïma, est broyé dans un camion poubelle alors qu’il cherche à résister à la confiscation de sa cargaison.

30 octobre, Maroc Les funérailles de Mohcine Fikri se transforment en manifestation contre la violence policière à Hoceïma et dans d’autres villes du pays.

11 décembre, Algérie Le journaliste Mohamed Tamalt décède en prison, après avoir été arrêté en juillet et condamné à deux ans de prison pour atteinte aux symboles de l’État et au président de la République.


2017

6 février, Maroc Des milliers de jeunes manifestant·e·s se rassemblent à Hoceïma en mémoire de la mort du nationaliste rifain Abdelkrim al-Khattabi.

24 mars, Égypte Libération de Hosni Moubarak.

23 avril, Tunisie Début du mouvement social à El-Kamour dans le sud, après plusieurs mouvements protestataires pour l’emploi.

26 mai, Maroc Nasser Zefzafi interrompt le prêche d’un imam à Hoceïma pour appeler à la rébellion.

29 mai, Maroc Nasser Zefzafi est arrêté.

11 juin, Maroc Des dizaines de milliers de personnes défilent dans les rues de Rabat pour réclamer la libération des figures contestataires emprisonnées.

26 juin, Maroc Le jour de l’Aïd, un grand rassemblement est organisé pour demander la libération immédiate des prisonnier·e·s. La manifestation est brutalement réprimée par les forces de l’ordre.

Décembre, Irak Des manifestations ont lieu au Kurdistan irakien ; les sièges des deux partis au pouvoir (le Parti démocratique du Kurdistan et l’Union patriotique du Kurdistan) sont brûlés. Les forces de l’ordre tuent et blessent plusieurs dizaines de manifestant·e·s.


2018

3 janvier, Tunisie Une campagne de protestation contre l’austérité est lancée ; suivent plusieurs mouvements sociaux pour l’emploi.

6 juin, Algérie Première réunion pour la création du mouvement Mouwatana (« Citoyenneté-démocratie ») par un groupe d’intellectuel·le·s, de leaders politiques d’opposition, d’avocat·e·s, de journalistes. S’opposant au cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le mouvement veut favoriser un élan politique renouvelé.

Été, Irak Intifada du sud de l’Irak contre les coupures d’électricité et les pénuries d’eau. Le consulat iranien à Bassora est incendié par des manifestant·e·s. Pour couper court à l’extension de la mobilisation dans le reste du pays, le gouvernement ferme l’accès à Internet. Plusieurs dizaines de manifestant·e·s sont tué∙e∙s.

12 novembre, Maroc Cinq mois après leur condamnation, le procès en appel de cinquante-deux activistes du mouvement du Rif débute devant la Cour d’appel de Casablanca. Certain·e·s de ces détenu·e·s, arrêté·e·s après la vague de protestations de l’été 2017, ont écopé de condamnations de vingt ans de prison, comme Nasser Zefzafi et trois de ses compagnons.

19 décembre, Soudan Manifestations contre la vie chère à partir d’un premier noyau à Atbara, ville du nord du pays. Les manifestant·e·s s’en prennent notamment aux sièges du Parti du congrès national.

21 décembre, Soudan Les accès aux réseaux sociaux sont coupés, des couvre-feux sont instaurés. Des étudiant·e·s de Sennar et de Khartoum sont arrêté·e·s et torturé·e·s, forcé·e·s à avouer leur appartenance au Mouvement de libération du Soudan (un mouvement rebelle du Darfour). Ces confessions sont diffusées à la télévision et sur Facebook le 29 décembre.


2019

7 janvier, Soudan Plus de 800 manifestant·e·s antirégime sont arrêté∙e∙s et 19 personnes sont tuées.

17 janvier, Soudan Lors de manifestations organisées par les associations professionnelles, un médecin trouve la mort alors que les hôpitaux sont visés par les forces de sécurité. Le Parti du congrès national, allié du pouvoir, annonce son retrait du gouvernement.

27 janvier, Algérie Hadj Ghermoul, membre du Comité national pour la défense des droits des chômeurs et de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, brandit une pancarte sur laquelle on peut lire en arabe « La li ohda khamissa » (« Non au cinquième mandat ») et poste la photo sur Facebook.

29 janvier, Algérie Arrestation de Hadj Ghermoul, pour avoir exprimé son opposition au cinquième mandat.

9 février, Algérie Le Front de libération nationale (FLN) organise un meeting pour annoncer officiellement le soutien du parti à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat consécutif. Ce dernier est fortement diminué, il ne s’adresse plus à la nation et est régulièrement hospitalisé à l’étranger. Dans les cérémonies officielles, un tableau à son effigie du temps de sa première élection en 1999 remplace le président absent.

10 février, Algérie Un communiqué officiel annonce la candidature d’Abdelaziz Bouteflika.

13 au 21 février, Algérie Des manifestations contre le cinquième mandat, nommé « le mandat de la honte », ont lieu dans plusieurs villes du pays : Bordj Bou Arreridj, Kherrata, Khenchela, Annaba, Skikda. Des appels anonymes circulent sur la Toile, pour un rassemblement le vendredi 22 février à Alger.

22 février, Algérie Plusieurs milliers de manifestant·e·s s’emparent des rues de la capitale où, depuis le « Printemps noir » de 2001, tout rassemblement était évacué par l’intervention des forces de l’ordre.

22 février, Soudan Omar al-Bashir déclare l’état d’urgence pour un an. Il annonce la dissolution des gouvernements centraux et régionaux, remplacés par des gouverneurs, généralement militaires. Il nomme son successeur désigné, Mohamed Tahir Ayala, Premier ministre, et annonce qu’il renonce à se représenter à la tête du parti en 2020.

24 février, Soudan Des raids ont lieu sur les universités de Khartoum et Ombdurman. Les forces de sécurité frappent les étudiant·e·s avec des bâtons. Un décret interdit les manifestations, le trafic de pétrole et la circulation d’informations, photos et documents appartenant à la famille du président.

23 février, Algérie Meriem Abdou, rédactrice en chef de la radio francophone publique, la Chaîne 3, démissionne après qu’aucune information sur les manifestations de la veille n’a été diffusée à l’antenne.

23 février, Soudan Instauration de l’état d’urgence et révocation du gouvernement. Malgré le couvre-feu, les manifestations se poursuivent.

24 février, Algérie Le mouvement Mouwatana mobilise environ deux mille personnes à Alger, alors que jusqu’à présent son écho avait été très faible. Le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Abdelmadjid Sidi-Saïd réaffirme son soutien à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika en mettant en garde la nation contre un retour « aux années de sang ».

25 février, Algérie Manifestation des avocat·e·s, qui défilent en robe à Alger.

26 février, Algérie Les étudiant·e·s descendent dans la rue à Alger et dans d’autres villes du pays. Des journalistes protestent devant le siège de la radio nationale.

27 février, Algérie Des journalistes de la télévision publique réclament leur droit à travailler librement.

28 février, Algérie Mobilisation de journalistes devant la Maison de la presse, après le refus de la part des autorités algériennes d’accorder l’accréditation à des médias étrangers ayant demandé à suivre les manifestations à venir. L’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia affirme devant les élu·e·s de l’Assemblée populaire nationale (APN) qu’« en Syrie, tout a commencé par une rose et s’est terminé par un bain de sang ».

1er mars, Algérie L’ancienne combattante de la guerre de libération nationale, Djamila Bouhired se joint à la marche à Alger. Des échauffourées entre manifestant·e·s et forces de l’ordre en marge des cortèges, en fin de mobilisation, ont causé la mort de Hassane Benkhedda, fils de Benyoucef Benkhadda, premier président à l’indépendance du Gouvernement provisoire de la république algérienne (GPRA).

3 mars, Algérie Dépôt des candidatures présidentielles, les étudiant·e·s expriment leur colère devant l’ancienne faculté de droit sur les hauteurs d’Alger ; des manifestant·e·s protestent devant le Conseil constitutionnel, tandis que, dans la soirée, une foule se constitue dans le centre-ville.

4 mars, Algérie Les artistes se donnent rendez-vous pour débattre sur les marches du Théâtre national à Alger.

5 mars, Algérie Les étudiant·e·s occupent l’espace urbain dans la capitale et dans la plupart des autres villes du pays. Un préavis de grève du 10 au 14 mars a été déposé par la Cosyfop (la Confédération indépendante des forces productives) dans plusieurs secteurs, comme l’énergie, la santé, la justice.

7 mars, Algérie Environ un millier d’avocat·e·s marchent vers le Conseil constitutionnel à Alger, tandis que des journalistes se retrouvent devant la Maison de la presse.

7 mars, Soudan Manifestations en l’honneur du rôle éminent des femmes dans le soulèvement.

8 mars, Algérie Des millions de personnes envahissent les rues du pays. L’opération « Brassards verts » voit le jour à Alger pour protéger et orienter les manifestant∙e∙s. Cette troisième marche coïncide avec la journée des Droits des femmes : la présence féminine est massive, les slogans sur le code de la famille sont nombreux.

8 mars, Soudan Omar al-Bashir donne l’ordre de libérer les femmes arrêtées (et condamnées à la flagellation) pour leur participation aux manifestations antirégime. Selon l’alliance démocratique des avocats, au moins 870 personnes ont été jugées dans les cours d’urgence.

10 mars, Algérie Le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense Ahmed Gaïd Salah déclare que « l’armée et le peuple partagent la même vision de l’avenir ».

11 mars, Algérie Le président Abdelaziz Bouteflika adresse une lettre à la nation pour annoncer le report sine die de l’élection du 18 avril et l’organisation en amont d’une conférence nationale inclusive. Plusieurs centaines de personnes manifestent le soir. À Alger, un jeune des milieux populaires s’approche de la journaliste d’une télévision arabophone en duplex depuis l’axe principal du centre-ville, et lui précise que la population n’est pas en train de fêter la victoire. « Yetnahaw gaʻ ! » (« Qu’ils dégagent tous ! ») répète-t-il plusieurs fois. Rapidement virale, l’expression viendra à résumer l’esprit du mouvement.

14 mars, Palestine Début du mouvement de protestation « Bidna nʻîsh » (« Nous voulons vivre ») à Gaza. Les manifestant·e·s protestent contre l’augmentation des taxes et la cherté de la vie. Le mouvement est également appelé « mouvement du 14-Mars ». Il est sévèrement réprimé par les autorités du Hamas.

18 mars, Algérie Le président Abdelaziz Bouteflika adresse une nouvelle lettre à la nation pour préciser qu’il ne se représentera pas à l’élection.

23 mars, Algérie Les avocat·e·s protestent contre la prolongation du quatrième mandat.

25 mars, Algérie Journée de mobilisation au siège de la Radio et de la télévision publiques algériennes. Suivent une assemblée générale des travailleurs et travailleuses de la Radio et un mouvement de protestation des journalistes de la télévision pour un service public indépendant, puis un rassemblement contre le système à la Grande Poste à Alger du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et des syndicats des mairies.

26 mars, Algérie Rassemblement antisystème devant la Grande Poste à Alger de chercheurs·euses, ingénieur·e·s, retraité·e·s et enfants de chouhada. Le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense Ahmed Gaïd Salah demande de recourir à l’article 102 de la Constitution pour déclarer le président inapte à l’exercice de ses fonctions.

28 mars, Algérie Rassemblement antisystème devant la Grande Poste à Alger d’architectes, de notaires, de soldats maintenus durant la décennie noire, de familles victimes du terrorisme.

29 mars, Algérie Lors du sixième vendredi retentissent, pour la première fois, des slogans hostiles au chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah. Le carré des femmes est violemment agressé, les militantes sont la cible d’attaques en ligne et de menaces. Elles décident cependant de maintenir la mobilisation féministe les vendredis suivants.

30 mars, Algérie Le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah dénonce « les réunions suspectes qui se tiennent dans l’ombre pour conspirer autour des revendications du peuple et afin d’entraver les solutions de l’Armée nationale populaire et les propositions de sortie de crise ».

31 mars, Algérie Arrestation du patron du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, riche industriel, proche d’Abdelaziz Bouteflika et de son frère Saïd, à un poste-frontière entre l’Algérie et la Tunisie. Arrestation de Kamel Eddine Fekhar, ancien élu du Front des forces socialistes (FFS) et militant pour les droits de la communauté mozabite, victime de harcèlement judiciaire de la part du système.

2 avril, Algérie Le président Abdelaziz Bouteflika démissionne de ses fonctions.

5 avril, Algérie Le général Athmane Tartag, dit « Bashir », chef des services de renseignement depuis 2015, est limogé.

6 avril, Soudan Après le retrait d’Abdelaziz Bouteflika en Algérie, les associations professionnelles soudanaises appellent à une marche en direction du Quartier général des forces armées. Les manifestant·e·s organisent ensuite un sit-in qui dure une semaine.

8 avril, Soudan La jeune étudiante Alaa Salah devient un symbole de la lutte en se dressant sur une voiture pour lancer les chants révolutionnaires lors du sit-in. Les images de ce moment font le tour du monde.

9 avril, Algérie Plusieurs arrestations ont lieu lors de la marche des étudiant·e·s, ainsi que de tirs de lacrymogènes et de jets d’eau. Le Conseil des nations maintient Abdelkader Ben Salah comme président par intérim pour quatre-vingt-dix jours. Celui-ci fixe l’élection au 4 juillet.

10 avril, Algérie Une marche est organisée à Alger par la Confédération des syndicats algériens (CSA), à laquelle participent les imams des mosquées, soutenus par le Conseil national autonome des imams (CNAI). Le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah en déplacement à Oran déclare : « La période de transition destinée à la préparation des élections présidentielle se fera avec l’accompagnement de l’armée. »

11 avril, Soudan Un coup d’État militaire qui renverse Omar al-Bashir, alors au pouvoir depuis trente ans. Les manifestations continuent pour obtenir un pouvoir civil. Des négociations sont ouvertes le 13 avril, et les manifestant·e·s et les militaires se mettent d’accord pour une transition vers un pouvoir civil. Le porte-parole du gouvernement militaire, Shams al-Din Kabbashi, annonce des réformes et la tenue d’élections.

12 avril, Algérie Une manifestation est fortement réprimée par la police, laquelle lance des gaz lacrymogènes dans le tunnel des facultés, devenu l’un des lieux symboliques du mouvement. La police disperse la foule avec des canons à eau. Les arrestations en fin de marche, qui ont lieu depuis le début du mouvement, s’accentuent. Remzi Yettou, un jeune de dix-sept ans, est hospitalisé après avoir été frappé sur le crâne par la police alors qu’il rentrait chez lui.

16 avril, Égypte Le Parlement approuve massivement une réforme constitutionnelle qui prévoit notamment l’extension de quatre à six ans du mandat présidentiel. La réforme accroît le contrôle de l’exécutif sur le pouvoir judiciaire et érige l’armée en gardienne de « la Constitution, la démocratie, la cohésion fondamentale de l’État et sa nature civile ». Elle rétablit également le poste de vice-président et le Sénat.

17 avril, Soudan L’ancien président Omar al-Bashir est emprisonné à Khartoum dans un établissement de haute sécurité.

18 avril, Soudan Des manifestant·e·s se rassemblent pour demander l’établissement d’un pouvoir civil et le refus des interventions étrangères (notamment celle de l’Arabie Saoudite). Ils et elles annoncent la mise en place d’un conseil de transition indépendant pour veiller au processus. À partir du 21 avril, des mouvements de grèves et de blocages à Port-Soudan viennent soutenir ces revendications.

19 avril, Algérie Les forces de l’ordre quadrillent Alger et ses entrées. Remzi Yettou décède à l’hôpital des suites de ses blessures.

27 avril, Algérie Le collectif de la Société civile algérienne pour une transition démocratique et pacifique tient une première rencontre nationale.

30 avril, Algérie Le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah annonce que des mesures seront prises contre les ennemi∙e∙s de la nation. Des étudiant·e·s sont violemment réprimé·e·s devant la « Faculté centrale » à Alger.

4 mai, Algérie Le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediène, dit « Tewfik », le général à la retraite Athmane Tartag, dit « Bashir », ainsi que le frère et conseiller de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, Saïd Bouteflika, sont arrêtés après avoir été accusés, le 30 mars, par le général Ahmed Gaïd Salah de « conspirer autour des revendications du peuple ». Ils sont poursuivis pour atteinte à l’autorité de l’Armée nationale populaire (ANP) et complot contre l’État.

7 mai, Soudan Vingt et un anciens membres du parti d’Omar al-Bashir du Darfour du Sud sont arrêtés alors qu’ils essaient de fuir le pays.

9 mai, Algérie Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, qui soutenait le cinquième mandat, est arrêtée.

17 mai, Algérie L’accès à la Grande Poste est interdit sous prétexte d’un risque d’écroulement des escaliers. La police utilise plusieurs bombes lacrymogènes pour empêcher les manifestant·e·s de s’approcher des barrières.

18 mai, Algérie Trois personnalités, Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles, lancent un appel pour le report de l’élection et la mise en place d’un dialogue.

28 mai, Algérie Décès en prison du détenu d’opinion Kamel Eddine Fekhar, ancien élu du Front des forces socialistes (FFS) et militant pour les droits de la communauté mozabite. Il menait une grève de la faim.

1er juin, Algérie Enterrement du détenu d’opinion Kamel Eddine Fekhar. Naissance du « réseau contre la répression » en soutien aux détenu·e·s d’opinion, rassemblant des acteurs·rices politiques d’opposition, des corps de métier (dont des avocat·e·s et journalistes), des familles et des citoyen·ne·s lambda.

2 juin, Algérie Le Conseil constitutionnel rejette les deux dossiers de candidature et reporte l’élection présidentielle, prolongeant de fait l’intérim d’Abdelkader Ben Salah, qui aurait dû prendre fin le 9 juillet.

3 juin, Soudan Répression très violente des manifestations par la junte au pouvoir, qui viole les négociations en cours – selon les rapports, on dénombre 118 morts, 70 viols, des centaines de blessé·e·s, des corps sont jetés dans le Nil, lors de ce que l’on appelle désormais le « massacre de Khartoum ». Le lendemain, l’Association des professionnels du Soudan (SPA) appelle à la désobéissance civile et à la grève générale.

8 juin, Soudan Face à une campagne d’enlèvements de militant·e·s politiques, la SPA renouvelle l’appel à la résistance non violente.

9 au 11 juin, Soudan L’appel à la grève générale est suivi par une énorme majorité des enseignant·e·s, des employé·e·s des transports, des employé·e·s de banque. L’électricité est coupée, les stations-service sont fermées. Les journaux ne paraissent pas. Les hôpitaux sont fermés.

12 juin, Algérie Arrestation de l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, secrétaire général du Rassemblement national démocratique (le RND, parti en faveur du pouvoir) et ancien chef de cabinet à la Présidence de la République.

12 juin, Soudan Les militaires acceptent de relâcher les prisonnier∙e∙s politiques en échange de la suspension de la grève générale pour rouvrir des négociations sur un gouvernement civil.

13 juin, Algérie Arrestation de l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, ancien directeur (par trois fois) de la campagne du candidat Bouteflika, et du général à la retraite Ali Ghediri, candidat à la présidentielle. Ce dernier est accusé de divulgation de documents à des puissances étrangères.

15 juin, Algérie La première « conférence nationale des Dynamiques de la société civile » se tient à Alger.

17 juin, Égypte Mohamed Morsi, dont la condamnation à mort a été annulée pour une condamnation à la prison à vie, meurt dans sa cellule, faute de soins.

19 juin, Algérie Le chef de l’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah déclare : « L’Algérie a un seul drapeau pour lequel des millions sont morts en martyrs. » Lors des marches, les drapeaux autres que l’emblème national sont interdits. « Des instructions fermes ont été données aux services de sécurité contre ceux qui brandissent des drapeaux autres que les drapeaux algériens », affirme-t-il. À la suite de ces déclarations, plusieurs personnes sont arrêtées pour port du drapeau amazigh.

20 au 21 juin, Algérie La première rencontre nationale du mouvement des femmes se tient près de Béjaïa.

24 juin, Algérie Rassemblement devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger pour réclamer la libération des manifestant·e·s placé·e·s sous mandat de dépôt pour port du drapeau amazigh.

26 juin, Algérie Rencontre des forces de l’alternative démocratique qui rassemblent les partis démocratiques (FFS, RCD, UPS, PST, PT, MDS, PLD), les syndicats, des associations (dont Raj et Tharwa) et des personnalités, dont Djamel Zenati, Lakhdar Bouregaa, Nacer Djabi autour du « Pacte politique pour une véritable transition démocratique ». Abdelaziz Rahabi a été officiellement chargé de la coordination de la prochaine conférence de l’opposition, prévue le 6 juillet. Les avocat·e·s de Béjaïa bloquent le tribunal et demandent la libération immédiate des détenu·e·s pour port du drapeau amazigh.

29 juin, Algérie Le vétéran de la Guerre de libération nationale Lakhdar Bouregaa, critique à l’égard du régime, est arrêté. Il est placé le lendemain en détention provisoire, et accusé d’outrage à corps constitué et d’atteinte au moral des troupes en temps de paix.

29 juin, Soudan Les forces de sécurité attaquent le siège de l’Association des professionnels du Soudan (SPA), empêchant la tenue d’une conférence de presse.

30 juin, Soudan Des dizaines de milliers de personnes manifestent dans le pays à l’occasion du trentième anniversaire du coup d’État d’Omar al-Bashir. La répression se poursuit.

30 juin, Algérie Marche unitaire de la « diaspora algérienne » à Paris.

5 juillet, Algérie Les manifestations-fleuve célèbrent le cinquante-septième anniversaire de l’indépendance.

5 juillet, Soudan Après une médiation africano-éthiopienne, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) et les putschistes acceptent la formation d’un « Conseil de souveraineté » composé de cinq militaires, cinq civils et d’un onzième membre, choisis par consensus. Le Conseil assurera la transition démocratique pendant un peu plus de trois ans jusqu’à la tenue d’élections en 2020, au cours desquelles il sera dirigé par un militaire les 21 premiers mois puis par un civil les 18 mois suivants.

11 juillet, Algérie Marche des avocat·e·s à Alger contre les incarcérations arbitraires.

17 juillet, Soudan L’accord est signé en présence de témoins internationaux. Il reste à définir une période de transition.

20 juillet, Algérie Libération du militant Hadj Gharmoul, emprisonné depuis fin janvier et devenu un des symboles du hirak.

29 juillet, Soudan Les forces de sécurité tirent à balles réelles sur des étudiant·e·s réuni·e·s pour protester contre les pénuries de pétrole, les coupures d’eau potable, la hausse des prix et le manque de pain à El-Obeid. Quatre étudiants meurent sur le coup, une quarantaine d’autres sont grièvement blessé·e·s. Une manifestation de protestation s’organise dans la journée. Les négociations sur la Constitution sont suspendues.

4 août, Soudan Mohamed Hamdan Dagalo (Hemetti) et Ahmed Rabee signent une première version de la Déclaration constitutionnelle. Elle établit un Conseil de souveraineté de cinq civils et de cinq militaires ainsi que d’autres instances pour mener la transition, laquelle doit durer trente-neuf mois.

6 août, Algérie Le tribunal militaire de Blida émet des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de l’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar, ainsi que de son fils Lotfi et d’un homme d’affaires qui leur est proche, Farid Benhamdine. Ils sont accusés de complot et d’atteinte à l’ordre public dans le dossier de Saïd Bouteflika, Mohamed Médiène, dit « Tewfik », et Athmane Tartag, dit « Bashir ».

8 août, Algérie Le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaïd Salah estime que les revendications ont été « entièrement satisfaites ».

24 août, Algérie Les Dynamiques de la société civile tiennent leur première rencontre.

26 août, Algérie Réunion d’installation du Comité national pour la libération des détenus (CNLD) à Alger, en présence des familles des détenu·e·s d’opinion, des avocat·e·s membres du collectif de la défense des détenu·e·s, des journalistes, enseignant·e·s universitaires, syndicalistes et militant·e·s politiques d’opposition et animateur·rice·s de la société civile.

27 août, Algérie La wilaya de Bejaia interdit la tenue de l’université d’été du Rassemblement actions jeunesse (RAJ) initialement prévue pour les 28, 29 et 30 août 2019. Les autorités refusent la réunion des forces du Pacte de l’alternative démocratique prévue pour le lendemain.

2 septembre, Algérie Le chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaïd Salah appelle à convoquer le corps électoral le 15 septembre pour que l’élection se déroule le 12 décembre.

6 septembre, Algérie Une marche imposante à Alger rejette l’organisation de l’élection présidentielle « avec la bande ».

8 septembre, Algérie Le chef de l’État par intérim Abdelkader Ben Salah convoque le scrutin pour le 12 décembre.

11 septembre, Algérie Arrestation de Karim Tabbou, figure charismatique de l’opposition pour « atteinte au moral de l’armée », et de nombreux autres militant·e·s lors de la marche.

18 septembre, Algérie Le chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaïd Salah demande à bloquer les entrées à Alger. Plusieurs militant·e·s sont arrêté·e·s.

19 septembre, Algérie Le secrétaire général du FLN, Mohamed Djemaï, est arrêté, ainsi que son épouse.

20 septembre, Égypte Quelques centaines de personnes, bravant l’interdiction de manifester, se rassemblent au Caire et dans plusieurs villes du pays pour demander le départ du président Abd al-Fattah al-Sissi. Plus de deux mille opposant·e·s sont arrêté·e·s. Ces actions inédites répondent à l’appel à manifester lancé par un entrepreneur du secteur du bâtiment exilé en Espagne, Mohamed Ali, qui diffuse depuis plusieurs semaines des vidéos accusant le pouvoir de gaspiller les fonds publics pour la réalisation de grands projets somptuaires.

25 septembre, Algérie Le général de corps d’armée à la retraite Mohamed Mediène, dit « Tewfik », le général à la retraite Athmane Tartag, dit « Bashir », ainsi que le frère et conseiller de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, Saïd Bouteflika, et Louisa Hanoune sont condamnés à quinze ans de prison. L’ancien ministre de la Défense Khaled Nezzar est condamné à vingt ans par contumace.

27 septembre, Égypte Alors que Mohamed Ali a lancé un appel à une nouvelle « marche du million », un déploiement policier exceptionnel dissuade les manifestant·e·s. Seul un millier de partisan∙e∙s du président Abd al-Fattah al-Sissi défilent dans les rues du Caire. Au cours de la semaine, le pouvoir accuse Mohamed Ali de mener une conspiration inspirée par les Frères musulmans.

1er octobre, Irak Une vague généralisée de protestations a lieu dans Bagdad et les grandes villes du sud du pays, contre le chômage, l’indigence des services publics et la corruption. Les manifestant·e·s demandent la chute de Adil Abdul-Mahdi et protestent contre l’influence iranienne, notamment contre Qasem Soleimani, le chef des Forces Al-Quds. Le pouvoir coupe Internet et déclare le couvre-feu.

2 octobre, Irak Deux militant·e·s, Hussain et Sarah Almadani, sont assassiné·e·s par des inconnus dans leur maison de Basra.

3 octobre, Irak Le bilan de la répression est établi par Amnesty International : il est de 18 mort∙e∙s.

7 octobre, Irak Des dizaines de manifestant·e·s sont assassiné·e·s et des centaines blessé·e·s à Sadr.

8 octobre, Algérie Une forte répression policière empêche la manifestation des étudiant·e·s.

12 octobre, Algérie Des marches contre l’élection ont lieu à Kherrata et à Bouira.

13 octobre, Algérie Une marche importante a lieu à Alger contre le projet de loi sur les hydrocarbures.

17 octobre, Liban Dans la nuit, une centaine de manifestant·e·s se réunissent dans le centre-ville de Beyrouth et bloquent des axes routiers pour protester contre les nouvelles taxes sur les télécommunications. Les manifestations s’étendent rapidement et le gouvernement annonce la fermeture des écoles dès le lendemain. Le ministre des Télécommunications, Mohammad Choucair, annonce dès le 17 octobre, à 23 heures, avoir abandonné l’idée de la « taxe WhatsApp ». Au deuxième jour de soulèvement, une jeune femme, Malak Alawiye Herz, donne un coup de pied dans l’entrejambe du garde du corps d’un ministre armé d’un fusil automatique. Elle devient une icône pour un mouvement très largement féminin, qui développe aussi des revendications spécifiques sur l’égalité des sexes et la liberté des femmes.

17 octobre, Algérie Marche des avocat·e·s à Béjaïa.

21 octobre, Liban Des dizaines de milliers de Libanais·e·s manifestent partout dans le pays pour demander le départ d’une classe politique jugée corrompue. Ils et elles demandent la démission du gouvernement.

22 octobre, Algérie Le commandant Lakhdar Bouregaa refuse de répondre au juge d’instruction.

23 octobre, Liban Le président de la République Michel Aoun s’adresse au public pour la première fois depuis le début des manifestations. Il déclare qu’il soutient les réformes proposées visant à lever le secret bancaire et à supprimer l’immunité juridique des présidents, des ministres et des membres du Parlement, une législation qui pourrait ouvrir la voie à des enquêtes sur la corruption.

24 octobre, Algérie Marche des avocat·e·s à Alger qui s’opposent « à la justice du téléphone ». Les Forces de l’alternative appellent à rejoindre la grève du 28 octobre lancé par les syndicats autonomes.

24 octobre, Irak Des milliers de manifestant·e·s se rassemblent sur la place Tahrir à Bagdad et tentent de gagner la zone verte. La répression fait une cinquantaine de morts.

25 octobre, Irak Certaines manifestations tournent à l’émeute. Des portraits sont arrachés, des sièges de partis, des bâtiments publics sont pris d’assaut dans le gouvernorat de Maysan et ailleurs sur le territoire.

26 octobre, Liban Des manifestations ont lieu à Tripoli, Beyrouth et dans tout le pays. Les manifestant·e·s installent des sit-in et des barricades sur les routes. L’armée intervient pour lever les blocages et des heurts opposent les manifestant·e·s aux forces de l’ordre, notamment à Beddaoui, près de Tripoli. À Tyr, des militants du Hezbollah et de Amal tentent de dissuader les manifestant·e·s.

27 octobre, Liban Des dizaines de milliers de manifestant·e·s se rejoignent au bord de l’autoroute qui longe la Méditerranée en une grande chaîne humaine. La diaspora libanaise organise également des manifestations, notamment en Europe.

28 octobre, Irak Le couvre-feu est prolongé sine die à Bagdad, après la mort de plus de soixante-dix manifestant·e·s lors des manifestations des jours précédents.

28 octobre, Algérie La grève générale est déclarée. Le commandant Lakhdar Bouregaa reste quatre mois supplémentaires en détention préventive.

29 octobre, Liban Le président du Conseil des ministres Saad Hariri annonce sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Le lendemain, les blocages des routes sont levés. Le 31 octobre, après une allocution du président Aoun, les manifestant·e·s appellent à son départ.

31 octobre, Irak Le président déclare à la télévision que le Premier ministre est d’accord pour démissionner, « à condition que son successeur soit d’accord pour lui succéder ».

30 octobre, Algérie Le chef d’état-major de l’armée Ahmed Gaïd Salah réaffirme que le port du drapeau amazigh est une atteinte à l’emblème nationale. Il rappelle que l’Armée est « déterminée et engagée à accompagner le peuple algérien jusqu’à la fin de cette phase sensible que traverse notre pays », « suit une stratégie judicieuse et bien étudiée, et œuvre à mettre en place toutes les conditions idoines permettant aux citoyens de s’acquitter de leur devoir national dans un climat de sécurité, de paix et de sérénité, et d’organiser ces élections, dans toutes leurs étapes, dans de bonnes conditions ».

1er novembre, Algérie Grande marche nationale à Alger pour célébrer l’anniversaire du déclenchement de la lutte armée contre la France. L’ancienne combattante Zohra Drif porte le drapeau amazigh.

2 novembre, Irak Les manifestant·e·s bloquent le port de Umm Qasr, essentiel pour le ravitaillement du pays.

3 novembre, Irak Les manifestant·e·s prennent d’assaut le consulat iranien de Karbala et remplacent le drapeau iranien par l’irakien.

4 novembre, Liban Nouvelles mobilisations et blocages de routes.

7 novembre, Liban Manifestations de lycéen·ne·s et d’étudiant·e·s demandant un meilleur enseignement public. À Tripoli et dans plusieurs villes côtières, ils et elles bloquent les bureaux du ministère des Télécommunications ou de la compagnie de téléphone publique.

8 novembre, Irak L’ayatollah Ali al-Sistani demande l’arrêt des violences contre les manifestant·e·s.

10 novembre, Irak Le bilan établi par le Comité parlementaire pour les droits de l’Homme est de 319 mort·e·s, et de plus de 15 000 blessé·e·s.

16 novembre, Irak Une attaque à la voiture piégée sur la place Tahrir, à Bagdad, tue quatre manifestant·e·s et fait vingt blessé·e·s. Il n’y a pas de revendication.

28 novembre, Algérie Le Parlement européen adopte une résolution en soutien au hirak qui soulève de vives critiques de la part aussi bien des autorités que des activistes.

29 novembre, Irak Quarante-quatre manifestant·e·s sont tué·e·s dans le sud du pays. Le Premier ministre annonce sa prochaine démission.

1er décembre, Irak À Najaf, les manifestant·e·s mettent à nouveau le feu au consulat d’Iran.

3 décembre, Algérie Le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah dénonce de nouveau des « machinations qui se trament dans les laboratoires de la conspiration à l’étranger » et des « modes de trahison et de félonie à l’intérieur ».

6 décembre, Irak Des hommes armés ouvrent le feu sur les manifestant·e·s et tuent vingt-cinq personnes.

7 au 10 décembre, Algérie Des opérations se tiennent contre le vote devant les consulats à l’étranger ; on assiste notamment à une grande mobilisation en France, et particulièrement en région parisienne.

10 décembre, Algérie Début de la grève de la faim des détenu·e·s d’opinion, pour s’opposer à l’élection présidentielle du 12 décembre.

12 décembre, Algérie Élection présidentielle. Le taux de participation officiel fait état de 39,93 % votant·e·s. La Kabylie boycotte massivement le vote. Le président élu au premier tour, Abdelmajid Tebboune, est un ancien ministre et Premier ministre sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika.

19 décembre, Algérie Abdelmajid Tebboune prête serment.

23 décembre, Algérie Le chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah décède à l’âge de soixante-dix-neuf ans.

24 décembre, Irak Réforme de la loi électorale proposée par le Conseil des députés pour permettre un panachage des listes et pour favoriser des représentations plus locales. Elle est contestée, par une partie des opposant·e·s et par les Kurdes, comme inefficace.

26 décembre, Irak Le président Barham Salih refuse d’accepter la nomination d’un Premier ministre, Asaad al-Eidani, et préfère démissionner.

29 décembre, Irak Les États-Unis bombardent les positions des Katâ’ib Hezbollah (les milices chiites), tuant 25 membres et en blessant 51 autres. Des manifestant∙e∙s pro-Iranien∙ne∙s se rassemblent les jours suivants devant l’ambassade américaine. Les manifestant·e·s mobilisé·e·s dans la révolution pacifique de Tahrir se démarquent à la fois de ces manifestations et de l’action des autorités états-uniennes.


2020

2 janvier, Algérie Le vétéran de la guerre de libération Lakhdar Bouregaa et d’autres militant·e·s du hirak, dont Nime et Hakim Addad, sont libéré∙e∙s, en attente de jugement.

5 janvier, Irak Après l’assassinat de Qasem Soleimani par les Américains, les manifestations se poursuivent avec pour mot d’ordre : « Ni l’Iran, ni les États-Unis, notre révolution est celle de la jeunesse. » Les manifestant·e·s pro-Soleimani et les révolutionnaires s’affrontent en plusieurs lieux.

8 janvier, Algérie Le président Abdelmajid Tebboune nomme une commission de dix-sept experts afin d’émettre des propositions pour la rédaction d’une nouvelle Constitution.

10 février, Algérie La cour d’appel militaire de Blida abandonne les charges pour « atteinte à l’autorité militaire et complot contre l’autorité de l’État » contre Louisa Hanoune, qui est condamnée à trois ans de prison, dont neuf mois ferme, et est donc libérée.

12 janvier, Irak Après l’assassinat de deux journalistes, des manifestations ont cours à Basra. La conférence de presse du ministre de l’Intérieur est boycottée par les journalistes, en solidarité avec leurs confrères.

18 janvier, Liban Des affrontements violents entre les manifestant·e·s et la police dans le quartier du Parlement ont lieu, faisant 377 blessé·e·s. De nouveaux heurts ont cours le lendemain. La crise économique s’aggrave. Depuis l’automne 2019, la monnaie nationale a perdu 70 % de sa valeur et le taux de pauvreté approche les 50 %. Après une interruption due à la pandémie de Covid-19, les mobilisations reprennent progressivement en juin 2020.

23 janvier, Irak Amnesty International s’alarme des violences continues qui s’exercent contre les manifestant·e·s.

24 janvier, Irak À l’appel du leader chiite Moqtada al-Sadr pour une « marche du million », des milliers de personnes se rassemblent et demandent le retrait des forces américaines. Dans les jours suivants, les attaques contre les symboles de la présence américaine se multiplient.

1er février, Irak Le président Barham Salih nomme un nouveau Premier ministre, Mohammed Tawfiq Allawi, qui annonce des réformes, la tenue d’élections et la justice pour les manifestant·e·s ayant subi des attaques. Les tensions entre les « sadristes » et les manifestant·e·s s’intensifient sur les places.

5 février, Irak Dans la ville de Najaf, les sadristes tentent d’évacuer violemment le campement des manifestant·e·s antirégime, faisant 8 mort·e·s et 52 blessé·e·s). Des violences similaires se déroulent dans d’autres lieux. Le lendemain, les manifestant·e·s retournent s’installer sur leurs campements. Ali al-Sistani condamne, dans son sermon du vendredi, ces violences et rend le gouvernement responsable, ayant failli à protéger les manifestant·e·s.

12 février, Irak Les manifestant·e·s regagnent la place Tahrir sous la protection des forces de sécurité.

13 février, Irak Manifestation des femmes contre la violence et contre l’appel de Moqtada al-Sadr, lequel condamne la mixité des manifestations et appelle à une séparation des sexes. Al-Sadr condamne la manifestation, qu’il considère comme immorale.

16 février, Algérie Marche historique à Kherrata pour célébrer le premier anniversaire du hirak.

21 au 22 février, Algérie Manifestations importantes pour le premier anniversaire du hirak. Le président Abdelmadjid Tebboune décrète que le 22 février est la « Journée nationale de la fraternité et de la cohésion entre le peuple et son armée pour la démocratie ».

 22 février, Algérie La conférence nationale des Dynamiques de la société civile n’a pu se tenir à défaut d’autorisation. Le texte principiel est rendu public et devient le « Manifeste du 22 février pour la transition démocratique ».

25 février, Irak Malgré l’annonce des premiers cas de malades de Covid-19, des milliers de manifestant·e·s antirégime sortent dans les rues de Bagdad, masqué·e·s.

7 mars, Algérie Le journaliste engagé Khaled Drareni est arrêté par la police avec d’autres militant·e·s.

13 mars, Algérie Dernier vendredi de marche avant le confinement à cause de la Covid-19. Avec la suspension des marches, de nombreux·euses activistes et militant·e·s sont poursuivi·e·s et parfois condamné·e·s, notamment pour leurs activités sur les réseaux sociaux. La peur s’installe, au point que le journal satirique en ligne El Manchar cesse son activité. Plusieurs sites d’information libre sur Internet, comme Radio M, Maghreb Émergent, Inter-Lignes, ne sont plus accessibles d’Algérie et nécessitent l’utilisation d’un VPN. Les Dynamiques du 22-Février reprennent leurs travaux pour aboutir à une feuille de route pour une transition de sortie de crise.

17 mars, Irak L’ancien gouverneur de Najaf, Adnan al-Zurfi, est nommé Premier ministre, alors que Mohammed Allawi se révèle, à plusieurs reprises, incapable de former un gouvernement et d’obtenir la confiance. 21 mars, Irak Les manifestant·e·s annoncent mettre fin à leurs campements et actions en raison de la pandémie. Des manifestations reprennent néanmoins sporadiquement au mois de mai.