La robe des avocats

Tunis, le 14 janvier 2011, devant le ministère de l’Intérieur ; au milieu, l’avocate Leila Ben Debba. Photo : Fethi Belaid.

► Algérie, Tunisie

De toutes les professions ayant participé aux soulèvements arabes (ouvriers, journalistes, enseignants, médecins), celle des avocat·e·s se distingue par sa présence dans les manifestations et par le fait de défiler en robe. En Tunisie en 2011 comme en Algérie en 2019, des avocat·e·s se prononcent très tôt en faveur de la protestation antiautoritaire et accompagnent différentes phases d’action.

À Tunis, le 22 décembre 2010, un premier sit-in d’une centaine d’avocat·e·s est improvisé devant le Palais de justice et la Maison de l’avocat, au centre de la ville. D’autres font le siège quotidien du bureau du bâtonnier de l’Ordre national des avocats de Tunisie, Abderrazak Kilani, pour le sommer de prendre officiellement position pour dénoncer la répression contre les populations de Sidi Bouzid et des autres centres urbains du Centre-Ouest. L’organisation par Abderrazak Kilani de « réunions de coordination et de consultation » dans les locaux de l’Ordre avec des avocats notables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, le parti fondé par Ben Ali) suscite la désapprobation d’avocats qui viennent l’interpeller jusqu’à la porte de son bureau. Ces mêmes avocat·e·s militant·e·s organisent un deuxième sit-in au matin du 28 décembre devant le Palais de justice. Abdel Nasser Laouini [►La chute du dictateur • page 21] prend la parole pour « envoyer un message, au régime, au président, à sa mafia et sa famille ». Il fait siens les slogans des manifestant·e·s de Sidi Bouzid pour le droit à une « vie digne » et contre la « bande de voleurs » qui gouverne et pille le pays.

Abdel Nasser Laouini – La Tunisie se révolte, Ben Ali. La Tunisie… La Tunisie…

La foule applaudit – Tounès tounès horra horra wa Ben Ali ‘ala barra. Ben Ali ‘ala barra… Ben Ali ‘ala barra [slogan : « La Tunisie libre, et Ben Ali dehors »] [►« Dégage » • page 41].

A. L. – La Tunisie a fait tomber le mur de la peur. La Tunisie a levé le rideau sur vous. La Tunisie et le peuple de Tunisie ont levé le rideau sur vous.

Une femme dans la foule – Tu étais finalement mieux, toi, le premier mari de ma mère [est-ce à dire Habib Bourguiba ? On entend des rires].

A. L. – La Tunisie vous a débarrassé d’un voile. Le peuple ne vous reconnaît pas comme État. Le peuple de Tunisie est en colère, en révolte. Il vous désigne comme une bande de voleurs. Il vous désigne comme une bande de voleurs.

La foule applaudit et répète cinq fois le slogan : « Le travail est un droit, bande de voleurs. »

A. L. – Tunisie… Tunisie…

Quelques heures plus tard, les avocats Abderraouf Ayadi et Chokri Belaïd sont arrêtés. La pression des avocat·e·s militant·e·s incite le bâtonnier à convoquer une « réunion publique d’information » pour le 29 décembre. Les deux avocats sont libérés dans la nuit, se rendent dans les locaux de la Maison de l’avocat, en face du Palais de justice où se tient la « réunion publique d’information ». Toutefois, le bâtonnier dénonce les sévices dont ont été victimes les deux avocats militants, mais déclare que « le barreau n’est pas un parti politique » et qu’il doit s’occuper de « 5 000 avocat·e·s mourant de faim ». Les avocats présents chargent le Conseil de l’Ordre d’adopter la position qu’il convient.

Déjà auparavant, on avait vu les avocat·e·s se réunir devant le Tribunal de première instance de Sidi Bouzid, le 18 décembre 2010, au lendemain de l’immolation par le feu de Bouazizi [►« Le suicide comme contestation » • page 29]. Le 24 décembre, une trentaine d’entre eux quittent le Palais de justice pour manifester dans les rues de la ville de Sidi Bouzid. À Kasserine, le même jour, ils et elles étaient une quarantaine d’avocat·e·s qui appellent la section locale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT, la principale centrale syndicale de Tunisie) à exprimer sa solidarité avec les habitants de Sidi Bouzid.

La présence des avocat·e·s au cœur des mobilisations s’explique d’abord par l’engagement de cette corporation dans la défense des opposants au régime. Beaucoup d’entre elles et eux sont des militants des droits de l’Homme et certain·e·s ont défendu les islamistes lors des procès. Leur engagement aux côtés des révolté·e·s se matérialise très tôt par la nécessité du port de leur robe. Ils prétendent ainsi protéger les insurgé·e·s et leur donner voix. Dès le 28 décembre, l’avocat Abdel Nasser Aouini est le premier à prendre la parole devant le Palais de justice. L’histoire de cette profession prend un tournant avec les révolutions, s’opposant de plus en plus nettement à une hiérarchie jugée corrompue et vendue au pouvoir (notamment les juges).

En Algérie, depuis 2019, les avocat·e·s sont également très visibles dans les mobilisations. Ils et elles se rassemblent devant les tribunaux, font des marches, protestent en robe et s’organisent en collectifs pour défendre gratuitement les détenus. Le 26 juin 2019, les avocat·e·s de Bejaia bloquent le tribunal, et demandent la libération immédiate des détenu·e·s accusé·e·s d’avoir porté le drapeau berbère. Ils et elles multiplient les actions, de la grève ou la marche au boycott des plaidoiries.

C’est cette radicalité qui s’incarne aussi dans la figure de l’avocate Razan Zaytouneh en Syrie, qui prend très vite une place particulière dans le soulèvement qui se déclenche dans le pays. Elle s’attelle alors à décrire et à diffuser les violations des droits de l’Homme, jusqu’à son enlèvement le 9 décembre 2013. Elle fonde le Centre de documentation des violations en Syrie. Comme elle, certain·e·s des avocat·e·s deviennent des figures de la mobilisation, et des cibles du pouvoir ou des milices. On peut citer Chokri Belaïd en Tunisie, assassiné le 6 février 2013, ou Mostefa Bouchachi et Zoubida Assoul en Algérie, Mahienour el-Massry en Égypte [►« Mahienour el-Massry » • page 50], incarcérée à plusieurs reprises et toujours en prison au moment où nous écrivons ces lignes.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 47-49.