Abdel-Basset al-Sarout

Le footballeur qui chantait

► Syrie

La figure de Abdel-Basset al-Sarout s’impose rapidement comme une véritable star du mouvement révolutionnaire syrien. Ancien gardien de but d’une équipe de Homs, il connaissait une première renommée du fait de débuts sportifs prometteurs lorsque la révolution s’est déclenchée. Son jeune visage – il est né en 1992, il a donc alors dix-neuf ans – apparaît lors des manifestations qu’il mène dans différents quartiers de la ville, notamment à Bayyada. Ce quartier dans lequel il a grandi fait partie des zones de Homs qui se mobilisent dès mars 2011. Sarout est d’abord visible sur les épaules de manifestants en train de scander les slogans contre le régime. Son visage souriant, sa manière de s’exprimer simplement, sans ambages et dans une langue populaire en font rapidement une idole des manifestant·e·s, et une cible du régime. Il est accusé dès l’été 2011 d’avoir été mandaté pour créer un émirat salafiste à Homs et sa tête est mise à prix. Il est radié à vie de l’union sportive nationale. Il est rapidement contraint à la clandestinité, échappe à plusieurs tentatives d’assassinat et perd des membres de sa famille. Cet acharnement à son encontre contribue sûrement en retour à sa célébrité.

Il devient particulièrement célèbre comme chanteur, l’un de ceux qui lancent les airs que l’ensemble de la manifestation reprend avec entrain. L’une des premières vidéos du gardien en train de chanter « Oh mon pays, Oh mon cher » date du 4 juin 2011. Il apparaît également à plusieurs reprises dans des manifestations à Khalidyyeh, un des quartiers insurgés de Homs, aux côtés de l’actrice Fadwa Souleimane [►Fadwa Souleimane • page 143], une des premières icônes de la télévision syrienne à avoir publiquement rejoint la contestation. Sa liste de chansons s’enrichit pour atteindre plus d’une dizaine de titres dont certains sont de véritables « tubes », comme son adaptation de la chanson nationaliste « Paradis, paradis, paradis, notre pays est un paradis » [►Chants révolutionnaires • page 137]. La multiplication des victimes de la répression et la mise en place d’une martyrologie influencent son répertoire qui s’étoffe de chants en hommage aux martyr∙e∙s. La mère dont le fils s’est sacrifié pour la révolution en devient une figure récurrente.

Sarout chante en public mais aussi en privé notamment lors de soirées avec des combattant∙e∙s rebelles alors que la révolution s’arme. Il en existe un très grand nombre d’enregistrements. Les armes apparaissent alors dans la scénographie et encadrent les chants comme les danses.

Il devient l’un des personnages principaux du documentaire The Return to Homs, du réalisateur Talal Derki (2013). Les épisodes de sièges militaires de la ville marquent le début de l’engagement armé de Sarout, saisi par la caméra dans la désespérance des rues et immeubles devenus fantomatiques. Devenu combattant, il reste une figure idéal-typique du jeune révolutionnaire syrien qui se radicalise dans le combat armé. Des rumeurs autour de son allégeance à l’État islamique circulent un temps, mais il ne bascule vraisemblablement pas dans le jihadisme. Gravement blessé dans un combat dans le nord de la région de Hama, il décède à Idlib le 8 juin 2019.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 96-97.