Zenga zenga !

► Libye

C’est un discours télévisé de Mouammar Kadhafi du 22 février 2011, diffusé par la télévision d’État libyenne. Le colonel apparaît très agité derrière un pupitre de conférence, ponctuant son discours, qu’il lit sur une feuille, de plusieurs coups de poing. Il porte un turban sur la tête et le drap traditionnel en laine brune épaisse des Bédouins.


Ils [les rebelles] leur donnent des pilules, ils n’agissent pas de leur plein gré.
Allah akbar.
Si tout ne rentre pas dans l’ordre, je vais déclarer la grande marche.
Je déclarerai la marche sacrée.
Oui.
Parce que je suis Mouammar Kadhafi, le leader internationaliste.
Des millions de personnes sont prêtes à me défendre.
J’adresse un appel à ces millions de personnes d’une extrémité à l’autre du désert.
Je marcherai avec elles pour purifier la Libye pouce par pouce, maison par maison, chambre par chambre, ruelle par ruelle [« zenga zenga »], individu par individu, jusqu’à ce que le pays soit débarrassé des saletés et des impuretés.
Je ne laisserai pas la Libye se perdre entre leurs mains sans justification.
Qui laisserait faire cela ?
Les millions sont avec moi, j’ai Dieu aussi qui m’a fait triompher des grandes puissances.
J’ai des millions de partisans et pas seulement ceux de l’intérieur mais des autres nations.
J’adresse un appel aux millions de partisans dans le désert.
D’une extrémité à l’autre, le désert marchera et personne ne pourra l’arrêter.
Dépêchez-vous, fuyez avant que je ne donne le signal de départ de la grande marche.
Ce soir, la marche sera pacifique. Elle débutera de l’intérieur, de nos villes, villages et oasis pour sauver nos enfants et arrêter ceux qui font du mal.
Cette nuit et demain, descendez dans les rues.
Si cela n’aboutit pas, il y aura une autre marche mais cette fois-ci elle partira de l’extérieur et vous savez ce que cela signifie.
Et après, il y aura une marche internationale dont je prendrais la tête moi-même.

Parce que la Libye est importante pour toutes les nations.
La Libye est un modèle mondial.
Je reste assis à ma place. Ne les laissez pas vous mentir.
Moi, partir au Venezuela ?
Par Dieu.
Moi, laisser la dépouille de mon grand-père Abd el-Salam Boumenyar, le premier martyr de la guerre de 1911 à Al-Khoms, et partir au Venezuela ?
Par Dieu, je ne laisserai pas l’Histoire retenir cela contre moi.
Partir et abandonner mon père, le mujâhid Mohamad Abd el-Salam Boumenyar, dans sa tombe à Al-Hani et mon oncle, le mujâhid Shaykh Al-Saadi dans sa tombe à Mnaydir ?
Vous n’y pensez pas !
Ils vous mentent. Hier, ils vous ont dit que Kadhafi s’était enfui.
Me voici !
Les chaînes de télévision arabes sont le plus grand ennemi. Elles se réjouissent de vos malheurs. Elles veulent vous voir détruire le pétrole, la liberté, l’autorité populaire et la Libye.
Mais la Libye est une forteresse mondiale.
Ils sont jaloux, ils veulent vous détruire.
Que Dieu bénisse nos frères au Qatar !
Que Dieu bénisse nos frères au Qatar !
Tout ça pour ça !
Nous avons pourtant mangé dans la même écuelle. Le sang et la fraternité nous lient [à nos frères au Qatar].
Vous vous opposez à nous au lieu d’être à nos côtés.
Mais dans l’intérêt de qui le faites-vous ?
Par Allah, dites-le, dans l’intérêt de qui ?
Vous le regretterez. Ce sera trop tard. Celui dont la maison est en verre ne jette pas de cailloux sur celle des autres.
Qui êtes-vous ?
L’heure a sonné. L’heure de marcher a sonné.
L’heure de la victoire a sonné. En avant toute !
Révolution, révolution !


[Kadhafi quitte la salle aux cris de « Allah akbar », quelques hommes s’approchent et lui baisent le front ou la main.]

Ce discours est diffusé sur les chaînes arabes alors que les manifestations et occupations se sont installées en Tunisie, en Égypte et au Yémen. La folie du dictateur libyen est parfaitement visible à travers son agitation mais également son texte (à partir duquel il improvise sûrement).

Il résume et exagère les stratégies discursives des dictateurs arabes contre leurs peuples révoltés : les manifestant·e·s sont drogué∙e∙s, ils et elles sont soutenu·e·s de l’extérieur (le Qatar comme figure honnie), le réseau de télévisions satellitaires arabes ment. Le monde arabe regarde à la fois avec stupéfaction et amusement cette vidéo d’anthologie. La situation libyenne est, à cette époque, très scrutée en Syrie où la révolution en est à ses débuts. En effet, il était courant de comparer la structure autoritaire kadhafiste, qui s’appuie sur quelques divisions militaires d’élite, à celle d’Assad. La fébrilité du dictateur est déjà en soi une première victoire, il est le parfait contre-exemple pour ce type de discours que les différents autocrates s’emploient à prononcer face aux mobilisations.

La ponctuation délirante de ce discours l’a fait entrer dans la postérité avec les répétitions de « pouce par pouce, maison par maison, chambre par chambre, ruelle par ruelle [« zenga zenga »], individu par individu » et lui donne son nom : « Zenga zenga ». Très rapidement, le texte est détourné, notamment en chanson. Noy Alooshe, un journaliste israélien, sort le 24 février 2011 un remix de « Zenga zenga » en déformant la voix de Kadhafi par Auto-Tune sur un sample emprunté au tube « Hey Baby » de Pitbull avec T-Pain. La vidéo devient virale et atteint les 2,7 millions de vues en une semaine.

Il existe un nombre incalculable de versions et de reprises du texte en chanson, que ce soit par des partisan·e·s ou des opposant·e·s au régime. « Zenga » devient même un slogan de manifestations en Syrie. L’une de ses premières attestations se situe très tôt dans la révolution : la vidéo mise en ligne le 22 avril 2011 est celle d’une manifestation à Deir ez-Zor du jour même. Les manifestant·e·s scandent : « Zenga zenga, maison par maison [« dar »], on va te virer, Bachar », Bachar rimant avec « dar », la « maison ». Ce slogan est audible dans plusieurs villes insurgées syriennes dès 2011. Ce détournement des paroles a aussi un écho plus inattendu, puisque la répétition de « zenga zenga » a évoqué une blague populaire à l’époque dans le pourtour méditerranéen et qui concernait le fameux scandale des soirées « bunga bunga » de Silvio Berlusconi, dénomination désignant les parties fines qu’il organisait. Cette expression, « bunga bunga », a également fait l’objet de plusieurs détournements musicaux assez semblables.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 224-227.