Pouvoir civil

Madani

Logo des Casques blancs syriens, brigade de volontaires pour la protection des populations civiles.

► Tous pays

Le terme de « civil », « madani » en arabe, a de multiples usages dans la période révolutionnaire. Avant de devenir un mot-clé pour les tenants de la transition démocratique, recouvrant les acceptions traditionnelles associées à la société civile, il vient d’abord caractériser une aspiration. Le civil s’oppose d’abord au militaire, et aspirer à un gouvernement civil, c’est vouloir en finir avec les militaires. Il s’oppose ensuite, secondairement, au religieux, au sein d’un répertoire forgé dans le contexte de la compétition entre les séculiers et les religieux. Il est aussi, très simplement, un lieu du « non-armé ». Ainsi, la désignation de ceux qu’on appelle les « Casques blancs » comme équipes de défense civile (« difâ‘ madanî ») ne pose pas de problème.

Ce mot, madani, a une histoire spécifique dans la région, qui permet de comprendre la place qu’il prend à partir de 2011. Aux indépendances, c’est le prisme national et patriotique qui s’imposait comme un mot d’ordre consensuel et rassembleur. Ce registre est ensuite mobilisé – et sensiblement démonétisé – par les régimes autoritaires. Si les symboles nationaux reprennent leurs droits en 2011, c’est précisément en les débarrassant de la langue de bois qui s’y étaient engouffrée, voire en les rafraîchissant (les retours au drapeau national des indépendances en Syrie et en Libye en sont des exemples clairs).

Néanmoins, le langage de la nation mobilisée, du peuple en révolte n’est pas suffisant pour marquer la rupture avec l’ordre ancien. C’est là que le registre du civil s’impose. Le mot est entré dans le lexique politique à partir des années 2000 avec la prolifération des ONG, par des financements extérieurs. Madani, qui veut autant dire « civique » que « civil », s’impose pour définir un gouvernement et un répertoire d’actions qui incorporent la société civile, sans recourir à des catégories confessionnelles. L’usage de cette notion est très différencié dans les différentes régions du monde arabe. En Irak, par exemple, l’État civil (« dawla madaniyya ») s’oppose aux religieux et aux milices armées. Au Liban, le mot madani est entré dans le lexique à travers la revendication du mariage civil et non confessionnel depuis la sortie de la guerre civile, revendication encore actuelle qui est portée par la révolution. Elle équivaut à une remise en cause radicale du système confessionnel. Au Yémen, il est d’emblée mis au centre des revendications, autour du concept d’État civil, lequel est conçu comme une société nouvelle, défendue par la jeunesse révolutionnaire contre le personnel politique en place. Certain·e·s manifestant·e·s trouvent dans la figure d’Ibrahim al-Hamdi, président du Yémen de 1974 à 1977, un exemple de ce bon gouvernement, pacifique et civil. D’autres se réfèrent à des figures religieuses, à une conception réformatrice de l’État, forgée au début du xxe siècle.

Ailleurs, le civil définit un espace non partisan et insiste sur l’implication dans les mouvements révolutionnaires de personnalités qui ne sont pas des militant·e·s. C’est alors une manière de souligner le discrédit qui touche la classe politique et les organisations traditionnelles.

Néanmoins, ce champ sémantique a été troublé par son usage dans les catégories des institutions internationales et des ONG. Il a également été manipulé, parfois avec une grande habileté, par les pouvoirs autoritaires. Loin de faire immédiatement consensus, il peut à son tour définir des fractures au sein des révolutionnaires. En Algérie, son usage peut être associé à une accusation d’allégeance à l’étranger, terrain mouvant et sensible pour ceux qui peuvent se retrouver désignés comme « hezb frança » (le parti de la France, c’est-à-dire par extension le parti de l’étranger).

Malgré son appropriation par une partie des révolutionnaires dans l’ensemble de la région, cette notion reste difficile à manier et ne parvient pas à résoudre les ambiguïtés dont elle est chargée. Elle rassemble dans son ambiguïté même les difficultés à faire émerger un projet politique et social dans des pays où les débats politiques se sont longtemps résumés à un affrontement entre pouvoir autoritaire et opposition majoritairement islamiste. L’espace du civil, censé être un espace du « ni-ni », ne parvient pas toujours à se donner un contenu. Il le trouve, avec de grandes difficultés, quand peuvent s’installer des négociations comme celles qui ont mené à la rédaction et à l’adoption de la Constitution tunisienne de 2014 –

Article 2.

La Tunisie est un État à caractère civil, basé sur la citoyenneté, la volonté du peuple et la primauté du droit.
Il n’est pas permis d’amender cet article.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 269-271.