Le post

Posts annonçant la participation aux manifestations du 25 janvier 2011 en Égypte.

► Tous pays

Les écrits sur le rôle (ou l’absence de rôle) d’Internet dans les révolutions arabes sont légion. Que les auteurs y voient des outils d’une quatrième vague de démocratisation ou bien un leurre, alors que leur contribution est restée mineure, on trouve assez peu de récits situés des usages des réseaux sociaux dans les révolutions. Il est pourtant difficile d’en faire abstraction durant toute la décennie 2000. Dans le discours même des acteurs et actrices des révolutions, Internet semble jouer un rôle fondamental. L’un des protagonistes essentiels de la révolution égyptienne, Wael Ghonim, l’un des administrateurs de la page « Nous sommes tous Khaled Saïd » qui comptait près de 300 000 membres et appela aux mobilisations du 25 janvier 2011, a ainsi écrit un ouvrage intitulé Révolution 2.0. Huit ans plus tard, la révolution algérienne semble aussi, sous certains aspects, prendre l’allure d’une « révolution 2.0 », au cours de laquelle les réseaux sociaux occupent une place non secondaire aussi bien dans la diffusion de l’appel anonyme à manifester que dans la construction de l’économie générale et du soutien du hirak. Très rapidement, le terme « Djazaïr 2.0 » (« Algérie 2.0 »), qui deviendra le nom d’une des organisations de soutien au hirak nées dans l’après-22 février, s’impose pour signifier à la fois la volonté populaire d’instaurer une Deuxième République et la conscience que cela se joue aussi sur la toile.

Sans statuer de manière définitive sur le rôle (général et non spécifié) d’Internet, il semble intéressant de relater des usages concrets et situés d’un réseau social, Facebook, par les militant·e·s et les futur·e·s révolutionnaires ordinaires dans l’événement. Ces quelques extraits issus du contexte égyptien permettent de voir la volatilité et l’incertitude des journées qui mènent au 25 janvier, nuançant ainsi le déterminisme d’une vision diffusionniste, faisant découler la mobilisation égyptienne du précédent tunisien. Ils permettent aussi de voir comment les jeunes tentent de se convaincre, et de se motiver à participer. Enfin, les extraits permettent de saisir les usages logistiques des réseaux sociaux par les militant·e·s.

Le 19 janvier 2011, Ihab, un jeune Égyptien, change sa photo de profil sur Facebook. On le voit désormais debout, face caméra, tenant une pancarte portant l’inscription suivante : « Je participe le 25 janvier, je suis libre. » En commentaire sur sa nouvelle photo, Ihab ajoute : « Je participe le 25 janvier… Je participe parce que je suis un être humain qui a une dignité… Je participe parce que je suis un être humain… Je participe par ce que j’aime l’Égypte… Il faut que je participe… Je suis liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiibre. » Dans les jours qui suivent, c’est au tour de l’un de ses amis, Ragab, d’écrire à son tour sur le réseau social : « Je participerai de toutes mes forces le 25 janvier, le jour où on se débarrassera du régime pourri. »

Entre la fuite de Ben Ali, le 14 janvier, et la « fête de la police » prévue en Égypte le 25 janvier, des messages de ce type essaiment sur les réseaux sociaux. Ils visent avant tout à conjurer le sort. En affichant leur enthousiasme, en prenant position, les un·e·s et les autres se contraignent à participer à l’événement. Les publications et les likes permettent de se compter, et leur multiplication de renforcer la croyance en la possibilité d’un changement. Ils permettent également de propager cette croyance en soulignant un ensemble d’indices contextuels, qui sont autant de facteurs (dés)inhibiteurs en puissance quant aux engagements à venir. Ces différents indices permettent de percevoir le climat comme conducteur et ce faisant de redoubler d’efforts dans le processus d’auto-conviction. À l’issue de sorties de tractage dans un quartier populaire d’Alexandrie, un·e militant·e note ainsi sur sa page Facebook : « Des indicateurs positifs d’une réelle participation populaire le 25… à condition qu’il y ait une étincelle… Bien sûr que ce ne sera pas une révolution… Mais peut-être que ça contribuera à sortir le peuple de sa torpeur. »

Cependant, il ne faut pas croire que l’enthousiasme atteint tout le monde en amont du 25 janvier 2011. Bien au contraire, nombreux·ses sont les Égyptien·ne·s persuadé·e·s que leur pays n’est pas la Tunisie, et qu’au vu de l’histoire récente, rien ne va se passer. Un·e autre jeune activiste n’hésite ainsi pas à écrire sur sa page :

Petit sondage mené auprès des collègues de travail : personne n’est au courant de l’appel du 25 janvier. Facebook leurre beaucoup de gens. La révolution ne va pas commencer en changeant des photos de profil ou en postant des vidéos enthousiasmantes. La rue est très loin de ce qu’on raconte ici. Ce qui va se passer le 25, c’est que les mille qui y vont chaque fois vont y aller comme chaque fois, ils vont se faire tabasser comme chaque fois, ils vont se faire arrêter. Et ceux qui ne se feront pas arrêter vont se mettre sur Facebook et changeront leur photo de profil à « Libérez les détenus ». Et voilà tout.

À l’approche du 25 janvier, les publications sur les réseaux sociaux deviennent de plus en plus solennelles. Ce post publié par Ragab, un jeune militant alexandrin, à l’aube du 25, à 3 h 03, le montre bien :

Mes salutations à tous, je sors dans quelques heures participer à la journée de la dignité du 25 janvier, pour libérer mon pays de la pauvreté, de la honte, de l’humiliation, du chômage et de la pourriture, etc., etc. Car parmi les actes les plus respectables pour Dieu, il y a le fait de dire une parole juste face à un chef tyrannique. Je vais demander mes droits, les droits de mon pays et de mes frères et sœurs. Que l’Égypte vive libre et que ses habitants vivent dignement !

Ces publications sont également accompagnées de posts plus logistiques, donnant des directives et des consignes pour les manifestations, du moins jusqu’au soir du 27 janvier, moment où Internet est coupé dans tout le pays. Par exemple, du fait d’arrestations qui se multiplient durant la journée du 26 janvier, un militant alexandrin avertit ses amis Facebook, à 15 heures :

À tous les activistes d’Alexandrie. Prière de ne pas s’approcher de Manshiyya en ce moment. J’ai essayé d’y aller et je n’ai pas pu. Ils sont en train de fouiller tous les citoyens dans un périmètre de 250 mètres autour du quartier. Prière de garder la raison et d’éviter de se laisser emporter par les émotions, nous avons besoin de chaque activiste. Il faut qu’on se rassemble et qu’on les surprenne… On ne peut pas répéter les mêmes vieilles erreurs et les laisser nous attraper facilement.

Les posts sont utilisés dorénavant dans l’ensemble de la région pour signifier une adhésion, comme une signature de pétition, ou une participation à un mouvement virtuel. C’est sur ce principe même que se fonde le mouvement La Révolte des femmes dans le monde arabe [►Femmes en luttes • page 65]. Chacun·e des participant·e·s poste une photo d’elle ou de lui arborant un message qui commence toujours par « je suis avec la révolte des femmes dans le monde arabe parce que ». Ce groupe, qui existe uniquement sous la forme d’une page Facebook, accueille des témoignages sous la forme de posts écrits ou de vidéos, préfigurant en quelque sorte la forme que prendra le mouvement #metoo.

On lit –

Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que je suis un sujet et non un objet. (Femme. Tunisie, 2012)


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce qu’une femme n’est pas une honte et parce que les femmes sont la moitié de la société. (Femme. Tunisie, 2012)


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que j’en ai assez que vous me traitiez et me décriviez comme un objet. Je ne suis pas une tasse d’eau, pas un cristal et certainement pas un bonbon ! (Femme. Libye, 2012)

 


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que j’aime la liberté. (Homme. Syrie, 2012)


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe car je porte tous mes droits de citoyenneté et je paie des impôts exactement comme vous, cependant je ne prends pas mes pleins droits exactement comme vous. (Femme. Jordanie, 2012)


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe car pendant 20 ans, je n’ai pas pu sentir l’air dans mes cheveux et mon corps. (Femme. Syrie, 2012)


Je suis avec le soulèvement des femmes dans le monde arabe parce que je ne veux pas que les intellectuels voient dans mon voile la cause de l’arriération de la société. (Femme. Syrie, 2012)

La forme de la campagne elle-même est déterminée par les usages qui se diffusent. Un de ses effets marquants est de montrer les visages et de fonctionner comme des coming-out politiques.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 245-249.