Le·la citoyen·ne journaliste

« Sidi Bouzid brûle ! » Une page du blog de celle qui se nomme « A Tunisian Girl », citoyenne-journaliste.

► Algérie, Liban, Libye, Tunisie

À la fin de l’année 2010, le monde découvre une jeune femme. Son blog, « A Tunisian Girl », après avoir été un blog plus tourné vers des questions intimes, avait déjà fait la place à des questions politiques, visant notamment la politique de censure du régime. En décembre 2010, elle se rend à Sidi Bouzid, puis à Kasserine et figure parmi les premières à rapporter les événements qui se déroulent sur place. Elle diffuse photos et vidéos des opérations de police, des blessé·e·s et des mort·e·s, les listes des victimes, visite des hôpitaux et interroge des familles qui ont perdu l’un·e des leurs en raison de la répression policière. « A Tunisian Girl » devient alors un point central pour l’opposition, formant avec d’autres blogs un véritable réseau de contre-information qui s’oppose à la propagande du régime. Les blogueuses et les blogueurs tunisien·ne·s, déjà visé·e·s par des campagnes de répression depuis le début des années 2000, sont parmi les personnalités emprisonnées les plus visibles du moment révolutionnaire. Le cyberdissident Zouhair Yahyaoui, emprisonné et torturé, avait été libéré en 2003, grâce à une campagne internationale très active. Il décède néanmoins d’une crise cardiaque en 2005, à trente-sept ans, devenant un symbole de la résistance pour les jeunes en Tunisie. À sa suite, Sofiane Belhaj lance un blog sous le nom de Hamadi Kaloutcha. À la fin de l’année, il se lance dans une entreprise particulièrement subversive en traduisant toutes les informations de Wikileaks concernant la Tunisie et en les mettant en ligne. Il est arrêté le 6 janvier 2011, ainsi que cinq autres activistes du Web.

Ces jeunes femmes et ces jeunes hommes, tou·te·s issu·e·s de la classe moyenne, forment une cohorte clé de révolutionnaires. Ils et elles accompagnent, témoignent, diffusent et jouent, via Internet, le rôle de médiateurs et médiatrices. Elles et ils nourrissent également les réseaux sociaux, mais aussi des médias plus classiques comme la chaîne transnationale arabe Al-Jazeera qui contacte fréquemment des correspondant·e·s, en réalité des citoyen·ne·s, simplement armé·e·s d’une caméra, d’un ordinateur et d’une connexion.

L’envoi instantané et libre des informations filmées ou photographiées a permis à beaucoup de volontaires de casser le mur des censures officielles, et de créer de nouveaux canaux de diffusion qui passent souvent par la diaspora. Certaines de ces expériences journalistiques deviennent – ou s’affirment comme – de véritables médias ; le plus souvent en ligne, tels le magazine Nawaat en Tunisie, ou le journal Mada masr en Égypte. Ces expériences se fondent essentiellement sur l’usage du texte et de l’enquête. D’autres accompagnent les révolutions en accueillant des analyses et contributions intellectuelles de voix dissidentes. On peut penser alors au journal Al-Jumhuriya. Fondé en mars 2012 par un groupe d’écrivain·ne·s et d’universitaires syrien·ne·s, à la fois présent sur le sol syrien et en dehors, le journal, dont le siège est aujourd’hui à Berlin et qui est devenu pour partie bilingue (arabe et anglais), accueille des analyses et questionnements sur la révolution syrienne et sur la question démocratique dans le monde arabe.

Par-delà ces expérimentations venues renforcer, témoigner ou analyser le moment révolutionnaire, la presse révolutionnaire se développe aussi dans le courant des événements. Elle prend souvent la forme, aujourd’hui plus immédiate, du reportage sur le vif, très peu éditorialisé, ou même celle d’un journal produit sur les places, le plus souvent sous une forme numérique – une belle exception est celle du journal papier Tuk-Tuk, rédigé et produit sur la place Tahrir de Bagdad. La présence de « centres medias » dans les lieux d’occupation a permis le développement de ce type d’infrastructures légères, qui peuvent être de simples mises en réseau de preneurs d’images, sur le modèle du réseau Mosireen en Égypte, ou de véritables objets éditoriaux nouveaux, créatifs, fondés sur du reportage monté mais assez brut, et des analyses elles-mêmes assez courtes. C’est le modèle choisi par le média indépendant Megaphone, monté peu avant le surgissement contestataire d’octobre 2019 au Liban, qui épouse l’évolution des événements pour devenir un véritable porte-voix du mouvement révolutionnaire, produisant à la fois des images saisies sur le vif et des textes d’intervention réunissant une génération d’intellectuel·le·s et d’observatrices et observateurs politiques.

En Syrie, l’information est très vite un enjeu crucial. Filmer les manifestations n’est plus seulement une pratique militante, mais un véritable acte journalistique. Les activistes développent des méthodes d’authentification des vidéos notamment à l’aide de pancartes qu’ils brandissent devant les caméras donnant le lieu et l’heure. Les comités de coordination [►Comités de la révolution • page 125], qui s’appuient sur des découpages territoriaux, jouent bien souvent le rôle de bureaux journalistiques où sont réunies les vidéos des actions locales.

C’est lors de cette organisation d’urgence d’alternative à la propagande du régime qu’émerge la figure du ou de la journaliste-citoyen∙ne. Il s’agit dès lors d’envoyer aux différents canaux médiatiques les vidéos des actions et des exactions, mais également d’assurer un recensement des victimes, des détenu∙e∙s. Écrire et délivrer des rapports devient un des nerfs de la contestation. Certaines voix deviennent des habituées des plateaux des chaînes arabes. Ces agences militantes montent leurs propres sites, devenant de véritables plateformes d’information. L’effort s’effectue également vers la formation prise en charge par des professionnel∙le∙s : Bassel Shehadeh (1984-2012), étudiant en cinématographie à l’université de Syracuse aux États-Unis, décide ainsi de rentrer en Syrie pour mettre ses compétences au service de la révolution. Il documente, filme et témoigne, et entreprend de former de jeunes activistes au maniement de la caméra. Son activisme lui vaut d’être assassiné à Homs par les supplétifs du régime. Si la dimension vidéo d’une pratique de reporter en temps de guerre semble évidente, les citoyen∙ne∙s-journalistes syrien∙ne∙s se spécialisent dans les différents domaines du journalisme notamment radio et photo. Des formes originales voient le jour comme les « Lens Young » (littéralement, « jeune focale »), des blogs photographiques rattachés à un secteur géographique délimité. Les médias sont conçus à la fois comme un moyen de diffuser des informations vers l’extérieur et de se rassembler, de faire communauté, à l’intérieur [►Kafranbel • page 263].

Partout, les initiatives de témoignage et d’archivage se multiplient et tendent à se diffuser dans l’ensemble de la société. Les réseaux sociaux transforment chacun·e en détenteur et détentrice d’images et en collectionneur∙euse. Les partages en live multiplient encore les possibilités. Chaque citoyen.ne devient un peu journaliste pour participer à un débat ouvert et démocratique que chacun·e tente de construire, à l’échelle de son réseau et de sa sociabilité numérique. Les divers supports sont exploités pour approfondir cette expérimentation, du post enragé ou humoristique à l’enquête documentaire [►Le post • page 245]. Ainsi la réalisatrice algérienne Drifa Mezenner crée-t-elle dès le deuxième vendredi du hirak une chaîne YouTube et une page Facebook pour diffuser les images montées des manifestations. On y voit les formes évoluer de formats plutôt courts à des documentaires plus longs et plus approfondis, dont l’objectif est de donner à voir « de l’intérieur », en immersion.

Des journalistes professionnel·le·s peuvent aussi faire sécession et rejoindre l’information engagée. Khaled Drareni, journaliste algérien, démissionne en février 2019 du groupe Echourouk, où il était rédacteur en chef et présentateur du journal télévisé du soir. D’autres journalistes sont écarté·e·s ou limogé·e·s car mobilisé·e·s sur le terrain et œuvrant pour une information libre et démocratique. C’est le cas de Mahrez Rabia, mis à la porte de Canal Algérie en décembre 2019. « Je confirme mon départ de Canal Algérie après quatorze années passées en son sein », écrit le journaliste qui, depuis le début du hirak, n’a cessé d’en documenter les dynamiques sur sa page Facebook et de filmer les marches du vendredi. Il poursuit :

La raison invoquée pour l’arrêt de mon contrat a été, étonnamment, mon surpoids actuel. Je ne suis malheureusement pas dupe. Je sais assez que mon travail de couverture du hirak et le documentaire que je réalise en dehors des murs de Canal Algérie n’étaient pas bien reçus par ma direction. Je ne regrette pas mes années passées à la télévision publique algérienne. Je crois à la mission de service public que devrait endosser la télévision algérienne, et je déplore que ça ne soit pas toujours le cas. Nous sommes nombreux à avoir essayé de changer les choses de l’intérieur. Je suis certain que d’autres continueront le combat pour rendre la télévision publique au peuple algérien. Je ne me considère pas comme une victime. On m’a demandé de partir, je m’en vais, dignement, je l’espère. Je le fais, le cœur apaisé et la conscience tranquille, en sachant que j’ai fait mon devoir de journaliste. Ça n’est pas la fin de mon aventure, c’est le début d’autre chose pour moi.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 257-260.