La chanson du premier mort

► Tunisie, Égypte

Acte I. Menzel Bouzaïene

Même à la veille de l’ʿAïd
Tu es méprisée Bouzid
Ton feu augmente chaque jour
L’étincelle a bien pris
On a entendu parler de vous mes frères
Depuis Menzel Bouzaïene
Alors on a tout brûlé
Écoutez ce qui s’est passé
Ils ont frappé Bouzid là-haut
On s’est réunis dans le quartier du souk
Et les voyous sont venus
Hamza, Sabri et Alaa
Du quartier Akrad
On a emmené sept gars
On s’est donné rendez-vous
Et on a tout brûlé.
Quand Bouzaïene a flambé
Et s’est couverte de fumée
L’odeur des lacrymogènes
Est arrivée jusqu’au ciel
C’est dommage ce qui se passa
Des renforts sont arrivés
On a fait la peau à neuf agents
Et ils ont emmené des gamins
La police ne connaît pas la pitié
Et nous on ne connaît pas la peur
On a lancé des Molotov
De toutes parts.

Ils nous ont tiré dessus
Mais nous n’avons pas peur
Et ne baissons pas la tête
Même si on meurt de faim.

On a entendu parler de nous aux alentours
Et ils sont venus nombreux
Avec de l’essence et du gaz
Et on a encore tout brûlé.

Les lions du quartier
Ont mis la police en morceaux
La crème s’est transformée en B13
Le monde en a entendu parler
Vendredi après-midi
Jour du grand massacre
Le poste de police et la délégation
Avaient la fumée qui montait
D’énormes renforts sont arrivés
De Sousse et de Mahdia
Et notre faction renforcée
Par les youyous des femmes.

Mohamed Ammari a été le premier martyr.

Mon feu s’est encore attisé
Quand j’ai appris ta mort, voisin
Ainsi que Chawki qui fut un lion
Mais le destin est aux mains de Dieu.

Même à la veille de l’ʿAïd
Tu es méprisée Bouzid
Ton feu augmente chaque jour
L’étincelle a bien pris
On a entendu parler de vous mes frères
Depuis Menzel Bouzaïene
Alors on a tout brûlé
Écoutez ce qu’il s’est passé.
Même à la veille de l’ʿAid
Tu es méprisée Bouzid
Ton feu augmente chaque jour
L’étincelle a bien pris
On a entendu parler de vous mes frères
Depuis Menzel Bouzaïene
Alors on a tout brûlé
Écoutez ce qu’il s’est passé.

« La chanson du premier martyr de Menzel Bouzaïene », lequel est, en réalité, Chawki Nasri (il fut suivi, quatre jours plus tard, de Mohamed Amari), est composée la nuit même où il tombe, le 24 décembre 2010, par son groupe de camarades, pendant leur planque. Les paroles se déroulent sur un de clips constitués par un montage de vidéos de scènes « révolutionnaires » : incendies de bureaux officiels, scènes de mobilisations ; les images montrent des actes des manifestant·e·s filmés par des participant∙e∙s. Les paroles pleurent les ami∙e∙s perdu∙e∙s sur une mélodie dont la trame est celle des chants religieux. Un des membres du groupe l’enregistre quelques jours après.

Cette vidéo raconte un événement traumatique en insistant sur le sort réservé à la ville de Bouzaïene, comme à l’ensemble de la région. La tonalité générale de la complainte rejoint le thème des régions délaissées, voire méprisées, qui subissent l’histoire, sans jamais rien récolter que les malheurs. Bouzaïene, gare ferroviaire sur la route du phosphate, fait partie du gouvernorat de Sidi Bouzid abandonné par les autorités [►Le suicide comme contestation sociale • page 29].

Une radio locale y est installée le 23 décembre 2013 pour faire entendre la voix des habitant∙e∙s et les besoins de la ville.

Dans le cadre des premiers procès de l’instance Vérité-dignité, une audience a lieu le 10 octobre 2018 durant laquelle les assassins des martyrs de Bouzaïene comparaissent, ainsi que les ayants droit des deux martyrs et tou∙te∙s les blessé∙e∙s.

Acte II. Suez

Allons-y, allons-y
Libérer nos terres
Et les os de nos frères
Nous les ramassons et les aiguisons
Nous en faisons des canons
Et nous défendons
Et nous offrons la victoire à l’Égypte
Et nous écrivons nos noms dessus

Ce chant de la résistance à Israël qui remonte à la défaite de la guerre des Six-Jours en 1967, écrit par le capitaine El Ghazali, le « poète de la résistance populaire » de Suez, refait surface lors des mobilisations révolutionnaires de 2011. Si ce chant fait partie intégrante du répertoire populaire des villes du canal de Suez, il est beaucoup moins connu dans le reste du pays. Son imagerie radicale ne peut que frapper. Cela renforce l’image historique de Suez comme ville martyre et comme ville de martyrs, à l’avant-garde de la lutte pour l’indépendance et de la résistance. La ville, comme les autres villes du canal, a en effet joué un rôle prépondérant dans différentes luttes historiques : anticoloniales, durant l’agression tripartite, ou encore contre Israël (en 1967, durant la guerre d’usure, ou encore en 1973).

Tout au long de la journée du 25 janvier 2011, les manifestations secouent le pays, mais les manifestant·e·s peinent encore à se vivre comme des révolutionnaires. Les nouvelles qui arrivent de Suez jouent un rôle important dans la transformation des perceptions de la situation. En effet, la gestion par la police des manifestations est immédiatement violente, et le début de soirée voit la première victime de la révolution égyptienne, un jeune homme âgé d’à peine vingt et un ans. La nouvelle fait le tour du pays ; la révolution a son premier martyr. La mobilisation doit tenir, ne serait-ce que pour venger ce jeune homme et l’honneur de Suez.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 216-219.