La cartouche

► Tunisie

Vidéo présente sur YouTube, intitulée « Tunisie Ben Ali Cartouche Ariana 16/1/2011 »

Tout au long des révolutions arabes, l’usage de certaines armes et munitions par les forces de police a suscité de nombreuses réactions. L’élévation des degrés de violence et celle du nombre des victimes dans plusieurs pays sont ainsi directement liées à l’usage de balles réelles, mais aussi de balles en caoutchouc ou de chevrotine, lesquelles ont fait beaucoup de blessé·e·s [►Perdre les yeux • page 239]. L’usage de ces armes a pourtant fait l’objet de multiples controverses. En Égypte, les dénégations des ministres de l’Intérieur successifs d’avoir fait usage de ces armes, que ce soit sous la régence des militaires ou durant la période durant laquelle les Frères musulmans sont au pouvoir, suscitèrent bien des commentaires ironiques. En effet, en novembre 2011 par exemple, le ministre Mansur Al-Issawi déclare qu’aucune balle réelle ni de chevrotine n’a été tirée sur les manifestant·e·s [►Le tireur embusqué • page 171].

À peine quelques mois plus tard, début février 2012, alors que les affrontements font rage dans la rue Mohamed-Mahmoud, aux alentours du ministère de l’Intérieur au Caire, le président du Parlement nouvellement élu et membre des Frères Musulmans, Saad Al-Katatni, informe les députés que le ministre de l’Intérieur l’a assuré qu’il n’avait pas fait usage de chevrotine lors de manifestations. En réponse, l’un des députés de l’opposition se dresse avec des douilles à la main, interpellant l’Assemblée : « Voici les douilles, monsieur, voici les douilles », le tout couvert par un brouhaha massif.

Ces argumentations concurrentes visent à affirmer la légitimité ou l’illégitimité de l’usage de ces armes pour contrôler des mobilisations protestataires. Mais ces constructions de sens ne se font pas uniquement aux plus hauts niveaux de l’État, au Parlement et dans les ministères de l’Intérieur. Elles émergent aussi dans la rue, au gré des affrontements. Au lendemain du 14 janvier 2011, un peu partout en Tunisie, la fuite de Ben Ali ne met pas fin aux affrontements entre forces de l’ordre et manifestant·e·s. Au contraire, ces confrontations sont légion et la répression est dure. On en veut pour preuve le décompte des mort·e·s qui est bien supérieur après le 14 janvier qu’avant. Dans de nombreux quartiers populaires du grand Tunis, des groupes surtout composés de jeunes hommes bravent le couvre-feu et s’engagent dans des face-à-face avec les forces de l’ordre. Souvent désarmés ou utilisant des armes de fortune, ces insurgés subissent le feu de l’armée et de la police.

Une vidéo de une minute cinquante-sept secondes, intitulée « Une balle israélienne a été utilisée à l’Ariana », datée du 16 janvier 2011, illustre bien ces tensions et le rôle important qu’y prend la matérialité des instruments de répression, en l’occurrence ici les cartouches. Dans le quartier de l’Ariana, à Tunis, un homme d’une trentaine d’années, dont on ne voit jamais le visage, filme avec son téléphone portable. La qualité de l’image est moyenne et une lueur orange domine. On l’entend durant la vidéo témoigner –

Pour le peuple tunisien voici, regardez les cartouches !

Il a en main cinq douilles, on entend des bruits d’affrontement non loin et des cris (de ralliement ?). Il filme le sol jonché de centaines de douilles et répète –

Voyez les cartouches à Ariana,
Voyez les cartouches à Ariana.

À mesure qu’il avance en filmant le sol, il donne de petits coups de pied dans les douilles pour bien montrer leur nombre et redit –

Voyez les cartouches, voyez les cartouches, voyez : il y en a partout.
Voyez les cartouches, voyez les cartouches à Ariana, regardez la guerre qui a lieu à Ariana.
Ça c’est des cartouches, ces cartouches on ne les a jamais vues, ce genre de cartouches il me semble que c’est la première fois qu’ils les utilisent.
Voyez les cartouches, voyez les cartouches, ils nous tuent, ils sont en train de nous tuer, regardez toutes les cartouches avec lesquelles ils nous visaient.

Il se penche, ramasse une douille, il rapproche la caméra de son téléphone du culot de la douille et commente –

Regardez cette cartouche, lisons ce qu’il y a écrit dessus, on ne sait pas de quelle contrée elle est.
[Un compagnon lui souffle : « D’Israël, elle vient d’Israël ! »]
C’est écrit en hébreu, les Juifs nous frappent.
[Le second homme : « Fabriqué en Israël. »]
Made in Israël. Les Juifs nous tuent, les Juifs nous tuent, les Juifs nous tuent !

La caméra filme désormais en face, on y voit un mur de feu. Le feu fait rage d’un bout du trottoir à l’autre, couvrant toute la largeur d’une rue ; on devine des bennes à ordures en flammes. Il dit avec une voix mêlant fierté et virilisme, alors que trois jeunes hommes passent devant l’objectif et que l’un d’entre eux jette un objet dans le feu –

Ça, c’est Ariana, et ça, ce sont les hommes d’Ariana !
À ceux qui ont dit qu’Ariana n’est pas sortie se battre, qu’ils voient les jeunes et les hommes d’Ariana comme ils sont sortis et ce qu’ils ont fait.
Ça, c’est Ariana, cher monsieur !
Ça, c’est Ariana. Les cartouches fusent, et les gens combattent, et plus personne n’a peur, plus peur de rien.
Ça, c’est Ariana, les hommes.

Il s’avance vers les flammes, et on découvre petit à petit un pick-up de la police en proie aux flammes. Il le filme en faisant le tour de la voiture, puis ajoute –

Ça, c’est Ariana, ça, c’est un véhicule de la police.
La police qui a torturé les gens et les citoyens.
Regardez la voiture de la police.
[Il zoome sur la plaque d’immatriculation arrière de la voiture.]
Celle-ci là,
Allah akbar, les cartouches ! [►« Allah akbar » • page 159]
Ça, c’est le couvre-feu en Tunisie,
Ça, c’est le couvre-feu en Tunisie.
[On entend des coups de feu, la caméra tremble, mais il reprend, solennel.]
Ceci est la première réponse aux policiers !
Allah akbar !

Cette scène dit beaucoup de choses sur les contextes de négation, de censure de l’information relative à la répression et de l’usage des cartouches. La légitimité de la répression et de sa gradation est discutée en Tunisie comme dans d’autres pays en regard des pratiques habituelles ou admises. Si l’usage du gaz lacrymogène est commenté et peut soulever l’indignation pour des manifestant·e·s qui revendiquent leur pacifisme, les tirs à balles réelles sont au cœur d’une bataille, et on entend par exemple le slogan : « Ça suffit avec les balles réelles, Ben Ali » dès avant le 14 janvier.

Les vidéos qui circulent ont pour objectif d’attester, et donc de contredire le discours officiel, de montrer ce qu’il tait. Elles sont aussi des témoignages, montrant à la fois la crudité de la violence et la nature de la réaction des manifestant·e·s. Elles permettent aussi de mobiliser et font alors appel à des ressorts plus complexes, avec un recours aux théories du complot, un usage très fréquent de la surenchère virile dans un contexte où les quartiers se font concurrence dans leur course à l’héroïsme – ainsi, dans la vidéo retranscrite, le quartier de l’Ariana est mis en exergue comme haut lieu de la révolution. Le complot, ici israélien, est mis au jour pour faire le lien avec des luttes dont la légitimité s’impose, est naturalisée, celle des Palestinien∙ne∙s dont chacun·e a un souvenir, une image.

La vidéo et le témoignage jouent aussi un rôle pour les révolutionnaires. On y voit à l’œuvre un jugement par le code d’honneur. Celui qui fait usage de telles armes, disproportionnées, « n’est pas un homme ». Dans une des premières vidéos de manifestation dans le centre de Lattaquié, ville côtière du nord-ouest de la Syrie, le 25 mars 2011, on entend des coups de feu. Un des manifestants s’égosille : « Regarde le fils de pute où il est ! Il tire, le connard… tu tires sur quoi ? Ça c’est des hommes ? » Cela renvoie à la matérialité de la répression et ses effets : héroïsme, peur, stratégies défensives de contre-attaque.

Enfin, ce corpus de vidéos constitue un savoir, avec des dénominations locales, des connaissances qui se développent sur les tirs, les armes, les bruits. Les insurgé·e·s syrien·ne·s peuvent vite reconnaître les projectiles, les classer en fonction de leur dangerosité, ce qu’ils autorisent ou marquent, ce qu’ils rendent impossible en termes d’action. À la suite des attaques menées par le régime et suspectées d’être à l’arme chimique, des militant·e·s et activistes locaux∙les sont formé·e·s au relevé des traces sur les lieux. L’expertise militaire des militant·e·s s’enrichit en quelque sorte d’un pan chimique. Ils et elles deviennent capables d’identifier la nationalité des balles, leur type et leur origine. Bien vite, ils et elles sont en mesure aussi de les comparer avec celles dont ils et elles vont eux-mêmes faire usage.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 233-237.