Humour, absurde et révolution

Image extraite d’un épisode de la série Top Goon. Journal d’un petit dictateur. Syrie, 2011.

► Algérie, Égypte, Syrie

L’humour est au cœur des révoltes arabes, comme il est au cœur de la plupart des moments révolutionnaires. Un rapide tour d’horizon des pancartes utilisées lors des rassemblements, de l’Algérie à l’Irak, en passant par le Yémen ou le Soudan, le montre aisément. Les caricaturistes, vignettistes et autres producteurs de petites saynètes humoristiques se multiplient pendant les journées révolutionnaires, se frayant une voie dans la situation dramatique, captant l’esprit du temps dans sa légèreté et ses potentialités. Les dessins d’Ali Ferzat en Syrie, ceux de Willis From Tunis ou de Z en Tunisie, les commentaires dessinés décalés de Karl reMarks au Liban, les dessins parfois cruels de l’Homme jaune en Algérie… tous peuvent écrire une histoire des révolutions. Ces œuvres plus ou moins artisanales circulent, se partagent, comme le rire qu’elles suscitent. Plus particulièrement, la satire politique a pris une place centrale avec l’émergence de figures iconiques comme le chirurgien, devenu comédien satirique, Bassem Youssef, par son émission « Al-Bernameg » (« Le programme ») qui, au pic de sa popularité, avait une audience de trente millions de téléspectateurs et téléspectatrices dans le monde arabe, ou son pendant plus associé aux Frères musulmans JoeTube (devenu JoeShow).

Reprenant le modèle du talk-show satirique à l’américaine, et adossé à des équipes de production importantes, le travail de Bassem Youssef a reçu beaucoup d’attention. La démocratisation des outils de production de vidéo et de diffusion en ligne a également permis le lancement de dizaines d’initiatives satiriques sur les réseaux sociaux, souvent marquées par une ironie et une absurdité irrévérencieuse à l’égard des pouvoirs (mais aussi des oppositions). Parmi ces initiatives, les différentes performances du caricaturiste et humoriste égyptien Mohamed Andeel sont notables à bien des égards.

La première vidéo publiée par Andeel sur sa page YouTube date de novembre 2011, même si elle semble avoir été tournée au moment du référendum constitutionnel de mars 2011. « Tournée » est un bien grand mot : on y voit Andeel et l’un de ses acolytes filmés par la webcam de l’ordinateur, et usant d’un filtre qui leur fait des visages difformes et comiques. Elle dure 43 secondes et propose un dialogue décousu et absurde : Andeel demande à son camarade s’il a voté « oui » ou « non » au référendum.

Dans les semaines et mois qui suivent, Andeel publie plusieurs vidéos du même type. Courtes, absurdes, avec une production minimale, elles commentent de manière directe ou allusive des événements d’actualité, que ce soit les élections législatives, une controverse menée par les courants islamistes sur la définition du libéralisme, etc. L’aspect improvisé des productions fait le succès du format, Andeel n’hésitant pas à mettre en ligne des vidéos de quelques secondes coupées presque immédiatement par un fou rire des protagonistes.

Cette matrice va ouvrir la voie à la création de la « Radio de Kafr El Cheikh Chérie », du nom d’une ville du nord du delta dont est originaire Andeel. Le format parodie les émissions de radio. Monsieur Mohamed, le personnage d’Andeel, présentateur de l’émission parlant avec l’accent du delta, reçoit des appels téléphoniques de personnages plus ou moins récurrents. Le premier épisode est mis en ligne en septembre 2012 et dure huit minutes. Enregistré de manière improvisée durant un embouteillage cairote, le format rencontre beaucoup de succès en ligne, pour son absurdité et son imitation fidèle des codes de la radio. Une dizaine d’épisodes suivent, rencontrant de plus en plus de succès et impliquant davantage d’invité·e·s.

Le 5 juillet 2013, deux jours après la destitution de Mohamed Morsi par les forces armées et les mobilisations de masse du 30 juin, Andeel et ses acolytes mettent en ligne un épisode intitulé « Vers où ? ». L’épisode de quarante-quatre minutes prend à bras-le-corps la situation politique du moment et met le doigt sur l’incertitude qui règne tout comme la variété des positions (morales et politiques) prises à l’égard des événements en cours. Trois invités réguliers participent à l’émission, en plus des appels téléphoniques : un professeur en science politique soudanais, directeur du « département des coups d’État » ; un activiste des droits humains et porte-parole du « mouvement tolérance » dont toutes les interventions, souvent classistes, se soldent par un appel à l’extermination des islamistes ; et, enfin, un personnage récurrent de la radio, joué par le frère d’Andeel, censé représenter l’Égyptien « ordinaire », peu éduqué, et essayant de comprendre la situation politique mouvante.

À un moment de polarisation extrême de l’espace politique égyptien, la performance permet d’avancer un ensemble de propositions politiques, voire de tentatives de décryptage et d’interprétation de la situation d’une grande lucidité. L’ironie véhiculée par le personnage de l’activiste démocrate défenseur des droits de l’Homme, dont la préoccupation principale semble être de trouver le moyen de rassembler tou∙te∙s les Égyptien∙ne∙s… afin d’exterminer les islamistes, met le doigt sur l’une des contradictions politiques majeures de cette période. Dans des moments de grande incertitude et de fluidité, cet objet apparemment absurde, désinvolte et rigolard consiste en réalité en une forte (et rare) tentative d’intelligence d’une séquence politique.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 221-223.