Défier l’autorité

L’homme face au blindé

► Égypte

25 janvier 2011. Cela fait plusieurs heures que les manifestant·e·s et les forces de police jouent au chat et à la souris dans les rues du centre-ville du Caire. Si dans les premières heures de la journée, rien ne semble indiquer qu’une mobilisation de masse est en train de prendre, les choses changent un peu en début d’après-midi. De plus en plus de manifestant·e·s prennent la rue, reculant toutefois souvent devant les contingents des Forces de sécurité centrale (FSC). Dans les alentours de la place Tahrir, les rues sont dans le chaos. Certain·e·s lancent des pierres et courent, pourchassé·e·s par des blindés et autres camions des FSC. Les premières images des heurts entre policiers et manifestant·e·s commencent à envahir Internet. Plusieurs vidéos, ainsi qu’une photo, reprenant la même scène à partir de plusieurs angles différents deviennent rapidement virales.

Nous sommes sur l’avenue Al-Qasr al-ʿEini, où se trouve le Parlement et le siège de la primature, ainsi que de nombreuses institutions officielles. L’ambassade américaine est toute proche elle aussi. Les FSC forment un barrage compact au niveau du Parlement et avancent lentement alors qu’une foule éparse recule de manière désorganisée. Le cordon des forces de sécurité laisse passer un blindé muni d’une lance à eau qui se dirige vers la foule et commence à arroser les manifestant·e·s. Sur la vidéo prise d’un des balcons surplombant l’avenue, la situation semble clairement tourner en faveur de la police.

Soudain, on voit apparaître en bas de l’image un jeune homme, vêtu d’un jean, d’un pull bleu marine et d’une écharpe. Il avance d’un pas presque nonchalant et vient se planter devant le blindé, les deux mains sur la taille, avec un air de défi. Le blindé s’arrête et on entend les cris de la foule monter. Des balcons où la vidéo est filmée, on entend dire, puis hurler : « Courageux, courageux, courageux ! courageux ! » ; puis de concert : « Quel homme ! Quel homme ! » Une femme crie : « Tenez bon ! Restez là ! » Trois manifestants le rejoignent, puis d’autres, et le blindé recule même un peu. Les jeunes hommes s’affairent à bloquer la lance à eau, la réorientant vers le haut. Du balcon où est filmée la scène, on entend un homme dire : « Regarde, la Sécurité les attaque. » D’autres manifestant·e·s se servent du véhicule comme abri pour lancer des pierres sur les forces de police qui continuent d’avancer. On entend, encore une fois, les gens hurler « Courageux ! », et « Quel homme ! ».

Le blindé se remet en route et les jeunes hommes tentent de l’entraver à mains nues, reculant et glissant sur le sol mouillé. S’ils n’arrivent évidemment pas à bloquer le véhicule, ils sont les protagonistes d’une scène du premier jour de la révolution égyptienne devenue culte : la photo puis la vidéo font le tour du pays.

Ce genre de scènes, et leur médiation par Internet, contribuent fortement à une démystification de l’image de toute-puissance des forces de police. L’acte héroïque existe parce qu’il est vu, revu, commenté ; il existe dans les cris et hurlements qui l’entourent, sans lesquels la vidéo serait bien moins émouvante. Mais il invite aussi au mimétisme, à la multiplication des petits actes héroïques, d’autant plus dans un contexte où tout acte est filmé et retransmis. Il fait aussi écho à d’autres actes iconisés, et très directement à l’image de l’étudiant de Tian’anmen qui marchait face aux blindés en 1989.

Cependant ces scènes d’un grand symbolisme ne finissent pas toujours de manière positive. Elles sont au contraire bien souvent tragiques. Il en est ainsi dans une autre vidéo de la révolution égyptienne, tristement célèbre, prise lors de la journée la plus meurtrière du soulèvement, le 28 janvier 2011, et mise en ligne le 6 février. Nous sommes à Alexandrie, une jeune femme et sa mère sont à leur balcon et filment un jeune homme qui marche dans une ruelle vide. On entend derrière le brouhaha de la foule en colère ; la manière dont la jeune femme filme laisse à penser que des affrontements durent depuis un moment dans le quartier ; elle semble essayer de ne pas être vue. La vidéo s’ouvre par une expression d’incompréhension de la jeune fille : « Je ne le comprends pas. » À la réponse inaudible de sa mère, la jeune fille ajoute : « Mais regarde, maman ! Regarde comment il marche, regarde celui qui marche. » On aperçoit le jeune homme avancer en levant les bras, en signe de trêve. La mère dit à sa fille : « Il leur dit de ne pas tirer. » En haut du cadre, on voit apparaître deux hommes, dont l’un au moins semble armé. Alors que le jeune manifestant se rapproche, l’homme armé se met en position de tir. Le jeune homme s’arrête alors à quelques mètres et fait glisser sa veste en bas de ses bras, laissant paraître son torse, comme pour bien montrer qu’il n’est pas armé. Au bout de quelques instants, le jeune homme commence à reculer, sa veste toujours ouverte, alors que le policier avance de quelques pas. Alors qu’on entend dans le fond des manifestant∙e∙s crier « Allah akbar » [►« Allah akbar » • page 159], le coup de feu retentit et le jeune homme s’effondre. Les deux femmes éclatent en sanglots. On entend la mère crier : « Pourquoi ? pourquoi ? pourquoi, espèce d’animal ! Que Dieu vous maudisse ! »

Partout en Égypte des micro-actes de défi permettent dans des situations localisées de redéfinir les rapports de force entre protestataires et forces de police. Dans certains cas, quand les policiers ne réagissent pas, les manifestant·e·s y voient des preuves de soutien ou de faiblesse des autorités. Dans d’autres cas, la violence de la réaction a deux effets possibles : soit faire peur aux autres manifestant·e·s, soit renforcer la mobilisation.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 211-213.