Apprendre la Révolution

Dans le temps révolutionnaire, chacun·e apprend, transmet, répand des usages et des pratiques, mais aussi des connaissances. Il est difficile de comprendre quels voyages et quelles circulations sont opérées, mais les traces des mobilisations et des prises de parole nous permettent de faire ressurgir les réservoirs et les références qui sont mobilisées. La « culture (du/de la) révolutionnaire » se constitue de souvenirs locaux, disséminés sous la forme de poésies, de chansons, de mémoires populaires. Elle est souvent plutôt comprise dans des cadres nationaux, où les syndicats, les associations, les groupements politiques ont pu parfois tenir la mémoire des mots de la contestation et des pratiques de lutte. Et elle circule également sur le plan transnational, à travers les souvenirs des combats anticoloniaux et anti-impérialistes, puis dans la circulation via Internet d’images, de techniques, de discours.

Les (ré-)inventions que nous avons glanées ici empruntent au plus quotidien comme aux registres les plus élevés de la culture livresque. Ce sont des gestes, des formes qui viennent des guérillas sud-américaines, de Palestine ou d’Afrique du Sud ; ce sont des techniques de défense qui se réinventent chaque fois face aux fusils ou à la répression ; ce sont des chants qui se transmettent ; ce sont des usages du Net, des techniques pour comprendre les stratégies de l’État et les contourner.

La révolution est un affrontement, qui se situe d’abord dans la rue. Les foules mobilisées se retrouvent face aux forces armées ou à la police antiémeute. Elles développent des manières de faire face, et de soutenir ces épreuves. Les techniques de riposte, on l’a vu, sont parmi les savoirs qui se développent et se transmettent pendant les journées révolutionnaires. Elles sont transmises par les plus aguerri∙e∙s, qu’ils et elles soient des militant∙e∙s plus habitué∙e∙s aux confrontations ou des jeunes issu∙e∙s des quartiers populaires, des supporters et supportrices de football, rompu∙e∙s à l’exercice du face-à-face avec les forces dites « de l’ordre ».

Dans l’exercice révolutionnaire, ces moments de violence sont importants. Ils ne sont pas seulement le lieu d’un apprentissage, ils sont aussi le moment où se révèlent la nature de la force et celle du pouvoir. Chacun sait que diriger les projecteurs vers le lieu de la violence crue peut à la fois susciter la peur et faire monter l’indignation. Une dialectique de la violence s’enclenche alors, où chacun et chacune apprend à faire usage de ses forces, qu’elles soient un pacifisme radical ou un usage maîtrisé de sa puissance physique, de sa résistance.

Ici se disent les blessures et les coups, la torture et les massacres. Ici se voient et se lisent le mépris souverain pour la populace et le retournement par les peuples soulevés de ces stigmates, leurs tactiques de résistance et leurs souffrances. Cette section vient clore l’ouvrage et dit à nouveau les raisons de ces soulèvements, reprend par l’évocation de leur violence les fondements de la rage qui a saisi les peuples arabes à partir de 2010-2011, et qui est bien loin de les avoir quittés.


Pacifique. Silmiyya

Le poète et la poétesse révolutionnaire

Cheikh Imam et Ahmad Fouad Negm

La dabkeh. Danser et manifester

Défier l’autorité. L’homme face au blindé

Nasser Zefzafi. Un leader emprisonné

La chanson du premier mort

Humour, absurde et révolution

Zenga zenga !

Chaussures

La cartouche

Perdre les yeux

Le post

Les téléphones mobiles comme extension de la révolution

Alaa Salah. Le 8 avril 2019

Le·la citoyen·ne journaliste

Kafranbel. Une ville entière

Pouvoir civil. Madani