Leyla Dakhli

Leyla Dakhli  – Principal Investigator (PI) of DREAM

Leyla Dakhli is a historian and a full-time researcher at the French Center for National Research (CNRS) at the Marc Bloch Center, Berlin. Her work focuses particularly on the study of Arab intellectuals, as well as, the social history of the South Mediterranean region. She is a member of the editorial comittee of the International Review of Social History (Amsterdam) and Le Mouvement social (Paris), both prominent journals in social history and she contributes regularly to other journals. She is part of the ERC founded research project « Open Jerusalem » and is also a member of its core-team. Dakhli is a collaborator in the program « Free Schol » aiming to research on “endangered” scholars and their contribution to European Academy since the 1920’s.

À la découverte de Leyla 

Quelle est ta discipline de rattachement ?

L’histoire

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Syrie-Liban, Palestine, Tunisie

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Histoire des intellectuel·les ; Mouvements et engagements féminins ; Langues et modernités arabes ; Soulèvements et révolutions ; Emotions politiques

Quels sont les titres de tes projets de recherche actuels ?

  • Les langues de la modernité arabe (HDR) : une histoires des langues arabes après la Nahda, le cas tunisien.
  • Une histoire de la dignité, soulèvements et rêves de révolutions dans le monde arabe méditerranéen postcolonial.

Quel était le sujet de ta thèse ?

Une génération d’intellectuels arabes. Syrie-Liban 1908-1940. Thèse d’histoire soutenue en 2003 à l’université d’Aix-Marseille, publiée sous ce titre aux éditions Karthala en 2009.

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Je m’occupe de la coordination du projet, du repérage et de la collecte d’archives. J’engage une réflexion sur les usages et les transformations de l’archive en contexte révolutionnaire, et sur l’économie morale des soulèvements, notamment en contexte de crise économique et sociale. Je travaille également sur la notion de dignité et son histoire, et sur son lien avec les soulèvements postcoloniaux.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Née en 1973 à Tunis, j’ai fait des études d’histoire, de langue arabe et de géographie. Après un master sur les intellectuels formés par les Jésuites au Liban, j’ai travaillé sur les intellectuel·le·s de la génération 1908 dans le Bilad al-Sham. Cette recherche m’a amenée à explorer différents aspects de l’histoire contemporaine des provinces arabes de l’Empire ottoman, en particulier autour de la révolution jeune-turque de 1908. La question des générations intellectuelles a été interrogée à travers les écrits et les déplacements des acteurs et des actrices, intégrant la dimension diasporique des mondes intellectuels de l’époque. J’ai également travaillé spécifiquement sur la place de la parole féminine et des engagements féminins dans ce contexte. Enfin, je me suis interrogée sur la place des intellectuel·le·s et leurs représentations d’eux·elles-mêmes à la fois en lien avec l’engagement politique et en lien avec les représentations qu’ils et elles se faisaient de “leur” société.

Avec les révolutions de 2010-2011, j’ai prolongé mon questionnement sur ces liens entre élites intellectuels et sociétés dans les contextes autoritaires par une réflexion sur la langue du politique et les lieux sociaux de l’énonciation du politique. J’ai également travaillé pendant 5 ans sur la ville de Jérusalem à l’époque ottomane et mandataire (dans le cadre du projet ERC “Open Jerusalem” conduit par Vincent Lemire). Étant dans ce cadre en charge de la réflexion sur la culture écrite et sur les langues de la ville, j’ai pu approfondir la question des usages et des barrières linguistiques dans la région. J’y ai également beaucoup appris sur la question des archives et des manières d’archiver, sur l’apport d’une compréhension approfondie des manières de faire de l’archive pour écrire une histoire sociale de la région.

C’est avec ces questionnements en tête que j’ai enquêté sur la question de l’arabisation en Tunisie, en faisant une porte pour étudier les fonctions assignées à la langue (ou aux langues) à la fois dans le champ politique et dans les usages sociaux. Enfin, puisque mon attention aux mouvements et aux engagements révolutionnaires avait débuté par 1908, une révolution constitutionnelle, j’ai cherché à comprendre, par l’observation et le retour à l’archive, les caractéristiques spécifiques des mouvements postcoloniaux dans la région. Cette réflexion m’a amenée à questionner la notion d’indépendance nationale, et à creuser l’un des mots d’ordre forts des révoltes de 2011 : la dignité (karama).

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

L’idée de constituer le socle d’un travail futur sur les sociétés révoltées et de mettre à disposition des sources et de nouvelles questions pour renouveler l’histoire sociale de la région. DREAM a aussi pour ambition de faire avancer l’historiographie des révolutions en mettant au centre une émotion politique contemporaine et en donnant des moyens de la décrire et de la comprendre à travers un appareil renouvelé de sources et de méthodes empiriques.

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

… J’ai conçu ce projet pour répondre à des questions et me consacrer à cette recherche pendant quelques années en m’entourant d’une équipe de chercheuses et de chercheurs dont j’apprécie le regard et le travail, et qui proviennent de différents horizons.

Pourrais-tu nous raconter une anecdote par rapport à ton travail ?

Il y aurait probablement beaucoup de choses à raconter, notamment sur toutes les fois où j’ai cru découvrir quelque chose et où je me suis rendue compte que rien de tout cela n’était nouveau. Cela m’a beaucoup appris sur le métier de la recherche et sur le fait qu’il n’était pas forcément question de découverte d’un objet, mais bien de travailler un sujet, un questionnement.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Je ne sais plus ; mais adolescente, je rêvais d’être reporter, et d’aller en Asie centrale. Ecrire sur des carnets, et voyager, il en reste quelque chose dans le travail que j’ai finalement choisi.

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

Jacques le Fataliste et son maître, est l’un de mes livres de chevet, avec tout Diderot; mais je dois ajouter Les Misérables de Victor Hugo, Les Essais de Montaigne, tout Alexandre Dumas ; la poésie de Mahmoud Darwich ; l’oeuvre d’Edward Saïd; celle de Carlo Ginzburg, d’E. P. Thompson (notamment Whigs and Hunters (1975), l’ouvrage d’Alain Dewerpe Charonne, 8 février 1962. A cela il faut ajouter les livres de la collection Archives de Julliard, l’album de Corto Maltese La Maison dorée de Samarkand qui a nourri mon imaginaire sur l’Asie mineure, et sur les Jeunes Turcs…

Quelles sont tes dernières publications ?

Avec Vincent Bonnecase, “Interpreting the global economy through local anger” :

https://www.cambridge.org/core/journals/international-review-of-social-history/article/introduction-interpreting-the-global-economy-through-local-anger/181C41E8FC187ED1EBAA7F68F9DED1BA

“The fair value of bread: Tunisia, 28 December 1983–6 January 1984” :

https://www.cambridge.org/core/journals/international-review-of-social-history/article/fair-value-of-bread-tunisia-28-december-19836-january-1984/A0485410BBD31763D8FC239FF4C5835D