« Les conséquences biographiques de la protestation »

Trois séances proposées par Amin Allal et Youssef El Chazli

Depuis une dizaine d’années, de nombreux travaux en sociologie politique se sont penchés sur les « conséquences biographiques de l’engagement ». Un ambitieux projet collectif, l’ANR SOMBRERO, a ainsi pris à bras le corps cette problématique à propos de mai 68 en France. Le premier but de ce séminaire est de faire voyager et de confronter les apports méthodologiques et les résultats de recherche de ce champ d’études aux travaux portant sur la séquence « printemps arabes 2010 – 2020 ». Ce voyage n’est cependant pas à sens unique. Ce séminaire a également pour objectif de contribuer à la réflexion sur ces problématiques à partir de terrains marqués par un degré plus important de contraintes (guerres, restaurations autoritaires…), par des mobilisations massives et disruptives. 

Nous réunissons plus spécifiquement des chercheur·e·s qui ont travaillé sur des matériaux biographiques et ont posé la question des conséquences de la participation à l’action protestataire de rue. Comment se maintient, décline ou se transforme l’engagement ? Quelles hypothèses peut-on émettre sur la mobilité sociale (professionnelle, par exemple) et le rapport à l’engagement ? Quels effets sociaux sur la « vie ordinaire » (famille, mais aussi autres participations politiques…) de cet engagement protestataire ? Ce resserrement de la focale sur des événements protestataires tient à notre ambition collective au sein de l’ERC DREAM, de produire une réflexion comparative sur les processus révolutionnaires. Pour étudier cette « foule révolutionnaire » qui tend à se dissiper rapidement, il nous semble primordial de prendre pour objet des individus dont la durée d’engagement est variable ou peu visible.

Ces questions sont à la croisée de réflexions méthodologiques présentes en histoire, en anthropologie, en sociologie… C’est pour profiter d’un espace pluridisciplinaire de discussions que ce séminaire se tient au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains à Paris. Enfin, et pour aller davantage dans le sens d’un décloisonnement des objets de recherche et d’une perspective comparative, nous invitons des discutantes dont les recherches traitent de la problématique des conséquences biographiques de l’engagement et ont recours au matériau biographique, en étudiant d’autres contextes géographiques et historiques. Nous espérons ainsi amorcer une discussion, à la fois autour de la réflexion théorique et de l’outillage méthodologique développés dans d’autres travaux.

Les premières séances se tiendront en français.