Laurie Merigeaud

Laurie Merigeaud  – Research engineer in historical and cultural source analysis at DREAM

À la découverte de Laurie

Quelle est ta discipline de rattachement ?

La science politique

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Méditerranée arabe ; Tunisie

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Apprentie archiviste et chercheuse ; Migrations et révolutions ; Traces et images

Quels sont les titres de tes projets de recherche actuels ?

  • Conflits de mobilités en images. Traces, expériences et transgressions migratoires dans la Tunisie post-révolutionnaire (projet de thèse). 

Ce projet de thèse a pour ambition de renouveler le regard sur les migrations “non autorisées” au départ de la Tunisie depuis 2011 en interrogeant ce qu’il se joue, sur place, dans l’attente ou l’empêchement de partir. Pays de transit, d’émigrations et d’immigrations, la Tunisie est un carrefour de mobilités dans lequel se croisent les trajectoires de différentes catégories de personnes migrantes. Parmi elles, cette enquête s’intéressera aux personnes empêchées et provisoirement immobilisées dans leur projet de mobilité : en particulier les tunisien·ne·s candidat·e·s malheureux·ses à la harga et les étranger·e·s (majoritairement subsaharien·ne·s) passé·e·s par la Libye. Ainsi, davantage qu’une géographie et une sociologie de l’absence, ce travail questionnera les conditions de la présence de ces personnes migrantes en Tunisie. Cette analyse croisée prendra appui sur l’articulation entre mobilisation et immobilisation dans les projets migratoires à travers, entre autres, les images produites conjointement par ces deux catégories de personnes migrantes. Envisagées comme des traces, ces images donnent à voir des expériences migratoires subjectives travaillées par différents “conflits de mobilités” en Tunisie. Un travail de construction d’archives numériques constituées à partir de la collecte d’images stockées dans les téléphones portables des personnes migrantes est en ce sens envisagé.

Quel était le sujet de ton mémoire ?

“Maxime Rodinson : un intellectuel marginal, une trajectoire sous influences”, mémoire de Master 2 dirigé par M. Hamit Bozarslan (CETOBaC).

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Chargée de la description et de la numérisation des archives identifiées par l’équipe de DREAM dans différents pays couverts par le programme, j’espère pouvoir contribuer à la réflexion collective sur les archives des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe méditerranéen.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Diplômée de Sciences Po Lille et de l’EHESS en 2017, j’ai consacré mon mémoire de Master 2 à l’étude des ruptures dans la trajectoire biographique de Maxime Rodinson (1915-2004) dont j’ai découvert l’œuvre pour la première fois à Beyrouth au cours d’une année d’échange universitaire. Dans le but de confirmer ma formation, j’ai décidé de consacrer un an à l’étude de l’arabe au Département d’Enseignement de l’Arabe Contemporain au Caire. Cette année passée au cœur de la capitale égyptienne a été pour moi déterminante et m’a fait réaliser que l’apprentissage de l’arabe me suivrait toute ma vie…

J’ai ensuite effectué une année en service civique au sein du département Migration du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux (FTDES) entre 2019 et 2020 à Tunis. Cette expérience a été pour moi l’occasion de travailler avec la société civile tunisienne, de m’engager auprès des réseaux transnationaux de défense des droits des personnes migrantes en Tunisie ainsi que de mieux comprendre les enjeux de mobilité dans la région du Maghreb et en mer Méditerranée. Mon projet de thèse vient précisément des rencontres et observations de terrain que j’ai pu faire depuis cet espace militant et ce notamment dans le cadre de la rédaction du rapport d’enquête conjoint Migreurop / FTDES publié en juin 2020.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

La dimension interdisciplinaire et comparative du projet DREAM est ce qui me fait le plus rêver, son « esprit de la révolte » collectif est ce qui me motive !

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

L’alignement des planètes.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Archéologue !

Quelles sont les œuvres qui t’ont marquée ?

Livres : De l’ardeur. Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne de Justine Augier (2017) ; Un captif amoureux de Jean Genet (1986).

Films : 143 rue du désert de Hassan Ferhani, (2020) ; Au balcon de Titi de Yasmina Benari (2016) ; Nahla de Farouk Beloufa (1979).