Laurie Merigeaud

Laurie Merigeaud – PhD Candidate in Social History (Aix-Marseille Université – Institut des Mondes Africains)

À la découverte de Laurie

Quelle est ta discipline de rattachement ?

La science politique au départ, puis l’histoire.

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Méditerranée arabe, Soudan.

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Histoire sociale du politique ;  histoire du Soudan ; histoire des femmes et du genre à l’époque coloniale ; éducation, travail, mobilités sociales ; théorie critique des archives.

Quels sont les titres de tes projets de recherche actuels ?

  • “Pour une histoire des professions populaires féminines urbaines au Soudan (1920-1970)” : Thèse en cours à Aix-Marseille Université / ED 355, Institut des Mondes Africains.

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Chargée de la description et de la numérisation des archives documentant les luttes sociales identifiées dans le cadre du partenariat entre l’ERC DREAM et l’International Institute of Social History (IISH) de 2020 à 2022, j’ai eu la chance de travailler sur différents projets de numérisation d’archives d’intellectuels·les et des militants·es au Liban, au Maroc, en Tunisie et en France. Ce travail nous a conduit à mener une réflexion collective plus théorique et réflexive au sujet des différentes pratiques rencontrées et suscitées par la numérisation de ces archives spécifiques impliquant à la fois leurs créateurs·ices, des chercheurs·euses et des spécialistes de l’archive.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Diplômée de Sciences Po Lille (Philosophie politique et économie) et de l’EHESS (Études politiques), j’ai consacré mon mémoire de Master 2 à l’étude des ruptures dans la trajectoire biographique de Maxime Rodinson (1915-2004), intellectuel français engagé, arabophone et spécialiste de l’éthiopien ancien. Cette recherche m’a conduit à explorer de nombreux domaines de recherche, objets d’étude et terrains d’enquête tout en renforçant mon goût de l’archive et mon intérêt pour l’histoire intellectuelle et politique de la région de l’Asie du Sud-Ouest et de l’Afrique du Nord.

Sensible aux questions migratoires et désireuse de m’engager pour un temps en dehors du monde universitaire, j’ai travaillé pendant un an au sein du département Migration du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux, une ONG tunisienne de soutien aux mouvements sociaux et aux droits des personnes migrantes à Tunis.

J’ai par la suite intégré l’ERC DREAM comme ingénieure d’études rattachée au Centre d’Histoire Sociale des mondes contemporains pour participer à la numérisation des archives identifiées dans le cadre du projet en partenariat avec l’IISH à Amsterdam. Je poursuis aujourd’hui cette réflexion autour de la place des archives et des pratiques qui l’entourent, notamment des archives de femmes et de luttes de femmes, dans un projet de thèse sur l’histoire des premières enseignantes soudanaises pendant la période coloniale et post-coloniale (1920-1970) à Aix-Marseille Université.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

Sa dimension interdisciplinaire et comparative! Son “esprit de la révolte” collectif!

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

L’alignement des planètes.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Archéologue !

Quelles sont les œuvres qui t’ont marquée ?

Livres : De l’ardeur. Histoire de Razan Zaitouneh, avocate syrienne de Justine Augier (2017) ; Un captif amoureux de Jean Genet (1986).

Films : 143 rue du désert de Hassan Ferhani, (2020) ; Au balcon de Titi de Yasmina Benari (2016) ; Nahla de Farouk Beloufa (1979).

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search