Kmar Bendana

Kmar Bendana

Kmar Bendana is a Professor of Contemporary History (Emeritus since 2018). The works of Kmar Bendana relate to the cultural and intellectual history of contemporary Tunisia: magazines, cinema, textbooks, university, translation. Kmar has been involved in writing and coordinating scientific journals: Watha’iq, Correspondances, IBLA, Rawafid, L’Année du Maghreb.

Since 2011, Kmar has been running a blog entitled “History and Culture in Contemporary Tunisia“.

À la découverte de Kmar 

Quelles sont tes disciplines de rattachement ?

Histoire contemporaine ; Histoire culturelle ; Histoire des intellectuelLEs

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Tunisie, Maghreb

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Culture ; Archives ; Ecrit ; Revues ; Cinéma ; Co-linguisme.

Quels sont les thématiques sur lesquelles portent tes recherche actuelles ?

Contribuer à développer une recherche historique en Tunisie et sur la Tunisie ouverte aux sciences humaines et sociales et à la comparaison avec d’autres aires. Ouvrir l’enseignement de l’histoire à d’autres questionnements et l’ancrer davantage dans une orientation critique et appliquée. Relier la production historienne tunisienne aux acquis et outils méthodologiques existants. Croiser l’enseignement de l’histoire avec celui des littératures, des arts, des sciences et des humanités.

Disposes-tu d’un site sur lequel tu rends compte de tes activités ?

Quel était le sujet de ta thèse ?

Histoire culturelle et histoire des intellectuels en Tunisie au 19ème et 20ème siècles.

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Je contribue à fournir les éléments d’information et de recherche qui caractérisent le terrain tunisien pour chercher collectivement des pistes et des questions de recherche.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Ma formation universitaire s’est faite en Tunisie puis en France. J’ai été enrôlée dans un projet de recherche alliant étroitement l’archive et la production d’outils de recherche sur la Tunisie sous colonisation française : informatisation, thesaurus, élaboration d’un bulletin de recherche (Watha’iq), colloques multidisciplinaires, rédaction dans les revues.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

DREAM m’offre le plaisir de travailler avec une équipe vivante, ouverte, jeune et multilingue. Le projet me permet de rester sur la brèche en confrontant mes observations sur la Tunisie avec les visions d’autres chercheurEs et de m’inspirer des diverses façons de questionner une histoire en train de se faire, se déployant sur plusieurs formes selon les terrains et les contextes de recherche.

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

Je pense que DREAM est un espace de recherche suscité par le contexte post 2011 et son impact sur les envies de travailler autrement. Connaissant Leyla Dakhli, ses travaux ainsi que d’autres membres de l’équipe, je me suis retrouvée concernée par les débats qui ont animé les milieux scientifiques sur les pays arabes en révolution. Leyla Dakhli m’a parlé du projet au cours de sa conception et m’a demandé d’y participer.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Enseignante.

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

  • Babylon, Youssef Chebbi, Alaeddine Slim, Ismaël, 2012.
  • Fellaga (documentaire), 2011, Rafik Omrani, 53’.
  • Pousses de printemps (documentaire), Intissar Belaïd, 2014. 23’,
  • Nous sommes ici (documentaire & animation), Abdallah Yahya, 2012, 52 ‘ . 
  • Génération maudite (documentaire), Nasreddine Ben Maati, 2013

Quelles sont tes dernières publications ?

Un entretien – Entretien : « La Tunisie dix ans après… Quels changements ? » https://hctc.hypotheses.org/3059 

Plutôt hommos or khommos ?

Hommos