Kinda Chaib

Kinda Chaib – DREAM researcher

À la découverte de Kinda

Quelle est ta discipline de rattachement ?

Histoire au départ avec une forte coloration anthropologie.

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Liban principalement avec des incartades dans les pays du Moyen-Orient.

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Mouvements sociaux, violence, mémoire et histoire, mondes engloutis (référence générationnelle je pense), la mort et ses usages, mondes ruraux.

Sur quel(s) projet(s) de recherche travailles-tu actuellement ?

  • Sur les traces des mouvements révolutionnaires des années 1960 et 1970 dans les mondes ruraux au Liban.

Je m’intéresse aux creux dans l’analyse des mobilisations des années 1960 et 1970 au Liban et interroge les modalités de l’étude de mouvements révolutionnaires sans archives. S’ils sont aujourd’hui invisibles, certains de ces mouvements survivent sous des formes parfois évanescentes. Je prends le cas d’un mouvement révolutionnaire au Liban Sud – région rurale – actif dans ces deux décennies. Mon point de départ est un double questionnement issu de mes travaux antérieurs. D’une part, la prise de conscience d’un manque dans la littérature sur la région qui soulève nombre de questions sur les mobilisations ayant eu cours avant le Hezbollah – objet principal de ma thèse et d’un premier post-doctorat – et d’autre part, mes enquêtes dans les cimetières qui m’ont permis d’entrevoir des morts invisibles ou plutôt invisibilisés. En travaillant sur un terrain rural, un décalage apparaît entre les discours émanant des « centres » et ce qui avait bel et bien lieu dans les maisons villageoises. Ces populations « marginalisées » forment pourtant le gros du contingent des militant·es et manifestant·es, du Hezbollah depuis les années 1980 comme des mouvements de gauche qui lui pré-existaient des années 1960 et 1970. Cependant, on ne les voit pas, pas plus que l’on ne voit les tombes de ceux qui sont morts lors des mouvements sociaux des années 1960 et 1970, celles des membres de mouvements clandestins tombés en luttant et sur lesquels se concentre ma recherche actuelle.

Quel était le sujet de ta thèse ?

  • “La culture du martyre au Liban Sud depuis la fin des années 1970. Entre fabrication de catégories et enjeux mémoriels” soutenue à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

  • Groupe de travail sur les ethnographies à distance (avec des collègues de l’ULB et de l’IREMAM) .
  • Réflexion sur les mémoriaux, les cimetières et les traces éphémères des révolutions.
  • Groupe de travail sur le Liban.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Après une première expérience de recherche en histoire médiévale de l’Italie sous domination musulmane, je me suis orientée vers le contemporain. Un DS d’arabe à l’INALCO et une licence de Relations internationales plus tard, je me suis sentie les épaules pour travailler sur le Liban, ce pays qui est aussi le mien mais que je vivais par intermittence. Quelques années de thèse, pas mal de galères, beaucoup de travail laissé de côté car trop superficiel, je me suis orientée vers une démarche ethnographique pour étudier le Hezbollah sur le terrain du Liban Sud à travers la culture du martyre (thèse soutenue en 2014). Après cela, la vie allait (re)commencer. Que nenni ! J’ai ensuite bénéficié d’un contrat post-doctoral de deux ans LabexMed hébergé au Mucem et à l’Iremam sur la remobilisation du Hezbollah à l’aune de son implication dans la guerre en Syrie : j’y ai conduit une ethnographie de la fabrication des dispositifs de sensibilisation du Hezbollah, en suivant les fabricant·es d’images dans leur travail quotidien. Par la suite, j’ai effectué deux post-doctorats sur l’islam de France, l’un à l’École Normale Supérieure où j’ai travaillé sur la roqya en Île-de-France, le second à l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence où j’ai travaillé sur les chiites de France. Aujourd’hui, j’ai rejoint le programme DREAM pour poursuivre mes recherches sur le Liban.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

Les thématiques développées dans le projet, la dynamique collective et comparatiste, l’attachement aux “détails mineurs”, aux creux, tout ce que j’espérais pouvoir faire depuis quelques temps

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

Comme d’autres, j’ai postulé.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Rêveuse sinon journaliste, version reporter de guerre, j’ai grandi avec la guerre libanaise en fond comme beaucoup d’autres de ma génération

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

  • La conjuration des imbéciles de John Kennedy Toole (1980), mais il faut n’y voir aucun rapport avec l’équipe de DREAM évidemment.

  • La BD Mauvais genre de Chloé Cruchaudet (2013), aucun rapport non plus, si ce n’est que c’est l’adaptation d’un travail d’historien·ne qui croise, dans l’entre deux guerres, la question des traumatismes de guerre avec des problématiques plus intimes.

Quelles sont tes dernières publications ?

Un papier en ligne sur Allegra Lab lisible ici publié en 2020 : https://allegralaboratory.net/afterlives-tears-and-dreams-of-a-martyr/