Giulia Fabbiano

Giulia Fabbiano

My research benefits from an international and interdisciplinary training in anthropology, sociology andcultural studies. It deals with the postcolonial Mediterranean, focusing on narratives of belonging and collective memory.

During my PhD, I highlighted complex historical features of Algerian migrations and analysed the emergence of “ethnic other/self-narratives” in contemporary France in relation to its postcolonial territories. The resulting book monograph “Hériter 1962. Harkis et immigrés algériens à l’épreuve des appartenances nationales,” addresses 1962, the moment when Algeria became an independent nation-state, as a crucial turning point. In stressing the impact of 1962 on identity and memory issues, my work analyzes the processes by which minorities are created and racialized and examines the unstable forms of belonging amongst and explores their everyday life on the edge of the French society in the wake of the Algerian Revolution. 

In my next projects, I studied mobility in the Mediterranean region resulting from global and postcolonial connections. I particularly paid attention to imagined geographies of home and their representation in the postcolonial space. Blending ethnographic fieldwork, personal archives, textual analysis and artistic practice, I explored what I called the “third-space,” a kind of dialogical and heterotopic cartography of belonging, that result in homecoming journeys.

À la découverte de Giulia

Quelles sont tes disciplines de rattachement ?

Anthropologie ; Sociologie

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

L’Algérie et la France

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Ethnicité ; Mémoire ; Expérience ; Mobilités ; Luttes ; Violence politique ; Traces ; Historicité ; Archives

Quels sont les titres de tes projets de recherche actuels ?

  • Violence politique : temps, traces et appartenances. Une anthropologie de la confiance dans l’Algérie contemporaine.

Mon programme de recherche porte sur l’anthropologie des appartenances et des pratiques sociales en situation de violence politique. Il interroge les dynamiques de recréation de l’ordinaire et de recomposition du lien et du sens social dans l’Algérie contemporaine, où le continuum de violences englobe la guerre civile sans s’y réduire. Par une ethnographie localisée de la confiance, la problématique du retentissement des violences dans la vie quotidienne est saisie dans l’actualité de l’expérience subjective et collective et de ses coordonnées de temps et d’espace. Observer ce qu’il reste de la violence, au sens des traces, des imaginaires, des émotions qui travaillent les positionnements et les relations des individus, engage une réflexion qui ne limitant pas l’étude de la violence à celle de ses mémoires, en renouvelle le champ et pose les jalons pour des formes alternatives d’écriture.

Quel était le sujet de ta thèse ?

  • Des générations postalgériennes. Discours, pratiques, recompositions identitaires (En co-tutelle entre l’Université de Sienne et l’EHESS, soutenue en 2006).

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Dans le cadre de DREAM, j’ai approfondi la question des historicités des luttes et des violences politiques, consacrant un volet spécifique au soulèvement algérien de février 2019. J’ai aussi consacré un volet de mon travail à la problématique des archives, développant un questionnement spécifique vis-à-vis des « producteurs d’archives », simples militant.e.s ayant conservé et souvent emporté avec eux en migration leur expérience, leur mémoire, et de la documentation sur les luttes qu’ils/elles ont mené en Algérie.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Depuis quinze ans, je me consacre à l’anthropologie des appartenances, des mémoires et des mobilisations collectives dans l’espace méditerranéen postcolonial. Articulant observation participante, sources orales et archives, ma pratique ethnographique questionne les rapports entre anthropologie et histoire d’une part, anthropologie et science politique de l’autre, autour de trois thématiques principales : ethnicité(s), historicité(s) et conflictualité(s).

Ce que la guerre de libération algérienne a fait aux identités et aux groupes a été le sujet de ma recherche doctorale, qui a exploré les dynamiques identitaires et les transmissions mémorielles polyphoniques des descendants de harkis et d’immigrés algériens. Dans la continuité de ce travail, ma réflexion sur la construction des identités collectives à l’épreuve des ruptures politiques et biographiques s’est élargie. J’ai ainsi croisé la problématique des présences et des usages du passé avec celle des mobilités postcoloniales et des formes d’engagement.

Cette réflexion n’a cessé de mûrir pendant les années de recherche immersive passées en Algérie où l’héritage et l’actualité des violences et des luttes politiques interrogent le rapport au temps (passé, présent et futur) et les possibilités du devenir collectif. Ces constats m’ont amené à regarder l’ordinaire comme une situation de violence et à en investir l’expérience quotidienne.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

L’esprit révolutionnaire dans sa pratique collective et interdisciplinaire.

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

Des collaborations et des rencontres précédentes, dont une à Berlin avec Leyla.

Pourrais-tu nous raconter une anecdote par rapport à ton travail ?

En 2000, pendant mon année Erasmus à Paris, une vieille amie, ancienne comédienne et professeure d’art dramatique, m’invita boire un café aux Deux Magots. Après m’avoir raconté l’histoire du lieu et de son environnement, elle me demanda sur quoi portaient plus précisément mes études. En réponse à mes tentatives maladroites d’expliquer l’étendue du champ de l’anthropologie entre aspiration universaliste et vocation monographique, elle m’interrompit brusquement : « J’ai compris ! L’anthropologie, c’est comme les harkis… ils sont français mais musulmans ». Cela revenait à dire : ils sont semblables, mais différents. Quelques mois plus tard, je partais à la rencontre de la communauté harkie de Mas Thibert, installée à quelques kilomètres de la ville d’Arles. M’jetant initialement orientée vers l’étude du processus d’adhésion de la Turquie à l’Europe, il était désormais clair que ma tesi di laurea aurait déplié un autre sujet.

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

  • Fragments de rêve, documentaire de Bahia Bencheikh El Fegoun, 2017. 
  • Fièvre, pièce de théâtre de Mustapha Benfodil, 2020

Quelle est ta dernière publication ?

  • « Dzaïr, rana hna ! Hirak et hexagone », in Amin Allal, Layla Baamara, Leyla Dakhli, Giulia Fabbiano (dir.), Cheminements révolutionnaires. Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020), Paris CNRS Editions