[CALL FOR PAPERS] Revolt in a time of collapse. Revolution, dignity and livelihood in Lebanon and the contemporary Arab world

To download the Call For Papers file (which includes English, French & Arabic version), click here :  CFP_Revolt_Collapse_Lebanon_ENG_FR_AR_final


Argument 

The ERC-CO DREAM project (Drafting and enacting the revolution in the Arab Mediterranean) proposes a workshop on the revolutionary and protest cycle observed in contemporary Lebanon. This workshop takes as its starting point the popular revolt of fall 2019. It seeks to account for the mobilizations of 2019-2020 by avoiding a (geo)political history that would be a form of scholarly repetition of an expert discourse in pursuit of current events. It hopes to open a questioning to account for the complexity of these “weeks where decades occur”, without crushing the subtle shifts, inventions and emergences thereof. It wants to do justice to the part of the sensitive, of emotions and impressions (sometimes “false” but true in their effects) that they arouse, while posing the importance of reflexivity and distanced analysis. Finally, it aims to highlight the singularities of the Lebanese case without presupposing the usual list (confessionalism, corruption, etc.) or by showing how these same categories have been displaced, and this through the mobilization of a literature of social history and sociology of social movements that allows us to work on common points as well as differences (Allal and Pierret, 2013, Chalcraft, 2016, Dakhli, 2020).

To that end, we would like to receive proposals for contributions that are oriented around the following reflections…

To read more, click here


17-18 juin 2021, Conférence “HISTOIRE(S) SUR LA GUERRE CIVILE LIBANAISE” / HISTORY/STORIES ABOUT THE LEBANESE CIVIL WAR [ONLINE]

– English version below-

organisée par Leyla Dakhli (CMB/CNRS) et Klaus Wieland (CMB/Université de Strasbourg) avec le

Malgré l’amnistie et l’amnésie décrétées par l’État dans les accords de Taëf, la guerre civile libanaise est toujours très présente dans la vie publique et privée du pays, même 30 ans après la fin des hostilités. Elle a laissé des traces indélébiles dans les paysages urbains endommagés et les infrastructures détruites ; de temps en temps, elle est opportunément évoquée dans le discours politique, par exemple à l’automne/hiver 2019, afin d’inciter le mouvement de protestation sociale à céder en avertissant que les protestations pourraient provoquer une nouvelle guerre civile ; l’organisation UMAM Documentation & Recherche, fondée en 2004, s’est fixé pour objectif de constituer une mémoire collective de la guerre civile au moyen d’archives, d’expositions, de conférences et d’ateliers ; et la guerre est également un sujet de conversation dans de petits groupes sociaux comme les familles, les cercles d’amis et les groupes de jeunes, elle est analysée dans le discours scientifique et public et est représentée sous une forme artistique dans la littérature, le cinéma et d’autres arts. En considérant l’histoire de la guerre civile libanaise, on peut distinguer deux niveaux d’analyse. La « première histoire » comprend ce qu’on appelle la « grande histoire », c’est-à-dire les événements politico-militaires, les retournements d’alliances et les interventions de puissances étrangères, en particulier de la Syrie, des Palestiniens et d’Israël. C’est pourquoi la guerre civile est considérée par certains Libanais comme la « guerre des autres », afin de détourner l’attention du fait que les forces politiques et religieuses libanaises en ont été les actrices majeures. Mais il y a aussi la « petite histoire », c’est-à-dire celle des gens ordinaires, qui n’ont pas été directement impliqués dans les événements de la guerre, leurs expériences et leurs traumatismes, mais qui en ont vécu les conséquences par leurs expériences, aussi pendant l’émigration ou la ré-émigration. La « seconde histoire » consiste, quant à elle, en une culture du souvenir liée à la guerre civile, qui repose principalement sur diverses formes de mémoire sociale comme la mémoire familiale, la mémoire des générations et les constructions de mémoire fortement fragmentées des différentes communautés religieuses, ainsi que sur des supports artistiques (par exemple la littérature, le cinéma, les arts visuels, les graffitis). Continue reading “17-18 juin 2021, Conférence “HISTOIRE(S) SUR LA GUERRE CIVILE LIBANAISE” / HISTORY/STORIES ABOUT THE LEBANESE CIVIL WAR [ONLINE]”

14 june 21, 14:30, Muriam Haleh Davis & Kmar Bendana “Fanon and its cercles” [DREAM SEMINAR]

[English below]

Dans le cadre de la 13ème session du Séminaire DREAM “Décentrer les révolutions”, nous avons le plaisir d’accueillir Muriam Haleh Davis, Histoire (Université de Californie Santa Cruz) et Kmar Bendana, Histoire (Université de Manouba, Tunisie).
 
Le thème de la session est “Fanon et ses cercles“. Muriam Haleh Davis donnera une présentation intitulée “Fanon après 1962 : La décolonisation entre processus historique et impératifs intellectuels“. Kmar Bendana discutera et modérera la session.
 
Frantz Fanon nous a quittés en 1961, juste avant que l’État-nation algérien ne voit le jour. Depuis sa mort, de nombreux chercheurs se sont appuyé et ont discuté son analyse de la révolution algérienne. Cette conférence propose d’interroger la réception et les usages de Fanon par l’Etat et les intellectuels algérien après 1962. Comment comprendre les critiques de Fanon et les tentatives de l’Etat de coopter son héritage intellectuel ? Quel est le rapport entre la nécessité de « décoloniser » la pensée d’un côté, et la révolution algérienne comme évènement historique de l’autre ? Plutôt que d’affirmer que Fanon avait « raison » ou « tort » concernant l’avenir révolutionnaire du pays, cette présentation nous permettra de mettre en lumière la tension entre la décolonisation comme processus historique et les efforts afin d’effectuer un « delinking » entre modernité (occidentale) et une pensée dite autochtone.
 
Muriam Haleh Davis est professeure d’Histoire à l’Université de Californie Santa Cruz. Son prochain livre étudie le lien entre conceptions raciales et développement économique en Algérie et paraîtra en 2022 aux éditions Duke University Press. Elle a co-dirigé un ouvrage collectif, publié en 2018, intitulé « North Africa and the Making of Europe : Governance, Institutions, Culture » avec Bloombury Press. Elle fait partie du comité éditorial du MERIP (Middle East Research Informaiton Project) et de l’équipe éditoriale de la Page Maghreb pour Jadaliyya.
 
Kmar Bendana est professeure émérite d’histoire contemporaine à l’Université de La Manouba (Tunisie) et chercheuse associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC, Tunis). Ses travaux portent sur l’histoire de la presse, du cinéma et des conditions de production du savoir (manuels scolaires, université, institutions culturelles) en Tunisie. Ses principaux domaines d’étude sont la traduction (de l’arabe au français et vice-versa), le co-linguisme et l’historiographie.
 

La séance, qui sera transmise via Zoom, se déroulera en français et en anglais (traduction simultanée).

Merci de vous inscrire auprès de dream@cmb.hu-berlin.de.

Nous nous réjouissons de votre participation !


 
In the 13th session of the Dream Seminar “Décentrer les révolutions | Decentring revolutions” we are pleased to welcome Muriam Haleh Davis, History (University of California Santa Cruz) and Kmar Bendana, History (Manouba-University, Tunisia).
 
The theme of the session is “Fanon and its cercles”. Muriam Haleh Davis will give a presentation about “Fanon after 1962: Decolonization between historical process and intellectual imperatives“. Kmar Bendana will discuss and moderate the session.
 
Frantz Fanon left us in 1961, just before the Algerian Nation-State came into being. Since his death, many scholars have drawn on and discussed his analysis of the Algerian revolution. This conference proposes to question the reception and uses of Fanon by the Algerian State and intellectuals after 1962. How can we understand Fanon’s criticism and the state’s attempts to co-opt his intellectual legacy? What is the relationship between the need to ‘decolonize’ thought on the one hand, and the Algerian revolution as a historical event on the other? Rather than asserting that Fanon was ‘right’ or ‘wrong’ about the country’s revolutionary future, this presentation will allow us to highlight the tension between decolonization as a historical process and the efforts to ‘delink’ (Western) modernity from so-called indigenous thought.
 
Muriam Haleh Davis is Professor of History at the University of California Santa Cruz. Her forthcoming book examines the link between racial conceptions and economic development in Algeria and will be published in 2022 with Duke University Press. She co-edited a collective work, published in 2018, entitled “North Africa and the Making of Europe: Governance, Institutions, Culture” with Bloombury Press. She is on the editorial board of the Middle East Research Informaiton Project (MERIP) and on the editorial team of the Maghreb Page for Jadaliyya.
 
Kmar Bendana is Professor Emeritus of Contemporary History at the University of La Manouba (Tunisia) and Associate Researcher at the Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC, Tunis). Her work focuses on the history of magazines, cinema and the conditions of knowledge production (textbooks, university, cultural institutions) in Tunisia. Her main fields of study are translation (from Arabic to French and vice versa), co-linguism and historiography.
 
The session, which will be transmitted via Zoom, will be held in both English and French (simultaneous translation).
 
Please register at dream@cmb.hu-berlin.de.
 
We look forward to your participation!