“Les femmes ont construit une présence dans les aspirations révolutionnaires du monde arabe”

Un texte de Leyla Dakhli, paru dans Le Monde

Bravant la répression, les femmes sont en première ligne dans les contestations arabes d’aujourd’hui, comme elles l’étaient déjà en 2011, luttant pour la citoyenneté mais aussi contre le patriarcat et pour l’intégrité de leur corps, analyse, dans une tribune au « Monde », l’historienne Leyla Dakhli.

C’est une jeune femme, vêtue d’un jean et d’un pull, les cheveux mi-courts, qui grimpe sur une grille et se met à haranguer la foule à Tunis, le 8 janvier 2011 ; c’est une dame d’un certain âge qui parle à un militaire à un barrage dans le centre de Beyrouth, et le houspille comme elle le ferait pour ses propres enfants, aux premiers jours de la révolution d’octobre 2019 ; c’est une femme frappée et dénudée par les forces de sécurité dans les rues du Caire, le 17 décembre 2011, et dont le soutien-gorge bleu devient le symbole des violences faites aux femmes ; ce sont les ouvrières de la société Filature et tissage d’Egypte qui se mettent en grève et sont soutenues par les jeunes révolutionnaires ; ce sont les mères qui ouvrent la série des mobilisations de rue en Libye en 2011, ces mères de milliers de prisonniers morts en détention venues se poster devant le tribunal de Benghazi avec les portraits de leurs fils ; ce sont, à l’évidence, les femmes irakiennes sorties en des dizaines de manifestations le 13 février sous le mot d’ordre « Banatek ya watan » (Tes filles, oh pays !).

Continue reading ““Les femmes ont construit une présence dans les aspirations révolutionnaires du monde arabe””

Intervention de Leyla Dakhli sur France Culture : “Femmes combattantes et révolutions féminines”

“Dans l’imagerie révolutionnaire, les femmes sont souvent réduites à des rôles d’égéries. Aujourd’hui nous nous penchons sur les femmes en lutte pour retracer les attributs non-virils du combat révolutionnaire, dans le cadre des luttes anticoloniales et des luttes pour l’émancipation.” Émission à réécouter dans son intégralité à :

https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/femmes-combattantes-et-revolutions-feminines?fbclid=IwAR0ZZDtZmZgeYZxg1yHcWOeUTGHH8TTMmebuhuWC7EaILb6pC6NmPIFjnCM

« Les plus belles mères » sont des révolutionnaires

Un texte de Fadi Bardawil, traduit en français par Simon Dubois, nouveau membre de l’équipe DREAM

Depuis toujours nos mères sont enfermées dans des images et des métaphores qui semblent se reproduire éternellement. Nos mères montent sans cesse vers des cieux purs des vies et des pêchés des gens ordinaires, tel « l’ange » de Saïd Akl ou la « sainte » de Nizar Qabbani.

Pas de corps ni de désir pour la mère-ange-sainte. Elle est de ce monde mais n’en fait pas partie.

Mahmoud Darwich l’a redescendue sur terre dans son poème « Ma mère ». Mais le texte de Darwich et les « ah » monotones de Marcel Khalifé ne l’ont pas libérée de sa captivité. Elle vit en dehors des évènements historiques ; la révolution est au fils. Quant à la mère, c’est elle qui prépare le café chaque jour, cuit le pain chaque jour, tend le fil à linge chaque jour, prie chaque jour. Elle est passée de la temporalité éternelle des anges à celle du cycle de la nature (je ne cherche pas à nier la valeur des tâches domestiques mais à attirer l’attention sur la réduction de l’image de la mère à celles-ci). Et lorsque Hassan Abd Allah et Marcel Khalifé ont introduit la mère dans l’histoire de la révolution, ils lui ont réservé un siège au premier rang des funérailles : les plus belles mères sont celle qui attendaient leur fils, les plus belles mères l’attendaient, et il est rentré… rentré en martyr.
Continue reading “« Les plus belles mères » sont des révolutionnaires”