Le Hirak, la trace et l’archive

par Giulia Fabbiano, DREAM

Photo Credit: DR

En février 2019, l’Algérie a connu une vague de mobilisations inédite par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité, exigeant une transition politique démocratique.

Sur un plan sociétal, le hirak (« mouvement ») – d’un des noms attribués à cette déferlante par la population elle-même – ouvre « le domaine des possibles », instaurant dès les premières marches un rapport renouvelé de toute une population à elle-même, à son passé et à son avenir. C’est dans ce contexte d’effervescence et de libération populaires que des initiatives de documentation, d’enregistrement et de collecte (d’images, de communiqués, d’articles de presse, de prises de parole, d’objets matériels) voient le jour. Menées par des chercheur.e.s, des militant.e.s ou des simples citoyen.ne.s engagé.e.s, ces initiatives non institutionnelles visent d’un côté à produire, rassembler et consigner des traces et des archives de l’événement au moment même où il se déploie, de l’autre à identifier et rendre accessibles les archives des dynamiques progressistes des années précédentes. L’ensemble de ces démarches traduit la conviction, diffuse et partagée, que l’Algérie est en train de vivre une phase de réouverture/intensification de l’histoire dont il faut garder trace. Dans le même temps qu’il renseigne sur le rapport de la société à son expérience historique, ainsi qu’aux sources et aux acteurs de cette expérience mise sous tutelle par le pouvoir dès le lendemain de l’indépendance. L’urgence de faire témoigner le présent soulève toutefois un certain nombre de questionnements autant méthodologiques (droit des images, stockage, classement, matérialité) qu’épistémologiques (contraction des temporalités, cohérence du fond, accessibilité, usages) que cet atelier souhaite discuter, y compris à l’aune d’autres expériences (tunisienne, égyptienne, syrienne). En promouvant la rencontre entre acteurs/rices impliqué.e.s et en encourageant la mutualisation des démarches, cet atelier se veut ainsi un espace expérimental de réflexion collective autour des enjeux et des biais d’archivage du présent algérien et plus largement des situations de documentation et de collecte de l’« immédiat ».

CfP: « Images et imaginaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » 7e Colloque annuel du Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) Paris – Novembre 2019

Argumentaire

Depuis les années 2000, et en particulier à partir des « révolutions arabes » de 2011, les régions du Maghreb et du Moyen-Orient ont connu une explosion d’images. La démultiplication des écrans et des caméras au centre des révoltes en est un exemple significatif. Réalisées dans des espace-temps situés souvent au cœur des luttes et reprises à foison, parfois hors contexte, diffusées sur les réseaux sociaux ou dans les médias traditionnels, ces images et les points de vue singuliers qu’elles véhiculent sont l’œuvre aussi bien de producteurs professionnels que d’amateurs aux prises avec les événements. Ainsi elles ont participé à médiatiser les conflits et les revendications et à créer une proximité émotionnelle avec les événements, malgré une fragilité due au terrain labile et dématérialisé que représente Internet.

Plus largement, le statut, le rôle, le support de l’image ainsi que la relation à l’univers visuel a évolué, tant il semble désormais être caractérisé par la profusion, la banalisation, la volatilité, voire la saturation. L’ensemble de ces images a contribué à renforcer des imaginaires – au sens de représentations, mythes ou récits partagés – existants ou en à forger de nouveaux en attirant l’attention sur les sociétés et sur des acteurs minoritaires et faiblement connus des mouvements révolutionnaires en cours. Si des propositions de réappropriation du récit de soi par l’image étaient déjà actives au sein des situations coloniales et postcoloniales, elles se sont considérablement amplifiées depuis le début du millénaire. Comment cette déferlante visuelle travaille-t-elle les imaginaires d’identité et d’altérité ? Quelle influence a-t-elle sur les imaginaires orientalistes ayant par le passé donné à voir la différence comme cadre à la fois esthétique, culturel et politique ?

Ce colloque souhaite ainsi interroger la place des images dans la production des imaginaires collectifs du et au Moyen-Orient/Afrique du Nord dans une perspective historique et comparée, replaçant les soulèvements actuels dans le temps long. Nous entendons par « image » toute forme de présence visuelle ou sonore : arts visuels, peinture, photographie, arts graphiques, films, street art et art urbain, médias, séries télévisées, vidéo-clips, vidéo-art, bd, roman graphique, etc. Quant à l’« imaginaire », il est entendu notamment comme apparaissant « plus réel que ce que l’on peut imaginer, car il est devenu la voie d’accès à une sur-réalité qui est le fondement même du réel auquel l’humanité se confronte quotidiennement »[1]. Continue reading

Un Temps Révolutionnaire

L’Algérie connaît le plus grand soulèvement populaire d’après l’indépendance, déclenché par la volonté d’Abdelaziz Bouteflika de briguer un cinquième mandat. Retour sur un mouvement extraordinaire par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité.*

Un texte par Giulia FABBiANo, anthropologue, membre de l’european research Council (erC) projet « DreAM » (Drafting and enacting the revolutions in the Arab Mediterranean. in Search for Dignity – from the 1950’s until today), et du Centre d’histoire sociale du XXème siècle.

Voici le lien vers l’article: https://www.ldh-france.org/wp-content/uploads/2019/07/HL186-Monde-2.-Algérie-un-temps-révolutionnaire.pdf