Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte

par Mélanie Henry

Baliser les archives qui recèlent des sources pour l’histoire des révoltes dans les mondes arabes méditerranéens depuis les années 1950 figure parmi les objectifs de l’ERC-DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean). Les lignes qui suivent, compte-rendu d’une embardée aux Archives nationales de Tunisie, ont été rédigées dans cette intention : mutualiser les connaissances concrètes qui faciliteraient, voire qui permettraient, des recherches ultérieures. En poursuivant ce modeste dessein, il s’agit aussi de réfléchir aux traces de la révolte dans différentes configurations historiques : quelles sont-elles ? Qui les conserve et les diffuse ? Comment ? Selon quels rapports au passé, à l’histoire et au changement social ? Ici, mon point de vue est teinté d’un léger étrangement : si je suis familière de ces problèmes en général, je les ai plus concrètement pratiqués dans le contexte égyptien.

En me rendant quelques jours aux Archives nationales de Tunis, je faisais donc figure d’outsider au faible potentiel si, comme je le crois, les chances de réussite dans ce genre de collecte augmentent avec la durée du séjour et les rapports de confiance noués sur le terrain. Ces quelques journées de recherche faisaient cependant suite à une rencontre officielle entre le directeur des Archives nationales, Hédi Jallab, et l’équipe de DREAM. Or cette dernière comprend plusieurs chercheurs connus sur la scène intellectuelle tunisienne et notamment l’historienne Kmar Bendana dont l’intervention fut déterminante. Continue reading “Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte”

Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt

By Mélanie Henry

One of the objectives of the research project DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean) is to identify the archives containing sources for the history of revolts since the 1950’s in the Arab Mediterranean worlds. Accordingly, this report dealing with a lurch at the National Archives of Tunisia, has been written with the following intention: to share concrete information that would facilitate, or even allow, further investigations. This modest approach would also allow us to think about the traces of revolts in different historical configurations: what kind of sources are they? Who does preserve and distribute them, and how? How does it relate to the past, history, and social change?

My point of view is tinged with a slight feeling of strangeness: I am familiar with the problems mentioned above in general, but I have dealt with them more concretely in the Egyptian context. I only spent a few days at the National Archives in Tunis, therefore, the odds of being successful were low considering the length of the stay and the relationships of trust being established in the field. However, these few days of enquiry followed an official meeting between the Director of the National Archives, Hedi Jallab, and the DREAM team. The latter includes several researchers known within the Tunisian intellectual scene, and in particular historian Kmar Bendana, whose connection with the director was decisive to my enquiry. Continue reading “Short visit at the National Archives of Tunis: looking for traces of the revolt”

Journées d’études 24 & 25 avril 2019: L’Algérie proteste Premiers retours sur les mobilisations de 2019 et leurs effets.

Coord. scientifique : Amin Allal, CNRS

La situation politique en Algérie, marquée par un élan collectif massif de mobilisations qui a débuté en février 2019 contre le cinquième mandat du président de la République, offre une opportunité formidable pour l’analyse en sciences sociales du politique. Elle permet de tester les connaissances sur la réalité politique algérienne. Contrairement à ce que des routines explicatives « mécanistes » ont imposé, l’Algérie n’est pas une société politique figée. Pour qui veut bien l’observer attentivement, la société algérienne est en mouvement perpétuel et cela n’est pas totalement nouveau. C’est à ces questions que se proposent de se consacrer ces journées d’études.

Ces dernières décennies, les images se sont multipliées d’un désintérêt politique des masses et des jeunesses algériennes gagnées au désir consumériste et à l’exil, d’une répétition d’événements protestataires sans effets supposés (qualifiés souvent d’émeutes apolitiques), d’une organisation ambiguë de l’opposition au régime. A cela s’ajoute le fameux syndrome « du plus jamais ça » : l’hypothétique repoussoir que


constitueraient les années de guerre civile dans l’organisation de protestations. Tout semble converger pour donner sa force explicative au constat d’une supposée apathie politique généralisée des citoyens. A longueur d’éditoriaux ou d’analyses expertes- souvent à distance- tout ou presque serait lié à la politique de la rente (et son effet le clientélisme) et à la peur de la décennie noire (des « islamistes », de la violence armée de l’État…). In fine, la politique était toute entière simplifiée en un jeu de coteries et de retournements discrets de palais dont on ne connaît en réalité que peu d’éléments tangibles. Le régime politique – le « système » – tenait avant tout car solidement arrimé à une force répressive étatique importante, à une économie politique de redistribution tournant autour de la manne extractive et à un récit performant sur la violence massive des années 90… Il semblait écrit que les algériens ne pouvaient massivement se mobiliser.

Si la nouvelle séquence de ce début 2019 constitue en soi un défi à ces lectures, ces journées d’études seront l’occasion d’actualiser et de tester nos connaissances sur les comportements politiques en Algérie. Contrairement aux lectures surplombantes qui font écran aux dynamiques anthropologiques et historiques profondes de politisation des acteurs sociaux, les intervenant.e.s, en s’appuyant sur des enquêtes récemment réalisées, débattront de la force et des faiblesses du surgissement protestataire de 2019. Ces échanges permettront en outre de réfléchir à nouveaux frais sur les relations entre protestations collectives et changements de régime. Ces dernières, au coeur des explications des mouvements de 2011 au Maghreb et au Moyen-Orient, semblent de nouveau à l’ordre du jour en Algérie ainsi qu’au Soudan.

Lieu: Hôtel Majestic, 36 avenue de Paris, Tunis

24 avril : 17h30-19h30

Session 1 : La « résilience du système » à l’épreuve

La nouvelle séquence politique ouverte en ce début 2019 nous permet de remettre sur le métier les connaissances sur les modes de domination politique de ces dernières décennies. Si les tractations et équilibres entre groupes aux commandes de l’État (notamment ceux issus de l’armée) ont constitué un des récits du pouvoir politique, les (en)jeux des institutions (notamment la réalité d’un champ partisan sous contrôle) mais aussi le contrôle des « marges de l’État » sont autant de processus autoritaires à interroger aujourd’hui pour comprendre la dynamique politique en cours :

Comment interpréter l’évolution du champ politique algérien ? Quelles continuités et ruptures dans les « jeux d’alliances » qui permettaient la stabilisation du régime ? Que devient le contrôle aux « marges de l’État » dans cette situation ?

Cherif Dris, École nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information, Alger.

Amar Mohand-Amer, Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, CRASC, Oran.

________________________

 

25 avril : 10h-12h

Session 2 : Ce que l’évènement fait aux acteurs et formes de contestation

Lors de cette deuxième session, les invité.e.s débattront du devenir des acteurs collectifs organisés d’opposition ou de contestation (syndicaux, partisans ou associatifs). A partir des éléments empiriques nouveaux, il sera question des adaptations et actualisations des individus et collectifs dans une situation où ils font face à un mouvement large dont ils ne sont pas les principaux initiateurs/porteurs :

Comment s’organisent aujourd’hui les coordinations nées au lendemain des « printemps arabes » ? Quelles options sont choisies par les partis politiques historiques ? Quel est le rôle des syndicats et des associations « autonomes » notamment étudiantes ? Quelles nouvelles structures émergent et comment ces « anciens acteurs » s’y positionnent ? Quels sont les effets du ralliements des acteurs relativement proches du régime (UGTA, associations, figures outsiders…) ?

Layla Baamara, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

________________________

25 avril : 13h30-15h30

Session 3 : Que disent les mobilisé.e.s ? Emotions, slogans et performances

Au cours de cette troisième session nous étudierons les slogans, les performances collectives, fussent-ils contingents, et les émotions qui s’expriment. Comment les gens nomment-ils les événements vécus ? Rapportés aux propriétés sociales de leurs auteur.e.s et aux ancrages socio-territoriaux, l’idée de cette restitution est d’interroger le renouvellement du répertoire d’action collective :

Quels modes d’action sont privilégiés, comment sont pensées, imaginées ces pratiques ? Comment circulent-elles, entre quels mondes sociaux ? Quelles sont les routines et le degré d’innovation de ces pratiques ? Quels sont les effets de ces modes d’action sur les mobilisations : entrainer plus de gens, sélectionner les participant.e.s, se distinguer ? Comment est posée la question de la violence et/ou des limites de la mobilisation ?

 

Malik Aboudjil, IRMC Tunis, EHESS Paris.

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Farida Souiah, LAMES, Aix-Marseille Université.

 

Intervenant.e.s:

Saphia Arezki, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Layla Baamara, CHERPA, ERC Dream, IEP Aix-en-Provence, Université de Rouen.

Siham Beddoubia, Université d’Oran 2.

Naoual Belakhdar, Freie Universität, Berlin.

Cherif Dris, ENSJ, Alger.

Laurence Dufresne Aubertin, CHERPA, IEP Aix-en-Provence.

Giulia Fabbiano, ERC Dream, CHSMC, Paris.

Amar Mohand-Amer, CRASC, Oran.

Farida Souiah, LAMES, LabexMed, Université Aix-Marseille.

À l’écoute de l’Algérie insurgée

À l’écoute de l’Algérie insurgée, un essai par Giulia Fabbiano publié sur le blog de “La Vie des Idées”, le 19 Mars 2019

Giulia Fabbiano est anthropologue, membre de l’ERC “DREAM”.

Son travail porte sur les héritages de la décolonisation au niveau des identités et des mémoires collectives en France et en Algérie. Elle a publié Hériter 1962. Harkis et immigrés algériens à l’épreuve des appartenances nationales aux Presses Universitaires de Paris Ouest en 2016.

Les traces, côté cinéma : que faire ?

L’ERC DREAM à la Cinémathèque tunisienne, 27 février 2019

L’équipe de l’ERC DREAM réunie à Tunis du 25 février au 1er mars 2019 a visionné deux films à la Cinémathèque Tunisienne. Ce lieu d’archivage du patrimoine filmique peut figurer parmi les sites à repérer dans le projet de cartographie des paysages documentaires.

par Dr. Kmar Bendana

 

Historique rapide [1]

La Cinémathèque tunisienne est inaugurée le 21 mars 2018, dans le cadre de l’ouverture de la Cité de la Culture, un chantier entamé sous Ben Ali, abandonné en 2011 et repris en 2016. Le projet, plusieurs fois annoncé, profite de la décision politique et des moyens financiers et technologiques mobilisés, pour donner forme à une institution qui peine, depuis des décennies, à s’inscrire dans le panorama cinématographique tunisien. Une version tunisoise de la cinémathèque française d’Henri Langlois voit le jour en 1958 sous la conduite de Sophie El Goulli, amie de ce dernier[2]. Hébergée dans divers lieux (la salle des fêtes du lycée Carnot, le Studio 38 et la Maison de la Culture Ibn Rachiq), elle ne dispose pas de fonds comparables à ceux de la cinémathèque algérienne -née en 1965 et défiant la distribution internationale-, et fait son travail de diffusion grâce à des emprunts gracieux. L’institution devient suspecte après 1968, son succès l’assimilant à un lieu de subversion politique. Une salle d’art et d’essai (7è art) ouverte en 1970 ferme pour les mêmes soupçons en 1978, après le Jeudi Noir (26 janvier 1978). La petite salle hébergée par le Ministère d’Information disparaît en 1980, suite aux événements de Gafsa (janvier 1980) et se réfugie au Musée d’Arts vivants de la ville de Tunis (Belvédère). Là naît le souci de préserver et de restaurer les copies de films sur les peintres tunisiens et l’archéologie. En 1990, les archives du Bois d’Arcy découvrent et restaurent le premier film tunisien en arabe dialectal, le Fou de Kairouan (Jean-André Kreusy, 1937). En 1993, le Centre National du Cinéma français (CNC) sauve les bobines de Zohra (1922) et Aïn El Ghezal (1924) du premier cinéaste tunisien Albert Samama Chikly (1872-1933). Le projet de cinémathèque revient en 1995 alors que les techniques de numérisation s’imposent comme solution pour mieux conserver le patrimoine cinématographique tunisien dispersé  et non inventorié. Continue reading “Les traces, côté cinéma : que faire ?”