Chloé, Nejma Rondeleux

Chloé, Nejma Rondeleux  – PhD candidate in History

À la découverte de Nejma

Quelle est ta discipline de rattachement ?

L’histoire

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

L’Algérie

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Journalistes ; Profession ; Médias ; Histoire sociale ; Sociohistoire ; Sources orales ; Témoignages ; Trajectoires.

Quels sont les titres de tes projets de recherche actuels ?

  • Les journalistes en Algérie (1982-1990) : socio-histoire d’une profession en construction (Thèse en cours – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (UMR 8058).)

Cette thèse envisage une étude des journalistes algériens analysés dans une dimension socio-historique. Elle s’attache donc aux acteurs des médias plutôt qu’aux structures médiatiques. En s’inscrivant à la croisée de plusieurs disciplines dont l’histoire sociale, l’histoire des journalistes et la sociologie des professions, cette recherche vise à interroger les processus de construction et d’organisation du métier en privilégiant l’analyse des trajectoires socio-professionnelles. Pour cela, divers types de sources imprimées sont mobilisées aux côtés de sources orales constituées par des entretiens menés avec des travailleurs et travailleuses des médias. En choisissant comme cadre chronologique les années 1980, caractérisées par un régime de Parti unique qui contrôle étroitement tous les moyens d’information, il s’agira de discuter l’idée largement répandue de journalistes aux ordres du pouvoir.

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Dans le cadre de DREAM, je contribue aux différents projets menés sur l’Algérie et plus largement autour de la région du Maghreb. Je participe ainsi à la réflexion et au travail sur la collecte d’archives en Algérie, en lien avec des problématiques recoupant mon sujet de thèse. Je m’associe par ailleurs à l’organisation d’événements scientifiques initiés par DREAM tels que le séminaire “Décentrer les révolutions” ou le colloque “Femmes révoltées dans le monde arabe méditerranéen (des années 1950 à nos jours)”.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Mon parcours universitaire se compose d’une double formation en Histoire et en journalisme qui m’ont chacune menée vers des expériences professionnelles distinctes, avant de se confondre dans ma recherche actuelle. Mon master en journalisme m’a conduit a exercé le métier de journaliste, un peu en France et principalement en Algérie où j’ai vécu pendant six ans. Quant à mon master d’Histoire, il m’a permis d’embrasser une carrière dans l’enseignement de l’histoire-géographie qui se prolonge aujourd’hui par une thèse en Histoire sur les journalistes algériens.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

La découverte de nouveaux univers scientifiques, la rencontre avec des chercheuses et chercheurs d’horizons différents, les possibilités d’explorer des terrains de recherche qui me passionnent.

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

Ma rencontre avec Leyla Dakhli, d’abord à travers ses travaux sur le Moyen-Orient puis en chair et en os. Elle codirige aujourd’hui ma thèse.

Pourrais-tu nous raconter une anecdote par rapport à ton travail ?

Mois d’octobre à Alger. La rue est en effervescence. Entre deux vendredis de manifestations, je me rends au Centre d’études diocésain des Glycines, lieu de formation et de recherche où j’ai appris l’arabe dialectal algérien. La lourde porte d’entrée, les tables en bois, les étagères pleines de livres, le jardin fleuri, la cloche de l’accueil de la bibliothèque… je retrouve avec bonheur cet havre de tranquillité si propice à l’étude. Pour la première fois, je consulte le catalogue de la bibliothèque en quête d’archives pour ma thèse. Je recherche en particulier des titres de journaux algériens édités dans les années 1980, aujourd’hui disparus. J’en retrouve plusieurs et passe commande auprès de Sabrina, la documentaliste-informaticienne de la bibliothèque. Quelques minutes plus tard, elle m’apporte de grosses liasses de journaux fermement noués avec une corde. Au temps passé à défaire le nœud et à l’odeur de renfermé qui s’en émane, je me dis qu’ils n’ont pas pris l’air depuis un certain temps. Et c’est avec un mélange de curiosité et d’excitation que je me plonge à l’intérieur.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Reporter

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

Le livre Un regard calme sur l’Algérie d’Akram Belkaïd (Seuil, 2005), lu il y a longtemps mais qui m’a marqué car il a été ma première « rencontre » avec l’Algérie. Pour la première fois, un ouvrage me permettait de « visualiser » l’Algérie en mêlant souvenirs personnels et décryptage de l’histoire contemporaine du pays.