Candice Raymond

Candice Raymond  – MEAE Researcher (IFPO, Beyrouth)

À la découverte de Candice

Quelle est ta discipline de rattachement ?

L’histoire

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

Liban, Moyen-Orient

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Histoire sociale des intellectuels ; Socio-histoire des sciences sociales ; Histoire sociale et culturelle des guerres civiles

Sur quel(s) projet(s) de recherche travailles-tu actuellement ?

  • Savoirs engagés et politisation des sciences sociales pendant la Guerre du Liban (1975-1990)

Comment la guerre civile transforme-t-elle les mondes savants et leurs rapports au politique ? A partir de l’étude des dispositifs savants et des trajectoires de chercheurs en SHS au cours de la Guerre du Liban (1975−1990), mon projet de recherche entend saisir comment la guerre civile, dès lors qu’elle affecte les cadres socio-institutionnels de la production en sciences sociales, affecte aussi les rapports structurels entre champs savants et champ politique, ainsi que les trajectoires d’engagement intellectuel ou de défection des acteurs scientifiques.

Il s’agit en premier lieu d’interroger les reconfigurations de l’espace social de la recherche sous l’effet de la guerre et les transformations corrélatives des conditions d’exercice du métier. Dans cette perspective, et en complément d’un travail déjà effectué sur les institutions universitaires, mon programme d’enquêtes se concentre sur les institutions extra-universitaires par le biais desquelles les universitaires ont pu accéder à des ressources (centres de recherche, revues intellectuelles, presse, maisons d’édition).

Un second volet de cette recherche interroge les logiques d’engagement intellectuel des acteurs scientifiques ainsi que leurs répertoires d’action, qu’il s’agisse d’interventions dans l’espace public légitimées par le capital symbolique attaché à leur nom ou à leur fonction, de pratiques proprement savantes soumises à des finalités politiques, ou encore de diverses formes d’investissement dans les institutions et organisations à caractère culturel mises en place par des acteurs du champ politique.

Quel était le sujet de ta thèse ?

  • Réécrire l’histoire au Liban. Une génération d’historiens face à la période ottomane, de la fin des années 1960 à nos jours (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2013). 

Quels sont les projets que tu mènes dans le cadre de DREAM ?

Dans le cadre de DREAM, je mène une enquête sur deux institutions de recherche palestiniennes fondées au Liban dans les années 1960, l’Institut d’Etudes Palestiniennes et le Centre de Recherches de l’OLP. Premiers centres de recherche fondés indépendamment des universités locales, ils incarnèrent le projet d’une recherche scientifique militante, où la production de savoirs était considérée comme une ressource stratégique majeure dans la Révolution palestinienne. Ces deux centres servirent en outre de matrice ou de modèle aux centres libanais institués dans les années 1970 et 1980, contribuant à diffuser certaines pratiques et à construire la figure du « chercheur-militant ».

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Chercheuse à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Beyrouth), je suis titulaire d’un doctorat en histoire de l’EHESS (Paris), obtenu avec une thèse consacrée aux historiens libanais contemporains et à l’écriture de l’histoire moderne du Liban. Mes recherches actuelles portent sur les acteurs, les institutions et les pratiques de savoir dans le contexte de la Guerre du Liban (1975-1990), et s’inscrivent plus largement dans une réflexion sur l’histoire et la sociologie des sciences sociales dans le monde arabe d’une part, et sur l’histoire des mondes intellectuels libanais d’autre part. Mes travaux universitaires adoptent une approche résolument interdisciplinaire, entre l’histoire, la sociologie et l’anthropologie.

Avant de rejoindre l’Ifpo, j’ai été chercheuse postdoctorale à l’Orient-Institut Beirut (Fondation Max Weber), à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-Marseille Université) et à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne. Je suis aussi membre du comité de rédaction de la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM) et de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

Le projet DREAM constitue à mon sens un espace unique de réflexion et de discussion interdisciplinaire entre spécialistes du Maghreb et du Machrek. Il me permet de resituer mes travaux dans une histoire longue des mouvements politiques et sociaux dans le monde arabe contemporain.

Comment en es-tu arrivée à travailler au sein de DREAM ?

L’élargissement de mes axes de recherche en direction d’une histoire sociale des mondes intellectuels libanais m’a amenée à approfondir le dialogue entamé avec Leyla Dakhli depuis plusieurs années, et à rejoindre une équipe qui comprenait déjà plusieurs chercheurs et chercheuses avec lesquels je collabore régulièrement.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petite ?

Astronaute, archéologue (à la Indiana Jones), journaliste d’investigation…

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marquée ?

  • Ivan Jablonka, L’histoire est une littérature contemporaine (Seuil, 2014), pour ce qu’il nourrit comme désir et ouvre comme potentialités d’émancipation de l’écriture historienne.

Quelles sont tes dernières publications ?

  • Candice Raymond, Myriam Catusse, Sari Hanafi (dir.), Un miroir libanais des sciences sociales. Acteurs, pratiques et disciplines, Marseille & Beyrouth, Diacritiques éditions & Presses de l’Ifpo, 2021 (sous presse).
  • Candice Raymond, Le métier d’historien au Liban. Sociohistoire d’une discipline indisciplinée, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2021 [à paraître].