Le Hirak, la trace et l’archive

par Giulia Fabbiano, DREAM

Photo Credit: DR

En février 2019, l’Algérie a connu une vague de mobilisations inédite par son ampleur, sa durée, son enracinement national, son pacifisme et sa créativité, exigeant une transition politique démocratique.

Sur un plan sociétal, le hirak (« mouvement ») – d’un des noms attribués à cette déferlante par la population elle-même – ouvre « le domaine des possibles », instaurant dès les premières marches un rapport renouvelé de toute une population à elle-même, à son passé et à son avenir. C’est dans ce contexte d’effervescence et de libération populaires que des initiatives de documentation, d’enregistrement et de collecte (d’images, de communiqués, d’articles de presse, de prises de parole, d’objets matériels) voient le jour. Menées par des chercheur.e.s, des militant.e.s ou des simples citoyen.ne.s engagé.e.s, ces initiatives non institutionnelles visent d’un côté à produire, rassembler et consigner des traces et des archives de l’événement au moment même où il se déploie, de l’autre à identifier et rendre accessibles les archives des dynamiques progressistes des années précédentes. L’ensemble de ces démarches traduit la conviction, diffuse et partagée, que l’Algérie est en train de vivre une phase de réouverture/intensification de l’histoire dont il faut garder trace. Dans le même temps qu’il renseigne sur le rapport de la société à son expérience historique, ainsi qu’aux sources et aux acteurs de cette expérience mise sous tutelle par le pouvoir dès le lendemain de l’indépendance. L’urgence de faire témoigner le présent soulève toutefois un certain nombre de questionnements autant méthodologiques (droit des images, stockage, classement, matérialité) qu’épistémologiques (contraction des temporalités, cohérence du fond, accessibilité, usages) que cet atelier souhaite discuter, y compris à l’aune d’autres expériences (tunisienne, égyptienne, syrienne). En promouvant la rencontre entre acteurs/rices impliqué.e.s et en encourageant la mutualisation des démarches, cet atelier se veut ainsi un espace expérimental de réflexion collective autour des enjeux et des biais d’archivage du présent algérien et plus largement des situations de documentation et de collecte de l’« immédiat ».


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.