11/ Sartre’s Oblivions in the Arab World and in France: Intellectual History and Epistemology

Session 11 / Monday, 3 May 2021 / 2:30-4:30 pm (Paris)

Yoav Di Capua, History (University of Texas, Austin)
Sophie Wahnich, History (CNRS, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, Paris)

[French below]

In the 11th session of the Dream Seminar “Décentrer les révolutions | Decentring revolutions” we are pleased to welcome historians Sophie Wahnich (CNRS) and Yoav Di-Capua (University of Texas) who will speak respectively about their books :
 
– La révolution française n’est pas un mythe (Klinksieck, 2017). An english translation will be published soon by Rowman & Littlefield International.
 
– No Exit. Arab Existentialism, Jean-Paul Sartre & Decolonization (The University of Chicago Press, 2018)
 
In this session, they will propose to reflect on the forgetting of existentialism and the figure of Jean-Paul Sartre, decisive in the thought of the revolution, among activists and intellectuals of the 1960s, both in France and in the Arab world.
 
In No exit, Yoav Di-Capua focuses in Arab existentialism between the Second World War and the end of the 1960s, tracing both the specifically Arab history of existentialist philosophy and its decline after the 1967 war. In French Revolution isn’t a Myth, Sophie Wahnich writes the intellectual history of the marginalization of Sartre’s thought in the humanities and social sciences in France. She identifies the epistemological implications of this marginalization, especially from the point of view of the object “revolution”.
 
This session will first of all be an opportunity to return to the Sartrean conceptions of revolution and history that were so frequently used in the “other places” of learning about politics that interest us in this seminar. The presence of these two authors will also offer the opportunity to distinguish the different processes of marginalization of which existentialism and Sartre were the objects, in the Arab world and in the human and social sciences in France. We will thus be able to discuss their intertwining, since these histories of Sartre’s oblivion are not only parallel processes, but come together in the formation of spaces of postcolonial critique. We can question the role of the revolutions of the 2010s, as a revival of the intellectual dispositions of the 1960s, in a renewed interest in existentialism and Sartrean thought of revolution.
 
Sophie Wahnich is Director of research in History and Political Science at the National Research Institute (CNRS). A specialist of the French revolution trained in discourse analysis and political theory, Sophie Wahnich’s work deals with disruptive historical events and their consequences for the political, social and emotional fabric of society. Her work as an academic and public intellectual approaches contemporary issues facing Western democracies (terror, nationalism, globalization, refugees, war, trauma, religion, collective memory , etc.) on the background of the historical achievements and universal ideals of the French revolution. In her publications, Wahnich measures with critical insight the continuing challenges and ambitions of the ideals of the French revolution in the political, social and economic struggles facing us today.
 
Yoav Di-Capua is a Professor of History at the University of Texas at Austin, where he teaches modern Arab intellectual history. He is the author of Gatekeepers of the Arab Past: Historians and History Writing in Twentieth-Century Egypt (University of California Press, 2009) and No Exit: Arab Existentialism, Jean Paul Sartre and Decolonization (University Press of Chicago, 2018). He is currently writing a new book about 1960s Arab liberation theology.
 
 
The session which will be transmitted via Zoom, will be held in both French and English.
 
Please register at dream@cmb.hu-berlin.de
 
We look forward to your participation!
 

Dans le cadre de la 11ème session du Séminaire DREAM “Décentrer les révolutions”, nous avons le plaisir d’accueillir les historien.ne.s Sophie Wahnich (CNRS) et Yoav Di-Capua (Université du Texas) qui nous parleront respectivement de leurs ouvrages :
 
– La révolution française n’est pas un mythe (Klinksieck, 2017) dont la traduction en anglais paraîtra sous peu chez Rowman & Littlefield International.
 
– No Exit. Arab Existentialism, Jean-Paul Sartre & Decolonization (The University of Chicago Press, 2018)
 
Dans cette séance, les auteurs proposeront de réfléchir aux oublis de l’existentialisme et de la figure de Jean-Paul Sartre, déterminants dans la pensée de la révolution, chez les militants et intellectuels des années 1960, tant en France que dans le monde arabe.
 
Yoav Di-Capua, s’est intéressé à l’existentialisme arabe entre la seconde guerre mondiale et la fin des années 1960, retraçant à la fois l’histoire proprement arabe de la philosophie existentialiste et son déclin à partir de la guerre de 1967. De son côté, Sophie Wahnich a retracé l’histoire intellectuelle de la marginalisation de la pensée de Sartre dans les sciences sociales et humaines en France, dont elle a dégagé les enjeux épistémologiques, en particulier du point de vue de l’objet « révolution ».
 
Cette séance sera d’abord l’occasion de revenir sur les conceptions sartriennes de la révolution et de l’histoire qui avaient si souvent cours dans les « autres lieux » d’apprentissage du politique des années 1960 qui nous intéressent dans ce séminaire. La présence de ces deux auteurs offrira aussi l’opportunité de distinguer les différents processus de marginalisation dont furent l’objet l’existentialisme et la figure de Sartre, dans le monde arabe dans les sciences humaines et sociales en France. Nous pourrons ainsi débattre de leur intrication, dans la mesure où ces histoires de l’oubli de Sartre ne sont pas des seulement des processus parallèles, mais se rejoignent dans la formation des espaces de la critique postcoloniale. Nous pourrons enfin nous interroger sur le rôle des révolutions des années 2010, comme réveil des dispositions intellectuelles des années 1960, dans un regain d’intérêt pour l’existentialisme et de la pensée sartrienne de la révolution.
 
Sophie Wahnich est directrice de recherche en histoire et science politique à l’Institut national de la recherche (CNRS). Spécialiste de la Révolution française, formée à l’analyse du discours et à la théorie politique, Sophie Wahnich s’intéresse aux événements historiques bouleversants et à leurs conséquences sur le tissu politique, social et affectif de la société. Son travail d’universitaire et d’intellectuelle publique aborde les questions contemporaines auxquelles sont confrontées les démocraties occidentales (terreur, nationalisme, mondialisation, réfugiés, guerre, traumatisme, religion, mémoire collective, etc.) sur fond des réalisations historiques et des idéaux universels de la révolution française. Dans ses publications, Wahnich mesure avec une perspicacité critique les défis et les ambitions persistants des idéaux de la révolution française dans les luttes politiques, sociales et économiques auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui.
 
Yoav Di-Capua est professeur d’histoire à l’université du Texas à Austin, où il enseigne l’histoire intellectuelle arabe moderne. Il est l’auteur de Gatekeepers of the Arab Past : Historians and History Writing in Twentieth-Century Egypt (University of California Press, 2009) et de No Exit : Arab Existentialism, Jean Paul Sartre and Decolonization (University Press of Chicago, 2018). Il écrit actuellement un nouveau livre sur la théologie de la libération arabe des années 1960.
 
La session, qui sera transmise via Zoom, se déroulera en français et en anglais.
 
Merci de vous inscrire auprès de dream@cmb.hu-berlin.de
 
Nous nous réjouissons de votre participation !