17-18 juin 2021, Conférence “HISTOIRE(S) SUR LA GUERRE CIVILE LIBANAISE” / HISTORY/STORIES ABOUT THE LEBANESE CIVIL WAR [ONLINE]

– English version below-

organisée par Leyla Dakhli (CMB/CNRS) et Klaus Wieland (CMB/Université de Strasbourg) avec le

Malgré l’amnistie et l’amnésie décrétées par l’État dans les accords de Taëf, la guerre civile libanaise est toujours très présente dans la vie publique et privée du pays, même 30 ans après la fin des hostilités. Elle a laissé des traces indélébiles dans les paysages urbains endommagés et les infrastructures détruites ; de temps en temps, elle est opportunément évoquée dans le discours politique, par exemple à l’automne/hiver 2019, afin d’inciter le mouvement de protestation sociale à céder en avertissant que les protestations pourraient provoquer une nouvelle guerre civile ; l’organisation UMAM Documentation & Recherche, fondée en 2004, s’est fixé pour objectif de constituer une mémoire collective de la guerre civile au moyen d’archives, d’expositions, de conférences et d’ateliers ; et la guerre est également un sujet de conversation dans de petits groupes sociaux comme les familles, les cercles d’amis et les groupes de jeunes, elle est analysée dans le discours scientifique et public et est représentée sous une forme artistique dans la littérature, le cinéma et d’autres arts. En considérant l’histoire de la guerre civile libanaise, on peut distinguer deux niveaux d’analyse. La « première histoire » comprend ce qu’on appelle la « grande histoire », c’est-à-dire les événements politico-militaires, les retournements d’alliances et les interventions de puissances étrangères, en particulier de la Syrie, des Palestiniens et d’Israël. C’est pourquoi la guerre civile est considérée par certains Libanais comme la « guerre des autres », afin de détourner l’attention du fait que les forces politiques et religieuses libanaises en ont été les actrices majeures. Mais il y a aussi la « petite histoire », c’est-à-dire celle des gens ordinaires, qui n’ont pas été directement impliqués dans les événements de la guerre, leurs expériences et leurs traumatismes, mais qui en ont vécu les conséquences par leurs expériences, aussi pendant l’émigration ou la ré-émigration. La « seconde histoire » consiste, quant à elle, en une culture du souvenir liée à la guerre civile, qui repose principalement sur diverses formes de mémoire sociale comme la mémoire familiale, la mémoire des générations et les constructions de mémoire fortement fragmentées des différentes communautés religieuses, ainsi que sur des supports artistiques (par exemple la littérature, le cinéma, les arts visuels, les graffitis). La post-mémoire des jeunes générations, qui n’ont aucun souvenir personnel de la guerre civile, doit également être prise en compte, ainsi que leurs expériences du monde réel et leur traitement artistique de la guerre. En revanche, une mémoire nationale de la guerre civile libanaise n’a pas été constituée. N’étant pas souhaitée par les agents politiques, parmi lesquels se trouvaient de nombreux auteurs de guerre, elle a été empêchée par les accords de Taëf afin de protéger les personnes qui étaient responsables de la guerre. La mémoire sociale et culturelle constitue donc une contre-mémoire qui rappelle exactement ce qui est réprimé et oublié dans la « mémoire officielle ». Les thèmes suivants seront au centre du colloque : Quel est le bilan des initiatives de la société civile, nées au début des années 1990 dans le but de créer une mémoire collective de la guerre civile ? Comment la migration a-t-elle influencé le regard sur le Liban et la guerrre civile ? Comment la génération post-mémoire se souvient-elle de la guerre civile contrairement aux témoins de l’époque de la guerre ?

La conférence se tiendra en français et en anglais. Pour recevoir les données d’accès merci de vous inscrire auprès de dream@cmb.hu-berlin.de.

Despite the amnesty and amnesia enacted by the State in the Ta’if Agreements, the Lebanese Civil War is still very present in the public and private life of the country even 30 years after the end of the acts of war. It has left indelible traces in the damaged city landscapes and the destroyed infrastructure; from time to time it is admonishingly evoked in the political discourse, for example in the fall/winter 2019 in order to induce the social protest movement to give in by warning that the protests could provoke a new civil war; the organization UMAM Documentation & Research, founded in 2004, has set itself to build up a collective memory of the civil war by means of archives, exhibitions, conferences and workshops; and the war is a subject of memory talks in small social groups like families, circles of friends and youth groups, is analyzed in the scientific and public discourse and is represented in an artistic form in literature, film, and other arts. Considering the history of the Lebansese Civil War, two analysis levels can be distinguished. The “first history” comprises the so called “big history”, that is to say political-military events, the changing war alliances and the interventions by foreign powers, especially by Syria, the Palestinians and Israel, which is why the civil war is mythologized by some Lebanese as the “war of the others”, in order to detract from the fact that Lebanese political and religious forces were involved in it. But the “first history” also means the “small history”, that is to say the history of everyday life of ordinary people, who were not directly involved in the war events, their experiences and traumas, but also their experiences during the emigration or remigration. The “second history” consists of the culture of remembrance related to the civil war, which is primarily based on various forms of social memory like the family memory, the generation memory and the strongly fragmentized memory constructions of the different religious communities, as well as on artistic media (for instance literature, film, visual arts, graffiti). The postmemory of the younger generations, who have no personal memories of the civil war, will also be considered, their liveworld experiences as well as their artistic processing of the war. In contrast, a national memory of the Lebanese Civil War has not been built up, because such a memory was not desired by the political agents, among whom were a lot of war perpetrators, and was prevented by the Ta’if Agreements in order to protect the people who were to blame for the war. Therefore the social and cultural memory constitutes a counter-memory which recollects exactly what is repressed and forgotten in the “official memory”. The following topics shall be in the centre of the conference: What is the result of the initiatives of the civil society, which arose in the early nineties with the aim of creating a collective memory of the civil war? How did the migration affect the view of Lebanon and the civil war? How does the postmemory generation remember the civil war in contrast to the contemporary witnesses?

The conference will be held in French and English. To receive the access data, please register at dream@cmb.hu-berlin.de.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.