Conférence: “Femmes revoltées. Mobilisations, parcours, représentations et imaginaires politiques – Méditerranée arabe 1950-2020”

Conference: “Women in revolt. Mobilizations, pathways, imaginations – the Arab Mediterranean 1950-2020”
~ please find the english version below ~

CALL FOR PAPERS
10-12 février 2021 | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le programme ERC Dream vous invite à contribuer à trois journées de travail consacrées aux femmes révoltées dans le monde arabe méditerranéen (des années 1950 à nos jours). Dans le cadre des travaux engagés sur les révoltes et révolutions, Dream questionne en particulier les acteurs et actrices les plus invisibilisé·e·s par les sciences humaines et sociales et par la mémoire commune. Si des travaux nombreux ont été consacrés ces dernières décennies à la place des femmes dans les sociétés et dans les luttes (Bereni, Révillard, 2001 ; Kréfa et Barrières, 2018), force est de constater que la figure de la femme révoltée ou révolutionnaire a  plus récemment été renouvelée avec force par la prise de parole des femmes dans le cadre des Printemps arabes de 2011 puis des nouveaux soulèvements en Algérie, au Soudan, au Liban et en Irak.

La conférence “Femmes révoltées. Mobilisations, parcours, représentations et imaginaires politiques – Méditerranée arabe 1950-2020” veut examiner la question de la place prise par les femmes dans les luttes d’émancipation dans l’espace arabe. Il s’agit dans un premier temps de saisir cette question par-delà la singularisation de figures féminines héroïsées et exceptionnalisées, qu’elles soient des combattantes à la manière de Leïla Khaled (Palestine) ou de Djamila Bouhired (Algérie), ou des intellectuelles féministes comme Nawal Saadaoui (Égypte) ou Fatima Mernissi (Maroc).

Nous souhaitons engager un travail sur les mobilisations féminines pour comprendre le rôle joué par les femmes dans les combats politiques, culturels et sociaux. Il l’est aussi pour comprendre comment les luttes des femmes ont modifié ces combats et ont pu les faire évoluer vers une perspective de transformation radicale de la société, vers une perspective révolutionnaire qui peut ne pas avoir toujours été saisie par ce que l’on appelle “révolution”. La cause des femmes, dans ces espaces comme ailleurs, fait partie des formes de l’infra-politique ou des “social non-movements” discrets que s’attache à décrire Asef Bayat (Bayat, 2010). Elle est aussi en première ligne, et à cette place aussi elle reste parfois inaperçue. Il reste à comprendre comment ces mouvements et “non-mouvements” transforment le paysage politique, comment, au-delà des proclamations de principe ou par leur moyen même, ils prennent place.

english version –

The ERC Dream programme seeks your contributions for a three-day conference dedicated to women in revolt in the Arab Mediterranean world (1950s to the present). In the framework of the research undertaken on revolts and revolutions, Dream focuses its investigations on  the protagonists who are the most invisible in the human and social sciences and in collective memory. While much work has been devoted in recent decades to the place of women in societies and in struggles (Bereni, Révillard, 2001; Kréfa et Barrières, 2018), it is clear that the figure of the revolted or revolutionary woman has more recently been forcefully renewed by women’s voices in the context of the Arab Spring of 2011 and the new uprisings in Algeria, Sudan, Lebanon and Iraq.

This conference “Women in revolt. Mobilizations, pathways, imaginations – the Arab Mediterranean 1950-2020” wants to examine the question of the role played by women in the struggles for emancipation in the Arab World. The first step is to grasp this issue beyond the singularization of heroic and exceptional female figures, be they fighters like Leila Khaled (Palestine) or Djamila Bouhired (Algeria), or feminist intellectuals like Nawal Saadaoui (Egypt) or Fatima Mernissi (Morocco).

This work on women’s mobilizations is committed to understanding the role played by women in political, cultural and social struggles. The work should also help to understand how women’s struggles have transformed these struggles and have been able to instigate radical transformations of society, towards a revolutionary perspective that may not always have been grasped by traditional understandings of the term “revolution”. The “women’s cause” (Bereni, 2012), in these spaces as elsewhere, is part of the forms of infra-political or discrete “social non-movements” that Asef Bayat (Bayat 2010) describes. It is also on the front line, and in this place it sometimes remains unnoticed. It remains to be understood how these movements and “non-movements” transform the political landscape, and how, through which means, beyond mere proclamations of principle they take place.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.