“Les femmes ont construit une présence dans les aspirations révolutionnaires du monde arabe”

Un texte de Leyla Dakhli, paru dans Le Monde

Bravant la répression, les femmes sont en première ligne dans les contestations arabes d’aujourd’hui, comme elles l’étaient déjà en 2011, luttant pour la citoyenneté mais aussi contre le patriarcat et pour l’intégrité de leur corps, analyse, dans une tribune au « Monde », l’historienne Leyla Dakhli.

C’est une jeune femme, vêtue d’un jean et d’un pull, les cheveux mi-courts, qui grimpe sur une grille et se met à haranguer la foule à Tunis, le 8 janvier 2011 ; c’est une dame d’un certain âge qui parle à un militaire à un barrage dans le centre de Beyrouth, et le houspille comme elle le ferait pour ses propres enfants, aux premiers jours de la révolution d’octobre 2019 ; c’est une femme frappée et dénudée par les forces de sécurité dans les rues du Caire, le 17 décembre 2011, et dont le soutien-gorge bleu devient le symbole des violences faites aux femmes ; ce sont les ouvrières de la société Filature et tissage d’Egypte qui se mettent en grève et sont soutenues par les jeunes révolutionnaires ; ce sont les mères qui ouvrent la série des mobilisations de rue en Libye en 2011, ces mères de milliers de prisonniers morts en détention venues se poster devant le tribunal de Benghazi avec les portraits de leurs fils ; ce sont, à l’évidence, les femmes irakiennes sorties en des dizaines de manifestations le 13 février sous le mot d’ordre « Banatek ya watan » (Tes filles, oh pays !).

Elles sont sorties, parfois aussi sorties de leurs gonds. Elles ont subi, autant que les hommes, la répression. Elles se hissent, parlent haut, crient, chantent aussi. Leurs noms nous sont parfois parvenus ; parfois elles sont restées des anonymes.

Des symboles forts

Elles ont aussi organisé de grandes manifestations féminines, en Tunisie et en Egypte pour le premier 8 mars après la dictature, mais aussi avant, à Bahreïn ou en Syrie, trouvant des moyens de se rassembler sans s’exposer en organisant des manifestations à l’intérieur des maisons qu’elles filmaient soigneusement et postaient sur les réseaux, ou en affrontant directement les forces de l’ordre, munies de pierres et de cocktails Molotov.

Il en est resté des symboles forts, qui construisent une histoire des femmes révolutionnaires dans le monde arabe, et des luttes paradigmatiques pour l’intégrité du corps, pour l’autonomie et pour la force.

En Tunisie, les féministes se mobilisent très tôt pour faire en sorte que la révolution soit aussi l’occasion de rouvrir le dossier du droit des femmes, et pour que l’accession légitime et démocratique des islamistes au pouvoir ne soit pas une régression pour elles. En Egypte, ce sont les questions de harcèlement sexuel qui se mettent au cœur d’une mobilisation sans précédent, visant les pratiques de la police qui effectue des « tests de virginité » sur les militantes, ou celles de milices infiltrées dans les manifestations qui encerclent des femmes et les violentent.

En portant plainte contre l’armée devant un tribunal civil pour agression sexuelle et viol, et en bénéficiant d’un élan de solidarité sur les réseaux sociaux en Egypte et dans d’autres pays arabes, Samira Ibrahim contribue à faire prendre conscience d’une volonté délibérée d’intimider et d’humilier les femmes.

En Tunisie, Amina Sboui diffuse par les réseaux sociaux, durant le mouvement de protestation qui suit l’assassinat de Chokri Belaïd [avocat et militant anti-islamiste] et la démission du gouvernement tunisien en 2013, une photographie d’elle-même, la poitrine seulement couverte de l’inscription « Mon corps m’appartient et n’est l’honneur de personne ». Conçu comme un signe de protestation contre les islamistes, jugés responsables de la mort du militant tunisien, ce geste déchaîne les passions et révèle la force du patriarcat et des défenseurs d’un ordre qui souhaite avant tout pouvoir contrôler le corps des femmes.

L’espace de l’intime et celui de la révolution mêlés

Avec les mouvements protestataires de 2010-2013, les femmes ont construit une présence dans les aspirations révolutionnaires du monde arabe, elles en ont petit à petit fait un aspect central. Si on leur concédait jusqu’alors un rôle d’appui, aujourd’hui en tant que mères et sœurs de combattants, elles prennent la rue et occupent l’espace, souvent d’une manière qui aurait pu jusque-là être considérée comme « virile ».

Elles imposent une vision du courage en combinant de multiples manières d’être en lutte. En plus des combats et des manifestations, elles développent des modalités d’expression de leurs revendications qui mêlent l’espace de l’intime et l’espace de la révolution, que ce soit en exposant leur corps et en le transformant en message révolutionnaire, ou en témoignant sur la page Facebook The Uprising of Women in the Arab World, fondée par de jeunes militantes féministes.

Leur participation aux manifestations a fait tomber un certain nombre de barrières de genre, et elles poursuivent ce travail. D’abord en se défendant, en trouvant leur puissance, y compris physique.

L’image de Malak Alaywe Herz, cette jeune femme libanaise qui a donné un coup de pied à un policier, a fait le tour des réseaux sociaux et a été transformée en image iconique de la révolte, venant rejoindre la silhouette élancée de la Soudanaise Alaa Salah juchée sur une voiture, lançant et chantant les slogans de la révolte, les images des combattantes du Rojava, ou la jeune femme dont la jupe s’était soulevée face à l’assaut des lanceurs de bombes lacrymogènes au parc Gezi d’Istanbul. Toutes incarnent des manières de tenir tête et des renversements de l’héroïsme au masculin.

Ce mouvement, et d’autres qui lui ont succédé, donnant forme à une nouvelle vague féministe radicale, consciente que les révolutions ne sont rien si elles ne changent pas la vie des femmes, se traduisent aujourd’hui dans le slogan qu’on entend en Irak et que l’on voit écrit sur les murs au Liban : « Révolte-toi (au féminin), car la révolution est au féminin ».

Si les femmes portent toujours un message de pacifisme radical – notamment face à l’ordre viriliste des milices –, elles n’hésitent pas à prendre en charge une violence légitime, celle qui leur permet de prendre leur place dans un combat qui ne les oublierait pas sur le bord du chemin, comme cela a trop souvent été le cas.

A propos :

Leyla Dakhli est chargée de recherche au CNRS, spécialiste de l’histoire sociale et intellectuelle du monde arabe contemporain. Elle dirige le programme de recherche Dream (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean), financé par le European Research Council.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.