Youssef el-Chazli

Youssef El-Chazli – Junior Research Fellow at the Crown Center for Middle East Studies at Brandeis University (Waltham, Massachusetts)

Youssef El-Chazli is Junior Research Fellow at the Crown Center for Middle East Studies at Brandeis University (Waltham, Massachusetts). He received a dual Ph.D. in Political Science from the Universities of Lausanne (Switzerland) and Paris-1 Panthéon-Sorbonne (France) in 2018. His research explores contentious politics and protest dynamics in North Africa and the Middle East, with a particular focus on Egyptian politics.

Before arriving to the Crown Center, he was a postdoctoral researcher at the French National Centre for Scientific Research (CNRS), serving as a core-researcher for the DREAM European Project, and was affiliated with the Centre Marc Bloch in Berlin (Germany) and the Centre d’histoire sociale des mondes contemporains in Paris (France). He is still a member of the ERC-DREAM and within it he supervises, along with Dr. Amin Allal, a project entitled Protesting Today in the Arab Mediterranean. He is also an associate researcher at the CEDEJ, in Cairo. Between 2011 and 2016, he was a graduate assistant at the Institute of Political Studies at Lausanne University and spent a year as a visiting scholar at the Department of Middle East, South Asian, and African Studies, at Columbia University, New York.

He holds a BA and Master from Sciences Po Paris, and before that he studied Law at Paris 1 Panthéon Sorbonne University and Cairo University.

À la découverte de Youssef

Quelles sont tes disciplines de rattachement ?

La science politique et la sociologie

Sur quelles aires géographiques travailles-tu ?

L’Afrique du Nord, principalement l’Égypte, la Tunisie, et le Maroc.

Quels mots-clés caractérisent tes domaines de recherche ?

Révolution ; Militantisme ; Protestation ; Infrastructure ; Arts ; Biographies ; Ethnographie

Comment s’intitule ton projet de recherche actuel ?

  • L’Aporie des Grandeurs. Politiques de développement, projets d’infrastructure et mobilisations en contexte postrévolutionnaire (Égypte – Tunisie).

Dans un contexte postrévolutionnaire doublé d’une crise économique, politique et climatique aiguë, comment les gouvernements élaborent-ils et exécutent-ils des politiques publiques de développement ? Plus précisément, comment les projets d’infrastructure dans les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient affectent-ils la vie quotidienne des citoyen·ne·s et transforment les espaces politiques, sociaux, et urbains locaux ?

À partir des cas égyptien et tunisien, ce programme de recherche vise à étudier les effets des crises politiques majeures sur la manière dont les gouvernants conçoivent et exécutent des projets d’infrastructure, ayant pour objectif de « développer » leurs sociétés tout en évitant de nouvelles crises. En partant d’une prosopographie des grands projets d’infrastructure, d’une analyse configurationnelle de projets spécifiques (un oléoduc dans le sud tunisien et une autoroute urbaine en Égypte) et d’une analyse des représentations des gouvernants et des gouvernés autour de ces projets, ce programme de recherche vise à intégrer l’étude des infrastructures dans les pays du Sud dans la science politique.

Quel était le sujet de ta thèse ?

Devenir révolutionnaire à Alexandrie. Contribution à une sociologie historique du surgissement révolutionnaire en Égypte. Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) Paris 1 Panthéon Sorbonne & Centre de recherche sur l’action politique de l’Université de Lausanne (CRAPUL) Université de Lausanne.

Quel projet mènes-tu dans le cadre de DREAM ?

Protester Aujourd’hui dans la Méditerranée arabe (PAMA) avec Amin Allal.

Pourrais-tu préciser en quelques lignes ton parcours ?

Je suis chercheur junior au Crown Center for Middle East Studies de l’université Brandeis (Waltham, Massachusetts). J’ai obtenu un double doctorat en sciences politiques des universités de Lausanne (Suisse) et de Paris-1 Panthéon-Sorbonne (France) en 2018. Mes recherches explorent la politique contentieuse et les dynamiques de protestation en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avec un accent particulier sur la politique égyptienne. Entre 2011 et 2016, j’ai été assistant diplômé à l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne et j’ai passé une année en tant que chercheur invité au département des études sur le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et l’Afrique, à l’Université Columbia, à New York. Je suis titulaire d’une licence et d’un master de Sciences Po Paris. Avant cela, j’ai étudié le droit à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l’université du Caire.

Qu’est-ce qui te fait rêver dans DREAM ?

Le titre.

Comment en es-tu arrivé à travailler au sein de DREAM ?

J’ai fait partie de la core-team au départ du projet et ai ensuite été recruté comme chercheur postdoctoral.

Pourrais-tu nous raconter une anecdote par rapport à ton travail ?

L’un de mes terrains en Tunisie s’est déroulé dans un contexte de tensions sociale et politique importantes. À cette période, les “critiques” plus ou moins acerbes du premier ministre en exercice, Youssef El Chahed, étaient souvent présentes, notamment dans les taxi. Cela ne manquait pas de me chatouiller l’oreille à chaque fois que fusait une critique virulente à l’égard de Youssef El Cha…hed et non pas zli.

Qu’est-ce que tu voulais faire quand tu étais petit ?

Comédien ou journaliste.

Quelles sont les oeuvres qui t’ont marqué ?

  • Pousses de printemps (court-métrage) de Intissar Belaïd (2014).

Disposes-tu d’un site sur lequel tu rends compte de tes activités ?

www.youssefelchazli.com

Quelles sont tes dernières publications ?

2020, « Rap, Rock, Électro… Les musiques indépendantes et l’État en Égypte », dans Arnaud Montas (dir.), Droit(s) et Hip-hop, Paris, Mare & Martin (avec Séverine Gabry-Thienpont).