Petit tour aux Archives nationales de Tunis : sur les traces de la révolte

par Mélanie Henry

Baliser les archives qui recèlent des sources pour l’histoire des révoltes dans les mondes arabes méditerranéens depuis les années 1950 figure parmi les objectifs de l’ERC-DREAM (Drafting and Enacting the Revolutions in the Arab Mediterranean). Les lignes qui suivent, compte-rendu d’une embardée aux Archives nationales de Tunisie, ont été rédigées dans cette intention : mutualiser les connaissances concrètes qui faciliteraient, voire qui permettraient, des recherches ultérieures. En poursuivant ce modeste dessein, il s’agit aussi de réfléchir aux traces de la révolte dans différentes configurations historiques : quelles sont-elles ? Qui les conserve et les diffuse ? Comment ? Selon quels rapports au passé, à l’histoire et au changement social ? Ici, mon point de vue est teinté d’un léger étrangement : si je suis familière de ces problèmes en général, je les ai plus concrètement pratiqués dans le contexte égyptien.

En me rendant quelques jours aux Archives nationales de Tunis, je faisais donc figure d’outsider au faible potentiel si, comme je le crois, les chances de réussite dans ce genre de collecte augmentent avec la durée du séjour et les rapports de confiance noués sur le terrain. Ces quelques journées de recherche faisaient cependant suite à une rencontre officielle entre le directeur des Archives nationales, Hédi Jallab, et l’équipe de DREAM. Or cette dernière comprend plusieurs chercheurs connus sur la scène intellectuelle tunisienne et notamment l’historienne Kmar Bendana dont l’intervention fut déterminante. Continue reading