Aux marges de l’université et de l’école. Apprentissage du politique dans les clubs, associations, groupes de réflexions.

[English below]
Ce séminaire est une proposition du groupe de recherche réuni autour du projet DREAM. Dans le cadre de ce projet, nous nous interrogeons sur les révolutions dans le monde arabe méditerranéen. Il s’agit de comprendre comment s’élaborent des projets et des rêves d’émancipation dans les sociétés de la région. L’ambition est importante, peut-être un peu démesurée, elle repose sur une conception généalogique de l’histoire, inspirée des travaux de Michel Foucault. La généalogie n’est pas une démarche causaliste qui cherche des régressions, des origines. Nous ne sommes donc pas en quête d’une cause historique pour les événements qui ont été labellisés « révolutions arabes » ou printemps arabes en 2010-2011. Nous recherchons plutôt des indices pour élucider les conditions d’expression et de déploiement de contestations multiples et multiformes qui se sont déroulées dans le passé ou continuent d’exister dans le présent, voire de celles qui ont été projetées et n’ont pas été mises en actes sous des formes politiques et ont pu se glisser dans d’autres mondes sociaux.

Ce programme s’interroge aussi de manière multidisciplinaire sur la notion d’événement. Territoire privilégié – mais toujours complexe – des historien·ne·s, l’événement est ici conçu comme un territoire à explorer, à déplier pour qu’il puisse être élucidé. Retracer la révolte, c’est prendre acte d’abord de la capacité heuristique de l’événement qui permet de mettre à jour, de donner à voir. Les deux années de travail en commun nous ont permis de commencer à déplier un certain nombre de moments-événements, et d’identifier des récurrences et des figures que l’on peut repérer dans cet espace et qui peuvent nous permettre d’entrer dans la comparaison.

A ce stade de notre travail, après l’écriture du livre L’Esprit de la révolte et le travail engagé sur le hirak algérien (livre à venir aux éditions du CNRS), le travail sur les « émeutes du pain » (numéro spécial comparatiste de l’International Review of Social History), je pense qu’il peut être intéressant de dégager quelques pistes de la recherche engagée, pistes que je revendique pour moi-même comme un résultat du travail collectif et multiscalaire entamé il y a deux ans avec la dream-team.

Ces pistes se retrouvent dans la formulation de ce séminaire, et elles sont destinées à être prolongées dans une bonne partie des discussions menées dans le cadre du séminaire. D’autres pistes et une partie de celles-ci se prolongent aussi dans les travaux individuels de chercheuses et de chercheurs, qui les présenteront j’espère ici.

Leyla Dakhli (Principal Investigator ERC DREAM)

*****

This seminar is a proposal of the research group gathered around the DREAM project. Within the framework of this project, we are looking at revolutions in the Arab Mediterranean world. The aim is to understand how projects and dreams of emancipation are developed in the societies of the region. The ambition is important, perhaps a little excessive, it is based on a genealogical conception of history, inspired by the work of Michel Foucault. Genealogy is not a causalist approach that seeks regressions, origins. We are therefore not looking for a historical cause for the events that have been labelled “Arab revolutions” or “Arab springs” in 2010-2011. Rather, we are looking for clues to elucidate the conditions for the expression and deployment of multiple and multifaceted contestations that took place in the past or continue to exist in the present, or even those that were projected and were not put into action in political forms and may have slipped into other social worlds.


This programme also examines the notion of event in a multidisciplinary way. A privileged – but always complex – territory for historians, the event is here conceived as a territory to be explored, to be unfolded so that it can be elucidated. Tracing the revolt means first of all taking note of the heuristic capacity of the event, which allows it to be brought to light, to be shown. The two years of working together have enabled us to start unfolding a certain number of “moments-events”, and to identify recurrences and figures that can be spotted in this space and that can allow us to enter into comparison.


At this stage of our work, after the writing of the book L’Esprit de la révolte and the work undertaken on the Algerian hirak (book to be published by the CNRS), the work on the “bread riots” (special comparative issue of the International Review of Social History), I think it might be interesting to identify some avenues of committed research, avenues that I claim for myself as a result of the collective and multiscalar work begun two years ago with the dream-team.


These ideas are reflected in the wording of this seminar, and they are designed to be extended in many of the discussions at the seminar. Some of these and other paths are also carried forward in the individual work of researchers, who I hope will present them here.

Leyla Dakhli (Principal Investigator ERC DREAM)