Miliciens et autres agents civils du pouvoir

Shabbiha, Baltageyya

« Baniyas est le tombeau des shabbiha ». Inscription sur une épave de voiture à Baniyas, ville portuaire de Syrie où furent commis des massacres les 2 et 3 mai 2013 par les milices du régime syrien, les shabbiha. D.R.

► Égypte, Jordanie, Libye, Syrie

C’est un petit théâtre de marionnettes. Le personnage principal est tenu par un certain « Bichou », un personnage longiligne avec un cheveu sur la langue [►Le martyr de la révolution • page 165]. Il est la représentation grotesque de Bachar al-Assad, héros sanguinaire et pleutre de la série Top Goon. Journal d’un petit dictateur [►Humour, absurde et révolution • page 221]. Son domestique personnel est un shabbih. Quand Bichou se réveille effrayé au cœur de la nuit par les « cauchemars » de la révolution, le shabbih le réconforte :

Non, il n’y a pas de renversement du régime. Là il faut que vous retourniez dormir parce que demain c’est vendredi et on a beaucoup de travail.

Il berce aussi Bichou :

Dormez bien, dormez bien, on vous massacre le peuple syrien…

Dans les différents épisodes de Top Goon, Bichou est à la fois en contrôle et contrôlé par le shabbih, et son titre est « al-Shabbih al-Awwal », c’est-à-dire « le premier des shabbiha ».

Mais qui sont ces personnages étranges qui portent le nom de fantômes, et qui sont au cœur de la répression sanglante de la révolution syrienne ? L’histoire des shabbiha syriens n’est pas nouvelle. Le terme remonte en effet aux années 1980. La caravane de Jamil al-Assad, le frère de Hafez al-Assad, était composée de six Mercedes-Benz classe S aux vitres fumées, qui ne permettaient à personne de voir qui était à bord. C’est pour cela qu’on les appelait des fantômes (« shabah »). La rumeur disait qu’il les utilisait pour de la contrebande d’armes, de cannabis ou de cigarettes. Les Mercedes se lançaient tôt le matin de Qardaha à Alep et rentraient l’après-midi. Elles s’engageaient à toute vitesse sur les lacets de la route montagneuse et les habitants qui ne dégageaient pas assez vite la voie étaient éloignés par des coups de klaxon, des crachats, voire des tirs en l’air. C’est à partir de cette époque qu’on a fini par désigner les hommes de main du régime de ce nom de « shabbiha ».

L’existence de ces milices est attestée dans de nombreux pays de la région, mais on utilise des termes différents pour les caractériser. Il s’agit toujours de milices ou de voyous au service des régimes mais pas officiellement recrutés dans l’armée (sauf pour le cas de la Lybie de Kadhafi) ; pourtant, même pour l’Égypte et la Syrie, les sources montrent un entraînement paramilitaire de plus en plus poussé et une intégration de plus en plus grande dans les forces du régime après les révolutions. En Libye, des histoires circulent selon lesquelles on aurait pris les « Tchadiens de Kadhafi » (« murtaziqa ») pour aller faire la « Zenga zenga » [►Zenga zenga ! • page 224] et massacrer les Libyens. On suppose alors que ces étrangers à la solde du régime n’ont pas d’attaches sur place et sont donc prêts à tout. Une théorie similaire fait des shabbiha syriens des étrangers dans leur propre pays, étant donné qu’ils seraient en majorité choisis parmi les alaouites, et seraient donc prêts à exterminer les sunnites. Si ces histoires d’origine nationale et communautaire ont du vrai, elles donnent lieu en même temps à des rumeurs. Ces figures touchent en effet au lien problématique entre loyauté nationale et loyauté envers le dictateur. Lors de rassemblements progouvernementaux à Damas et dans d’autres villes de Syrie, les shabbiha portent des banderoles avec les inscriptions suivantes : « Assad, nous sommes tes shabbiha pour toujours », et « Assad, ton nom est gravé à l’eau-forte sur nos AK-47 ». Le dictateur se pose pour ces milices en particulier comme le père de la nation. Le shabbih, en lui étant fidèle, se perçoit comme fidèle à la cause nationale qui aurait été brisée par les révolutionnaires.

Un autre terme sert à désigner les milices du régime, que l’on utilise en Égypte et parfois aussi en Afrique du nord ; celui de « baltageyya ». Il viendrait du terme « balta », la machette, désignant alors celui qui se sert de cet objet. Le « baltagi », comme le shabbih, a un culte de la force physique, qu’il exhibe volontiers. Il est reconnaissable par cela, il porte souvent des lunettes de soleil et des habits de style militaire.

L’écrivaine syrienne Samar Yazbek en fait une description saisissante dans Feux croisés. Journal de la révolution syrienne.

Les shabbiha de Shaalan se promenaient dans les magasins, regardant autour d’eux. Je remarquais comment les shabbiha de Shaalan étaient différents des shabbiha de Harasta, Douma et Al-Marjeh ; ils étaient plus élégants, plus propres, ils avaient des chaînes en or sur la poitrine, ils avaient l’air comme sculptés, la taille fine et la poitrine gonflée, comme des personnages de dessins animés. Mais ils gardaient la barbe taillée de près. La chose qu’ils avaient en commun avec les autres shabbiha que j’avais eu l’occasion de voir dans d’autres villes, c’était les yeux ; le même regard, sec et froid. Pas de paupières, pas de cils. C’était ces gens qui frappaient un gars jusqu’à ce qu’il soit couvert de sang, même s’il s’avérait ensuite qu’il faisait partie des forces de sécurité. Ce sont ceux-là qui attaquaient les jeunes gens qui refusaient de les rejoindre pour frapper les manifestant·e·s. […] Je cherchais à fuir Internet et les informations à la télévision, à fuir les tueries, mais tout ce que je trouvais dans les rues c’était des coups, des arrestations, et de la peur. Qu’est-ce que cette ville dans laquelle je vis maintenant ? À chaque pas que nous faisons, c’est de l’humiliation en magasin pour chacun d’entre nous.

Le shabbih fait usage d’armes blanches comme des couteaux, des machettes, ou des torches incendiaires. Il a une foi aveugle dans la dictature, souvent plus encore dans le dictateur lui-même. Cette fidélité est souvent récompensée par des positions de pouvoir, de l’argent, une certaine ascension sociale. Elle est confortée par le fait qu’une fois que l’on a choisi son camp, il est très difficile d’en changer. On ne peut pas se réinventer une identité sous un autre gouvernement après avoir été shabbih ou baltagi.

Les shabbiha et les baltageyya sont craints et traqués par les révolutionnaires. L’activiste égyptien Mohannad Galal a tenté de surmonter cette peur en cherchant à identifier ces personnages. Il a commencé à prendre des photos dans la rue au cours des manifestations pour dénicher les baltageyya ou collaborateurs du régime infiltrés dans les rangs de l’opposition. À partir de ces photos, il a créé une base de données, allant jusqu’à s’infiltrer lui-même auprès des milices pour réaliser son travail d’identification. Ces tentatives ne débouchent pas sur des condamnations ou des mesures de rétorsions, elles constituent au mieux une forme de « Shame and name » à destination des bourreaux, et des vendus, perçus de manière générale comme des traîtres.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 177-179.