Tawakkol Karmân

Un Prix Nobel de la paix pour les insurgées

► Yémen

En 2011, Tawakkol Karmân, militante pour la liberté d’expression et les droits des femmes, organise des rassemblements d’étudiants à Sanaa, au Yémen, pour protester contre le régime d’Ali Abdallah Saleh. Elle est arrêtée, puis mise en liberté conditionnelle le 24 janvier 2011. Cela ne l’empêche pas de prendre la tête d’un nouveau rassemblement et d’appeler à un « jour de colère », le 3 février 2011. Figure des protestataires issu·e·s des mondes associatifs et de la société civile, elle est lauréate du prix Nobel de la paix en 2011. Elle prononce à Oslo un discours qui est une véritable ode au printemps des peuples arabes, dans sa dimension inclusive et radicalement pacifiste.


Discours de Tawakkol Karmân,

Oslo, 10 décembre 2011

(extrait de la dernière partie)

Mesdames et Messieurs,

Quand j’ai appris que j’avais reçu le prix Nobel de la paix, j’étais dans ma tente sur la place du Changement à Sanaa [►Occuper des places • page 111]. J’étais l’une des millions de jeunes révolutionnaires. Là, nous étions même incapables de nous mettre à l’abri de la répression et de l’oppression du régime d’Ali Abdallah Saleh. À ce moment, j’ai envisagé la différence entre les significations de la paix célébrée par le prix Nobel et la tragédie de l’agression menée par Ali Abdallah Saleh contre les forces du changement pacifique. Cependant, notre joie d’être du bon côté de l’histoire nous a permis de mieux supporter cette ironie dévastatrice.

Des millions de Yéménites, hommes et femmes, enfants, jeunes et vieux, sont descendus dans les rues de dix-huit provinces pour réclamer leur droit à la liberté, à la justice et à la dignité, en utilisant des moyens non violents mais efficaces pour satisfaire à leurs revendications. Nous avons réussi à maintenir une révolution pacifique [►Pacifique. Silmiyya • page 191] de manière efficace et efficiente, malgré le fait que cette grande nation possède plus de soixante-dix millions d’armes à feu de différents types. C’est là que réside la philosophie de la révolution, qui a persuadé des millions de personnes de laisser leurs armes chez elles et de se joindre à la marche pacifique contre la machine étatique du meurtre et de la violence, juste avec des fleurs et des poitrines nues, et remplies de rêves, d’amour et de paix. Nous étions très heureux, car nous avons compris, à cette époque, que le prix Nobel n’était pas seulement un prix personnel pour Tawakkol Abdel-Salam Karmân, mais une déclaration et une reconnaissance du monde entier pour le triomphe de la révolution pacifique du Yémen et une appréciation des sacrifices de son grand peuple pacifique.

Et me voici maintenant devant vous, en cette cérémonie internationale et solennelle. Me voici, en ce moment unique, l’un des moments les plus importants de l’histoire de l’humanité, venant de la terre de l’Orient arabe, venant de la terre du Yémen, le Yémen de la sagesse et des anciennes civilisations, le Yémen de plus de cinq mille ans de longue histoire, le grand Royaume de Saba, le Yémen des deux reines Bilqis et Arwa, le Yémen qui connaît actuellement la plus grande, la plus puissante éruption du printemps des révolutions arabes, la révolution de millions de personnes dans toute la patrie, qui fait encore rage et s’intensifie aujourd’hui. Cette révolution achèvera bientôt sa première année depuis son lancement en tant que révolution pacifique et populaire de la jeunesse, avec une seule exigence : le changement pacifique et la poursuite d’une vie libre et digne dans un État démocratique et civil régi par l’État de droit. Cet État sera construit sur les ruines du régime d’une police familiale répressive, militarisée, corrompue et arriérée, qui a constamment mené le Yémen au bord de l’échec et de l’effondrement au cours des trente-trois dernières années.

Notre révolution pacifique et populaire de la jeunesse n’est pas isolée ou coupée des révolutions du printemps arabe. Cependant, avec tous les regrets et la tristesse, je dois noter qu’elle n’a pas obtenu la compréhension, le soutien, ou l’attention internationale des autres révolutions de la région. Cela devrait hanter la conscience du monde car cela remet en cause l’idée même d’équité et de justice.

Mesdames et Messieurs, grâce à vous et à votre grand forum universel, nous envoyons au monde un message clair et éloquent dans lequel nous mettons l’accent sur ces points :

– Notre révolution de la jeunesse est pacifique et populaire, et elle est soutenue par le peuple. Elle rêve d’une patrie libre et démocratique qui ne laisse aucune place à la tyrannie, à la dictature, à la corruption ou à l’échec. Au nom de la jeunesse révolutionnaire, je promets à tous les peuples du monde que nous sommes engagés dans la lutte pacifique comme une option stratégique, sans déviation ni recul, quels que soient les sacrifices et l’ampleur de la répression, des meurtres et de la violence d’État.

– Notre révolution de la jeunesse est pacifique et populaire, elle est motivée par une cause juste, elle a des exigences justes et des objectifs légitimes, qui répondent pleinement à toutes les lois divines, aux conventions séculières et aux chartes des droits de l’Homme internationaux. Notre révolution est déterminée à changer complètement les pratiques corrompues et à assurer une vie libre et digne, indépendamment des sacrifices et des souffrances amères, jusqu’à l’établissement d’un État civil démocratique, un État où prévalent l’État de droit, l’égalité et un transfert pacifique du pouvoir.

– Notre révolution populaire pacifique de la jeunesse a réussi à attirer dans ses rangs et à faire défiler des centaines de milliers de femmes qui ont joué et jouent encore un rôle majeur, visible et efficace dans ses activités, et à diriger ses manifestations jusque dans les moindres détails. Ce ne sont pas des dizaines, mais des centaines de ces femmes qui sont tombées en martyres ou ont été blessées au nom de la victoire de la révolution.

– En raison de la révolution populaire pacifique de la jeunesse, la voix et la marche tonitruante des jeunes ont dominé et la voix de la terreur et des ceintures d’explosifs, qui étaient utilisées par Ali Saleh pour justifier son règne, s’est éteinte. La culture de la paix s’étend et se répand, et elle trouve dans chaque quartier et dans chaque rue un endroit où ces jeunes marchent en réclamant un changement pacifique et la démocratie.

– Notre révolution populaire pacifique de la jeunesse a démontré que les valeurs et les objectifs de liberté, de démocratie, de droits de l’Homme, de liberté d’expression et de presse, de paix, de coexistence humaine, de lutte contre la corruption et le crime organisé, de guerre contre le terrorisme et de résistance à la violence, à l’extrémisme et à la dictature, sont des valeurs, des idéaux, des exigences et des objectifs d’intérêt humain commun, et sont chéris par l’ensemble de la communauté internationale. Elles ne sont pas sujettes à division, sélectivité ou annulation sous prétexte de différences de caractéristiques humaines ou d’exigences de souveraineté de quelque manière que ce soit.

Mesdames et Messieurs, je tiens à souligner que les révolutions du printemps arabe ont vu le jour dans le but de répondre aux besoins des peuples de la région en matière de citoyenneté et d’État de droit. Elles sont l’expression du mécontentement des populations face à la corruption, au népotisme et aux pratiques de corruption. Ces révolutions ont été déclenchées par de jeunes hommes et de jeunes femmes qui aspirent à la liberté et à la dignité. Ils savent que leurs révolutions passent par quatre étapes qui ne peuvent être contournées :

– Renverser le dictateur et sa famille [►La chute du dictateur • page 21].

– Renverser ses services de sécurité et militaires [►Miliciens et autres agents civils du pouvoir • page 177] et ses réseaux de népotisme.

– Mettre en place les institutions de l’État transitoire [►Comités de la révolution • page 125].

– Progresser vers la légitimité constitutionnelle et établir l’État, civil et démocratique, moderne [►Pouvoir civil • page 269].

Ainsi, les révolutions du printemps arabe se poursuivront grâce à l’effort de la jeunesse, qui est prête et disposée à lancer chaque étape et à atteindre pleinement ses objectifs. Aujourd’hui, le monde devrait être prêt et disposé à soutenir le jeune printemps arabe dans toutes les étapes de sa lutte pour la liberté et la dignité. Le monde civilisé devrait, immédiatement après le déclenchement des révolutions de la jeunesse, commencer à détenir et à geler les avoirs des figures du régime et de ses responsables de la sécurité et de l’armée. En fait, cela n’est pas suffisant, car ces personnes devraient être traduites en justice devant la Cour pénale internationale. Il ne devrait pas y avoir d’immunité pour les tueurs qui volent la nourriture du peuple.

Le monde démocratique, qui nous a beaucoup parlé des vertus de la démocratie et de la bonne gouvernance, ne devrait pas être indifférent à ce qui se passe au Yémen et en Syrie, et à ce qu’il s’est passé avant cela en Tunisie, en Égypte et en Libye, et à ce qu’il se passe dans tous les pays arabes et non arabes qui aspirent à la liberté. Tout cela n’est qu’un dur labeur pendant la naissance de la démocratie qui nécessite soutien et assistance, et non pas peur et prudence.

Permettez-moi, Mesdames et Messieurs, de partager ma conviction que la paix restera à jamais l’espoir de l’humanité et que le meilleur espoir d’un avenir meilleur pour l’humanité nous poussera toujours à prononcer de nobles paroles et à accomplir de nobles actes. Ensemble, nous pousserons les horizons, l’un après l’autre, vers un monde de véritable perfection humaine.

Enfin, je m’interroge devant vous, à l’occasion de ce moment d’accomplissement et de reconnaissance que tout homme et toute femme désire et aspire à atteindre. Ce faisant, je vois le grand nombre de femmes arabes, sans lesquelles je ne serais pas là, en raison de leurs luttes acharnées et de leur quête pour gagner leurs droits dans une société dominée par la suprématie des hommes. Cette suprématie a causé beaucoup d’injustices aux hommes et aux femmes. À toutes ces femmes, que l’histoire et la sévérité des systèmes de gouvernement ont rendues invisibles, à toutes les femmes qui ont fait des sacrifices pour le bien d’une société saine avec des relations justes entre les femmes et les hommes, à toutes ces femmes qui continuent à trébucher sur le chemin de la liberté dans des pays sans justice sociale ni égalité des chances, je dis : Merci. Ce jour ne serait pas arrivé sans vous.

La paix soit avec vous.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 70-74.