Manifester dans sa maison

Extrait d’une vidéo tournée dans un appartement privé. Damas, Syrie, le 30 mai 2011.

► Syrie

La vidéo commence par un gros plan sur une pancarte qui exige la chute du régime. Le silence règne. Une voix de femme demande une minute de silence pour les martyr∙e∙s de Syrie. La caméra recule et des femmes, le visage couvert, apparaissent dans un lieu manifestement privé, probablement le salon d’un appartement. Chacune d’entre elles brandit un papier avec un slogan ou la photo d’un∙e martyr∙e. La minute de silence finie, les femmes entonnent l’hymne national syrien a mezza voce. La camera balaye le champ, passant d’une pancarte à l’autre, avant de se fixer sur une télévision au fond de la pièce. La vidéo se termine sur cette scène où l’on peut lire : « Damas, le 30 mai 2011 ».

La veille, une première vidéo montrait le même scénario. Les femmes sont debout, leurs visages sont masqués par les drapeaux syriens de la révolution. La première pancarte porte le visage de Hamza Ali al-Khatib, l’enfant-martyr [►Le martyr de la révolution • page 165 / ►L’enfance révoltée • page 55]. Ensuite, pendant la minute de silence, on lit : « Nous manifestons chez nous, parce que nous avons peur de mourir pour nos enfants et nos familles. » Lors de la récitation de l’hymne national, chacune retourne la pancarte qu’elle tient à la main. On voit successivement : un dessin d’enfant du drapeau avec l’inscription « Nous sommes tous Hamza » ; « Oui à un État civil » [►Pouvoir civil • page 269], la photo d’une banderole brandie par un jeune homme et qui parle de Hamza Ali al-Khatib, mort sous la torture du régime d’Assad ; une photo de Hamza sur laquelle est écrit « Nous t’aimons » ; une autre avec « Non à la mort, oui à la vie » ; puis « Nous sommes des femmes syriennes, damascènes, nous appartenons à la Syrie » ; « Non à l’intervention étrangère » ; « Non à la violence, non au meurtre » ; « Liberté » ; « La Syrie appelle ses enfants » ; « Un, un, un, le peuple syrien est un » [►Enterrer, manifester • page 91 /►Fadwa Souleimane • page 143] ; « Nous sommes toutes les mères de Hamza » ; « Nous jugerons tous les criminels » ; « Nous ne sommes pas des salafistes, nous ne sommes pas des infiltrées ». Se dessine une manifestation avec son répertoire propre : des slogans féminisés, des plus classiques aux plus spécifiques, certains plus contextuels, faisant mention d’événements récents (la mort de Hamza Ali al-Khatib, en particulier) ou répondant à la propagande du régime (le vocabulaire des infiltré·e·s), d’autres plus généraux (l’appel à un État civil, ou à la liberté), des appels à l’union.

Ces vidéos ne sont pas uniques. Pendant les premières années de la révolution, plus d’une cinquantaine de vidéos mettant en scène des femmes dans des maisons privées ont été diffusées sur les réseaux sociaux, commençant une pratique de sit-in à domicile, spécifique à la révolution syrienne. Elles sont toujours filmées entre quatre murs, souvent dans un salon réaménagé pour l’occasion, et se déroulent toutes de la même manière : un groupe de femmes masquées, silencieuses ou chantant l’hymne national, déroulant des pancartes avec des slogans révolutionnaires. Le calme enveloppant cette scène tranche fortement avec les autres scènes de la révolution syrienne qui montrent des manifestations de rue ou des bombardements. La lumière tamisée, les voix basses pour ne pas alerter les voisins et le mouvement lent de la caméra communiquent une impression de sérénité et de calme qui ne font qu’amplifier la charge subversive ou révolutionnaire.

Pragmatisme et impératifs sécuritaires sont pour beaucoup dans l’invention de cette pratique protestataire. Grâce aux nouvelles techniques de communication, des femmes voulant garder l’anonymat, et n’ayant pas nécessairement accès à l’espace public, transforment ainsi leur intérieur en espace politique et révolutionnaire. Ce geste subvertit également bon nombre des normes qui régulaient le champ politique syrien avant la révolution.

La distinction qui sépare l’espace privé de l’espace public ne tient plus. Si l’engagement révolutionnaire est un acte public, peut-être même l’acte public par excellence, ces vidéos amorcent un processus de politisation de l’espace privé. Loin des arènes de confrontation et de leur tumulte, les révolutions s’introduisent aussi dans le for intérieur des individus pour repenser les structures profondes de la société. Ce n’est pas seulement la colonisation du privé par le champ politique, mais plutôt l’apparition d’un contrechamp politique qui, accompagnant la dynamique révolutionnaire, questionne les relations de voisinage et de proximité, le rôle des femmes, les formes d’engagement et de communication politiques, la prise de parole publique.

Les femmes que l’on voit dans ces vidéos ne sont ni les femmes au foyer traditionnelles, ni les femmes politiquement engagées dans l’arène publique, mais des femmes qui articulent une identité politique différente, en un entre-deux [►Femmes en lutte • page 65].

De manière plus générale, les vidéos de sit-in de femmes dans des espaces privés sont un sous-genre de vidéos mises en scène dont « l’expressivité » l’emporte sur « la mise en scène du nombre », comme le montre Cécile Boëx dans son chapitre « La vidéo comme outil de publicisation et de coordination de l’action collective et de la lutte armée dans la révolte en Syrie » (2014)1. Il s’agit bien là de scénographies protestataires, très soigneusement suivies et répétées. Elles ont pu par la suite se décliner en vidéos de rassemblements de combattants sous une tente ou dans un espace clos, dans lesquels on peut les voir chanter, ou danser. Toujours à partir d’espaces privés, des militant·e·s ou de simples citoyen·ne·s font usage de leurs caméras ou de leurs téléphones pour témoigner sur Internet, selon d’autres scénographies [►Les téléphones mobiles comme extension de la révolution • page 251]. On voit ainsi circuler de nombreuses vidéos face-caméra montrant des manifestant·e·s racontant leur journée, ou des personnes commentant tel ou tel épisode, offrant leur version des faits. Cette forme hybride entre la manifestation filmée et le reportage se développe sur les pages des réseaux sociaux, circule sous la forme de posts [►Le·la citoyen·ne journaliste • page 257]. Elle contribue à la propagation de l’action révolutionnaire.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 81-83.

  1. En ligne : https://iremam.hypotheses.org/3662 []