Les téléphones mobiles comme extension de la révolution

Un homme filme avec son téléphone portable un sniper, lorsqu’il est abattu par celui-ci. Syrie, supposément le 1er juillet 2011, lors d’une manifestation demandant la destitution de Bachar al-Assad.

► Tous pays

Une caméra fixe un sniper du régime syrien sur un toit. L’image, granulée, incertaine et tremblotante, est filmée avec un téléphone mobile d’un toit adjacent. On entend la voix basse de l’homme qui filme, la caméra formant l’extension de son regard. En tant que spectateurs et spectatrices, nous sommes transposé∙e∙s sur ses toits, guettant le sniper à travers cette vidéo. Mais en même temps, nous sommes les juges pour qui cette vidéo est filmée comme preuve de la férocité du régime syrien [►Le tireur embusqué • page 171]. C’est une morale expérientielle et sensorielle que cette vidéo suscite, en nous transposant au cœur de l’action pour pouvoir la juger. À un moment, le sniper remarque l’homme et sa vidéo. Il se retourne vers lui, mais la caméra continue à le fixer, l’homme marmonnant quelques mots à voix basse. Le fusil fait face à la caméra pendant un moment, puis on entend un coup de feu. La caméra tombe. L’homme aussi.

Les téléphones mobiles et leurs caméras vont devenir avec la révolution syrienne la façon principale de faire circuler, de documenter. Depuis le début des années 2000, les téléphones mobiles et les plateformes Internet sont devenus un des outils majeurs pour couvrir certaines expériences du point de vue des participant∙e∙s et les faire circuler. Cette transformation est d’autant plus importante dans les pays autoritaires où les médias sont contrôlés par les régimes. La documentation et la circulation des informations deviennent partie intégrante de l’appareil de résistance. C’est notamment le cas pour les mouvements altermondialistes, avec la fondation de plateformes de médias alternatifs comme Indymedia, en 1998.

À Tunis comme à Sanaa, au Caire ou à Tripoli, ces médias alternatifs sont créés par de simples citoyen·ne·s pour documenter la révolte. Ce travail de contre-information se fonde dès lors en grande partie sur ce que les petits téléphones peuvent capter. Mais c’est peut-être pendant la révolution syrienne que cette façon de vivre et de documenter l’événement politique en cours s’est le plus développée. Au début de la révolution, l’acte de filmer les manifestations ou les actes de répression du régime était encore hésitant et imprécis. Des milliers de vidéos, filmées à la sauvette, ont fait circuler des fragments de l’action, parfois sans aucune information à part l’action brute filmée par un participant anonyme. La charge véridique de ces vidéos était faible, puisque les informations nécessaires pour comprendre et utiliser l’information transmise étaient absentes. C’était une forme de témoignage, privé des éléments de la preuve. Des milliers de vidéos sont produites de cette façon, et une très grande partie disparaît dans les archives d’Internet. C’est leur quantité qui fait leur force. Ce que ces vidéos « prouvent » c’est que quelque chose se passe en Syrie, malgré le silence des médias officiels. On ne sait pas très bien quoi et où, mais cette quantité de fragments non identifiés montre que sous le silence officiel, une explosion sociale est en train d’avoir lieu.

Avec l’extension de la révolution syrienne et la répression violente du régime il ne suffit plus de prouver l’existence de la révolution, il faut pouvoir documenter avec plus de précision les activités des révolutionnaires et les exactions du régime. Une explication de l’objet filmé devient nécessaire. Un certain style commence à émerger : une caméra plus stable, des visages filmés de dos, une banderole ou un panneau présentant les informations nécessaires. Ces vidéos circulent davantage, étant plus utilisables par les médias traditionnels, et sont une forme de témoignage plus concret, qui pourrait être présenté devant un tribunal. Une certaine audience, morale ou juridique, imaginée, devient le destinataire de ces vidéos et force le monde à faire face à la tragédie syrienne.

Quelle que soit la fonction de ces vidéos filmées sur les téléphones mobiles, elles deviennent une partie constitutive de la révolution. Une extension des corps et du regard des manifestant∙e∙s, les téléphones mobiles permettent un élargissement de l’expérience de la révolution, surtout à celles et ceux qui vivent cette expérience de loin. Les informations que ces vidéos présentent deviennent moins importantes que la capacité que ces vidéos ont d’élargir l’expérience. Filmant de l’intérieur de l’action, sur le rythme du mouvement collectif, et plongés dans l’univers sonore des manifestations, les téléphones mobiles offrent cette possibilité de participer de dedans à l’action, et plus seulement de la position d’un témoin extérieur. Ce genre de vidéos crée une forme d’esthétique visuelle, qu’on va retrouver dans un grand nombre de films sur la révolution syrienne : une image saccadée, granulée, rapide qui capte le rythme de l’action et plonge le spectateur ou la spectatrice en son cœur ; une transformation technologique qui va marquer la mémoire visuelle de la révolution syrienne.


Leyla Dakhli (dir.), L’esprit de la révolte, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 251-253.